Carnac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Karnak (homonymie).
Carnac
Vue de la ville depuis le tumulus Saint-Michel
Vue de la ville depuis le tumulus Saint-Michel
Blason de Carnac
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Lorient
Canton Quiberon
Intercommunalité Auray Quiberon Terre Atlantique
Maire
Mandat
Olivier Lepick
depuis 2014
Code postal 56340
Code commune 56034
Démographie
Gentilé Carnacois
Population
municipale
4 227 hab. (2011)
Densité 129 hab./km2
Population
aire urbaine
7 859 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 35′ 05″ N 3° 04′ 46″ O / 47.5847, -3.0794 ()47° 35′ 05″ Nord 3° 04′ 46″ Ouest / 47.5847, -3.0794 ()  
Altitude 16 m (min. : 0 m) (max. : 45 m)
Superficie 32,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Carnac

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Carnac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Carnac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Carnac
Liens
Site web http://www.carnac.fr/

Carnac [kaʁnak] est une commune française située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

La commune est connue pour ses alignements de 2 934 menhirs[1], ainsi que pour sa station balnéaire considérée comme l'une des plus attractives de la côte atlantique.

Géographie[modifier | modifier le code]

La baie de Quiberon à Carnac, près de la pointe Churchill

Carnac est située sur la limite nord de Mor braz, sur la côte atlantique, entre le golfe du Morbihan à l’est et la presqu'île de Quiberon à l’ouest. C'est une commune littorale très vaste puisqu'elle occupe une surface de 3 271 hectares. L'altitude de la commune est faible, mais on rencontre de nombreuses buttes qui ont servi de repère pour la construction de monuments mégalithiques.

Le granit de Carnac des géologues forme l'essentiel du sous-sol. C'est une roche claire légèrement feuilletée, dans laquelle l'érosion a pu dégager des blocs tantôt massifs tantôt tabulaires, propices à la construction de monuments mégalithiques.

Communes limitrophes de Carnac
Plouharnel Ploemel La Trinité-sur-Mer
Plouharnel Carnac La Trinité-sur-Mer
Saint-Pierre-Quiberon Saint-Pierre-Quiberon Locmariaquer

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site de Carnac a probablement été occupé sans interruption depuis le Ve millénaire av. J.-C., bien que les datations précises fassent défaut[2].

Le tumulus Saint-Michel est construit entre 5000 et 3400 ans av. J.-C. (au Néolithique). À la base, il est long de 125 mètres, large de 60 mètres, et mesure 12 mètres de haut. Il a nécessité 35 000 mètres cubes de pierres et de terre. C'est un tombeau pour les membres d'une élite, il contenait divers objets funéraires pour la plupart exposés dorénavant au musée de Préhistoire.

La chapelle érigée dessus, construite en 1663, a été détruite en 1923 pour être reconstruite à l'identique en 1926.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Menhirs dans l'alignement du Ménec

Les alignements mégalithiques auraient été érigés entre 4 000 et 2 000 ans av. J.-C., soit au Néolithique moyen ou final[3], mais on ignore toujours quel groupe culturel a construit ces alignements, et à quelle époque exacte[4].

Les alignements sont partagés en plusieurs groupes distincts. Les alignements du Ménec regroupent 12 rangées convergentes de menhirs qui s’étendent sur plus d’un kilomètre, avec les restes de cercles de pierres à chaque extrémité. Les pierres les plus grandes, à l’ouest, atteignent 4 m de haut ; leur hauteur moyenne décroit le long de l’alignement pour atteindre 60 cm de hauteur à l’extrême est. Ce schéma est répété dans les alignements de Kermario un peu à l’est. D’autres alignements plus petits parsèment le site, comme ceux de Kerlescan et du Petit Ménec.

Une légende dit que saint Cornély, poursuivi par des soldats romains, se retourna et les figea en pierres, appelées menhirs aujourd'hui.

Une partie des alignements du Ménec

En 1864, le quartier de la Trinité-sur-Mer et son port d'estuaire sont détachés de la commune, pour constituer une commune séparée. En 1865, la Trinité-sur-Mer devient également une paroisse distincte. En effet, les marins-pêcheurs jugeaient l'église Saint-Cornély de Carnac trop éloignée du port, et en réclamaient une à proximité.

