Étymologie populaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’étymologie populaire est un procédé analogique par lequel le sujet parlant rattache spontanément et à tort un terme ou une expression dont la forme et le sens sont pour lui opaques à un autre terme ou expression mieux compris par lui, mais sans rapport. Par abus de langage, on désigne aussi par « étymologie populaire » l'attitude qui consiste à expliquer l'étymologie des mots à partir de simples ressemblances formelles et apparentes dans sa langue ou dans d'autres, sans utiliser la méthodologie scientifique mise en place par les philologues et les linguistes.

Raisons de l'étymologie populaire[modifier | modifier le code]

L'étymologie populaire s'appuie avant tout sur des ressemblances formelles fortuites entre le signifiant d'un mot et ceux d'autres mots ou radicaux déjà connus ; elle peut laisser ses empreintes dans le lexique d'une langue en modifiant l'orthographe et la prononciation d'un mot ancien mal analysé. D'un point de vue normatif, l'étymologie populaire est une erreur, mais nombre d'« erreurs » — de ce type ou d'un autre — ont été lexicalisées de sorte que certains mots issus d'une étymologie populaire ont maintenant le statut de lexèmes « normaux ». D'un point de vue linguistique, l'étymologie populaire est une volonté comme une autre de rationaliser la langue : en adaptant le signifiant d'un terme devenu inanalysable, elle permet de remotiver un mot, même si le signifié réinterprété est étymologiquement incorrect, ce qui lui donne plus de poids dans la mémoire. Il est en effet plus aisé de mémoriser des termes motivés (que l'on peut analyser en morphèmes, comme maisonnette, dans lequel un locuteur lambda est capable de reconnaître maison et -ette, un diminutif). C'est une forme de nivellement analogique : le mot obtenu par étymologie populaire doit être recréé par imitation d'autres signifiants mieux connus. Le plus souvent, le mot modifié est :

L'un des aspects à ne pas négliger réside dans le fait que le Français s'est constitué par approximation et atrophie phonétique.

Les prononciations méridionales privilégiaient les diphtongues et la prononciation intégrale des consonnes devenues peu à peu muettes par suite de la septentrionalisation de la langue donnant naissance à un nombre colossal d'homophonies.

Si faite, fête et faîte se prononcent plus ou moins de la même façon, c'est que les diphtongues on peu à peu disparu, les "st" convertis en "êt" etc. etc.

Et de même pour SAUT (anciennement salt) - SCEAU (Sc se prononçait Tch) ... SOT, SEAU...

Dans ces conditions, la confusion était inévitable dans le parler populaire.

Mais les Français n'en ont pas le monopole. Les Allemands ne sont pas en reste avec leur hecht suppe ou leur pumpernickel.

Exemples courants[modifier | modifier le code]

Girouette[modifier | modifier le code]

Un cas d'école est fourni par l'étymologie du mot girouette.

Il apparaît de prime abord comme un mot-valise, composé de girer (« tourner » cf. giratoire) et un élément -rouette, qui peut sembler être une forme tronquée de pirouette (« faire la pirouette » signifiant « faire volte face »), voire un rouet, objet qui tourne, basé sur le nom de la roue. Ces sens s'accommodent précisément de ce qui constitue la nature d'une girouette : le fait de tourner.

En réalité, il n'en est rien. Le terme est attesté dans un texte normand : le Roman de Rou de Wace (au XIIIe siècle) wirewire ou wirewite[1] qui est lui-même issu du vieux norrois veðrviti (comme de nombreux termes de la marine ancienne) « girouette ». Il s'agit d'un composé de veðr « temps atmosphérique » et viti « qui indique », c'est-à-dire « indicateur du temps ». Il n'a donc aucun rapport étymologique avec l'action de tourner. Ce composé pouvait, dans les textes poétiques, désigner par métaphore un navire (pris dans la tempête).

Au XVIe siècle, il est mentionné avec la graphie gyrouete, mais qui reflète déjà la phonétique contemporaine du terme. Cette altération s'est peut-être faite, non pas directement à partir du normand, mais à partir d'un emprunt au dialecte de la Loire guirouée, plus proche phonétiquement du mot français actuel, et qui partage le même étymon norrois avec le mot normand[2].

Le mot a en effet entre temps été réanalysé : puisque guirouée ne renvoie à aucun morphème connu, il est modifié inconsciemment parce qu'il semble fortuitement composé de gire et rouette (« petite roue ») ce qui, pour le sens, fonctionne, une girouette traçant bien des cercles (rouette) en tournant (gire).

Choucroute[modifier | modifier le code]

De même, choucroute s'analyse a priori comme un composé de chou et de croûte, alors qu'il remonte à surkrut, mot du dialecte alsacien correspondant à l'allemand Sauerkraut, littéralement « choux acide ». Il est attesté pour la première fois dans le lexique du français sous la forme surcrute (en 1699, suisse romand) puis sorcrotes (en 1739), puis a évolué vers sa forme actuelle à cause de l'influence de chou et de croûte[3].

Fainéant[modifier | modifier le code]

L'orthographe actuelle de l'adjectif fainéant s'explique par l'étymologie populaire qui veut que ce mot soit issu de fait et néant, alors qu'il est en réalité une altération de faignant, ou feignant, participe présent de feindre, au sens ancien de « se dérober (à la tâche), rester inactif[4] ».

