Arve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Pinus cembra pour le conifère. 
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Avre.
Arve
L'Arve à Annemasse, en Haute-Savoie.
L'Arve à Annemasse, en Haute-Savoie.
Caractéristiques
Longueur 107,8 km [1]
Bassin 2 060 km2
Bassin collecteur Rhône
Débit moyen 73,90 m3/s (Arthaz-Pont-Notre-Dame) [2]
Organisme gestionnaire Syndicat Mixte d'Aménagement de l'Arve et de ses Abords[3]
Régime nival
Cours
Source Col de Balme
· Localisation Argentière
· Altitude 2 200 m
· Coordonnées 46° 01′ 38″ N 6° 58′ 07″ E / 46.02711, 6.96848 (Source - Arve)  
Confluence Rhône
· Localisation La Jonction, Genève
· Altitude 371 m
· Coordonnées 46° 12′ 05″ N 6° 07′ 18″ E / 46.2013, 6.12172 (Confluence - Arve)  
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Drapeau de la Suisse Suisse
Département Haute-Savoie
Canton Genève
Principales villes Chamonix-Mont-Blanc, Genève

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro
L'Arve, à droite, rencontre le Rhône, à Genève.
L'Arve gelé en hiver 2012 à Genève

L'Arve est une rivière des Alpes qui prend sa source dans le massif du Mont-Blanc. Son nom vient d'un ancien Aturaua (cf. Adour). C'est un affluent de rive gauche du Rhône.

Géographie[modifier | modifier le code]

Née dans la montagne de Balme sur les hauteurs du village du Tour (vallée de Chamonix), l'Arve est gonflée par de nombreux torrents de montagne tels l'Arveyron, torrent exutoire de la Mer de Glace, le Bonnant qui draine les eaux du Val Montjoie ou encore le Giffre, le Borne, la Menoge, la Sallanche ou la Diosaz aux caractères torrentiels puissants.

Tumultueuse, l'Arve se prête volontiers à la pratique du rafting ou du canoë ainsi que de l'hydrospeed.

La longueur du cours d'eau, en France, est de 107,8 km[1].

Localités et communes traversées[modifier | modifier le code]

Le cours de l'Arve se déroule presque entièrement en Haute-Savoie, à l'exception des derniers kilomètres situés dans le canton de Genève en Suisse. L'Arve arrose les communes de Chamonix-Mont-Blanc, Les Houches, Servoz, Passy, Sallanches, Magland, Cluses, Scionzier, Thyez, Marnaz, Vougy, Marignier, Ayze, Bonneville, Arenthon, Faucigny, Scientrier, Reignier, Contamine-sur-Arve, Nangy, Arthaz-Pont-Notre-Dame, Monnetier-Mornex, Vétraz-Monthoux, Étrembières, Annemasse, Gaillard et enfin Thônex, Veyrier, Chêne-Bougeries, Carouge et Genève dans le canton de Genève où elle se jette dans le Rhône à 1 kilomètre de l'endroit où ce dernier sort du lac Léman.

Affluents[modifier | modifier le code]

Hydrologie[modifier | modifier le code]

L'Arve dans les alpages du col de Balme, à ses balbutiements.
L'Arve à Chamonix.

À Arthaz-Pont-Notre-Dame, en territoire français, peu avant la frontière suisse le débit de l'Arve a été observé durant une période de 47 ans (1961-2007)[4],[2].

Le débit moyen annuel de la rivière y est de 73,90 m3 par seconde, pour une surface de bassin versant de 1 660 kilomètres carrés, soit 80,6 % de la surface totale de son bassin qui fait 2 060 km2.

La rivière présente des fluctuations saisonnières de débit caractéristiques, liées à son régime surtout nival. Les hautes eaux de printemps-été portent le débit mensuel à des valeurs allant de 93 à 128 m3 par seconde, de mai à août inclus (avec un sommet en juin). Elles sont dues essentiellement à la fonte des neiges, bien que des pluies se produisent également. Dès le mois d'août, le débit baisse progressivement tout au long de l'automne, et atteint son minimum en hiver, période de basses eaux, avec un débit mensuel moyen de 40,3 m3 par seconde au mois de janvier et de 43,5 m3⋅s-1 au mois de février.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : V0222010 l'Arve à Arthaz-Pont-Notre-Dame pour un bassin versant de 1664 km2[2]
(le 08-04-2013 sur 49 ans de 1961-2009)

Source : Banque Hydro - Ministère de l'écologie et du développement durable

Le VCN3 peut chuter jusque 10,0 m3⋅s-1, en cas de période quinquennale sèche, ce qui reste suffisant, et peut être considéré comme normal dans la région des Alpes du Nord.

Les crues sont quant à elles assez importantes quand elles se produisent. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 430 et 540 m3⋅s-1. Le QIX 10 est de 620 m3 par seconde, le QIX 20 de 690 m3⋅s-1 et le QIX 50 de 780 m3⋅s-1.

Toujours à Arthaz-Pont-Notre-Dame, le débit instantané maximal enregistré a été de 641 m3 par seconde le 1er janvier 2004, tandis que la valeur journalière maximale était de 535 m3 par seconde le 22 septembre 1968. En comparant le premier de ces chiffres à l'échelle des QIX exposée plus haut, il ressort que cette crue n'était pas d'ordre vicennal, mais à peine un peu plus que décennal.

L'Arve est une rivière très abondante, puissamment alimentée par les précipitations importantes qui arrosent les hauts sommets alpins et notamment le massif du Mont-Blanc. La lame d'eau écoulée dans cette partie du bassin versant de la rivière est de 1 419 millimètres annuellement, ce qui est très élevé en France, et n'est inférieur qu'à la lame de quelques rivières moins importantes de la région. Le débit spécifique (Qsp) atteint 44,9 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

L'organisme gestionnaire est le Syndicat Mixte d'Aménagement de l'Arve et de ses Abords[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références

Pour l’ensemble des points mentionnés sur cette page : voir sur Google Maps (aide), Bing Maps (aide) ou télécharger au format KML (aide).