Jeanne Ire de Navarre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jeanne Ire et Jeanne de Navarre.
Jeanne Ire de Navarre
Portrait de Jeanne se trouvant à la Bibliothèque nationale de France.
Portrait de Jeanne se trouvant à la Bibliothèque nationale de France.
Titre
Reine de France

(19 ans, 5 mois et 28 jours)
Prédécesseur Marie de Brabant
Successeur Marguerite de Bourgogne
Reine de Navarre

(30 ans, 8 mois et 11 jours)
Prédécesseur Henri Ier
Successeur Louis Ier
Comtesse de Champagne

(30 ans, 8 mois et 11 jours)
Prédécesseur Henri III
Successeur rattaché à la couronne
Biographie
Dynastie Maison de Blois-Champagne
Nom de naissance Jeanne de Champagne
Date de naissance
Lieu de naissance Bar-sur-Seine (Champagne)
Date de décès (à 32 ans)
Lieu de décès Vincennes (France)
Sépulture Église des Cordeliers de Paris
Père Henri Ier de Navarre
Mère Blanche d'Artois
Conjoint Philippe IV de France
Enfants Louis X Red crown.png
Isabelle de France
Philippe V Red crown.png
Charles IV Red crown.png

Jeanne Ire de Navarre
Reine de France

Jeanne Ire de Navarre (née le à Bar-sur-Seine, Champagne - morte le à Vincennes, France), princesse de la maison de Champagne, fut reine de Navarre de 1274 à 1305 et reine de France de 1285 à 1305.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mariage[modifier | modifier le code]

Jeanne Ire était la fille du roi Henri Ier de Navarre et de Blanche d'Artois, de lignée capétienne.

Elle épousa, le , à l'âge de 11 ans, l'héritier de la couronne de France, Philippe, qui devint ainsi roi de Navarre sous le nom de Philippe Ier (1284-1305). En 1285, son époux devint roi de France sous le nom de Philippe IV le Bel. Elle lui donna six enfants, dont une fille, Isabelle, qui devint reine consort d'Angleterre et trois fils, tous devenus rois de France.

Malgré son mariage, elle continua de régner seule sur ses domaines. Elle est à l'origine de la création du collège de Navarre et de l'hôtel-Dieu de Château-Thierry.

Acte de fondation du collège de Navarre à Paris, donné à Vincennes le 25 mars 1305 par Jeanne, reine de France et de Navarre, épouse de Philippe le Bel. Une petite charte est jointe À l’acte de fondation. Archives nationales AE/II/308a et AE/II/308b

Descendance[modifier | modifier le code]

De son mariage avec Philippe le Bel sont issus six enfants[1], dont :

Mort[modifier | modifier le code]

Trois ans après la mort de sa mère Blanche d'Artois, elle meurt subitement elle aussi. À l'époque, la mort de Jeanne et de sa mère parurent suspectes. En 1308, une enquête fut ouverte et on arrêta un homme, l'évêque Guichard de Troyes, dont Blanche avait délaissé les services. Lors de son procès, Guichard s'était vanté de les avoir fait mourir avec l'aide d'une sorcière et d'un moine jacobin[2].

Testament[modifier | modifier le code]

Sceau de Jeanne Ire de Navarre.

Peu de temps avant sa mort, le jour de l'Annonciation 1304 (25 mars), elle fait rédiger son testament au château de Vincennes. Ce document comprend deux volets : le premier consacré à la création d'un collège au sein de son hôtel particulier parisien, l'hôtel de Navarre, le second fonde un hôtel-Dieu pour l'accueil et le soin des membres souffrants du Christ à Château-Thierry. Le collège conçu sur le modèle de celui fondé par Robert de Sorbon connait la postérité en tant que collège de Navarre. L'hôtel-Dieu quant à lui voit le jour quelques années plus tard. Aujourd'hui transformé en musée, il est à l'origine de l'hôpital de la ville.

Domaines et propriétés[modifier | modifier le code]

(Liste non exhaustive)

Ascendance[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Christian Bouyer, Dictionnaire des Reines de France, Librairie Académique Perrin, 1992 (ISBN 2-262-00789-6) [réf. incomplète]
  2. Katherine Quénot, Philtres et potion magique des sorcières p. 288.
  3. Marquis de Rochegude, Promenade dans toutes les rues de Paris, par arrondissement, Hachette & Cie, Paris, 1910 [réf. incomplète]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie complémentaire[modifier | modifier le code]

  • Elizabeth A. R. Brown, « La mort, les testaments et les fondations de Jeanne de Navarre, reine de France (1273-1305) », dans Une histoire pour un royaume (XIIe-XVe siècle) : Actes du colloque Corpus Regni organisé en hommage à Colette Beaune, Perrin, (ISBN 9782262029463), p. 124-141
  • Xavier Hélary, « Philippe III et la Navarre, 1274-1284 », dans Philippe Contamine (dir.), Hommes et terres du Sud : structures politiques et évolution des sociétés, XIe-XVIIIe siècle [actes du 126e Congrès des sociétés historiques et scientifiques, Toulouse, 2001], Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), coll. « Collection CTHS-histoire » (no 41), , 272 p. (ISBN 978-2-7355-0702-3, résumé), p. 195-215.
  • Élisabeth Lalou, « Le gouvernement de la reine Jeanne (1285-1305) », Cahiers Haut-Marnais, no 167,‎ , p. 16-30
  • Élisabeth Lalou, « Le souvenir du service de la reine : l'hôtel de la reine Jeanne de Navarre, reine de France, en juin 1294 », dans Jacques Paviot et Jacques Verger, éditeurs scientifiques, Guerre, pouvoir et noblesse au Moyen Âge : Mélanges en l'honneur de Philippe Contamine, Paris, Presses de l'Université de Paris-Sorbonne, (ISBN 2840501791 (édité erroné), 9782840501794 et 2840501791), p. 411-426
  • Alain Provost, Domus diaboli : un évêque en procès au temps de Philippe le Bel, , 362 p. (ISBN 9782701148953 et 2701148952)