Vers 1875, l'archéologue écossais James Miln (1819-1881) vient étudier le site et prend comme guide et aide Zacharie Le Rouzic (1864-1939). Après la mort de son mentor, Le Rouzic sera le gardien puis le conservateur du musée de la Préhistoire et, bien qu'autodidacte, il deviendra un spécialiste internationalement reconnu des mégalithes de la région.

En 1903, une station balnéaire est créée sur d'anciens marais salants, elle se développe beaucoup dans les années 1950, faisant de Carnac une ville bicéphale : Carnac-ville et Carnac-Plage.
En 1974, un centre de thalassothérapie voit le jour, bâti sur une partie des salines asséchées. Il reste encore quelques salines mais elles ne sont plus exploitées. En face d'elles s'est construit le casino de Carnac.
En 2013, la construction d'une maison individuelle, sur le tertre de Lann Granvillarec, permet la découverte d'un nouveau tumulus du Néolithique moyen datant d'environ 5000 avant JC[5]

Symboles de la ville[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Carnac (Morbihan).svg

Les armoiries de Carnac se blasonnent ainsi :

D’azur à la bande cousue de gueules chargée de six menhirs d’or, accompagnée en chef d’une ombre de soleil d’or et en pointe d’un navire cousu de gueules équipé et flammé d’argent. Conc. L. Ermoy.

  • Il y a là violation de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives.

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 696 2 402 2 704 2 742 3 054 3 407 3 437 3 698 3 838
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 862 3 915 2 864 2 833 2 807 2 871 2 831 2 901 2 913
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 125 3 156 3 269 3 008 3 041 2 960 3 065 3 846 3 393
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
3 636 3 655 3 733 3 962 4 243 4 444 4 445 4 227 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7])
Histogramme de l'évolution démographique

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1964 1996 Christian Bonnet UDF Ministre (1972-1981)
Sénateur du Morbihan (1983-2001)
Député de la deuxième circonscription du Morbihan (1956-72 / 1981-83)
Conseiller général du canton de Belle-Île (1958-2002)
1996 1998 Olivier Buquen DVD Haut fonctionnaire - Conseiller régional (1998-2000)
1998 2001 Francis Thomas - -
2001 2004 Jacques Bruneau DVD Gérant de société
2004 2010 Michel Grall UMP Député de la 2e circonscription du Morbihan (2007-2012)
2010 en cours Jacques Bruneau DVD Gérant de société
Les données manquantes sont à compléter.

En 2014, trois candidats s'opposent pour les municipales 2014 à Carnac :

  • Marc Le Rouzic avec la liste Ensemble pour l'avenir de Carnac[8].
  • Jeannine Le Golvan avec la liste Carnac, un souffle nouveau[9].
  • Olivier Lepick avec la liste Carnac à votre image[10].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine préhistorique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Alignements de Carnac.
Établissements
Autres sites

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Dédiée à saint Cornély, protecteur des bêtes à cornes ; sa statue se trouve placée au-dessus du fronton du portail ouest. Le porche du flanc nord est surmonté d'un baldaquin en granit en forme de couronne dont on ne trouve pas d'autre exemplaire en Bretagne. L'intérieur contient également des pièces exceptionnelles : l'orgue duXVIIIe siècle est classé. Les voûtes lambrissées sont décorées sur 750 m2.

Cet ancien village, dont les maisons sont en granit, se situe au sud-ouest de Carnac et domine l'anse du Pô. Les habitants y ont longtemps vécu de la terre et de la mer. La chapelle est dédiée au moine missionnaire irlandais saint Colomban, qui s'installa dans la région vers 610. Il est le saint patron des faibles d'esprit. À l'est de la chapelle, se situe la fontaine à deux bassins. Le lavoir était un lieu de rencontre pour les femmes du village. Au sud du village, en bordure de mer se trouvent deux cheminées, vestiges d'une forge. Selon d'autres sources et la tradition locale, il s'agirait d'une ancienne brûlerie de goémon, utilisée pour produire de l'engrais. La situation géographique est plus conforme à sette hypothèse.

  • Chapelle la Madeleine

Le village de Kerguéarec était autrefois une léproserie. La chapelle actuelle a été reconstruite en 1976.

