Toponymie française

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Toponymie.

La toponymie française est l’étude des origines des noms de lieux en France.

La toponymie a toujours intéressé les érudits. À l'origine d'interprétations souvent douteuses ou farfelues (suivant les règles d'une étymologie populaire), elle n'a acquis son caractère scientifique que dans la seconde moitié du XIXe siècle.

L'étude de la normalisation des noms de lieux, dans le monde, en langue française fait l'objet de la section normalisation de l'article toponymie.

Historique[modifier | modifier le code]

En France, la question du recueil et de la notation de la toponymie s'est posée dès l'établissement de la carte de Cassini au XVIIIe siècle. Lors de la mise en œuvre de cette carte, les opérateurs avaient dressé des listes de noms de lieux, pour la moitié des 182 feuilles seulement[1].

Une étape importante a été la réalisation de dictionnaires topographiques pour chaque département, projet mis en place dans les années 1870, qui a abouti pour une trentaine de départements. Chaque toponyme y est présenté avec un maximum de détails sur son évolution au fil des siècles, à partir de sa première mention dans les textes les plus anciens, généralement médiévaux.

Même si certains ont étudié le sujet avant lui, Auguste Longnon est considéré comme le fondateur en France d'une toponymie véritablement méthodique et systématique, avec son ouvrage Noms de lieux de la France, paru en 1920. Par la suite, d'autres chercheurs ont développé les travaux de Longnon, notamment Albert Dauzat, Charles Rostaing, Ernest Nègre et Marcel Baudot.

Aujourd'hui, plusieurs spécialistes continuent d'approfondir les recherches toponymiques (Marie-Thérèse Morlet, Marianne Mulon, Paul Fabre, Stéphane Gendron, Michel Morvan, Michel Roblin, etc.).

Classification des toponymes français[modifier | modifier le code]

Il existe deux façons de classer les toponymes en France. On peut le faire selon les diverses strates linguistiques qui se sont succédé dans le pays, depuis le pré-indo-européen jusqu'au français moderne (une variante de cette classification est de diviser les noms par périodes historiques). On peut aussi privilégier un classement selon la nature des lieux : rivières, montagnes, terres cultivées et incultes, lieux d'habitation, lieux de culte, termes liés à l'élevage, à l'industrie ou à l'artisanat, etc.

Classement par strates linguistiques ou historiques[modifier | modifier le code]

Toponymes préceltiques[modifier | modifier le code]

Il est évident que certains toponymes remontent à ce qu’on peut appeler « la nuit des temps », on les appelle par commodité pré-indo-européens ou encore préceltiques. Il existerait plusieurs types de substrats préceltiques selon les régions de France, parfois superposés dans la même région :

  • un substrat primordial, paléolithique ou plutôt néolithique (dont la langue Basque constitue un descendant des idiomes parlés à ces époques), à savoir proto-basque ou aquitanien, dont le suffixe -ossum [la terminaison en -os(se)] en est la manifestation la plus évidente dans la toponymie de l'Aquitaine : Biscarosse, Seignosse (Occitan Senhos), etc. Ensuite, la tendance qu'a le Gascon de faire muter [f] latin initial en [h]: (Occitan) La Fage; (Gascon) La Hage, trait phonétique connu aussi du castillan (latin filius > espagnol hijo). En effet, l'aire de diffusion linguistique du gascon et du castillan entoure géographiquement le basque plus ancien.
  • puis des couches successives, comme le ligure représenté par les suffixes -asque, -osque, du sud-est de la France et de l’Italie du nord (Manosque, Gréasque, Turbiasque, Monégasque, Côme comasco, Bergame bergamasco). Le suffixe -enc rappelle également les Ligures : Corenc, Clumanc, Sénanque, et prend dans les Alpes du Nord la forme -enche : Sallanches, Choranche, Valgrisenche dans le Val d'Aoste. Les suffixes -elo, -elio sont encore attribués aux Ligures (PG) ;
  • l’ibère qui pourrait avoir laissé des traces dans la toponymie de la Catalogne, peut faire également partie de ce substrat pré-indoeuropéen : mais cette langue n'étant pas encore comprise, il est difficile de repérer les toponymes d'origine ibère autrement que par la récurrence de certaines formes dans la zone vraiment propre aux Ibères. Une thèse rapprochant l'ibère du basque avait mis en avant le terme berri signifiant ville. Mais cette thèse est aujourd'hui remise en cause par le manque de preuve de la parenté des deux langues, car l'une des constantes de l'euskarologie est « la difficulté de poser les concepts d'"Ibère" et de "Basque" »[2].
  • Les villes de Nice et d’Antibes (du grec Νικη et Αντιπολις), fondées par des colons grecs au VIe siècle av. J.-C., font partie stricto sensu d’un substrat préceltique (les Gaulois n’étaient pas encore arrivés dans la région à cette époque), mais qui n’est évidemment pas pré-indo-européen (car pourtant bien indo-européen, voir infra) ; on ne sait pas quelles autres racines néolithiques ou paléolithiques existaient dans ces régions avant les invasions grecques, puis romaines et celtiques, les substrats s'étant trop mélangés avec de nombreuses variétés locales pour être encore identifiables. On peut repérer toutefois des cas intéressants comme le souligne Michel Morvan (Dictionnaire étymologique du basque): il existe des Val d'Aran dans les départements des Bouches-du-Rhône et du Var qui semblent bien correspondre au basque aran « allée ».

Ces toponymes ancestraux sont surtout liés au relief ou à l’hydrologie. Faute de documents, on les regroupe par racines, certaines plus ou moins douteuses, d’autres avérées par le grand nombre des toponymes qui leur correspondent. C’est le cas de la racine kar/kal, avec le sens de rocher, sommet rocheux, mais aussi rivière caillouteuse, à l’origine d’une importante liste de toponymes, dont beaucoup ont été acclimaté en gaulois, par exemple les cours d’eau de la Garonne, ou du Cher.

Quelques racines préceltiques[3] :

On ajoutera que des termes très fréquents en toponymie (roche, motte) sont vraisemblablement d’origine préceltique. Michel Morvan a retrouvé certaines de ces racines pré-celtiques dans des langues comme les langues dravidiennes de l'Inde, où par exemple kukk signifie "tête, extrémité", kar "pierre, roche".

