Écot (Doubs)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Écot
Mairie d'Écot
Mairie d'Écot
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Montbéliard
Canton Pont-de-Roide
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Pont-de-Roide
Maire
Mandat
Josiane Fati
2014-2020
Code postal 25150
Code commune 25214
Démographie
Population
municipale
509 hab. (2011)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 25′ 37″ N 6° 44′ 00″ E / 47.4269444444, 6.7333333333347° 25′ 37″ Nord 6° 44′ 00″ Est / 47.4269444444, 6.73333333333  
Altitude Min. 376 m – Max. 574 m
Superficie 11,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte administrative du Doubs
City locator 14.svg
Écot

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Écot

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Écot

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Écot

Écot est une commune française située dans le département du Doubs en région Franche-Comté.

Les habitants d'Écot sont appelés les Escotais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Scottis en 1040 ; Escot du XIIIe siècle au XVe siècle[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Colombier-Fontaine Étouvans Dampierre-sur-le-Doubs Rose des vents
Villars-sous-Écot N Mathay
Bourguignon
O    Écot    E
S
Goux-lès-Dambelin Rémondans-Vaivre Pont-de-Roide-Vermondans

Histoire[modifier | modifier le code]

Écot est un village ancien ; une église existait déjà en 1040. L'église de style franc-comtois qui existait au début du XXe siècle fut détruite durant la deuxième guerre mondiale. Elle fut reconstruite après la guerre dans un style totalement différent.

En 1944, les résistants de la région se regroupèrent à Écot pour y constituer le maquis d'Écot. Celui-ci fut anéanti le 8 juillet par les nazis. Ce jour-là, les détachements allemands venus du bas pays, de tous les côtés à la fois, cernèrent les maquisards et eurent raison de leur résistance. Bien peu réussirent à s'échapper. Leur chef, le commandant Joly retourna son arme contre lui pour ne pas tomber vivant aux mains de l'ennemi.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Écot Blason Écartelé au 1) et au 4) d’or aux deux écots de sable passés en sautoir, au 2) de gueules à la bande d’argent au 3) d’azur à la crosse d’argent.Blason modèle fr Armes parlantes.svg Armes parlantes.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Denis Noegelen    
mars 2008 en cours
(au 9 décembre 2014)
Josiane Fati[2]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 509 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
379 307 282 320 431 441 430 448 430
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
460 432 374 338 382 393 394 420 344
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
323 311 305 245 243 198 197 191 239
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
214 226 254 363 365 388 408 421 469
2011 - - - - - - - -
509 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le monument du maquis d'Écot, situé à 3 km du village en direction de Pont-de-Roide-Vermondans, commémore les exploits héroïques des jeunes maquisards.

Le chemin du Souvenir est un parcours qui, au-delà de l'aspect historique, offre de belles promenades.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 3, Besançon, Cêtre,‎ 1984
  2. [PDF] Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]