Var (fleuve)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Var.
Var
Le Var au niveau de Nice et de Saint-Laurent-du-Var
Le Var au niveau de Nice et de Saint-Laurent-du-Var
Caractéristiques
Longueur 114 km [1]
Bassin 2 819 km2 [1]
Bassin collecteur Mer Méditerranée
Débit moyen 49,4 m3/s (Nice) [2]
Régime nivo-pluvial
Cours
Source à Estenc
· Localisation Entraunes
· Altitude 1 790 m
· Coordonnées 44° 14′ 18″ N 6° 45′ 06″ E / 44.2382, 6.7518 (Source - Var)  
Embouchure Mer Méditerranée
· Localisation entre Nice et Saint-Laurent-du-Var
· Altitude 0 m
· Coordonnées 43° 39′ 17″ N 7° 11′ 58″ E / 43.6548, 7.1994 (Embouchure - Var)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Cians, Tinée, Vésubie, Roudoule
· Rive droite Coulomp, Estéron
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Alpes-de-Haute-Provence et Alpes-Maritimes
Régions traversées Provence-Alpes-Côte d'Azur
Principales villes Nice

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro

Le Var est un fleuve côtier du Sud-Est de la France se jetant dans la mer Méditerranée après avoir coulé dans les deux départements des Alpes-de-Haute-Provence et Alpes-Maritimes, dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Hydronymie[modifier | modifier le code]

Le nom du Var, attesté en grec Ούαρς[3], remonterait au terme celtique *uār- (issu d'un thème indo-européen, identifié également dans d'autres langues indo-européennes sanskrit var(i) "eau", vieux norrois vari, louvite war-, etc.)

Le mot uar- « eau, rivière » se trouve également dans le nom de la ville espagnole de Vareia au bord de l'Èbre, l'ancien nom de Horbourg-Wihr, Argento-varia et l'ethnonyme celte des Ambivarètes[3]. Le vocalisme uer- est le plus fréquent, on le retrouve dans le nom de la Vire, dans la Vière, la ville de Louviers et le nom de la tribu celte des Trévires[3].

Au Moyen Âge, le cours moyen du Var était appelée Tinée[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

La source du Var à Estenc commune d'Entraunes
La source du Var à Estenc commune d'Entraunes.

Sa source jaillit à Estenc, hameau de la commune d'Entraunes[5]. Source située à une altitude de 1 790 mètres[6], au sud du col de la Cayolle (2 326 m) dans les Alpes-Maritimes. Son parcours de 114 kilomètres[1] s'achève dans la mer Méditerranée entre Nice et Saint-Laurent-du-Var[7].

Lors de la création des départements français en 1790, la rive droite du Var formait la limite orientale du département homonyme et sa rive gauche la frontière avec le Royaume de Piémont-Sardaigne. Rôle de frontière disparaissant entre 1793 et 1814 avec l'annexion du Comté de Nice devenant alors le département des Alpes-Maritimes. Mais rôle de frontière reprenant après la chute du Premier Empire. Il faudra attendre l'année 1860 et le second rattachement du Comté de Nice, pour que le fleuve perde définitivement cette fonction de frontière.

Avec la constitution d'un nouveau département des Alpes-Maritimes englobant cette fois-ci l'arrondissement de Grasse, le Var ne borde plus le département auquel il a donné son nom[8], cas unique en France. Il coule maintenant presque entièrement dans les Alpes-Maritimes à l'exception d'une brève incursion dans les Alpes-de-Haute-Provence à Entrevaux.

On remarque, sur l'arc de triomphe de l'Étoile à Paris les mentions Le Var (bataille du Var) et armée du Var en souvenir de la bataille des guerres de la Révolution et de l’armée de la Révolution française.

Affluents[modifier | modifier le code]

Vue du Var à Entrevaux
Vue du Var à Entrevaux.
Le Var depuis le belvédère du Carros.
Le Var depuis le belvédère du Carros.

Le Var reçoit les contributions de cinq affluents principaux :

Il reçoit par ailleurs de nombreux affluents secondaires : le Tuébi (à Guillaumes), la Chalvagne (à Entrevaux), la RoudoulePuget-Théniers).

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le Var est un petit fleuve fort abondant, comme tous les cours d'eau issus des régions alpestres. Son débit a été observé sur une période de 34 ans (1974-2007), à Nice, au pont Napoléon III tout près de son embouchure dans la mer[2]. Le bassin versant du fleuve y est de 2 820 km2, c'est-à-dire sa totalité.

Le module du fleuve à Nice est de 49,4 m3⋅/s.