Cela dit, il existe des régions de France probablement exemptes de substrat toponymique pré-indo-européen, voire de substrat pré-celtique. Pour certaines d'entre-elles, c'est juste si quelques oronymes peuvent dater d'avant les Celtes, mais ils ont été réadaptés par ceux-ci[8], cela semble être le cas par exemple en Normandie[9].

Substrat celtique[modifier | modifier le code]

Les Gaulois, ou Celtes, étaient sans doute installés dans une partie de la Gaule dès le IIe millénaire av. J.-C., puis leur population s’est étendue, en France, jusqu’à la Méditerranée et aux Pyrénées.

Si le substrat celtique est assez pauvre dans le français standard au niveau des noms communs (150 mots) et de la syntaxe, il est au contraire très riche en toponymes et hydronymes (voir un exemple chez les Allobroges[10]). Certains des appellatifs toponymiques jadis considérés par les spécialistes comme pré-latins ou pré-celtiques sont identifiés aujourd'hui avec plus de certitude comme celtiques. En effet, le corpus des incriptions gauloises est plus important aujourd'hui et est mieux analysé, voir RIG (Recueil des inscriptions gauloises, CNRS). Beaucoup de racines celtiques (ou gauloises, c'est la même chose) sont utilisées dans des noms composés.

La liste ci-dessous présente quelques-unes des racines les plus employées :

Les toponymes gaulois peuvent aussi être liés à des noms de divinités, par exemple Lug (Lyon, Laon) ou Nemausos (Nîmes, Nemours). Les ethnonymes gaulois se sont souvent peu à peu substitué aux noms des villes originels, à partir de leur réorganisation en civitates (cités) de l'empire romain, à savoir essentiellement de grandes cités contemporaines : (Paris, Metz, Nantes, Rodez, Redon et Rennes, Amiens, Bourges, Troyes…). Voir à ce sujet la liste des peuples gaulois et aquitains.

Noms grecs[modifier | modifier le code]

Les Grecs, en sillonnant la Méditerranée, y ont établi un certain nombre de comptoirs. C'est le cas notamment des Phocéens, probables fondateurs de Marseille, mais le nom même de la ville (Massalia) n'est sans doute pas grec et son origine demeure obscure. Ce n'est pas le cas pour d'autres villes méridionales, dont l'étymologie grecque est à peu près certaine : Agde (Agathê = bonne), Nice (Nikaia = victorieuse), Antibes (Antipolis = la ville d'en face, face à Nice), ou encore Leucate (Leukatês, dérivé de leukos = blanc). Même origine grecque pour Monaco (Monoikos, terme évoquant la solitude, interprété différemment selon les auteurs : soit la maison solitaire, soit un site dédié à Héraklès Monoikos). On peut aussi signaler que le suffixe -polis (la ville) a été utilisé beaucoup plus tard dans de rares formations, par exemple Gratianopolis, l'actuelle Grenoble.

Celto-latin et roman[modifier | modifier le code]

Cette catégorie inclut d'une part les toponymes créés à l'époque de la domination romaine et d'autre part tous les noms qui ont été créés plus tard par les diverses langues romanes, en particulier la langue d'oïl, l'occitan ou le francoprovençal, avec leurs nombreux dialectes et variantes régionales, mais aussi le corse et le catalan.

On utilise majoritairement (sauf dans le sud-est) des éléments celtiques pour les nouvelles cités fondées à l'époque de la Pax Romana, même quand elles contiennent une dédicace à un empereur : Augustodurum (Bayeux) sur duro- pris ici au sens de forum, Augustodunum (Autun) sur duno- (voir ci-dessus), Juliobona (Lillebonne), sur bona "fondation" ou "source" (Cf. Ambenay et Ambonnay pour l'élément bona; voir aussi Vindobona (Vienne, Autriche) et Ratisbona (Ratisbonne, Allemagne), etc.

Ailleurs, principalement dans le sud-est, les créations toponymiques sont purement latines même si les toponymes n'ont pas forcément survécu sous leur forme latine : Aquae Augustae (Dax), Narbo Martius (Narbonne), Aquae Sextiae (Aix-en-Provence), Forum Martis (Corseul), etc.

Terminaisons en -euil / -ols

On se contentera ici d'évoquer les noms de domaines dits gallo-romains, à l'origine de tant de noms de villes et de villages.

Lorsque les défrichements permettaient la création d'un nouveau domaine rural, puis d'une agglomération, le suffixe gaulois le plus utilisé était -ialo (-euil / -ueil dans le Nord et -(j)ouls / -(j)ols dans le Sud après évolution phonétique).

Un nouveau suffixe apparait alors : -anum, qui n'est employé que dans certaines régions (sud de la France principalement), tandis que le suffixe d'origine indigène -acum de même sens prédomine nettement, sauf en Provence et en Corse.

Suffixe -anum[modifier | modifier le code]

Le suffixe latin -anum est à l'origine de la plupart des toponymes terminés par -an dans le sud de la France ( en catalan), parfois -ans : Lézignan Page d'aide sur l'homonymie, Perpignan, Frontignan, Romans Page d'aide sur l'homonymie, Balan Page d'aide sur l'homonymie, Chambaran, Corneilla Page d'aide sur l'homonymie, Vinça. De tels noms sont formés à partir du probable fondateur du domaine, par exemple Frontinius pour Frontignan ou Cornelius Page d'aide sur l'homonymie pour Corneilla. Ils jouaient au départ le rôle d'adjectifs accompagnant des termes tels que fundus ou villa. Dans ce dernier cas le suffixe est au féminin : ex. Marignane 'domaine de Marinus Page d'aide sur l'homonymie'.

Avertissement préalable : la quasi-totalité des noms en -an au nord de la Loire mentionné sur la carte est sans rapport avec le suffixe -anum.

