Odonymie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Au parc Monceau, à Paris
À Liège (Belgique) : parfois une certaine ironie…
Et même toujours à Liège…
Plaque de la rue Adam-Mickiewicz à Beykoz, İstanbul, Turquie. La partie rouge indique le nom de la rue, la partie blanche le quartier et la partie inférieure le district.

L'odonymie est l'étude des odonymes, parfois écrit hodonymes, un nom propre désignant une voie de communication. Un odonyme peut être le nom d'une rue, d'une route, d'une place, d'un cheminetc. Elle s'inscrit dans le domaine de la toponymie qui étudie plus largement les noms de lieux en géographie et plus généralement dans le domaine de l'onomastique, l'étude des noms propres.

Typiquement, un odonyme comporte deux parties : un nom individuel (« Victor-Hugo », « République », etc.) et un indicateur du type de voie dont il s'agit (« rue », « boulevard », etc.). En général, un odonyme est un élément d'une adresse postale (mais ce n'est pas systématique) ; les édifices le long de la voie peuvent posséder un numéro pour permettre leur identification individuelle.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme « odonyme » vient du grec ancien ὁδός (hodós, « route ») et du suffixe « -nyme », provenant du grec ancien ὄνομα (ónoma, « nom », que l'on retrouve dans anthroponyme, patronyme ou domonyme).

Principes[modifier | modifier le code]

De façon typique, un odonyme est formé de deux ou trois parties :

  1. un terme générique, indiquant le type de voie ;
  2. un terme spécifique, désignant particulièrement la voie ;
  3. si la langue le permet, les deux parties peuvent être reliées par une préposition (« de », « au »), ou non.

Un odonyme classique peut donc être par exemple Main Street, Strada Nuova, Berliner Straße ou Route nationale 7. Certaines voies ne possèdent par de terme générique, par exemple La Canebière à Marseille ou Unter den Linden à Berlin. Réciproquement, certains odonymes ne possèdent aucun terme spécifique comme, par exemple, The Mall à Londres ou le Boulevard à Atlanta.

Un odonyme peut inclure une direction (est, ouest, nord, sud ou les quadrants nord-ouest, nord-est, sud-ouest, sud-est), particulièrement dans les villes utilisant un plan en damier : East Roosevelt Boulevard, 14th Street NW, etc. D'autres qualificatifs peuvent être apportés : « haut / bas », « vieux / nouveau », « prolongé(e) », etc.

Typologie[modifier | modifier le code]

Commerces[modifier | modifier le code]

Smith Street / La Rue des Forges, une rue de Guernesey faisant référence aux forges qui y étaient anciennement situées.
Smith Street
La Rue des Forges

Certaines voies sont nommées pour le type de commerce ou d'industrie qui s'y tiennent, ou s'y tenaient. Cette pratique est moins courante à l'époque moderne, mais les noms peuvent avoir subsisté.

Exemple de voies :

Sites et toponymie traditionnelle[modifier | modifier le code]

Orchard Road (Rue des vergers), à Singapour, porte le nom des vergers qui étaient situés de part et d'autre de la route.
Orchard Road
(Rue des vergers)

Certaines voies portent le nom de lieux, monuments, édifices qui y étaient présents lors de leur ouverture. Ces sites peuvent avoir disparu tandis que le nom est resté.

Au XXIe siècle, on tend de plus en plus souvent à valoriser la microtoponymie traditionnelle des lieux où s'ouvrent de nouvelles rues, quartiers ou lotissements, donnant à ces voies les noms des terres ou anciens lieux-dits ―et microtoponymes en général― traversés par les nouvelles rues y ouvertes : par exemple, les champs ruraux dits les Prés de la Fougueraie donnent de cette façon son nom à la nouvelle rue des Près de la Fougueraie, au sein d'un nouveau lotissement bâti sur cette ancienne petite zone rural ; d'autres rues de beaucoup d'autres lotissements reçoivent aussi leur nom des parcelles agricoles sur lesquelles elles sont placées : tel est le cas de la rue du Moulin-de Marion, rue du Champ Renardier, place des Ruches, boulevard de la Mare aux Joncs, etc. L'actuelle tendance à voir la (micro)toponymie traditionnelle comme une partie du patrimoine immatériel et comme la vive histoire linguistique de la France fait que beaucoup de nouvelles rues et de nouveaux lotissements ne prennent pas de nom basé sur des choix discutables consacrés aux fleurs, aux arbres ou même aux oiseaux ou aux personnages célèbres, mais aux très anciens (micro)toponymes des champs sur lesquels on a bâti ces lotissements ou ouvert ces nouvelles rues.

