Toponyme pléonastique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un toponyme pléonastique est un toponyme qui comprend un pléonasme.

Origine[modifier | modifier le code]

Les toponymes les plus anciens concernent les principales singularités topographiques : les monts (oronymes) et les cours d'eau (hydronymes), et la façon la plus évidente de les nommer était de les appeler par leur nom générique : mont, vallée, eau, etc.

Au cours du temps, les langues changent, elles évoluent ou sont remplacées par d'autres. Par contre, les noms de lieux ont tendance à se maintenir, devenant ainsi des noms propres dont la signification échappe au plus grand nombre, on dit qu'ils sont délexicalisés. Ainsi, même si Ventoux a signifié « mont » dans une langue antérieure ou dans la même langue qui a évolué et dont le mot s'est perdu, on dira pourtant « le mont Ventoux ».

Oronymes[modifier | modifier le code]

On s'aperçoit qu'un grand nombre d'oronymes (noms de montagne) sont en fait des redoublements « mont mont » et s'apparentent à des tautologies :

Autres exemples[modifier | modifier le code]

« Col de Port » veut dire « col du col »

On note également les redoublements :

  • Anse du Vicq « anse de l'anse » (français & vieux normand)
  • Châteaudun « château forteresse » (roman & gaulois)
  • le col de Port « col du col » (français & gascon)
  • la Forêt de la Londe « forêt de la forêt » (français & vieux normand)
  • le Gué du Vey « gué du gué » (français & normand)
  • Le Gué-de-Longroi « gué du long gué » (français & gallo-roman septentrional)
  • le lac de Gaube « lac du lac » (français & gascon)
  • le Rubec « ruisseau du ruisseau » (français & vieux normand)
  • le Val d'Aran « val de la vallée » (occitan & basque)
  • Puente de Alcántara (plusieurs occurrences) « pont du pont » (espagnol & arabe)
  • Latsa erreka (affluent de la Nive) « ruisseau ruisseau » (basque & basque)
  • Saint-Puy forme modernisée de Soum-Puy « sommet-sommet » (français & français)
  • La Balme-les-Grottes « grotte les grottes » (gaulois transalpin & français)
  • Canal de la Robine « canal du canal » (français & occitan)
  • Port-Barcarès « port Port » (français & catalan roussillonais)
  • le département des Côtes-d'Armor « côtes du bord de mer » (français et breton)

Parfois un redoublement signale deux toponymes voisins ayant la même origine (par exemple frênaie), ou signale la présence d'un village et d'un hameau.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France - Volume 1, 1990.
  2. André Cherpillod, Dictionnaire étymologique des noms géographiques, Masson, 1986, (ISBN 2-225-81038-9)
  3. T. Burrow and M. B. Emeneau, A Dravidian étymological dictionary, Clarendon Press - Oxford, 1984, (ISBN 0-19-864326-8)

Voir aussi[modifier | modifier le code]