Elle a été construite sans doute vers 1813 puis vers 1925 sur les mêmes plans que la chapelle originale qui, elle, datait de 1664. En contrebas, la fontaine Saint-Michel, fontaine de dévotion. Les femmes de marins en mer montaient à la chapelle pour la balayer dans le sens où elles voulaient voir souffler le vent. Elles venaient ensuite prier à la fontaine et boire de l'eau. Son pardon a lieu en septembre. Fresques représentant la marche du peuple de Dieu vers la Jérusalem Céleste par Alice Pasco (1926 - ...).

Environnement[modifier | modifier le code]

En plus des plages, Carnac a 60 % de son territoire couvert par la campagne, des forêts et des landes.

Vie culturelle[modifier | modifier le code]

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

Le nom breton de la commune est Karnag.

L’adhésion à la charte Ya d’ar brezhoneg a été votée par le Conseil municipal le 28 avril 2006.

La commune a reçu le label de niveau 1 de la charte le 14 janvier 2011.

À la rentrée 2013, 35 élèves étaient scolarisés dans la filière bilingue catholique (soit 10,1 % des enfants de la commune inscrits dans le primaire)[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marie Henry, prêtre et poète de langue bretonne, est né à Carnac en 1858.
  • Eugène Guillevic, poète de langue française, né à Carnac en 1907 et décédé à Carnac en 1997.
  • Didier Rimaud, jésuite, auteur des paroles de nombreux chants liturgiques catholiques, est né à Carnac en 1922 et décédé à Lyon en décembre 2003.
  • Annick Alane, actrice de cinéma et de théâtre, née à Carnac en 1925.
  • Émile Rocher peintre, sculpteur, céramiste (1928). Œuvres au Musée des Beaux Arts de Brest, au Musée du Faouët, à l'Institut Culturel de Bretagne, au Conseil Régional de Bretagne et dans 21 pays (États-Unis, Japon, Liban, Mexique, Maroc, Royaume Uni, Espagne, etc.).
  • Delphine Cousin, championne de Windsurf, domiciliée à Carnac.

Carnac dans les arts[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

La vie sportive de Carnac est regroupée autour de plusieurs clubs sportifs :

  • CFC, le Carnac Football Club[13],
  • Le Centre Équestre des Menhirs[14],
  • La Raquette Carnacoise[15],

Les sports nautiques ont leur club, le Yacht Club de Carnac[16]. Ce dernier offre des cours de voile légère, d'aviron, locations... Durant l'année, plusieurs grandes manifestations ont lieu à Carnac.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. ORTF, « Les menhirs de Carnac », L'Ouest en Mémoire (INA),‎ 10 août 1970 (consulté le 29 juin 2011).
  2. Lionel Visset, Dominique Sellier, Jean L'Helgouach, « Le paléoenvironnement de la région de Carnac. Sondage dans le marais de Kerdual, La Trinité-sur-Mer (Morbihan) », dans Revue archéologique de l'ouest, 12, Rennes, 1995, p. 57-71, part. p. 58-59 (en ligne).
  3. site officiel des monuments nationaux des alignements de Carnac consulté le 17 décembre 2008.
  4. Lionel Visset, Dominique Sellier, Jean L'Helgouach, « Le paléoenvironnement de la région de Carnac. Sondage dans le marais de Kerdual, La Trinité-sur-Mer (Morbihan) », dans Revue archéologique de l'ouest, 12, Rennes, 1995, p. 58 (en ligne).
  5. Un tumulus néolithique stoppe le chantier d'une maison sur batiactu.com
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  8. http://www.ensemble-carnac.fr
  9. http://www.ouest-france.fr/municipales-carnac-la-liste-de-jeannine-le-golvan-1936194
  10. http://www.letelegramme.fr/local/morbihan/vannes-auray/quiberon/carnac/carnac-a-votre-image-la-liste-se-devoile-sur-internet-11-01-2014-2364634.php
  11. Voir le plan des alignements de Carnac de la maison des mégalithes.
  12. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm
  13. Carnac FC
  14. Le Centre Équestre des Menhirs
  15. La Raquette Carnacoise
  16. YC Carnac

Compléments[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Documents d'archives

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Patrimoine artistique