Exemples :

  • À Barcelone, La Rambla est une série de rues. La Rambla de Canaletes porte le nom d'une fontaine qui s'y élève toujours, mais la Rambla dels Estudis porte celui de l'Estudi General, un bâtiment universitaire démoli en 1843. La Rambla de Sant Josep, la Rambla dels Caputxins et la Rambla de Santa Monica sont nommés d'après d'anciens couvents.
  • À New York, Canal Street porte le nom d'un canal qui a été remblayé pour construire la rue.

Noms auto-descriptifs[modifier | modifier le code]

Certaines rues décrivent simplement une de leurs caractéristiques.

Exemples :

Destinations[modifier | modifier le code]

De nombreuses voies portent le nom d'un lieu vers lequel elles conduisent ; par exemple une ville. Celle-ci peut être situé assez loin et ne pas avoir de lien direct avec la voie.

Les voies peuvent changer de nom en cours de route : par exemple, dans le Connecticut, Hartford Avenue à Wethersfield devient Wethersfield Avenue à Hartford. Au Royaume-Uni, la route entre Oxford et Banbury change de nom cinq fois, alternant entre Banbury Road et Oxford Road au fil des villages.

Une variante consiste à nommer une voie d'après deux destinations qu'elle relie :

Il est également possible de nommer une voie d'après une zone qu'elle évite : la Newbury bypass (« déviation de Newbury ») évite précisément la ville de Newbury au Royaume-Uni.

Personnalités[modifier | modifier le code]

La via Enrico Fermi, une rue de Rome commémorant Enrico Fermi.
Via Enrico Fermi
(Rue Enrico Fermi)

Certaines voies portent le nom de personnalités diverses. De nombreuses possibilités existent :

Certaines juridictions restreignent les nommages de voies d'après des personnalités, par exemple en n'autorisant que les personnes décédées, parfois avec un période d'attente de dix ans ou plus.

Dates[modifier | modifier le code]

De nombreuses voies et places portent le nom d'une date particulière, en souvenir d'un évènement survenu à cette même date.

En France, les dates les plus usitées sont celles marquant la fin des conflits récents, comme on peut l'observer sur les sites de géolocalisation ou de listage des odonymes[4],[5],[6] : Onze-Novembre, Huit-Mai, Dix-Neuf-Mars.

D'autres dates de l'histoire de France sont également largement représentées : Quatorze-Juillet, Quatre-Septembre, etc.

Thèmes[modifier | modifier le code]

Des groupes de voies d'une même zone peuvent parfois être nommées suivant un thème particulier. Par exemple, à Washington, chacun des 50 États des États-Unis a donné son nom à une avenue (par exemple, Pennsylvania Avenue relie le Capitole à la Maison-Blanche). Ces avenues traversent le plan en damier de la ville en diagonale.

Nomenclature systématique[modifier | modifier le code]

Plaque de rue à New York, à l'angle de le 5e avenue et de la 57e rue.
Plaque de rue à New York

Dans de nombreuses rues suivant un plan en damier, les rues portent un nom permettant de les situer les unes par rapport aux autres. Par exemple, le Commissioners' Plan de 1811 pour Manhattan prévoyait des numéros pour les rues parallèles au petit axe de l'île et des numéros et des lettres pour les avenues parallèles au grand axe. À Washington, le plan initial prévoyait que les rues nord-sud portent des numéros croissants depuis le Capitole et les rues est-ouest des lettres. Au fil de la croissance de la ville, les rues est-ouest au-delà de W Street reçurent des noms de deux syllabes dans l'ordre alphabétique (par exemple Belmont Street, Clifton Street, Euclid Street), puis des noms de trois syllabes (Allison Street, Buchanan Street, etc.), puis finalement des noms liés aux fleurs et aux arbustes (Aspen Street, Butternut Street, Cedar Street, etc.), toujours dans l'ordre alphabétique.

Ce système est parfois utilisé pour des lieux qui ne suivent pas un plan en damier comme, par exemple, dans le comté d'Arlington en Virginie.

