Vindobona

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vindobona (homonymie).
Vindobona
Vestiges romains près de la Hofburg à Vienne.
Vestiges romains près de la Hofburg à Vienne.
Localisation
Pays Drapeau de l'Autriche Autriche
Coordonnées 48° 12′ 39″ N 16° 22′ 13″ E / 48.210833, 16.37027848° 12′ 39″ Nord 16° 22′ 13″ Est / 48.210833, 16.370278  

Géolocalisation sur la carte : Autriche

(Voir situation sur carte : Autriche)
Vindobona
Vindobona

Vindobona était à l'origine un établissement celtique développé en camp romain à l'emplacement de la ville de Vienne actuelle en Autriche.

"Danubius" et "Vindobona", représentations allégoriques du XIXe siècle du Danube et de la ville de Vienne, Albrechtsbrunnen, Albertinaplatz, Vienne, Autriche.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vers 15 av. J.-C., le royaume norique est annexé à l'Empire romain, le Danube devient la frontière naturelle de l'empire et les Romains commencent à fortifier les bords du fleuve. Le géographe Ptolémée mentionne Vindobona dans son atlas Geographike Hyphegesis (vers 150). L'historien romain Aurelius Victor note que l'empereur Marc Aurèle avait son quartier général à Vindobona lors des guerres contre les Marcomans et y est décédé le 17 mars 180[1]. Près du Hoher Markt à Vienne il existe encore de nos jours une rue Marc Aurel.

À l'époque romaine, Vindobona fait partie de la province de Pannonie dont le chef-lieu est Carnuntum. C'est un camp militaire avec une habitation civile à côté (canabae). De l'autre côté du Danube se développe une cité germanique au cours du IIe siècle.

Le plan asymétrique — et peu typique pour un camp romain — de Vindobona est encore visible aujourd'hui en suivant le cours des rues : Graben, Naglergasse, Tiefer Graben, Salzgries, Rabensteig, Rotenturmstrasse. Le nom de « Graben » (« fossé ») renvoie probablement au fossé qui entourait le camp militaire. Il est probable qu'une partie de l'enceinte romaine existe encore au Moyen Âge quand les rues se développent et qui a ainsi influencé le cours des rues. Le Berghof sera construit à l'extrémité du camp romain au XIIIe siècle.

La Naglergasse actuelle, où se trouvait la frontière du camp romain de Vindobona.

De nombreuses villae rusticae dans les alentours assurent l'approvisionnement de Vindobona.

En 212, Vindobona est élevée au rang de municipium ce qui renforce sa position face à Carnuntum, capitale de la province de Pannonie qui venait de recevoir le titre de colonia.

Vindobona reste entre les mains des Romains jusqu'au Ve siècle quand les migrations germaniques perturbent la paix. Le site ne sera cependant pas abandonné et se développera dans les siècles à venir en métropole européenne.

Les fouilles archéologiques[modifier | modifier le code]

Les traces de l'ancien camp romain de Vindobona sont nombreuses. Le centre du Michaelerplatz a été l'objet de plusieurs fouilles archéologiques. Ici on a retrouvé des restes de la banlieue du camp romain (canabae legionis) ainsi qu'un carrefour[2]. Le cœur de la place actuelle par l'architecte Hans Hollein montre des restes des murs d'époques différentes et est en même temps un monument pour les fouilles archéologiques.

Sous le bâtiment principal des pompiers am Hof, les fouilles ont mis au jour une partie de la canalisation romaine[3].

Au Hoher Markt, à la hauteur du « Puits du mariage » (Vermählungsbrunnen), se trouve l'entrée d'une petite exposition de fondations romaines des quartiers des officiers[4].

Sources[modifier | modifier le code]

  • (de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Vindobona » (voir la liste des auteurs)
  • (de) Michaela Kronberger, « Siedlungschronologische Forschungen zu den canabae legionis von Vindobona. Die Gräberfelder » in Monographien der Stadtarchäologie Wien vol. 1, Phoibos, Vienne, 2005.
  • (de) Christine Ranseder e.a., « Michaelerplatz. Die archäologischen Ausgrabungen. » in Wien Archäologisch 1, Vienne, 2006 (ISBN 3-901232-72-9)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aurelius Victor, Liber de Caesaribus [(la) lire en ligne]
  2. (de) Les fouilles au Michaelerplatz
  3. (de) Fouilles romaines am Hof.
  4. (de) Ruines romaines au Hoher Markt.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sites internet[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :