Viriat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Viriat
Mairie de Viriat
Mairie de Viriat
Blason de Viriat
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Canton Viriat (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Bourg-en-Bresse
Maire
Mandat
Bernard Perret
2014-2020
Code postal 01440
Code commune 01451
Démographie
Gentilé Viriatis
Population
municipale
6 083 hab. (2011)
Densité 134 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 15′ N 5° 13′ E / 46.25, 5.2146° 15′ Nord 5° 13′ Est / 46.25, 5.21  
Altitude Min. 206 m – Max. 257 m
Superficie 45,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative d'Ain
City locator 14.svg
Viriat

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique d'Ain
City locator 14.svg
Viriat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Viriat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Viriat
Liens
Site web http://www.viriat.fr

Viriat est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Rhône-Alpes. Elle est chef-lieu de canton.

Ses habitants sont appelés les Viriatis[1].

La commune appartient à l'agglomération de Bourg-en-Bresse. Viriat est classée troisième[2] plus grande commune de l'Ain en superficie.

Le canton, qui fait partie de l'arrondissement de Bourg-en-Bresse, regroupe 6 communes et 14 515 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Sa superficie de plus de 4535 hectares en fait la deuxième plus grande commune de Bresse (après Romenay) et la troisième du département.

Viriat s'étend à 6 km au nord de Bourg-en-Bresse dans le département de l'Ain. Pour servir ses quelques quarante hameaux et lieux-dits d'inégale importance, il n'existe pas moins de 82 km de routes goudronnées et près de 100 km de voies rurales. L'autoroute A40 met la commune à trois heures de Paris et à cinquante minutes de Lyon. Viriat s'étend sur un plateau vallonné, d'une altitude moyenne de 225 m, dans lequel la Reyssouze et le Jugnon, son affluent, ont creusé leurs vallées.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Attignat Marboz Saint-Étienne-du-Bois Rose des vents
Polliat N Jasseron
O    Viriat    E
S
Saint-Denis-lès-Bourg Bourg-en-Bresse

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type tempéré, avec quelques longs hivers.

Le réseau StatIC[modifier | modifier le code]

La commune de Viriat compte une station du réseau StatIC (réseau des stations amateurs en ligne d'Infoclimat)[3].

La station diffuse 24/24H les conditions météorologiques + une base climatologique[4].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par l'A40, l'A39, la N83, la D975, la D1079, la D117, la D996 (Route de Marboz), la D29 et la D52.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armorial des communes de l'Ain.
Armes de Viriat

La commune de Viriat porte :

De sinople à la croix alésée et pattée d'argent chargée d'une croix de Malte de gueules surchargée d'un besant du même, le tout cerclé d'un anneau d'or, au chaussé de gueules chargé de deux quintefeuilles aussi d'argent[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Faits historiques[modifier | modifier le code]

L'histoire de Viriat remonte à la civilisation celtique, comme le prouve la découverte sur le territoire de la commune d'une jambe de taureau en bronze doré. Quelques vestiges de murs et de tuiles rappellent la présence d'anciennes villas gallo-romaines. L'existence d'un lieu de culte à « Fleyriac » apparaît au Xe siècle. Au XIIe siècle, apparaît le nom de « Viriacus », désignant une église et un prieuré.

Durant le Moyen Âge, les hameaux de Viriacus et Fleyriac sont fiefs de la seigneurie de Bâgé, avant de connaître divers changements de propriétaires. Les ordres religieux militaires (templiers de Laumusse, hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem) s'y installent aux XIIe et XIIIe siècles. En 1793, l'église Saint-Martin de Fleyriat qui menaçait déjà ruine, est rasée, tout comme le clocher de l'église Saint-Pierre de Viriat. Viriat a gardé longtemps l'aspect d'un gros bourg agricole, à l'habitat traditionnel, fortement dispersé. Mais depuis les années 1950, le nombre d'exploitations n'a cessé de diminuer. L'activité industrielle et artisanale est en progression constante. Viriat compte 250 entreprises et trois mille emplois.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1907 1914 Jean Baptiste Édouard Morand    
 ???? 1977 André Chanel    
1977 2001 Pierre Fromont DVG Réélu en 1983,1989 et 1995
Conseiller général
2001 En cours Bernard Perret DVD Réélu en 2008 et 2014
Conseiller général

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune a développé une association de jumelage[6] avec :

