Biscarrosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Biscarrosse
Biscarrosse, le bord du lac.
Biscarrosse, le bord du lac.
Blason de Biscarrosse
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Mont-de-Marsan
Canton Parentis-en-Born
Intercommunalité Communauté de communes des Grands Lacs
Maire
Mandat
Alain Dudon
2014-2020
Code postal 40600
Code commune 40046
Démographie
Gentilé Biscarrossais
Population
municipale
12 631 hab. (2011)
Densité 79 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 23′ 39″ N 1° 09′ 46″ O / 44.3941666667, -1.1627777777844° 23′ 39″ Nord 1° 09′ 46″ Ouest / 44.3941666667, -1.16277777778  
Altitude Min. 0 m – Max. 78 m
Superficie 160,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte administrative des Landes
City locator 14.svg
Biscarrosse

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Biscarrosse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Biscarrosse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Biscarrosse
Liens
Site web Site officiel de Biscarrosse

Biscarrosse est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département des Landes (région Aquitaine). Biscarrosse, capitale de l'hydraviation est une station balnéaire réputée, notamment pour ses spots de surf.

Ses habitants sont les Biscarrossaises et les Biscarrossais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Biscarrosse se situe en Pays de Born entre le lac de Cazaux et le lac de Parentis.

Biscarrosse peut être divisée en trois parties :

Biscarrosse, station balnéaire renommée de la côte Aquitaine et troisième ville des Landes se décline en trois pôles complémentaires : la ville, véritable cœur administratif et commercial de la commune, les lacs et la station balnéaire. La commune de Biscarrosse est la plus étendue du département, avec une superficie de 19 308 hectares (près du double de celle de Paris). En bordure du Lac Nord, à 7 km du centre-ville, Biscarrosse Lac est constituée de hameaux résidentiels, abritant les ports de Maguide et Navarrosse, ainsi que le Golf.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Biscarrosse est issu de l'aquitanique (cf. basque bizkar, tertre)[1] ou directement du basque bizkar « dos, colline »[2] suivi du suffixe aquitain -ossum[3] / -os marquant la présence[2].

Il a pour homonyme le nom de Biscarrués en Espagne, où le suffixe -os s'est diphtongué en -ués (cf. gascon pòrta, castillan puerta « porte »).

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de ce bourg rural tourné vers la sylviculture et l'élevage et a été marquée par l'aviation. Biscarrosse a été à partir des années 1930 la base des hydravions Latécoère. L'Aéropostale, puis le transport de passagers, en particulier la compagnie Air France, ont décollé du lac de Parentis-Biscarrosse, appelé également « lac Latécoère ».

Après la disparition des hydravions transatlantiques et leur remplacement par des avions terrestres, la base de Biscarrosse a été fermée.

Notez aussi que le 1er mai 1966 un centre d'incendie et de secours est ouvert à l'entrée du site DGA Essais de missiles. Ce centre d'incendie et de secours est géré par une unité militaire de l'armée de terre: la Brigade de Sapeurs Pompiers de Paris. En plus de leur mission de protection de DGA EM, ils assurent aussi le secours à victimes à Biscarrosse plage et la lutte contre les feux de forêts en renfort pour le service d'incendie et de secours.

Biscarrosse dans les arts[modifier | modifier le code]

Biscarrosse est citée dans le poème d’Aragon, Le Conscrit des cent villages, écrit comme acte de Résistance intellectuelle de manière clandestine au printemps 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale[4].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Biscarrosse.svg

Les armes de Biscarrosse se blasonnent ainsi : D'argent au pin arraché de sinople, le fût lié en sautoir d'or, accosté de deux étoiles de gueules.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Traditionnellement basée sur la coupe des pins de la forêt des Landes, depuis sa plantation par Nicolas Brémontier, l'économie biscarrossaise est maintenant largement tournée vers le tourisme estival balnéaire et le commerce.
  • Le DGA Essais de missiles (anciennement CELM pour Centre d'essais de lancement de missiles, anciennement CEL pour Centre d'essais des Landes) est situé entre Biscarrosse-plage et Mimizan-plage et entre l'océan Atlantique et l'étang de Biscarrosse et de Parentis. Ce centre de la Direction Générale de l'Armement (DGA) est spécialisé dans les essais en vol et terrestre de missiles pour les industriels et clients du ministère de la Défense, ainsi que l'entraînement des forces armées.
  • Biscarrosse est aussi la ville ou est basé le 17e groupe d'artillerie.
  • La ville possède une antenne de la Chambre de commerce et d'industrie des Landes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
1977 1989 Roger Ducom RPR  
1989 2001 Pierre Junca UDF  
2001 En cours Alain Dudon UMP Conseiller général

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 12 631 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 292 1 240 1 367 1 479 1 551 1 548 1 547 1 607 1 669
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 695 1 662 1 875 1 898 1 953 1 928 1 984 1 985 2 055
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 238 2 457 2 585 2 481 2 378 2 465 2 471 3 057 3 081
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
3 048 7 159 8 058 8 065 9 054 9 281 12 031 12 631 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voies[modifier | modifier le code]