Probablement dérivé de ce suffixe, le suffixe -anicum, au pluriel -anicos, qui sous-entend le terme agros (= champs), se retrouve dans de nombreux toponymes du sud de la France sous la forme -argues : Baillargues, Marsillargues, Olargues, Vauvenargues, Oliargues (nom occitan d'Olliergues)…

À noter la quasi-absence de ces suffixes associés à un nom de personne dans les régions d'oïl, où le suffixe -anum a d'ailleurs évolué en -ain, comme les substantifs du français en -anum, -anem (type pain, grain, forain, etc.), aussi la plupart des noms en -an du nord de la Loire reportés sur la carte ci-dessus est sans lien avec ce suffixe (Ex: Houdan, de *Husidinja ou Husiduna ou Persan, jadis Persinc ou Parsenc). Il n'en existe aucun en Normandie[11]ou en Picardie par exemple.

Suffixe -acum[modifier | modifier le code]

Le second suffixe, typique de l’aire gallo-romaine, est -acu(m), il procède du celtique -(i)āko-[12], c’est un suffixe d’adjectif à la base qui se vérifie dans les inscriptions gauloises et latines (ex. : Anualonacu = au sanctuaire d’Anualo), il note aussi l’origine familiale de quelqu’un et sert à situer des marins (ex. : nautae Parisiaci, « marins de chez les Parisii »). Il a donc déjà une dimension locale. Puis, son emploi substantivé localisant est vérifié au IIe siècle dans par exemple : Merc(urio) Dubnocaratiaco « Au Mercure de l'endroit appelé Dubnocaratiacum ». On le constate ici, Dubnocaratiaco ne peut être basé que sur un anthroponyme, Dubnocaratius. Il a donc servi dès cette époque à former des noms de domaine basés sur le nom de leur fondateur.

Il se peut qu’il soit utilisé sur des radicaux purement géographiques, dans son emploi originel, par exemple dans Campagnac Page d'aide sur l'homonymie. Les plus anciens semblent constitués avec des éléments gaulois : Ambenay et Ambonnay (*andebonacum sur le gaulois ande, préfixe intensif, et bona « fondation » ) ; Alizay (alisiaco 1210, sur gaulois alisia « rocher », cf. Alise correspondant celtique du germanique falisia « falaise ») ; Gournay / Gornac (sur gaulois gorn de sens obscur, pêcherie ?) ou Bernay Page d'aide sur l'homonymie / Bernac Page d'aide sur l'homonymie (sur gaulois bren / brin « terrain marécageux, fangeux ») ou encore Cernay Page d'aide sur l'homonymie (sur gaulois (i)sarno « fer » ) et qui constituent des archétypes celtiques primitifs…

On le retrouve dans des centaines de noms de communes, sous des formes diverses qui caractérisent des régions ou des zones linguistiques distinctes. Ainsi, Aurelius est à la fois à l’origine des communes d’Aurillac et d’Orly et Maximiacum conduit aussi bien à Messimy qu’à Meximieux.

Ce suffixe est également bien représenté en celtique insulaire sous la forme -euc / -ec en breton (Cf. toponymie bretonne), -og en gallois et -ach en gaélique. Coligny de *Kolin-iako peut être sur le thème du breton Kelennec (cf. Quelneuc), « lieu planté de houx », cf. gallois Clynnog, irlandais Cuilneach.

Répartition par zones du suffixe -acum :

  1. Dans les régions occitanes (Sud-Ouest, Massif central, mais aussi en Charentes, Vendée et en Haute-Bretagne de langue gallo) :
    du fait que le c final ne se prononce pas en Limousin et en Auvergne, ce suffixe a parfois été francisé en -at :
  2. Dans les régions d’oïl (Ouest, l’Île-de-France, le Nord et le Nord-Est) :
  3. Dans les régions bretonnantes au IXe siècle mais qui se sont francisés par la suite :
  4. Dans les régions arpitanes (Centre-Est) :
  5. Dans les régions germanisées (Nord, zone jadis néerlandophone (flamand); Nord-Est Alsace et Moselle francique)
  6. Dans le Nord, la Picardie, la Normandie.., variante en -iacas

Noms germaniques[modifier | modifier le code]

L’établissement de certaines populations germaniques a laissé des traces dans la toponymie. C’est évident pour l’Alsace et la Moselle francique, régions gagnées aux parlers germaniques, mais c’est aussi vrai pour le nord de la France, en partie gagné aux parlers germaniques pendant le Haut Moyen Âge et, plus rarement, pour les régions méridionales, dont la langue d’oc est aussi beaucoup moins germanisée que la langue d’oïl. Les nouveaux domaines créés à la fin du haut Moyen Âge et à l’époque carolingienne sont maintenant formés à partir d’anthroponymes germaniques, le plus souvent avec un appellatif roman. La postposition de l'appellatif (ordre déterminant - déterminé) est aussi un indice de l'influence germanique (par exemple : Neufchâtel Page d'aide sur l'homonymie, plus au sud Châteauneuf Page d'aide sur l'homonymie, occitan Castelnau Page d'aide sur l'homonymie; Neuville Page d'aide sur l'homonymie, plus au sud Villeneuve Page d'aide sur l'homonymie, occitan Vilanova).

On continue d'utiliser le suffixe -acum, mais un nouveau suffixe -ing-en va faire son apparition. Il est employé tout naturellement dans les zones gagnées aux parlers germaniques (Lorraine francique (thioise), Alsace, Flandres, Boulonnais, Artois) où il aboutit généralement à -ing, plus tardivement il évoluera différemment dans les régions concernées par le recul de ces mêmes idiômes germaniques, par exemple : -ange en Lorraine (Puttelange Page d'aide sur l'homonymie, Hagondange) ou -ingues, -in(es) (et variantes diverses) dans le Nord (Affringues, Gravelines), -ingue en Alsace (Kœtzingue, Hésingue).

