Lavelanet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lavelanet-de-Comminges.
Lavelanet
La place de l'Europe
La place de l'Europe
Blason de Lavelanet
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Ariège
Arrondissement Foix
Canton Lavelanet (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Olmes
Maire
Mandat
Marc Sanchez
2014-2020
Code postal 09300
Code commune 09160
Démographie
Gentilé Lavelanétiens
Population
municipale
6 404 hab. (2011)
Densité 509 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 56′ 01″ N 1° 50′ 58″ E / 42.9336111111, 1.8494444444442° 56′ 01″ Nord 1° 50′ 58″ Est / 42.9336111111, 1.84944444444  
Altitude 525 m (min. : 490 m) (max. : 802 m)
Superficie 12,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte administrative de l'Ariège
City locator 14.svg
Lavelanet

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Lavelanet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lavelanet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lavelanet
Liens
Site web Site officiel

Lavelanet (occitan : L'Avelhanet) est une commune française située dans le département de l'Ariège et la région Midi-Pyrénées.

Ses habitants sont appelés les Lavelanétiens.

Son nom vient de l'occitan avelana et donc du latin avellana : « noisette ».

Géographie[modifier | modifier le code]

L'anticlinal de Lavelanet

Commune des Pyrénées située dans le massif de Tabe sur le Touyré et les routes RD 620 et RD 117 entre Foix et Quillan

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lavelanet
Raissac Sautel Laroque-d'Olmes
Péreille Lavelanet Dreuilhe
Villeneuve-d'Olmes Bénaix Saint-Jean-d'Aigues-Vives

Géologie[modifier | modifier le code]

L'anticlinal de Lavelanet

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’argent (de gueules) à la branche de noisetier feuillée de sinople fruitée au naturel ; au chef parti au 1er d'azur (de gueules) au croissant d'argent accosté (d'or soutenu) de deux étoiles du même, au 2e de gueules à la croix cléchée, vidée et pommetée de douze pièces d'or[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Marc Sanchez PS Président de Communauté de communes
mars 2001 2008 Jean-Pierre Bel PS Sénateur
mars 1995 2001 Bernard Marty Divers droite Conseiller général
mars 1983 1995 Jean-Michel Caux PS Conseiller général, conseiller régional
mars 1977 1983 Jean Miquel PC  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 6 404 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 191 1 222 1 508 1 717 1 852 2 527 2 898 3 004 3 062
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 944 3 006 3 033 3 292 3 095 3 205 3 246 2 981 3 179
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 196 3 270 3 532 3 608 4 827 4 849 4 933 5 541 6 820
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
7 648 8 630 9 346 8 368 7 740 6 872 6 769 6 404 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Anciennement réputée pour ses industries textiles, la plupart d'entre elles sont aujourd'hui fermées, principalement à cause de l'importation de textiles venant de pays étrangers. Ces activités d'autrefois sont présentées depuis 1986 dans le cadre du musée du textile et du peigne en corne, installé dans les locaux de la manufacture des draperies Dumons Frères qui avait été fondée en 1796[4].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame-de-l'Assomption de Lavelanet

Église Notre-Dame-de-l'Assomption[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame-de-l'Assomption a été construite sur l'emplacement d'une autre église détruite, dédiée à saint Antoine et bâtie au XIIe siècle. L'actuelle église, de style gothique, remonte au XVIIe siècle (sa première pierre a été posée le 24 mars 1628). Le chœur est à huit pans.

Le clocher s'est effondré en 1879 et il faudra attendre 1931 pour en voir la reconstruction achevée. Il a été restauré en 2000.

Certaines pièces de mobilier sont à signaler :

Autres lieux[modifier | modifier le code]

Centre ville de Lavelanet
  • Oratoire de Sainte-Ruffine
  • Chapelle Saint-Sernin de Bensa
  • L'esplanade (place de Lavelanet)
  • Musée du textile et du peigne en corne[5]

Personnalités liées à Lavelanet[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignements[modifier | modifier le code]

  • Lycée des métiers Joseph-marie-Jacquard.
  • Collège Louis Pasteur
  • Collège Victor Hugo
  • Ecole Primaire Lamartine
  • Ecole Jean Jorès
  • Ecole Bensa
  • Etc...

Sports[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Centre hospitalier La SOULANO

Culture[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Armorial de France
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  4. Voir le site économique du Pays d'Olmes: Réussir en Pays d'olmes
  5. Musée du textile et du peigne en corne
  6. Son arrière-grand-père du côté paternel, Louis Doumenach, avait dirigé à Lavelanet, en Ariège, une entreprise textile (effilochage) - R. Zebulun le livre sur Soulac, interview dans VSD

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Ed. Lafuste, La paroisse de Lavelanet pendant la révolution (1789-1802), Pomiès, Fra et C(ie), 1914
  • Michel Chevalier, L'Industrie textile pyrénéenne et le développement de Lavelanet, E. Privat, Paris, M. Didier, 1950
  • G. Segonzac, « Algues calcaires du Sparnacien de Lavelanet (Ariège), Dasycladales, Caulerpale et Cryptonémiale », BRGM, 1971, no 4, 1, p. 5–19
  • P. Lopez, « Une nouvelle carrière dans l'Ariège, à Lavelanet (entreprise Rescanières) », Industrie minérale, 1985, vol. 67, p. 29-30

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]