598 odonymes recensés à Biscarrosse
au 28 décembre 2013
Allée Avenue Bld Chemin Escalier Impasse Passage Place Quai Route Rue Ruelle Sentier Villa Autres Total
58 76 [N 1] 4 [N 2] 56 0 79 2 [N 3] 14 0 8 296 [N 4] 0 0 0 5 [N 5] 598
Notes « N »
  1. Dont Avenue du 11-Novembre et Avenue du 14-Juillet.
  2. Boulevard d'Arcachon, Boulevard de Lattre de Tassigny, Boulevard des Caps, Boulevard des Sables.
  3. Passage du Petit Sellier, Passage du Platane.
  4. Dont Rue du 19-Mars-1962 et Rue du 8-Mai-1945.
  5. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, résidences, quartiers, lotissements, cités, parcs, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & OpenStreetMap

Édifices et sites[modifier | modifier le code]

  • Musée historique de l'hydraviation, à proximité du lac de Latécoère (lac de Parentis-Biscarrosse) ancienne base hydronavale pour les hydravions transatlantiques. Toute l'histoire de l'hydravion explicité par des maquettes, des photos et des pièces détachées vous est relatée dans ce musée. découvrez l'épopée de l'hydraviation à travers des personnages comme Guillaumet ou encore Mermoz...
  • L’église fortifiée Saint-Martin des XIVe et XVe siècle érigée en « garluche », pierre typique du pays landais.
  • Église Sainte-Bernadette de Biscarrosse-Plage
  • Le château de Montbron date du XVIe siècle : il est constitué de quatre tours d'angle circulaires, avec fenêtres à meneaux ; il abrite des cheminées Louis XIII. Il accueillit une garnison du Prince Noir, lors de l’occupation de l’Aquitaine par les Anglais.
  • L’Orme ancien. Vieil arbre de plus de 600 ans qui voit, selon la légende, sa couronne de feuilles blanches pousser mystérieusement tous les ans au mois de mai. Mort en 2010, le Vieil Orme a été abattu en mai 2012. Les morceaux de l'arbre ont été récupérés pour intégrer un projet artistique afin de perpétuer sa mémoire[7].
  • Le Musée des traditions et de l'histoire de Biscarrosse. Un Musée qui offre un panorama du patrimoine traditionnel landais et plus spécifiquement de celui du Pays de Born, et propose aux visiteurs une balade en barque pour découvrir les marais. La formation des dunes, des lacs, l'exploitation de la résine et les activités rurales et artisanales locales y sont exposées.

Quelques images de Biscarrosse-Plage[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Spots de surf du Pilat à Biscarrosse
  • Course d'orientation : Biscarrosse Olympique Nature Orientation
  • AquaPark : Le Parc aquatique de Port Maguide à Biscarrosse
  • Balade à cheval : dans la forêt des Landes de Gascogne
  • Bisc'Aventure' : 105 jeux accessibles à tous à partir de 8 ans et 1,50 m les bras levés, jeux pour les tout petit de 3 à 8 ans, free-jump, saut à l'élastique...
  • Surf : L'océan Atlantique borde Biscarrosse sur 9 km
  • Karting, golf, baptême de l'air en ULM, VTT
  • Balades : qu'elles soient pédestres, en VTT, en quad, en barque ou en bateau, la faune et la flore locale peut être découverte en toute liberté.
  • Rugby à XV, division Honneur (plus haut niveau régional).
  • Football : division Honneur (plus haut niveau régional).
  • Voile : Le Centre Nautique Biscarrosse olympique (CNBO).
  • Échasses : groupe folklorique, artistique et sportif Les Hérons des Lacs et groupe folklorique Lous esquirous.
  • Handball : gymnase à côté du collège Départemental.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Biscarrosse possède quatre écoles primaires :

  • École Meyrie, au bourg ;
  • École Pierricq, au bourg ;
  • École Le Petit Prince, au bourg ;
  • École de la Plage à Biscarrosse-Plage.

Deux collèges :

  • Collège Jean-Mermoz ;
  • Collège départemental (ou collège Nelson-Mandela).

En 2006, pour faire face à l'évolution de la population, un nouveau collège a vu le jour au nord de la ville. Celui-ci a été inauguré le 31 août 2009.

La ville abrite également une annexe de l'École nationale de l'aviation civile, utilisée pour la formation des élèves pilotes de ligne et des ingénieurs du contrôle de la navigation aérienne[8].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Biscarrosse est jumelée avec les villes suivantes[9] :

Village fleuri[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2012, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué la récompense « Quatre fleurs » à la commune au Concours des villes et villages fleuris[10].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud,‎ 1979 (ISBN 2-85023-076-6), p. 85b
  2. a et b Site de la Ville de Biscarrosse
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Op. cité.
  4. Louis Aragon, « Le Conscrit des cent villages », publié initialement dans La Diane française, consulté dans Pierre Seghers, La Résistance et ses poètes : France, 1940-1945, Paris : Seghers, 2004 (2e édition). (ISBN 2-232-12242-5), p. 373-375
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  7. L'orme restera dans les mémoires, sur sudouest.fr. Publié le 10/05/2012.
  8. Biscarrosse, consulté sur site de l'ENAC, le 11 décembre 2011
  9. Annuaire des villes jumelées
  10. Site des Villes et Villages Fleuris, consulté le 21 février 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Étape précédente
Sanguinet
Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle
08 Coquille.jpg
Voie de Soulac
Étape suivante
Parentis-en-Born