Comité des travaux historiques et scientifiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Comité des travaux historiques et scientifiques (C.T.H.S.)
Informations
Fondation 1834
Fondateur François Guizot
Régime linguistique Français
Localisation
Ville Paris
Pays Drapeau de la France France
Direction
Président Claude Mordant

Le Comité des travaux historiques et scientifiques (C.T.H.S.) est une institution française créée par l'arrêté ministériel du 18 juillet 1834 pour « diriger les recherches et les publications de documents inédits à l’aide de fonds votés au budget de l’État ».

Histoire[modifier | modifier le code]

François Guizot est à l'origine du comité, sa première préoccupation étant une « publication générale de tous les matériaux importants et encore inédits sur l’histoire de notre patrie » (rapport du 31 décembre 1833). Cela aboutit particulièrement aux nombreuses publications Documents inédits de l’Histoire de France.

En 1875, le comité est rattaché à l’enseignement supérieur.

Il s'intitule ainsi depuis le 5 mars 1881.

En 1883, cinq sections sont établies :

  • hstoire et philologie ;
  • archéologie ;
  • sciences économiques et sociales ;
  • sciences mathématiques, physiques, chimie et météorologie ;
  • sciences naturelles et sciences géographiques.

En 1956, nouveaux statuts et nouvelle répartition des sections :

  • archéologie ;
  • géographie ;
  • histoire moderne et contemporaine ;
  • philologie et d’histoire (jusqu’en 1715) ;
  • sciences ;
  • sciences économiques et sociales.

En 1983, nouveaux statuts et création des nouvelles sections :

  • histoire des sciences et des techniques ;
  • commission de protohistoire et de préhistoire ;
  • commission d’anthropologie et d’ethnologie françaises.

En 2000, nouveaux statuts et réorganisation des sections :

  • 1. Section de préhistoire et de protohistoire : 25 membres ;
  • 2. Section d’histoire et d’archéologie des civilisations antiques : 30 membres ;
  • 3. Section d’histoire et de philologie des civilisations médiévales : 25 membres ;
  • 4. Section d’archéologie et d’histoire de l’art des civilisations médiévales et modernes : 25 membres ;
  • 5. Section d’histoire du monde moderne, de la Révolution française et des révolutions : 30 membres ;
  • 6. Section d’histoire contemporaine et du temps présent : 30 membres ;
  • 7. Section d’anthropologie sociale, d’ethnologie et des langues régionales : 20 membres ;
  • 8. Section des sciences, de l’histoire des sciences et des techniques et de l’archéologie industrielle : 45 membres ;
  • 9. Section des sciences géographiques et de l’environnement : 25 membres.

Les sections se réunissent de quatre à six fois par an. Les membres titulaires français et étrangers participent de droit aux réunions des sections avec voix délibérative. Les membres émérites, les membres correspondants et des personnalités extérieures peuvent être invités à assister aux séances avec voix consultative.

En 2006, rattachement à l'École des chartes sans changement dans l'organisation des sections.

Missions et organisation[modifier | modifier le code]

Extraits des statuts selon l'arrêté du 30 décembre 2005 du Ministère de l’Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche[1].

Article 1[modifier | modifier le code]

Il est créé à l'École nationale des chartes un institut dénommé « comité des travaux historiques et scientifiques » (CTHS). Cet institut s'inscrit dans la continuité du comité des travaux historiques et scientifiques créé en 1834.

Article 2[modifier | modifier le code]

Le CTHS est chargé :

  1. de concourir aux recherches et aux publications portant sur les sciences de l'homme et de la société, sur les sciences de la nature et de la vie et concernant plus particulièrement la France et ses régions ;
  2. de contribuer à la diffusion et à la valorisation des connaissances historiques et scientifiques sur le territoire national, en Europe et dans le monde francophone ;
  3. d'assurer, en matière de publications, l'édition de textes, de répertoires, d'orientations de recherche, de bases de données et d'instruments de travail ;
  4. d'organiser annuellement le Congrès national des sociétés historiques et scientifiques ;
  5. de favoriser le développement des activités des sociétés savantes et de leurs fédérations et de coordonner leurs recherches régionales et locales de nature historique et scientifique ;
  6. de développer les échanges entre recherche publique et recherche associative, entre enseignants, chercheurs et étudiants.

Article 4[modifier | modifier le code]

Les neuf sections mentionnées à l’article 3 ci-dessus sont :

  1. la section de préhistoire et de protohistoire ;
  2. la section d'histoire et d’archéologie des civilisations antiques ;
  3. la section d'histoire et de philologie des civilisations médiévales ;
  4. la section d'archéologie et d’histoire de l’art des civilisations médiévales et modernes ;
  5. la section d'histoire du monde moderne, de la Révolution française et des révolutions ;
  6. la section d'histoire contemporaine et du temps présent ;
  7. la section d'anthropologie sociale, d’ethnologie et des langues régionales ;
  8. la section des sciences, d'histoire des sciences et des techniques et de l’archéologie industrielle;
  9. la section des sciences géographiques et de l'environnement.

Activités[modifier | modifier le code]

Édition[modifier | modifier le code]

Le Cths publient depuis 1834 des ouvrages de recherche et d'enseignement supérieur. Chaque année, 25 nouveautés sont éditées. Elles sont diffusées par AFPU-Diffusion et distribuées par la Sodis. Les ouvrages sont disponibles en librairie.

Congrès[modifier | modifier le code]

Chaque année, le congrès des sociétés historiques et scientifiques se réunit dans une ville universitaire francophone. Interdisciplinaire, il a pour mission de favoriser les échanges entre la recherche associative, les études doctorales et la recherche universitaire. Il rassemble plus de 700 participants et entend chaque année plus de 400 communications. Les actes sont publiés par les éditions du Cths.

Sociétés savantes[modifier | modifier le code]

Le Cths facilite les échanges entre sociétés savantes à travers un annuaire des sociétés savantes de France et un bulletin de liaison qui fait le lien entre les sociétés savantes et a pour ambition d'apporter des réponses à leurs préoccupations tant scientifiques qu'administratives. Enfin, le Cths rassemble dans un catalogue les publications des sociétés savantes, vivantes ou mortes, dont il a eu connaissance.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arrêté du 30 décembre 2005 portant création à l'Ecole nationale des chartes d'un institut dénommé « comité des travaux historiques et scientifiques »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir catalogue des publications sur le site cths.fr

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]