Certaines régions, hormis celles évoquées ci-dessus, recèlent une extrême concentration de ce suffixe dans une zone donnée, cependant il revêt généralement des formes différentes : -ans, -ens, -eins ou -ein. En effet, elles remontent plus précisément aux romanisations -ingos > -e(i)ns, -ans et -ingas > -ange(s). C'est le cas en Franche-Comté et au nord de la Bourgogne, où il est généralement noté -ans (Oppenans, Vouhenans), parfois -ens ou -eins (Ain). Ces terminaisons se retrouvent au sud de la France, beaucoup moins fréquemment, à l'est de l'Aquitaine (Lot-et-Garonne), au sud de l'ancienne Gascogne (Gers), à l'ouest du Languedoc (Région de Toulouse), où il peut être noté -eins (Tonneins), -ens (Glatens, Capens), voire -ans en Languedoc. Dans tout le midi, le suffixe germanique a pu se confondre avec certains suffixes indigènes ou latins, par exemple avec le suffixe ligure [?] -inco + s (-inca(s) a donné -a- / -enche(s))[13]. À noter, pour le sud, la concentration remarquable d'une terminaison -ein dans la Communauté de communes du Castillonnais en Couserans (Sentein, Uchentein), dont l'étymologie est débattue. Albert Dauzat considère qu'il s'agit du suffixe wisigotique -ing[14], tandis qu'Ernest Nègre, reprenant notamment une étude de Pierre Bec, penche pour un préceltique régional -ennu[15].

Par contre, le suffixe germanique -ing- est plus rare à l'ouest (Normandie, Haute-Bretagne, Pays de la Loire, Vendée..). Il en existe pourtant quelques exemples pouvant aboutir à -anges : Putanges, Hardanges ou à -an / -ain.

De nombreux appellatifs germaniques liés au relief, à la végétation ou à l’habitat sont également utilisés et presque tous situés au nord de l'Hexagone. En voici quelques-uns :

Toponymes normands[modifier | modifier le code]

Ces toponymes pourraient être rattachés à la rubrique précédente, dans la mesure où les apports toponymiques du Xe siècle en Normandie sont germaniques. Cependant, ces langues (le norrois et le vieil anglais) sont suffisamment différenciées des dialectes germaniques continentaux pour mériter une rubrique spéciale, d'autant que les toponymes créés ne se rencontrent en principe qu'en Normandie et sont très caractéristiques. Le norrois est en effet à l'origine de divers appellatifs (-beuf, -fleu(r), -tot, -crique-, -lon(de), -dalle, -bec, etc.) entrant en composition dans de nombreux noms de villes, de villages, de hameaux et de lieux-dits.

Voir l'article spécialisé Toponymie normande.

Toponymes bretons[modifier | modifier le code]

Les toponymes brittoniques ne se rencontrent, en principe, qu'en Bretagne, cependant ils s'y superposent à d'autres d'origines gauloises ou gallo-romaines. À noter par exemple les nombreux villages terminés par i-ac, signe que le contact de la langue bretonne a modifié l'évolution vers (-y ou -ay) qui ne s'est produite que pour certains villages, notamment à l'Est. Parfois, surtout à l'Ouest, le suffixe brittonique équivalent -euc / -ec a remplacé le précédent. Mais on retiendra surtout les noms celtiques formés sur des racines venues d’outre-Manche. Les plus caractéristiques sont les noms en ker (variantes : car, quer). Plus de 18 000 noms de lieux bretons sont formés sur cette racine. En vieux breton, ker avait le sens d'enceinte fortifiée. Par la suite, il pourra désigner indifféremment une ferme, un hameau ou un village. Quelques exemples : Kergrist, Kermaria, Kersaint, Kerjuano.

On peut citer aussi le cas de Guérande avec la racine bretonne gwer, allophone de Géraundd (son nom en gallo, qui dispose d’une racine gér similaire d’origine celtique désignant aussi une fortification). Dans certains cas, il est difficile de déterminer si une racine est d’origine brittonique ou gauloise, car les deux langues bretonnes ont des substrats à la fois celtes, romans et plus tard germaniques (comme toutes les langues d’oïl, ou plus tard encore du français lui-même lorsqu’il est devenu majoritaire et a fortement influencé la prononciation et modifié fortement les toponymies bretonne et gallo).

D’autres termes servent à désigner des agglomérations. Voici les plus courants :

  • treb, trev (lieu habité, puis église succursale) : Trébédan, Tréguennec, Trévou-Tréguignec
  • lann (à rapprocher du gallois llan = église, mais aussi du breton lann = lande, d'où le fait que le terme a été souvent associé à des ermitages) : Lamballe, Landivisiau, Lanester
  • lok (du latin locus, avec ici le sens de lieu sacré, église ou paroisse dédiée à un saint) : Locmaria, Locronan, Loctudy.
  • plou (ou plé) (du latin plebem = peuple, mais ayant pris en breton le sens de paroisse) : Plougastel (la paroisse du château), Plounévez (la nouvelle paroisse), Plouhinec Page d'aide sur l'homonymie (la paroisse aux ajoncs).

Voir article spécialisé : Toponymie bretonne.

Toponymes basques[modifier | modifier le code]

Le basque étant une langue agglutinante, il n'est pas rare de trouver des toponymes basques assez longs. On peut citer quelques curiosités assez impressionnantes, surtout au niveau des lieux-dits. Ainsi Éric Vial (Les Noms de villes et de villages, éd. Belin) cite, dans la commune de Béhorléguy, le lieu-dit Inthasendarragiratzeburukoharria, autrement dit le rocher du 'sentier boueux du bout de la fougeraie'.

Le plus souvent cependant, on a affaire à des toponymes constitués de deux termes :

  • un radical relatif à la végétation ou à la topographie
  • un collectif, locatif ou qualificatif

Par ex.

  • Ameztoi < Ametz 'chêne tauzin' + -doi 'lieu'
  • Gorostiaga < Gorosti 'houx' + -aga (collectif)
  • Uhalde < Ur 'eau' + alde '(à) côté (de)'
  • Bidarte (Bidart) < Bide 'chemin' + arte 'entre, intermédiaire'
  • Iratzabal < Iratze 'fougeraie' + zabal 'étendue'

Mais on trouve aussi simplement Larre 'lande', Mendi 'montagne', Bizkai / Biscay 'contrefort'...