Renommage[modifier | modifier le code]

Улица Светогорска (rue Svetogorska : rue de la Sainte-Montagne) à Belgrade. Initialement улица Два Бела Голуба (rue des Deux Colombes Blanches) en 1872, elle a été renommée улица Светогорска en 1896, улица Битољка (rue de Bitola) en 1922, улица Жоржа Клеменсоа (rue Georges Clemenceau) en 1930, à nouveau улица Светогорска en 1943, улица Лоле Рибара (Lola Ribar) en 1946 et finalement de son nom actuel en 1997.

Généralités[modifier | modifier le code]

Les noms des voies peuvent changer au fil du temps, pour de nombreuses raisons. Par exemple, l'actuelle rue de la Petite-Truanderie à Paris, petite voie qui existe au moins depuis le XIIIe siècle, s'est également appelée rue d'Ariane, rue d'Arienne et rue du Puits-d'Amour, sa désignation a évolué simplement au cours des siècles[7]. L'évolution des villes peut également conduire à modifier les noms : toujours à Paris, l'ouverture de la rue du Pont-Neuf a conduit à la suppression des rues Estienne, Tirechappe et de la Tonnellerie, ainsi que de la place des Trois-Maries[8].

Changement politique[modifier | modifier le code]

Certains noms sont modifiés lors de changement de régime ou de politique. Par exemple, à la suite de l'indépendance du Zimbabwe en 1980, les noms des colons britanniques furent remplacés par ceux des leaders zimbabwéens. À Caen, la place de la République a changé trois fois de nom au gré des changements de régime : place royale à sa création au XVIIe siècle, de la Liberté pendant la Révolution française, à nouveau place royale au XIXe siècle, avant de prendre son nom actuel en 1883.

Il est également possible de modifier le nom d'une voie pour commémorer un événement (victoire militaire, etc.) ou une personnalité : à Paris, en 2003, une partie des quais des Tuileries et du Louvre a été dénommée quai François-Mitterrand en mémoire de l'ancien président[9]. Pendant la période de l'apartheid et l'emprisonnement de Nelson Mandela, plusieurs rues autour d'ambassades d'Afrique du Sud furent renommées en son honneur.

Certaines rues sont renommées pour éviter les associations négatives. Malbone Street à New York devint Empire Boulevard après le déraillement meurtrier d'un train de la Brooklyn Rapid Transit Company à cet endroit en 1918. À Montréal, la rue Cadieux fut renommée rue de Bullion car le terme original était connu pour ses anciens lupanars. Pendant la Première Guerre mondiale, de nombreuses rues portant des termes liés à l'Allemagne (comme « Berlin » ou « Hambourg ») furent modifiées en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Uniformisation[modifier | modifier le code]

Lors de modifications territoriales, il arrive que des voies soient renommées suivant un système uniformisé. Par exemple, lorsque Georgetown cessa d'avoir une existence indépendante de Washington, les rues de Georgetown furent renommées pour suivre les conventions de Washington.

Changement de langue[modifier | modifier le code]

Les noms des voies peuvent être affectés par un changement de langue officielle. Après la mort de Francisco Franco, la transition démocratique espagnole accorde à la Catalogne le statut de communauté autonome où le catalan est langue coofficielle. Certains noms de rues de Catalogne changent intégralement, tandis que la plupart adoptent une traduction en catalan de leur nom précédent en castillan ; par exemple, la calle San Pablo (rue Saint-Paul) de Barcelone devint carrer Sant Pau.

Similairement, les noms de rues en anglais furent modifiés en français au Québec pendant les années 1970.

Changement d'orthographe[modifier | modifier le code]

Les noms de rues peuvent être légèrement modifiés à la suite de modifications ou de rectifications orthographiques.

Valeurs véhiculées par l’odonymie[modifier | modifier le code]

Au même titre qu’un pays, une ville se veut le porte drapeau de certaines valeurs. Le fait est que ce sentiment se traduit dans le nom des rues et des places parce que l’attribution des noms est le privilège des municipalités. Chaque ville défend, par ses plaques, l’image qu’elle donne d'elle-même et la plupart du temps ses habitants soutiennent cette image. Une ville religieuse mettra en avant ses lieux saints et les piliers de la religion qu’elle accueille, « rue du Mausolée » ou « place de la Miséricorde ». Une ville qui se veut à l'avant-garde de l’urbanisme choisira ses noms parmi les grands architectes. De même, Paris est la ville où le nombre de rues portant le nom d’un soldat (surtout des officiers) est le plus important au monde (juste devant Londres) : cela illustre le passé combatif et courageux de la cité.

