Fréchou-Fréchet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fréchou-Fréchet
Blason de Fréchou-Fréchet
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Arrondissement de Tarbes
Canton Canton de Tournay
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Tournay
Maire
Mandat
Gaston Lacassagne
2014-2020
Code postal 65190
Code commune 65181
Démographie
Population
municipale
133 hab. (2011)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 10′ 29″ N 0° 09′ 36″ E / 43.1747, 0.16 ()43° 10′ 29″ Nord 0° 09′ 36″ Est / 43.1747, 0.16 ()  
Altitude Min. 320 m – Max. 507 m
Superficie 2,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Fréchou-Fréchet

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Fréchou-Fréchet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fréchou-Fréchet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fréchou-Fréchet

Fréchou-Fréchet est une commune française, située dans le département des Hautes-Pyrénées en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du piémont pyrénéen située en Bigorre dans l'aire urbaine de Tarbes

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées par l'Arrêt-Darré, affluent de l'Arros.

Histoire[modifier | modifier le code]

Monographie faite par l'instituteur en 1887

La commune de Fréchou-Fréchet, qui faisait partie autrefois des baronnies ou dépendances de la seigneurie de Barbazan-Dessus, est située au couchant de la petite ville de Tournay, chef-lieu de canton, et représentant, si on la considère comme renfermée par ses grandes lignes, une figure à six côtés.

Les limites sont : le Mascagnères et la Gouti petits ruisseaux qui la séparent de la commune de Mascaras au sud, l'Arrèt-Darré, rivière, qui la sépare du territoire de Hitte ; au levant et au sud-est, encore l'Arret-Darré qui coule entre les terroirs de Fréchou-Fréchet et d'Oueillous ; à l'ouest, le Rioubaré et des bornes de démarcation entre Fréchou-Fréchet et Montignac ; et au sud-ouest, une autre ligne de démarcation, suivie dans certains endroits par les eaux pluviales au moment des plus fortes ondées, qui la sépare de la commune de Barbazan-Dessus. Ainsi limité, le territoire de Fréchou-Fréchet représente une surface de 296 hectares, 28 ares, 82 centiares, et la distance à chacun des trois chefs-lieux est de 11 kilomètres.

Le sol ne présente pas de hauteurs considérables ; seule, la partie ouest qui forme le point le plus élevé donne au lieu l'aspect pittoresque: c'est sur le versant est de cette colline et dans une pente relativement douce que s'échelonnent, les habitations éparses de la localité; la seconde partie (est) se développe en une très petite plaine traversée du nord au sud par le chemin de grande communication, n05, ou route de Rabastens à Bagnères-de-Bigorre, et à laquelle aboutissent les deux principaux chemins vicinaux de la commune. On voit, aussi au sud-est la petite forêt communale; ce lieu est l'endroit le plus accidenté du territoire, et offrirait à lui seul quelques curiosités naturelles, si par là on pouvait désigner les nombreux terriers de renards dont il est creusé. Les richesses du sol peuvent être considérées comme nulles; c'est à peine si dans certains points au levant on découvre de la marne dont les propriétés, dit-on, procurent au sol une féconde fertilité.

Parmi les cours d'eau dénommés plus haut l'Arrêt-Darré est le plus important; après avoir arrosé la partie est du territoire, il coule directement vers le nord pour aller confondre ses eaux avec celles de l'Arros, à Goudon. Quoiqu'il ne roule pas habituellement un grand volume d'eau, ses crues deviennent énormes toutes les fois qu'il se produit de fortes pluies; alors, resserrées dans un lit étroit, les eaux quittent subitement leur cours et causent sur les deux rives des dégâts considérables, témoin, la crue de 17 septembre 1886, qui plongea dans l'étonnement les vieillards de la contrée. Comme eaux potables, on trouve dans la commune deux fontaines qui n'ont jamais tari et dont l'eau presque tiède en hiver et fraîche en été, semble donner au goût une agréable saveur.

Selon les recherches faites, l'élévation du lieu est de 446 mètres du dessus du niveau de la mer; on y jouit d'un climat ordinairement tempéré, d'un air pur et salubre; la température y est assez douce, quoique les vents et les pluies soient une cause d'élévation spontanées.

D'après le recensement de 1886, la population de la commune, est de 168 habitants. Si l'on remonte à l'année 1847, on s'aperçoit qu'à cette époque le nombre d'habitants dépassait deux-cents; de la une diminution sensible d'une quarantaine d'individus. De l'avis de plusieurs personnages âgées il résulte que cette progression descendante est due principalement à l'émigration, de quelques familles, et peut être aux retards, qu'apportent le plus souvent les jeunes gens à constituer un ménage; cette dernière particularité n'a point perdu de l'état d'habitude où elle est passée, car, aujourd'hui encore, on remarque que le célibat règne dans la localité d'une manière disproportionnée : telle sont, je crois, les causes qui semblent être le sujet de la diminution qui se produit presque annuellement.

La commune est divisée en trois groupes et la population de chacun est de 56 habitants et au total trente-deux feux. Quant à l'organisation municipale, elle est la même que celle qui régit les petites communes, à savoir: dix conseillers municipaux avec maire et adjoint. L'instituteur et le garde-champêtre sont les seuls fonctionnaires. Elle est desservie pour les cultes par le prêtre de la succursale de Mascaras relève de la perception de Bordes et du bureau de poste de télégraphe de Tournay. La valeur du centime communal est de sept franc vingt-neuf centimes, et les revenus ordinaires atteignent 1600.