L'expansion démographique a produit des noms de lieux comme Iri berri, "domaine neuf". Avec sa variante Irun berri, il constitue l'un des noms de ville protohistorique les plus répandus si on se place dans une large aire aquitano-ibérique : Auch (Elimberrum, Eliberris), Lombez (Gers), Irunberri / Lumbier (Navarre), Lombers (Tarn), Elna / Elne (Illiberri), Elvira (Iliberri), Granada / Grenade (Illiberi; Andalousie)... Sur les contreforts cantabriques, c'est la variante Huri barri (Ullibarri) qui prévaut. Le r doux basque correspond au l latin. Mais rien ne prouve que l'aire de langage proche du basque se soit étendue jusqu'à la région de Grenade, et à celle d'Elne. Donc les toponymes d'origine de Elne et de Grenade, qui d'ailleurs n'ont pas de m derrière le li, ne sont peut-être pas à rapprocher des autres de la liste.

Le suffixe proto-basque -oz(a), gascon -os(se) \ -òç(a) et aragonais -ués a constitué de nombreux noms de village dans l'aire vasconne : Uztarroz 'domaine du pieu', Mendoza 'domaine du mont', Biscarrués = Biscarrosse 'domaine du tertre'... Il a également formé des noms de domaine aquitano-romains face aux noms gallo-romains en -acum : Baliros "domaine de Valerius".

À noter le toponyme azpe, pied de falaise (aitz-pe), qui s'est répandu le long des Pyrénées : vallée d'Aspe, Aspet...

Le toponyme peut se terminer par l'article défini -a. Mais ce dernier a tendance à disparaître, cédant parfois la place à un -e non étymologique (résidu de déclinaison) : Ibarre pour ibarr(a) '(la) vallée'.

L'étendue française de ces toponymes va de l'Atlantique (au sud d'Arcachon) et s'étend le long des Pyrénées.

Voir article spécialisé : Toponymie basque.

Classement selon la nature ou la destination des lieux[modifier | modifier le code]

Topographie[modifier | modifier le code]

Les villages médiévaux se sont souvent bâtis sur des hauteurs. D'où le très grand nombre de toponymes comportant le mot mont, parfois seul (Mons Page d'aide sur l'homonymie), le plus souvent en composition avec un adjectif (Montaigu Page d'aide sur l'homonymie, Beaumont Page d'aide sur l'homonymie, Clermont, Montfort Page d'aide sur l'homonymie) ou un nom de personne (Montbéliard, Montdidier Page d'aide sur l'homonymie). Les sommets sont aussi fréquemment désignés par le latin podium, à l'origine des mots occitans puy, pech ou pey (Le Puy Page d'aide sur l'homonymie, Puylaurens, Puget).

S'il y a des sommets, il y a aussi des vallées, et là encore les toponymes sont innombrables : Laval, Valbonne, Vals, Vaux Page d'aide sur l'homonymie, Vaucresson. Quant aux villages, ils peuvent être bâtis entre deux vallées (Entrevaux, Entraigues Page d'aide sur l'homonymie), mais surtout à proximité de cours d'eau ou de sources. Le latin rivus a été très productif (Rieux Page d'aide sur l'homonymie, Rioux, Xonrupt), tout comme fons (source) et son dérivé fontana (fontaine) : Fontanges, Fontenay Page d'aide sur l'homonymie, Fontenelle Page d'aide sur l'homonymie, Fontevraud, Hontanx.

Végétation et cultures[modifier | modifier le code]

Lorsque le relief ou la présence d'un cours d'eau ne sont pas suffisamment pertinents, le plus simple est de nommer un lieu en fonction de sa végétation, forêts ou bois, champs cultivés, prés, landes.

Si on prend le seul exemple des lieux boisés, on s'aperçoit que 56 communes françaises ont le mot forêt dans leur nom, tandis que celles qui comportent le mot bois se comptent par centaines. À quoi on peut ajouter le latin silva, à l'origine de nombreux toponymes (La Selve Page d'aide sur l'homonymie, Lasseube, Tresserve), ou encore le gaulois brogilo (bois clôturé), à l'origine des divers Breuil Page d'aide sur l'homonymie, Breil Page d'aide sur l'homonymie ou Brille. Les bois sacrés (latin lucus) ont donné notamment Le Luc, Lucq ou encore Lucmau, Luplanté. On peut aussi nommer les lieux en fonction de l'arbre ou de la plante qui y pousse :

Habitation[modifier | modifier le code]

L'habitat peut être groupé ou dispersé. Dans le premier cas (villes, villages), on a déjà vu l'importance des suffixes latins -anum ou latinisés -acum. Très productif également le mot court, employé lorsque le mode de composition en -acum est tombé en désuétude vers le VIe siècle, du latin cohort « cour de ferme »: (Clignancourt, Courdimanche), évoquant au départ un domaine rural et essentiellement composé avec des noms de personnes germaniques. Son emploi est antérieur à ville dans les régions « franquisées ». L' autre façon donc, plus tardive (pas avant le VIIe siècle ), est de former ces macrotoponymes avec le mot ville (qui selon les époques a le sens latin de domaine rural ou celui d'agglomération), le plus souvent à la fin du nom (mode de composition influencé par le germanique) et parfois au début. Le plus fréquemment, il entre en composition avec un nom de personne germanique, ou anglo-scandinave en Normandie, (Villegaudin, Villehardouin) et plus rarement avec un adjectif (Belleville Page d'aide sur l'homonymie, Hauteville Page d'aide sur l'homonymie), un appellatif ou accolé à un nom antérieur préexistant (Tonneville, Taunacum villa 702 - 704). S'agissant de villages, de hameaux, de petits groupes de maisons, on a beaucoup utilisé le latin villare : Villars Page d'aide sur l'homonymie, Villiers, Villers. Autre emploi fréquent : celui du mot vicus (Vic Page d'aide sur l'homonymie, Vicq Page d'aide sur l'homonymie, Vy, Neuvic Page d'aide sur l'homonymie, Neuvy Page d'aide sur l'homonymie) et de son dérivé vicinus ou vicinium (Beauvoisin Page d'aide sur l'homonymie, Le Vésinet, Bezing).

Puis vient l'habitat dispersé, celui du mansus latin et du mansionile. Le premier donne les nombreux toponymes occitans comportant le mot mas, par exemple Le Mas-d'Azil. Le second est à l'origine de l'ancien français d'oïl mesnil Page d'aide sur l'homonymie, qu'on retrouve dans Ménilmontant ou Le Blanc-Mesnil. On n'oubliera pas les fermes, fréquemment représentées par le mot d'origine germanique borde et ses dérivés : Bordeaux-Saint-Clair, Bourdeaux, Bourdelles, Lasbordes. Enfin, le latin casa est à l'origine de Cazes, La Chaise ou encore Chèzeneuve.