Forcené[modifier | modifier le code]

Le terme s'écrivait auparavant forsené (il y avait aussi un verbe forsener, d'où le verbe, rare, forcener)[5].

Dans cet autre cas, l'étymologie populaire n'a provoqué aucun changement phonétique. Si elle est avant tout graphique, les francophones associent, tout de même, forsené à force- de manière intuitive. On peut noter au passage qu'il n'existe aucun suffixe -né dans la langue française. Ce vocable est issu en réalité de deux éléments : le préfixe for- (cf. forban, fourvoyer anciennement forvoyer, formariage, etc.) qui passe pour un croisement des affixes d'origines latine for(i)s « dehors » et germanique *fir-, dépréciatif et négatif dans cette acception. Le second élément est un terme d'ancien français sen (d'origine germanique *Sinnu) qui avait certaines des significations du mot « sens » (lui d'origine latine). On le rencontre également dans le terme assener ou asséner (voir pour l'aspect sémantique notamment la locution « assener des vérités »). Le préfixe for- étant rare et le mot sen s'étant perdu, le francophone aura tout naturellement tendance à recréer une étymologie factice.

Identification erronée d'un cas d'étymologie populaire[modifier | modifier le code]

L'idée que l'expression « remède de bonne femme » procèderait en fait de « remède de bonne fame » a été développée en 1973. L'ancien français fame désignait effectivement la « renommée » (cf. mal famé, du latin fama). Cette explication apparait une fois[6]. Cette étymologie n'a jamais été avérée, et est contestée par les linguistes[7] qui lui préfèrent largement le sens donné par Pierre Larousse : « des remèdes populaires ordonnés et administrés par des personnes étrangères à l'art de guérir  »[8]. Cet emploi historique se retrouve dans les dictionnaires depuis le XVIIIe siècle et dans un texte de Nicolas Alexandre publié en 1714, La Médecine et la Chirurgie des Pauvres ; il correspond bien au sens bonne femme que l'on retrouve aussi dans « conte de bonne femme »[9]. Une autre piste en faveur de cette étymologie est la correspondance avec les expressions comparables dans des langues étrangères. L'anglais dit ainsi old wives' remedy[10] (remède de vieille femme) ce qui concorde d'ailleurs avec le sens de « femme âgée » qui était attribué, parmi d'autres, à « bonne femme » par la quatrième édition du D.A.F. (1762). Ce n'est donc probablement pas un cas d'étymologie populaire.

Fautes liées à l'étymologie populaire[modifier | modifier le code]

Enfin, l'étymologie populaire permet aussi d'expliquer certaines erreurs non lexicalisées, comme la modification de rémunération en *rénumération par certains locuteurs. Le radical latin muner- (dans re-muner-atio), signifiant « don », n'étant pas très productif en français, le mot est réinterprété comme un dérivé de numération, le radical numér- étant, de loin, plus fréquent. On retrouve cela avec le mot infarctus (du latin infarcio, bourrer, remplir), souvent transformé en infractus (-farct- formant une syllabe peu commune en français et fractus renvoyant au mot courant fracture) ou encore *rebourratif à la place de roboratif (par influence de bourratif). Ainsi, le mot étant alors lié par la mémoire à un radical connu, il devient plus facile à retenir et utiliser. Pourtant, *rénumération, *infractus et *rebourratif sont — encore — considérés comme des erreurs.

La différence entre forme erronée et forme correcte est cependant parfois difficile à établir : ainsi, caparaçon est souvent transformé en *carapaçon, par contamination avec carapace. Or, l'étymologie du mot n'est pas claire : emprunté à l'espagnol médiéval caparaçón (actuellement caparazón), le mot pourrait remonter à un radical latin cappa, « cape », faisant de carapaçon un terme entièrement faux, étymologiquement parlant, ou à un radical *karapp- (qui donne carapace), auquel cas la forme jugée correcte caparaçon serait, quant à elle, le résultat d'une métathèse des consonnes /k/ et /r/. Ainsi, l'influence de carapace sur *carapaçon serait un retour aux sources étymologiques justifiable.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site du cnrtl : étymologie de "girouette"
  2. Elisabeth Ridel, Le navire viking et les traditions navales d'Europe : Bateaux de type scandinave en Normandie (Xe-XIIIe siècle), in L'héritage maritime des Vikings en Europe de l'Ouest, actes du Colloque international de la Hague, Presses universitaires de Caen, 2002, p. 309.
  3. Site du cnrtl : étymologie de "choucroute"
  4. Langue française-Questions courantes
  5. Site du cnrtl : étymologie de "forcené".
  6. Remèdes de bonne femme, Fabrice Bardeau, 1973, cité par .mon-expression.info
  7. explication par un linguiste sur TV5
  8. Disponible sur Gallica T13, p920
  9. Voir l'entrée femme sur le dictionnaire du TLFi
  10. http://www.babylon.com/definition/Wife/French : old wives' remedy/tale est traduit par remède/conte de bonne femme

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Linguistique[modifier | modifier le code]

Autre approximation populaire[modifier | modifier le code]