Drôme (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

44° 46′ 15″ N 4° 45′ 46″ E / 44.77083, 4.76278 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Drôme.
La Drôme
La Drôme à Crest
La Drôme à Crest
Caractéristiques
Longueur 110,7 km [1]
Bassin 1 663 km2 [1]
Bassin collecteur le Rhône
Débit moyen 20 m3/s (la confluence avec le Rhône)
Organisme gestionnaire Syndicat mixte de la rivière Drôme[2]
Régime nivo-pluvial
Cours
Source au col de Carabès
· Localisation La Bâtie-des-Fonds
· Altitude 1 262 m
· Coordonnées 44° 30′ 05″ N 5° 39′ 10″ E / 44.5014, 5.6528 (Source - La Drôme)  
Confluence le Rhône
· Localisation entre Livron-sur-Drôme et Le Pouzin
· Altitude 91 m
· Coordonnées 44° 46′ 17″ N 4° 45′ 35″ E / 44.7714, 4.7597 (Confluence - La Drôme)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Roanne, Grenette
· Rive droite Maravel, Bez, Sure, Gervanne, Sye
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Drôme, Ardèche
Régions traversées Rhône-Alpes
Principales villes Valdrôme, Luc-en-Diois, Die, Saillans, Allex, Crest, Loriol-sur-Drôme, Livron-sur-Drôme, Le Pouzin

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro

La Drôme (en occitan Droma [en Alphabet phonétique international 'drumɔ]) est une rivière du sud-est de la France, située dans les Alpes du sud, affluent gauche du Rhône. Elle a donné son nom au département de la Drôme.

Haute vallée de la Drôme[modifier | modifier le code]

La Drôme aval endiguées
Le lit de la Drôme aménagé à l'aval de Crest.

De 110,7km de longueur[1], elle prend sa source dans le Diois, au col de Carabès sur la commune de La Bâtie-des-Fonds à 1 262 m d'altitude située au sud du massif du Vercors. Lors de sa traversée des montagnes du Haut-Diois, une vallée encaissée, elle connaît un régime torrentiel. Près de Luc-en-Diois, au site dit du Claps, la Drôme fait un "saut", c'est l’une des curiosités locales. À partir de Crest, la vallée s’élargit et la pente diminue.

La Drôme est un cours d’eau de type préalpin qui présente des traits méditerranéens déjà marqués (calme et petite en été, violente à l’automne et au printemps) : l’irrégularité de son régime est fortement liée à la fonte des neiges et à la pluviométrie, aujourd’hui relativement médiocre.

Les risques d’inondations sont importants et ses crues justifieraient l'étymologie issue du mot grec signifiant « la course ». La Drôme est par ailleurs l'une des dernières rivières sans barrage de toute l'Europe.

C'est dans cette section du cours d'eau, de Die jusqu'à Aouste-sur-Sye en passant par Saillans, que la Drôme est un lieu de plaisance important avec de nombreuses possibilités offertes aux touristes (baignade, canoë, cayak, rafting, pêche, randonnée...) en saison estivale.

La basse vallée de la Drôme[modifier | modifier le code]

Unités de paysage du Valentinois.JPG
Confluence de la Drôme et de Rhône vu des hauteurs du Pouzin (Ardèche)

La basse vallée de la Drôme est une unités de paysage du Valentinois caractérisée par un chenal large et peu profond, à bras multiples, mal fixé sur des galets calcaires et encombré de bancs sableux. Elle a donc un champ d’inondation large et une tendance à la défluviation. Pour protéger les terres agricoles, une partie de la Drôme aval fut endiguée dès la fin du XVIIIe siècle jusqu'en 1960. Depuis la ville de Crest jusqu'à la confluence avec le Rhône, 35 km de berges ont été aménagées.

Les alluvions apportées par les eaux torrentielles de la Drôme édifièrent peu à peu des terrasses atteignant près de 30 mètres d’épaisseur à Allex. Cette dynamique est dite périglaciaire : les ruissellements d’eau de pluie et de fonte des neiges entraînèrent des matériaux divers qui s’accumulèrent dans la basse plaine de la Drôme.

Les dépôts périglaciaires abondants de la Drôme formèrent, à la confluence, une vaste plaine alluviale en éventail (cône de déjection) qui rejeta progressivement le cours du Rhône au pied des versants ardéchois.

Sa confluence a lieu à cheval sur les communes de Livron sur drôme sur sa rive droite, et de celle du Pouzin sur sa rive gauche. La commune ardéchoise du Pouzin ayant la particularité de s'étendre sur la rive gauche du Rhône à cet endroit là.

