Hérault (fleuve)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

43° 16′ 57″ N 3° 26′ 39″ E / 43.2825, 3.44417 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hérault.
Hérault
Les gorges de l'Hérault.
Les gorges de l'Hérault.
Caractéristiques
Longueur 160 km
Bassin 2 550 km2
Bassin collecteur Mer Méditerranée
Débit moyen 43,7 m3/s (Agde)
Régime pluvial Cévenol
Cours
Source Mont Aigoual, Cévennes
· Localisation région Languedoc-Roussillon
· Altitude 1 435 mètres m
· Coordonnées 44° 06′ 55″ N 3° 33′ 00″ E / 44.11528, 3.55 (Source - Hérault)  
Embouchure Mer Méditerranée
· Localisation Agde, région Languedoc-Roussillon
· Altitude 0 m
· Coordonnées 43° 16′ 57″ N 3° 26′ 39″ E / 43.2825, 3.44417 (Embouchure - Hérault)  
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Régions traversées Languedoc-Roussillon

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro
L'Hérault à Agde
Les gorges de l'Hérault
Les gorges de l'Hérault

L'Hérault (en occitan Erau / Eraur [eˈɾaw]) est un fleuve côtier du sud de la France dans la région Languedoc-Roussillon, dans les départements du Gard et de l'Hérault, qui se jette dans la Mer Méditerranée après un parcours de 160 km[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Hérault prend sa source au Mont Aigoual dans les Cévennes. Il parcourt le département du Gard puis traverse du nord au sud le département de l'Hérault auquel il donne son nom et se jette dans la mer Méditerranée à Agde. En entaillant le Causse de la Selle, il forme les Gorges de l'Hérault.

Principaux affluents[modifier | modifier le code]

Départements et villes traversées[modifier | modifier le code]

Agde.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Canoës franchissant un déversoir de L'Hérault entre Saint-Martin-de-Londres et Causse-de-la-Selle

Contrairement à certaines idées erronées, le débit de l'Hérault est abondant. Avec une quantité de plus d'1,3 milliard de tonnes d'eau débitée annuellement et 43,7 m3/s, pour un bassin de seulement 2 550 km², l'Hérault affiche une quantité écoulée annuellement de 543 litres par mètre carré, contre 240 litres seulement pour la bassin de l'Oise pourtant réputé pluvieux. Le problème du fleuve est l'extrême irrégularité de son débit. Des crues soudaines, souvent liées aux précipitations d'automne dévalant du massif de l'Aigoual, peuvent dépasser 1 500 mètres cubes par seconde. Pour réguler un peu ces débits ont été construits le barrage du Salagou sur le Salagou à Clermont-l'Hérault et le barrage des Olivettes sur la Peyne à Vailhan.

Débits de l'Hérault à Agde[modifier | modifier le code]

Le débit de l'Hérault a été observé sur une période de 56 ans (1952-2007), à Agde, ville du département de l'Hérault, située à son embouchure dans la Méditerranée[2].

Le module de la rivière est de 43,7 m3/s.

L'Hérault présente des fluctuations saisonnières de débit assez importantes, avec des crues d'hiver et de printemps portant le débit mensuel moyen entre 58,5 et 67,4 m3/s, d'octobre à mars inclus (maximum en janvier), et des basses eaux d'été de juin à septembre, avec une baisse du débit moyen mensuel jusqu'au niveau de 7,5 m3/s au mois d'août (voir histogramme).

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Agde (Bassin Rond)
(données calculées sur 34 ans)

Le VCN3 peut chuter jusque 1,5 m3, en cas de période quinquennale sèche (voir note). D'autre part les crues sont parfois extrêmement violentes avec des inondations importantes. Ainsi le débit instantané maximal enregistré a été de 1 460 m3/s le 1er décembre 1958, tandis que la valeur journalière maximale a été de 1 320 m3/s le 19 décembre 1997, soit presque autant que le débit moyen du Rhône à Valence. Le QIX 10 est de 1 400 m3 par seconde. Le QIX 20 est de 1 600 m3/s. Quant au QIX 50, il est de 1 900 m3, soit plus que celui de la Seine à Alfortville (entrée de Paris) lequel ne dépasse pas 1 600 m3/s. Les débits records enregistrés sur l'Orb à Béziers sont un peu supérieurs à ceux de l'Hérault à Agde.

La lame d'eau écoulée dans le bassin de l'Hérault est de 543 millimètres annuellement, ce qui est élevé, nettement supérieur à la moyenne d'ensemble de la France. Le débit spécifique (ou Qsp) se monte à 17,1 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références