Métiers, industries[modifier | modifier le code]

Deux sortes de bâtiments ont laissé d'importantes traces en toponymie : la forge et le moulin, assez proches l'un de l'autre car au Moyen Âge tous deux étaient mus le plus souvent par l'énergie hydraulique. Il est d'ailleurs fort possible que des termes tels que mouline ou moulinet aient désigné des forges plutôt que des moulins.

Le mot latin désignant une forge était fabrica. On lui doit les toponymes La Faurie, Farges Page d'aide sur l'homonymie, Fargues Page d'aide sur l'homonymie, ou encore Fabrègues et Faverges de type occitan ou Fervaques et Fervaches de type d'oïl, sans compter les nombreux Forge(s), par exemple Forges-les-Eaux. L'extraction du fer est pour sa part évoquée par les nombreux Ferrières Page d'aide sur l'homonymie ou La Ferrière Page d'aide sur l'homonymie présents un peu partout en France.

Les moulins sont bien sûr représentés par des toponymes tels que Moulins, mais aussi par Bécherel ou Becquerel (métaphore évoquant le bruit du moulin, à partir du terme becquerelle = bavarde), Choiseul (moulin à augets), Quincampoix (Quikenpeist 1226, à savoir « qui qu'en écrase », phrase qui aurait été prononcée par les meuniers).

D'autres lieux évoquent des carrières (La Perrière Page d'aide sur l'homonymie), des mines (d'argent, l'Argentière), des sablières (Sablonnières), des salines (Salival), des tuileries (Thuillières), des verreries (Verrières Page d'aide sur l'homonymie) ou même des savonneries (Savonnières), mais on n'oubliera pas que la France était surtout rurale, avec de nombreux termes liés à l'élevage, aux cultures et à la commercialisation des produits.

Fortifications[modifier | modifier le code]

Parmi les termes évoquant les forteresses médiévales, il convient de retenir d'abord le mot roche ou roque selon les régions (normanno-picard ou occitan), latin rocca sans doute d'origine celtique, qui peut certes désigner un rocher, mais qui dans la plupart des cas a été attribué à des châteaux bâtis sur des éperons rocheux. D'où les nombreux Roquefort Page d'aide sur l'homonymie et Rochefort Page d'aide sur l'homonymie, ou encore Laroque-des-Albères, La Roche-Guyon et bien d'autres.

Autre terme très fécond, château (latin castellum) : Châteaufort Page d'aide sur l'homonymie, Châteauneuf Page d'aide sur l'homonymie, Castelsarrasin, Castelnaudary, Châtillon Page d'aide sur l'homonymie, Radicatel et les diminutifs Châtelet Page d'aide sur l'homonymie ou Castelet. On ne confondra pas castellum avec castrum qui désignait non pas un château, mais une ville ou un village fortifiés. C'est à castrum que l'on doit Castres et Castries, mais aussi La Châtre ou Châtres Page d'aide sur l'homonymie.

D'autres mots ont évoqué des fortifications, par exemple mur, qui semblerait lié souvent à des enceintes d'origine romaine : Mûr-de-Bretagne, Murs Page d'aide sur l'homonymie, Murat Page d'aide sur l'homonymie, Murviel Page d'aide sur l'homonymie. On n'oubliera pas plessis, terme désignant au départ un enclos, mais en général attribué à des enclos fortifiés. 26 communes françaises s'appellent Plessis, ainsi que des dizaines de hameaux.

Domaine religieux[modifier | modifier le code]

La christianisation du pays a entraîné celle de ses toponymes. Plusieurs d'entre eux désignent des bâtiments religieux ayant pour origine des noms latins :

  • Diverses localités sont vouées à Dieu : Villedieu Page d'aide sur l'homonymie (généralement anciens sièges d'un ordre religieux), La Chaise-Dieu, Dieulefit. Mais l'immense majorité des noms d'origine religieuse est constituée par les hagiotoponymes, terme désignant des localités dédiées à un saint, correspondant souvent à des défrichements ou essartages médiévaux organisés par des monastères. Le plus vénéré d'entre eux est saint Martin, évangélisateur de la Gaule, qui a donné son nom à 238 communes (voir Saint-Martin Page d'aide sur l'homonymie) et à d'innombrables hameaux. Il est suivi par Jean (171), Pierre (162), Germain Page d'aide sur l'homonymie (127) et Laurent (99). À l'exception de la Vierge Marie, les saintes sont beaucoup moins nombreuses, la plus populaire étant sainte Colombe Page d'aide sur l'homonymie (28 communes). On ajoutera que saint(e) est parfois remplacé par don ou dan, dame, par exemple dans Dampierre Page d'aide sur l'homonymie, Dompierre Page d'aide sur l'homonymie (en comptant ces toponymes, Pierre prend la seconde place à Jean), Dommartin Page d'aide sur l'homonymie, Dammarti Page d'aide sur l'homonymie, Dammarie, Dannemarie Page d'aide sur l'homonymie, Dame-Marie Page d'aide sur l'homonymie.
En comptant tous les saint(e), les dan (dame) ou don, sans oublier les toponymes bretons commençant par exemple par loc, environ 5 000 communes françaises sont dédiées à des saints, sur les 36 497 que compte le pays.

Routes et chemins[modifier | modifier le code]

Les routes romaines ont laissé leur empreinte dans le paysage mais aussi souvent dans la toponymie. Quelques exemples :

Les embranchements sont surtout représentés par les noms formés sur quadrivium (ou quadruvium), autrement dit un carrefour : Carrouges, Carouge, Carrouge (parfois réinterprété en Cat Rouge « chat rouge » en Normandie), Charroux Page d'aide sur l'homonymie, Charols. Trivium est à l'origine de Trèves Page d'aide sur l'homonymie, et il y a de fortes chances pour que Cinquétral signifie cinq routes.

