Hagetmau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hagetmau
Hagetmau, centre ville
Hagetmau, centre ville
Blason de Hagetmau
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Mont-de-Marsan
Canton Hagetmau
Intercommunalité Hagetmau Communes Unies
Maire
Mandat
Serge Lansaman
2014-2020
Code postal 40700
Code commune 40119
Démographie
Population
municipale
4 544 hab. (2011)
Densité 160 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 39′ 22″ N 0° 35′ 33″ O / 43.6561111111, -0.592543° 39′ 22″ Nord 0° 35′ 33″ Ouest / 43.6561111111, -0.5925  
Altitude Min. 72 m – Max. 142 m
Superficie 28,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte administrative des Landes
City locator 14.svg
Hagetmau

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Hagetmau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hagetmau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hagetmau
Liens
Site web http://www.hagetmau.fr

Hagetmau (en gascon Haget) est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département des Landes (région Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Située au cœur de la Chalosse dans le département des Landes, la commune de Hagetmau est arrosée par le Louts, affluent de l'Adour.

La gare de Hagetmau est le terminus de la ligne ferroviaire Saint-Sever - Hagetmau, qui est actuellement seulement utilisée pour le transport de marchandises.

Histoire[modifier | modifier le code]

Tradition de réalisation de chaises et de fauteuils. Plusieurs usines y sont implantées. En 1994, l'industrie du siège y comptait 2 000 emplois directs (3 500 au total)[1].

Cette ville est présentée dans le roman « Un sac de billes » par Joseph Joffo, à Hagetmau les frères Joffo devaient traverser la ligne de démarcation.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur au château d’or, ouvert, ajouré et maçonné de sable flanqué de deux tourelles essorées de gueules, sommé d'un arbre de sinople ; à la bordure en filet d’or[2],[3].
Commentaires : Devise : « labore crescit » (croître par le travail).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 en cours Serge Lansaman UMP  
1971 1995 Alain Dutoya PRG Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Espagne Tordesillas (Espagne) depuis 1984[4]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 544 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 284 2 332 2 516 2 660 3 053 3 076 3 081 3 100 3 118
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 104 3 029 3 098 3 049 3 166 3 127 3 169 3 142 3 089
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 123 3 215 3 149 2 846 2 882 2 897 2 869 2 870 3 008
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
3 376 3 755 4 318 4 514 4 449 4 403 4 480 4 583 4 535
2011 - - - - - - - -
4 544 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église abbatiale Sainte-Marie-Madeleine d'Hagetmau.
  • Hagetmau possède une bibliothèque municipale, des arènes.
  • Complexe d'équipements sportifs (nommé La cité verte), notamment une piscine olympique (centre aquatique Henri Capdevielle).
  • Le site des lacs d'Halco, à quelques kilomètres au sud-ouest de la bourgade, offre de jolies promenades et constitue un lieu de pêche très prisé où sont organisés de nombreux concours de pêche.
  • À quelques kilomètres, le lac d'Agès moins bien aménagé mais plus sauvage et beaucoup plus grand (environ 75 ha au total) est aussi très poissonneux. Certains pécheurs passent plusieurs jours à pêcher la carpe, depuis plusieurs années un parcours carpe de nuit a été aménagé sur une partie du lac. Le lac d'Agès communique avec le plan d'eau de la Grabe créé en 1998.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2012, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué quatre fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Diane d'Andoins, surnommée la belle Corisande, née au château d'Hagetmau en 1554.
  • Bernard d'Audijos. En 1664, cet ancien soldat du roi se révolte contre la gabelle imposée par Jean-Baptiste Colbert et son intendant Pellot. Avec ses "Invisibles" - en fait de simples paysans locaux exaspérés par l'impôt sur le sel -, il assaille les convois royaux avant de se replier dans les forêts des environs de Hagetmau, offrant ainsi le premier exemple de "guérilla" telle qu'on la connaît aujourd'hui.
  • Henri II de Navarre mort en 1555 à Hagetmau lors d'un pèlerinage à St Girons, saint patron de la ville.
  • Pascal Duprat, homme politique né à Hagetmau le 24 mars 1815, mort en mer à bord du Niger le 17 août 1885, républicain convaincu, plusieurs fois député, il s'oppose à Napoléon III qui le fait exiler. Ministre plénipotentiaire de la troisième République.
  • Henri Lefebvre, philosophe, sociologue de la vie quotidienne, né à Hagetmau le 16 juin 1901.
  • Fernand Lubet-Barbon,1857-1948, professeur en médecine, il met au point plusieurs traitements pour les affections de l'oreille et des voies respiratoires notamment.
  • Jean-Gilles de Panetier (1836-1898), ingénieur en industrie, contribua à l'élaboration des premiers plans de l'aménagement du Lac d'Agès.
  • Ernest Daraignez (1864-1940), homme politique né à Hagetmau, ancien maire de Mont-de-Marsan, conseiller général et sénateur des Landes.

Sports[modifier | modifier le code]

Hagetmau est élue ville la plus sportive de France de 2012 par le journal sportif L'Équipe, en catégorie moins de 20 000 habitants[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le siège de la chaise », Sud Ouest,‎ 22 octobre 2010
  2. Armorial de France
  3. Site de la mairie
  4. Annuaire des villes jumelées sur www.afccre.org
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  7. Site des Villes et Villages Fleuris, consulté le 21 février 2013.
  8. Vincent Dewitte, « Landes : Hagetmau élue ville la plus sportive de France », sur www.sudouest.fr, Sud Ouest,‎ 7 juin 2012 (consulté le 9 mars 2014)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]