Localisation des villes jumelées avec Viriat
Localisation de la ville
Viriat

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 6 083 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 122 2 119 2 199 2 309 2 394 2 476 2 535 2 530 2 587
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 580 2 578 2 545 2 629 2 690 2 708 2 870 2 741 2 704
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 580 2 574 2 529 2 517 2 578 2 570 2 579 2 678 2 660
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
2 644 3 012 3 562 3 997 4 701 5 288 5 665 5 719 6 083
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,4 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois supérieur au taux départemental (19,4 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,2 % contre 48,4 % au niveau national et 49,4 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,9 %, 15 à 29 ans = 15,5 %, 30 à 44 ans = 20,5 %, 45 à 59 ans = 23,4 %, plus de 60 ans = 20,6 %) ;
  • 49,8 % de femmes (0 à 14 ans = 18,7 %, 15 à 29 ans = 15,7 %, 30 à 44 ans = 21,2 %, 45 à 59 ans = 22,3 %, plus de 60 ans = 22,1 %).
Pyramide des âges à Viriat en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,5 
5,7 
75 à 89 ans
6,6 
14,7 
60 à 74 ans
15,0 
23,4 
45 à 59 ans
22,3 
20,5 
30 à 44 ans
21,2 
15,5 
15 à 29 ans
15,7 
19,9 
0 à 14 ans
18,7 
Pyramide des âges du département de l'Ain en 2007 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
1,0 
5,2 
75 à 89 ans
7,9 
12,0 
60 à 74 ans
12,3 
20,8 
45 à 59 ans
20,2 
22,5 
30 à 44 ans
22,0 
18,1 
15 à 29 ans
16,7 
21,2 
0 à 14 ans
19,8 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il y a deux écoles à Viriat une publique qui comporte plusieurs bâtiments dont : les tilleuls, les sources ... et une école privée, l'école Saint Joseph.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Le 14 juillet... en août

Travaux agricoles d'antan obligent, les Viriatis ont décidé, le 11 juillet 1880, par arrêté municipal, de célébrer le 14 juillet... au mois d'août, une fois la moisson achevée. D'aucuns affirment que l'origine de cet anniversaire décalé serait plutôt à chercher du côté des lenteurs bressanes du temps de la Révolution : les représentants locaux du Tiers-État auraient mis quinze jours pour rapporter de Paris à Viriat, par les chemins embourbés, la bonne nouvelle de la prise de la Bastille. Histoires de fenaison ou de Révolution, au XXIe siècle, le calendrier festif de Viriat se distingue toujours par cette « entorse » à la règle nationale.

Santé[modifier | modifier le code]

Il y a maintenant un cabinet médical comportant deux docteurs, la petite unité de vie et deux vétérinaires.

Sports[modifier | modifier le code]

Le sport est l'une des activités principales du village : basket ball, football, rugby, gymnastique, tennis, judo, danse, haltérophilie.

Médias[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Commerce[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le clocher de l'église.
  • Le clocher, la façade et la nef de l'église datent de sa reconstruction de 1822 à 1848. L'intérieur de la nef est inspiré de l'art néoclassique ; l'abside et les deux chapelles qui forment le transept sont gothiques (XVe siècle) où les travaux de restauration ont dégagé les ogives de briques. Parmi les statues qui ornent l'église, se trouve un saint Jean Baptiste de pierre qui rappelle l'existence d'une chapelle Saint-Jean.
  • Le château de Fleyriat inscrit aux monuments historiques depuis le 15 mars 2013[12]. Depuis le 22 octobre 2013, il est inscrit au titre des monuments historiques[13].
  • Ruines de la maison forte du Roux
La maison forte est déjà en ruines au XVIIe siècle.
  • Manoir de la Gélière
Le manoir est reconstruit vers 1490.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Viriat bénéficie du label « ville fleurie » avec « 3 fleurs » attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé, sur habitants.fr
  2. superficie, sur wikipédia.org
  3. Le réseau StatIC. Consultation : décembre 2009.
  4. http://www.meteo-viriat.fr
  5. Armes de Viriat, sur newgaso.fr
  6. Mairie de Viriat, « Jumelage et parrainage », sur http://www.viriat.fr/ (consulté le 25 mai 2010)
  7. « Viriat Voinesti », sur http://www.viriat.fr/ (consulté le 25 mai 2010)
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  10. « Évolution et structure de la population à Viriat en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 novembre 2010)
  11. « Résultats du recensement de la population de l'Ain en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 novembre 2010)
  12. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées a.
  13. « Liste des immeubles protégés au titre des monuments historiques en 2013 », sur legifrance.gouv.fr : « Château de Fleyriat : le château en totalité ainsi que son domaine [...] inscription par arrêté du 15 mars 2013. ».
  14. « Portail des données communales: Viriat », Direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement
  15. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « ‪Concours des villes et villages fleuris‬ » (consulté le 20 juillet 2014).


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir la catégorie : Viriat.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]