Autres éléments liés aux routes, les ponts, représentés par le gaulois briva (Brive) ou par le latin pons, qui l'a souvent remplacé. Ainsi Briva Isarae est devenu Pontoise. Peuvent également être rattachés aux routes les relais et les auberges. Le latin stabulum (écurie, puis relais, auberge) a donné Les Estables, Étables ou Étaules Page d'aide sur l'homonymie. Quant à taverna, on lui doit Tavernay, Malataverne, Saverne (Tres Tabernae) ou encore le Ternay Page d'aide sur l'homonymie de l'Isère.

L'étude des noms des voies de communications s'appelle l’odonymie. Outre les lieux cités ci-dessus, l'odonymie s'intéresse aussi aux rues. Pendant des siècles, ces dernières ont tiré leur nom du lieu vers lequel elles menaient (rue du Moulin), du métier qu'on y pratiquait (rue des Tanneurs), d'un personnage important qui y habitait (rue Mazarine), d'un bâtiment qui s'y trouvait ou de son enseigne (rue du Plat-d'Étain) etc. Sous la Monarchie de Juillet, on a recommandé aux communes de donner à leurs rues des noms de batailles victorieuses : d'où les nombreuses rues de Wagram ou de Marengo. Par la suite, ce furent les personnages célèbres que l'on conseilla d'utiliser, la France étant remplie d'artères ou de places dédiées à Victor Hugo, à Pasteur, au maréchal Foch ou au général de Gaulle. Plus récemment, la création de nouveaux quartiers ou de lotissements a entraîné des choix discutables, toutes les rues d'un même secteur étant consacrées à un thème unique : arbres, fleurs, oiseaux, sportifs célèbres, etc. Il est évident qu'il n'y a pas la moindre pervenche dans la rue des Pervenches, ni, hélas, le moindre coquelicot dans celle des Coquelicots.

Créations modernes et contemporaines[modifier | modifier le code]

Un certain nombre de communes ont été au fil des siècles débaptisées, généralement pour prendre le nom d'une personnalité. Quelques exemples :

On n'oubliera pas les communes de la région parisienne, dont certaines ont été créées au XIXe siècle, avec des noms parfois liés à des auberges ou des guinguettes. C'est le cas, pour des raisons diverses, de Malakoff, Le Kremlin ou Robinson. Autre nouveauté de la fin du XIXe siècle, la commune de Jullouville, station balnéaire créée en 1881 par Armand Jullou.

Deux curiosités du XXe siècle :

  • Genilac, commune née en 1973 de la fusion de Saint-Genis et de La Cula ;
  • Parnoy-en-Bassigny, commune née de la fusion de Parnot et de Fresnoy.

Au rang des créations contemporaines, il faut placer les départements, qui datent de 1790 et dont les noms, sans grande originalité, renvoient presque tous à la rivière qui les traverse ou à la montagne qui les domine. Exceptions notables, le Calvados (du nom d'un rocher au large de la côte), la Côte-d'Or (du nom de la teinte dorée que prenait le vignoble en automne, nom qui fut par la suite attribué à la côte viticole), le Finistère (< finis terræ), le Nord, point cardinal, le Pas-de-Calais, du nom du détroit, et les Yvelines, baptisé d'après l'ancien nom du massif forestier de Rambouillet (Yveline < Yvette, Evette, littéralement petite eau, en raison des nombreux étangs). Plus récemment, les régions administratives ont parfois repris les noms d'anciennes provinces, mais on a aussi assisté à la naissance de curieux hybrides, telle la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, abrégée en PACA. Parmi les créations proprement toponymiques, il faut citer les villes nouvelles, comme Saint-Quentin-en-Yvelines, Marne-la-Vallée ou Villeneuve-d'Ascq, le nom des étangs artificiels, etc. Les rares mutations se font soit à l'instigation des conseils municipaux, par exemple Châlons-sur-Marne devenu Châlons-en-Champagne, soit à l'occasion de regroupements de communes. Par exemple Cherbourg devenu officiellement Cherbourg-Octeville ou Bruay-la-Buissière, mais plus anciennement Boulogne-Billancourt, Maisons-Alfort, Charleville-Mézières…).

Sauvegarde de la toponymie traditionnelle[modifier | modifier le code]

Au XXIe siècle, on tend de plus en plus souvent à valoriser la microtoponymie traditionnelle des lieux où s'ouvrent de nouvelles rues, quartiers ou lotissements, donnant à ces voies les noms des terres ou anciens lieux-dits ― et microtoponymes en général ― traversés par les nouvelles rues : par exemple, les champs ruraux dits les Prés de la Fougueraie donnent leur nom à la nouvelle rue des Prés de la Fougueraie, au sein d'un nouveau lotissement bâti sur cette ancienne petite zone rurale ; d'autres rues de nombreux autres lotissements reçoivent aussi leur nom des parcelles agricoles sur lesquelles elles sont placées : tel est le cas de la rue du Moulin de Marion, rue du Champ Renardier, place des Ruches, boulevard de la Mare aux Joncs, etc.

L'actuelle tendance à voir la (micro)toponymie traditionnelle comme une partie du patrimoine immatériel et comme la vive histoire linguistique de la France a pour conséquence que beaucoup de nouvelles rues et de nouveaux lotissements ne prennent plus de noms consacrés aux fleurs, aux arbres, aux oiseaux ou aux personnages célèbres, mais aux anciens (micro)toponymes des parcelles sur lesquelles on bâtit ces lotissements et où l'on ouvre ces nouvelles rues.

Mélioratifs[modifier | modifier le code]

L'usage de mélioratifs dans la dénomination des toponymes n'est pas une nouveauté, et dès le Moyen Âge les agglomérations nouvelles, peut-être pour attirer vers elles les populations des villages voisins, vantaient le charme ou la sécurité des lieux, voire les avantages qu'on pouvait en tirer. L'adjectif beau entre ainsi en composition dans d'innombrables noms de lieux. Le plus banal de tous : Beaulieu Page d'aide sur l'homonymie, nom de 23 communes françaises. Guère plus original : Belleville Page d'aide sur l'homonymie (seul ou en composition dans 14 communes). Mais comme les nouveaux villages étaient souvent situés sur des hauteurs, c'est Beaumont Page d'aide sur l'homonymie qui est largement en tête (55 communes).