Le terrain de Fréchou-Fréchet est d'une grande fertilité et donne de nombreuses productions végétales; les principales sont: le froment, le maïs, l'orge, beaucoup de fourrages; des légumes, surtout des pommes de terre; des vignes qui fournissent un vin blanc excellent et des arbres fruitiers. Il fournit encore du bois pour la charpente.

Les animaux domestique sont  : les bœufs, les vaches, les chevaux, les ânes, quelques troupeaux de brebis, les porcs et les volailles. La pêche est insignifiante; la chasse seule mérite qu'on en parle un peu, car le gibier, attiré sans doute par la douce température, y abonde à certaines époques de l'année, on y voit beaucoup de cailles, quelques perdrix et d'autres oiseaux étrangers, mais surtout le bécasse et le lièvre. Ce dernier occupe activement les intrépides chasseurs de la localité, et malgré les poursuites dont il est l'objet, ce gibier tend toujours à revenir dans les lieux favoris: de tout temps, en effet, d'après le témoignage des vieillards, le lièvre a pullulé dans le territoire de Fréchou-Fréchet et des endroits bien approchés. À cette chasse vient s'ajouter celle du renard, animal qui infeste la forêt communale et les taillis particuliers.

Concernant les mines et carrières exploitées ou à exploiter, l'exploitation de la marne dont il est déjà parlé, est l'unique produit qu'on retire du sein de la terre; on ne trouve plus dans la commune qu'un seul moulin construit sur l'Arrêt-Darré. Comme voie de communication, la route de Rabastens à Bagnères-de-Bigorre, qui coupe la route nationale de Bayonne à Toulouse, à Mascaras, commune voisine, est le grand chemin de communication avec les chefs-lieux. Le commerce local est de peu d'importance, et les mesures encore en usage consistent dans une unité pour les liquides de cinquante litres, dite la mesure locale de capacité.

Vient l'étymologie probable du nom. S'il faut, à défaut de documents qui l'établissent, s'en rapporter à la tradition reçue par quelques vieillards, la première partie du nom pourrait être conçue du sentiment de frayeur qu'inspirait aux gens une vaste et sombre forêt qui couvrait autrefois tout le sud-ouest du territoire; la seconde partie, Fréchet ne peut être qu'un diminutif du nom principal, Les documents officiels n'existant pas, il n'est pas possible de faire l'historique de la commune qui n'a, d'un autre côté, ni légendes, ni chants particuliers; quant à l'idiome qui lui est propre la traduction donnée autre part des deux légendes transmises par le Représentant du Ministère, représente exactement la prononciation du langage parlé dans la localité. Point de personnages célèbres, point de monuments.

Mœurs et costumes.

Presque toutes les personnes nées à Fréchou-Fréchet sont douées du même caractère; leur air est tellement sournois que le degré des relations les plus amicales semble être atténue par cet excès de retenue à dévoiler les pensées. Je ne parle pas des rapports d'intérêt; ici vient s'ajouter une méfiance absolue que la jalousie entretiendra sans cesse, tant que le sentiment de l'orgueil dominera. Mais une amélioration parait devoir se produire, car il est à remarquer que sous l'influence de leçons de morale bien conçues, la jeunesse actuelle, que d'heureuse disposition distinguent, ne trouvera pas à opérer d'elle-même une transformation dans les habitudes qui ont trop régné chez les habitants de la commune. En effet, nonobstant l’air sournois, l'esprit est généralement ouvert, et une docilité manifeste à suivre les avis éclairés fait augurer en faveur d'une meilleure intimité locale. À part ce sentiment, les habitudes de Fréchou-Fréchet sont excellentes; l'amour du travail, de l'honnêteté et de la sobriété les rend dignes d'éloges. Sous le rapport de l'alimentation, ils suivent un régime assez salutaire; leur zèle pour le travail leur assure d'ailleurs au-delà du nécessaire.

La confection des costumes est généralement la même que celle adoptée par tous les villageois du département. Les hommes portent un pantalon demi-coulant, en laine ou en coutil selon la saison, pour les jours de travail; un veston en bure pendant l'hiver, et les jeunes gens une blouse pendant l'été; leur tête est coiffée, selon encore la saison, d'un béret ou d'un chapeau. Si l'on ajoute à cela une blanche chemise en fil de lin, on aura une idée de la manière dont s’habille le paysan de Fréchou-Fréchet, sauf les jours fériés, où il est revêtu alors de draps le plus fins et peut-être mieux conditionnés sous le rapport de la confection. Les femmes, surtout celles que l'âge n'a pas encore flétries, tout en adoptant, pendant l'hiver, les tissus de bure pour leurs jupons, tendent plus à suivre les agréables modes qui s'introduisent jusqu'au village les plus reculés mais ce qui les rend bien modestes pourtant, c'est la manière bien réservée avec laquelle elles arrangent leur coiffure; on ne voit point de ces cheveux ébouriffés, dits à la mode, au contraire, ils sont élégamment disposés sous un mouchoir habilement placé.

Il y a peu de chose à dire quant à l'historique de l'enseignement et des écoles dans la Commune. La maison d'école actuelle date depuis 1830; un projet de reconstruction est soumis en ce moment au Conseil départemental.

Sa fréquentation scolaire est assez bonne depuis 1882, et quoiqu'il n'y ait pas de conscrits illettrés de la dernière année, il est à désirer que l'élan pris se continue pour le relèvement de l'instruction.

L'instituteur de Fréchou-Fréchet [1]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De sinople aux deux renards d'or passant l'un sur l'autre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Gaston Lacassagne    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 133 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
270 109 142 173 206 192 175 201 215
1856 1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901
218 199 183 168 163 167 155 156 151
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
129 122 102 105 99 95 86 75 95
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2011
92 85 88 99 88 111 115 125 133
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]