Départements et principales villes traversés[modifier | modifier le code]

Affluents et sous-affluents[modifier | modifier le code]

La Drôme a cinquante-neuf affluents référencés[1] dont :

  • le Maravel, (rd) 11 km sur deux communes avec quatre affluents.
  • le Bez ou Bès, (rd) 25,4 km sur six communes avec six affluents donc
    • le Boulc ou ruisseau de Bonneval, (rg) 11,6 km sur deux communes avec deux affluents.
    • l'Archiane, (rd) 13,2 km sur deux communes avec un affluent.
  • la Sure, (rd) 17,6 km sur quatre communes avec quatre affluents.
  • la Roanne, (rg) 33,9 km sur treize communes avec douze affluents dont :
    • la Brette, (rd) 7,2 km sur trois communes avec deux affluents.
    • la Courance, (rg) 9,3 km sur trois communes avec un affluent.
  • la Gervanne, (rd) 29,9 km sur six communes avec huit affluents dont :
    • la Sépie, 8,6 km sur deux communes sans affluent.
  • la Sye, (rd) 12,5 km sur trois communes avec un affluent.
  • la Grenette, (rg) 17,2 km sur cinq communes avec trois affluents.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le débit de la Drôme a été observé sur une période de 99 ans (1910-2008), à Saillans, localité du département de la Drôme, située entre Crest et Die, à un niveau où la taille du bassin versant est de 1 150 km2 sur 1 640, soit 70 % de la totalité du bassin de la rivière[3].

Le débit moyen inter-annuel, ou module, de la rivière à cet endroit est de 17,7 m3⋅s-1.

La Drôme présente des fluctuations saisonnières de débit assez importantes, avec des hautes eaux d'hiver et de printemps portant le débit mensuel moyen à un niveau allant de 19,4 à 30,3 m3⋅s-1, de novembre à mai inclus (avec un maximum très net en avril et mai, lié à la fonte des neiges), et des basses eaux d'été de juillet à septembre, avec une baisse du débit moyen mensuel jusqu'au niveau de 4,14 m3 au mois d'août.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : V4264010 - La Drôme à Saillans pour un bassin versant de 1 150 km2
(Données calculées sur 99 ans)

Source : Banque Hydro - Ministère de l'écologie et du développement durable

Le VCN3 peut chuter jusque 1,4 m3, en cas de période quinquennale sèche.

D'autre part les crues peuvent être fort importantes. Le QIX 2 et le QIX 5 valent respectivement 220 et 310 m3⋅s-1. Le QIX 10 est de 380 m3⋅s-1. Le QIX 20 se monte à 440 m3⋅s-1. Quant au QIX 50, il est de 510 m3.

Le débit instantané maximal enregistré a été de 692 m3⋅s-1 le 3 décembre 2003, tandis que la valeur journalière maximale était de 403 m3⋅s-1 à la même date.

À titre de comparaison, le QIX 10 de la Marne aux portes de Paris vaut 510 m3⋅s-1, tandis que son QIX 50 est de 650 m3.

La lame d'eau écoulée dans le bassin de la Drôme à cet endroit est de 492 mm annuellement, valeur nettement supérieure à la moyenne d'ensemble de la France, mais un peu inférieure à celle de l'ensemble du bassin versant du Rhône (594 mm). Le débit spécifique (ou Qsp) atteint 15,6 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

L'organisme gestionnaire est le Syndicat mixte de la rivière Drôme[2]

Curiosités[modifier | modifier le code]

Dans le bassin de la rivière Drôme :

  • son affluent, la Gervanne, sort des gorges d'Omblèze, un haut-lieu de l'escalade
  • la cascade de la Druise, haute de 72 m
  • de beaux villages, tels Saillans, Cliousclat et Mirmande
  • l'abbaye cistercienne de Valcroissant
  • la tour de Crest est le plus haut donjon de France
  • la réserve naturelle des Ramières, située peu avant la confluence avec le Rhône[4]

Tourisme[modifier | modifier le code]

La rivière est propice au canoë[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Sandre, « Fiche cours d'eau - La Drôme (V42-0400) » (consulté le 15 septembre 2013)
  2. a et b « Syndicat Mixte de la Rivière Drôme », sur www.riviere-drome.fr (consulté le 15 septembre 2013)
  3. Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Drôme à Saillans (V4264010) » (consulté le 15 septembre 2013)
  4. « Réserve naturelle des Ramières du Val de Drôme », sur www.lagaredesramieres.com (consulté le 15 septembre 2013)
  5. « Site du loisir de la Rivière Drôme », sur www.canoe-drome.org (consulté le 15 septembre 2013)