Depuis ces hauteurs, la vue était imprenable, gage de sécurité et éventuellement de plaisir. D'où les noms tels que Mirabeau, Mirabel Page d'aide sur l'homonymie, Beauregard Page d'aide sur l'homonymie, Beauvoir Page d'aide sur l'homonymie ou Belvédère. L'idée de forteresse imprenable apparaît notamment dans des noms tels que Bellegarde Page d'aide sur l'homonymie ou Belfort.

Si le lieu n'est pas qualifié de beau, il peut être nommé bon, les deux termes étant souvent équivalents en ancien français : Bonneville Page d'aide sur l'homonymie (Sauf Bonneville-Aptot, Eure, qui est un ancien Burnencvilla ), Bonneval Page d'aide sur l'homonymie, Bonrepos. Enfin, il n'est pas rare que des localités dont le nom ancien commençait par mal- se soit transformées pour être plus attrayantes. Ainsi, dès le Moyen Âge, Malpas (le mauvais passage) est devenu Bompas (Pyrénées-Orientales). Il semble aussi que Mantes-la-Vilaine, à côté de Mantes-la-Jolie, soit devenue simplement Mantes-la-Ville.

On peut également considérer comme des mélioratifs des termes tels que Villeneuve Page d'aide sur l'homonymie ou Villefranche Page d'aide sur l'homonymie. Souvent créées au XIIIe siècle, ces localités offraient dans bien des cas à leurs habitants l'exemption des droits seigneuriaux si pesants dans les villages voisins.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. IGN, historique de la science des noms géographiques
  2. http://books.google.fr/books?id=S6_Jk5q77JgC&pg=PA383&lpg=PA383&dq=parent%C3%A9+langues+ib%C3%A8re+et+basque&source=bl&ots=V22294elbD&sig=vDSocvveFEJm8mEYMP2DsstHIaI&hl=fr&ei=P80ETqnGHcafOsud6cQN&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=10&ved=0CFQQ6AEwCTgK#v=onepage&q=les%20concepts%20d%27%C2%AB%20Ib%C3%A8re%20%C2%BB&f=false
  3. Certaines sont données également comme celtiques ou du moins indo-européennes.
  4. uaria, uera donné pour celtique par Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, éditions errance 2003. p. 300.
  5. Considéré comme celtique (de Ro-danus sur danu- hardi, violent) par Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise, éditions errance 1994.
  6. Donné comme celtique par Xavier Delamarre, Op. cité. p. 105 - 106.
  7. Donné pour celtique par Xavier Delamarre, Op. cité. p. 103 - 104.
  8. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, éditions errance, 2003, p. 191. article Isara.
  9. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard,‎ 1981, 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, lien OCLC?), p. 3
  10. « Les Allobroges » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  11. Aucun des suffixes -an noté sur la carte pour cette ancienne province ne renvoie au suffixe latin -anum, ex: Canehan: Kenehan 1030, Canaan 1035 (nom en -ham ou transposition du lieu biblique ); Saint-Maurice-d'Etelan < Esteilant XIe siècle (nom en -land); Carentan < Carantomus 1136 < *Carantomagus; Airan < Heidramm IVe siècle (nom en -ham ou nom de personne); Morsan < Morchent 11ème < *Murocinctus; Le Plessis-Grohan < Plesseia Gorhan, Plesseiaco Gorhen 12-13ème (de -ham); Argentan < *Argentomagus, etc.
  12. Pierre-Yves Lambert, La Langue gauloise, éditions errance 2003
  13. Charles Rostaing, Les noms de lieux, Presses universitaires de France, réédition 1985, p. 65 - 66
  14. Voir par exemple article Aucazein, p. 34, et Irazein, p. 362, in Toponymie générale de la France, Librairie Guénégaud, Paris, 1979
  15. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (lire en ligne) suffixes préceltiques

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Rostaing : Les Noms de lieux (Que sais-je, PUF 1961, épuisé) ; 1re édition 1945, 11e édition 1992 (ISBN 978-2-13-044015-4)
  • Henri d'Arbois de Jubainville : Recherches sur l'origine de la propriété foncière et des noms de lieux habités en France (période celtique et période romaine), 703 pages, Paris 1890
  • Auguste Vincent, conservateur à la bibliothèque royale de Belgique : Toponymie de la France, Brionne, Gérard Montfort, réimpression 1981, A4, 418 p.
  • Albert Dauzat et Charles Rostaing : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France (Larousse 1963, épuisé, réimpression Librairie Guénégaud)
  • Albert Dauzat : La Toponymie française, Bibliothèque scientifique, Payot, Paris, 1960. Réimpression 1971.
  • Éric Vial : Les Noms de villes et de villages (Belin, collection le français retrouvé, 1983) ISBN 978-2-7011-0476-8
  • Ernest Nègre : Toponymie générale de la France (3 vol. Droz 1990-1998) ISBN 978-2-600-00133-5
  • Louis Deroy et Marianne Mulon : Dictionnaire des noms de lieux Paris, (Le Robert) 1994. ISBN 978-2-85036-195-1
  • Christian Baylon, Paul Fabre : Les Noms de lieux et de personnes (Nathan Université, 1982), épuisé
  • Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise. Une approche linguistique du vieux-celtique continental, Paris, éditions Errance,‎ 2003
  • Xavier Delamarre : Noms de lieux celtiques de l'Europe Ancienne. -500 +500. Arles (Errance), 2012.
  • André Pégorier : Les Noms de lieux en France : glossaire de termes dialectaux, Paris, Institut géographique national, 1997 (1re éd. 1963) (ISBN 978-2-85595-048-8) (nouv. éd. 2006 en ligne).
  • Pierre-Yves Lambert : La Langue gauloise Paris, (éditions errance) 2003. ISBN 978-2-87772-224-7
  • Michel Morvan : Noms de lieux du Pays basque et de Gascogne, Paris, 2004.
  • François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard,‎ 1979, 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, lien OCLC?)

On consultera aussi les divers ouvrages parus dans la collection Noms de lieux, classés par régions ou départements (éditions Bonneton).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]