Selon les pays, la volonté politique exprime des images différentes. En Angleterre, l'accent est mis sur l'Empire britannique. En France, la plupart des villes arborent une rue de la République, souvent héritière d'une Rue impériale issue des percées haussmanniennes du XIXe siècle. Aux États-Unis, on met l'accent sur l'Acte d'indépendance. En Allemagne, ce sont les philosophes et les compositeurs, en Italie les artisans de l'unification.

Il est rare de trouver des odonymes qui soient légion dans tous les pays. Bien sûr, les nombreuses rues, quartiers et places « des États-Unis », comme le boulevard des États-Unis à Lyon, montrent bien la théorie de l'image commune que veulent se donner les pays occidentaux. L'odonyme « États-Unis » était très utilisé durant les années 1960-70 pour signifier la réussite économique, les urbanistes l'ont souvent donné à des quartiers nouveaux. De la même manière, beaucoup de villes anglo-saxonnes utilisent le nom de « Paris Street » ou « France Avenue » pour indiquer la rue où se trouve le théâtre ou les galeries d'art.

Pour ce qui est de trouver des personnes qui aient donné leur nom à des voies dans plusieurs pays, la tâche est plus difficile. En effet, peu nombreuses sont les personnalités qui ont imposé leur nom au point de passer les barrières nationalistes inhérentes à toute institution étatique. Notons cependant des noms comme Mozart, Martin Luther King ou Kennedy.

Il y a parfois contradiction dans les termes : de nombreuses municipalités ont donné à des quartiers nouveaux des noms champêtres ; il y a ainsi abondance de rues « des lilas » ou « des saules » voire « des canaris » dans les quartiers urbains créés depuis les années 1960, qu'il s'agisse de barres d'immeubles ou de quartiers pavillonnaires. Ces noms passe-partout ont les qualités suivantes : ils sont faciles à identifier, simples à retenir et ne portent pas de valeurs sensibles (politiques, religieuses, historiques, etc.). En contrepartie, ils n'apportent aucune information sur la ville, il s'agit de noms purement fonctionnels.

Une autre vision des noms de rues[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, les grandes villes de l'est n'ont jamais utilisé les noms que pour les grandes voies et aussi pour les plus anciennes. La plupart du temps, pour un souci de repérage et de facilité, les rues ont été numérotées, ainsi en Amérique du Nord, le nom de rue le plus répandu est « Second Street », et le suivant est « Main Street[10] ».

Toujours par facilité, les villes, et surtout celles qui se dotent ou qui refondent leurs noms de rues, adoptent des noms de fleurs ou d'arbres. Ces odonymes-là n'entrent que très rarement dans les études.

Enfin, il faut noter les traditions locales. Souvent elles s'appuient sur le milieu naturel antérieur à la fondation de la ville. On trouve aussi des appellations traditionnelles à une région : la « rue de la cave » dans les régions viticoles, la « place du peuple » dans les villes de tradition marxiste, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Google Maps Clarcona Ocoee Road, Apopka, Floride, États-Unis.
  2. Google Maps Jindivick–Neerim Sou(th) Road, Jindivick (en), Victoria, Australie.
  3. Google Maps Chemin du Merln à La Rose, Marseille, Bouches-du-Rhône, Provence-Alpes-Côte d'Azur, France.
  4. maps.google.fr Google Maps.
  5. www.viamichelin.fr ViaMichelin.
  6. www.annuaire-mairie.frAnnuaire des Mairies et Villes de France.
  7. « Rue de la Petite Truanderie », Ville de Paris
  8. « Rue du Pont Neuf », Ville de Paris
  9. « Quai François Mitterrand », Ville de Paris
  10. web.archive.org

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stéphane Gendron, La Toponymie des voies romaines et médiévales : Les mots des routes anciennes, Paris, Errance,‎ 2006 (ISBN 2-87772-332-1)
  • D. Badariotti, Les noms de rues en géographie. Plaidoyer pour une recherche sur les odonymes, vol. 625, Armand Collin,‎ mai-juin 2002
  • Jean-Claude Bouvier et Jean-Marie Guillon, La Toponymie urbaine  : significations et enjeux, actes du colloque tenu à Aix-en-Provence (11-12 décembre 1998) organisé par l'UMR Telemme, Paris, L'Harmattan,‎ 2001 (ISBN 2-7475-0656-8)