Le Var présente des fluctuations saisonnières typiques d'un régime à dominante nivale. On y distingue en effet deux périodes de crue. Les hautes eaux d'automne portent le débit mensuel moyen à un niveau situé entre 61 et 66 m3⋅s-1, en octobre-novembre (maximum en octobre) et sont suivies d'une baisse de débit jusqu'aux environs de 40 m3⋅s-1 en février. Suit alors une deuxième montée du régime aboutissant à un second sommet - le plus important - en mai (74,5 m3⋅s-1). Il est dû à la fonte des neiges. Dès lors au mois de juin, s'amorce la décrue suivie des basses eaux d'été qui mènent le débit moyen à son étiage du mois d'août avec une moyenne mensuelle de 25,9 m3⋅s-1, ce qui reste très confortable, il est vrai. Au total, les oscillations saisonnières paraissent ainsi fort peu importantes, mais les fluctuations sont bien plus prononcées sur de courtes périodes.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Y6442010 - le Var à Nice (Pont Napoléon III) pour un bassin versant de 2 820 km2[2]
(données calculées sur 35 ans de 1974 à 2007)

Source : Banque Hydro - Ministère de l'écologie et du développement durable

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

À l'étiage, le VCN3 peut chuter jusque 8,9 m3⋅/s, en cas de période quinquennale sèche, ce qui reste élevé en comparaison avec la moyenne des cours d'eau de France.

Crues[modifier | modifier le code]

Les crues peuvent être très importantes. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 810 et 1 400 m3⋅/s. Le QIX 10 est de 1 700 m3⋅/s et le QIX 20 de 2 100 m3⋅/s. Quant au QIX 50 ou valeur calculée du débit de crue cinquantennale, il n'a pas été calculé. Cela signifie que, par exemple, tous les deux ans on doit s'attendre à une crue de l'ordre de 810 mètres cubes/s, et que tous les cinq ans, une crue de 1 400 m3⋅/s doit survenir, statistiquement du moins.

Pour se faire une idée de l'importance de ces débits, on peut les comparer à ceux de la Seine à Alfortville[9], avant son confluent avec la Marne. Le QIX 5 de la Seine vaut 1 000 m3⋅/s (contre 1 400 m3⋅/s pour le Var) et son QIX 20 se monte à 1 400 m3⋅/s (soit bien moins que les 2 100 m3⋅/s du Var). Ainsi les crues du Var sont nettement supérieures à celles de la Seine à l'entrée de Paris (voir aussi débit de la Seine à Paris).

Le débit instantané maximal enregistré a été de 3 770 m3⋅/s le 5 novembre 1994, tandis que la valeur journalière maximale était de 1 460 m3⋅/s le même jour. En comparant la première de ces valeurs avec l'échelle des QIX du fleuve, il apparaît que ces crues étaient bien plus importantes que les crues vicennales attendues, et sans doute très exceptionnelles.

Le niveau du cours d'eau est habituellement bas, 50 à 100 m3⋅/s en règle générale, mais il est réputé pour ses crues soudaines et importantes, son débit monte alors en quelques heures à 1 000 m3⋅/s, atteint 3 500 m3⋅/s en crue centennale et jusqu'à 5 000 m3⋅/s en crue millennale.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

Au total, le Var est un fleuve abondant, alimenté par des précipitations elles aussi abondantes, dans la région des Alpes avant tout. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 553 mm annuellement, ce qui est élevé, largement supérieur à la moyenne d'ensemble de la France, et seulement inférieur à certaines zones des Pyrénées, des Alpes du nord, aux Cévennes et quelques autres sommets du Massif central français, aux Vosges et au Jura. Le débit spécifique du fleuve (ou Qsp) atteint le chiffre de 17,5 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Var (Y6--0200) » (consulté le 18 octobre 2008)
  2. a, b et c Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - Le Var à Nice (Pont Napoléon III) (Y6442010) » (consulté le 10 avril 2014)
  3. a, b et c Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, éditions errance 2003. p. 300.
  4. Bénédicte Fénié, Jean-Jacques Fénié, Toponymie provençale, Éditions Sud-Ouest, 2002 (réédition), ISBN 978-2-87901-442-5, p. 81
  5. Source du Var sur Géoportail. Consulté le 7 juin 2012.
  6. Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 7 juin 2012)
  7. Embouchure du Var sur Géoportail. Consulté le 7 juin 2012.
  8. « Le jour où le Var perdit son fleuve » sur Passion Provence.
  9. Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Seine à Alfortville (H4340020) » (consulté le 10 avril 2014)