Grand-Auverné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grand-Auverné
Manoir de la Petite-Haie
Manoir de la Petite-Haie
Blason de Grand-Auverné
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Châteaubriant
Canton Moisdon-la-Rivière
Intercommunalité Communauté de communes du Castelbriantais
Maire
Mandat
Paulette Cruaut
2008-2014
Code postal 44520
Code commune 44065
Démographie
Gentilé Alvernes
Population
municipale
815 hab. (2011)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 35′ 32″ N 1° 19′ 44″ O / 47.5922222222, -1.3288888888947° 35′ 32″ Nord 1° 19′ 44″ Ouest / 47.5922222222, -1.32888888889  
Altitude Min. 37 m – Max. 88 m
Superficie 34,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Grand-Auverné

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Grand-Auverné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Grand-Auverné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Grand-Auverné
Liens
Site web grand-auverne.a3w.fr

Grand-Auverné est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire).

Grand-Auverné fait partie de la Bretagne historique et du pays de la Mée.

Commune rurale, Grand-Auverné a connu un épisode industriel avec la présence d'une forge du XVIIe au XIXe siècle. Lors de la Révolution française, les landes autour du bourg servent de refuge aux Chouans, la population pâtit des affrontements avec les Républicains. L'économie de la commune, qui a également bénéficié de la présence de carrières d'ardoise jusqu'à la fin du XIXe siècle, est essentiellement agricole. Le déclin démographique observé depuis le milieu du XIXe siècle semble être enrayé au début du XXIe siècle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Grand-Auverné dans le département de la Loire-Atlantique.

Grand-Auverné est situé à quinze kilomètres au sud de Châteaubriant, à 45 kilomètres au nord-est de Nantes, à 60 kilomètres au nord-ouest d'Angers, à 63 kilomètres au sud de Rennes et à 68 kilomètres au sud-ouest de Laval[1]. Les communes limitrophes sont Moisdon-la-Rivière, Petit-Auverné, Saint-Sulpice-des-Landes, Riaillé et La Meilleraye-de-Bretagne.

Communes limitrophes de Grand-Auverné
Moisdon-la-Rivière Petit-Auverné
Grand-Auverné
La Meilleraye-de-Bretagne Riaillé Saint-Sulpice-des-Landes

Relief[modifier | modifier le code]

Grand-Auverné se situe à l'est du Massif armoricain. Son territoire est légèrement vallonné, les plis sont orientés est-ouest. Le nord de la commune et le bourg sont sur un plateau élevé, le centre se situe trente mètres plus bas, et le relief s'élève de nouveau au sud de la commune[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée[3] par le Canut, affluent de la Vilaine, et par ses tributaires, le Don (rejoint sur Grand-Auverné par les ruisseaux des Rinais, de Brianson et le Nilan ainsi que par le tributaire de ce dernier, le ruisseau Brêche), ainsi que par les ruisseaux de Launay (et par son affluent, le ruisseau de la Haluchère) et du Bardeau[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de la Loire-Atlantique.

Avec sa façade océanique orientée vers l'Ouest et un relief peu accentué, le climat de la Loire-Atlantique est de type tempéré océanique[4]. Les hivers y sont doux (5 °C en moyenne), les étés faiblement chauds (18 °C en moyenne). Les précipitations sont fréquentes (surtout en hiver et au printemps) mais rarement violentes. Les données concernant le climat de Grand-Auverné qui suivent sont extraites d'une source basant le site de relevé des données météorologiques aux coordonnées 47°09'N - 1°37'O[5], ce qui correspond à la position de l'Aéroport Nantes-Atlantique situé sur la commune de Bouguenais, à 50 km de Grand-Auverné.

Climatologie de Bouguenais sur la période 1961 - 1990 :
Températures moyennes
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,4 2,8 4 5,9 9 11,9 13,9 13,5 11,8 8,9 5,1 3 7,7
Température moyenne (°C) 5,4 6,2 8,1 10,4 13,6 16,9 19,1 18,7 16,8 13,1 8,6 6 11,9
Température maximale moyenne (°C) 8,4 9,6 12,2 14,9 18,2 21,9 24,4 24 21,8 17,3 12 9 16,1
Ensoleillement (h) 72 99 148 187 211 239 267 239 191 140 91 70 1 956
Précipitations (mm) 86,6 70,2 69,1 49,9 64,1 45 46,4 44,8 62,2 79,2 86,9 84,1 788,5
Source : Infoclimat, relevés 1961-1990[5]


Toponymie[modifier | modifier le code]

Auverné viendrait du celte vernos (aulne)[F 1]. En 1793, la scission de la commune en deux entités indépendantes portant le nom d'Auverné a entraîné l'ajout des préfixes Grand et Petit pour les distinguer.

La commune possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale : Graund-Auvernaé (écriture ELG, prononcé [gʁɔ̃.to.vɛʁ.nə ])[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des mégalithes présents sur le territoire de Grand-Auverné (on en dénombre huit à la fin du XIXe siècle, certains ont disparu depuis) sont la preuve de l'ancienneté de peuplement de la zone. Des sépultures celtes et mérovingiennes ont été mises au jour[F 1].

La région devient bretonne en 851, et fait partie du duché de Bretagne jusqu'à l'union de la Bretagne à la France en 1532.

En 1140 des moines fondent une abbaye dans la paroisse voisine de Meilleray. Auverné fait alors partie du duché de Bretagne, et dépend de la baronnie de Vioreau, et plus précisément de la seigneurie de la Haie. La paroisse est est divisée entre les juridictions des seigneurs de la Haie, du Val et de la Rivière[F 1].

À la Révolution, les landes de la paroisse d'Auverné est un refuge pour les Chouans. La riposte des Républicains face au harcèlement chouan est violente, la population subit des brutalités et des massacres. La paroisse donne lieu à la création de deux communes, Grand-Auverné à l'ouest et Petit-Auverné à l'est[F 1].

La commune de Grand-Auverné a une économie basée sur l'agriculture, de l'exploitation de carrières de pierre ou d'ardoise, ainsi qu'une forge. À la fin du XXe siècle l'agriculture est toujours prépondérante, et des carrières de sable d'anciens fonds marins sont en activité[F 1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.

Grand-Auverné est située dans le canton de Moisdon-la-Rivière, arrondissement de Châteaubriant, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire)[7]. Comme pour toutes les communes françaises comptant entre 500 et 1 500 habitants, le Conseil municipal est constitué de quinze membres en 2011[8].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1806 Bernard de La Durantais    
1806 1832 Claude Floret    
1832 1848 Ernoul de La Provoté    
    Blino    
    Pierre Rabu    
    Michel Gandon    
1872 1900 Julien Robard    
1900 1900 Charles de Saint-Amand    
1900 1939 Joseph Rochereau    
1939 1945      
mai 1945 juin 1995 Jacques de Kérangat    
juin 1995 mars 2008 André Cruaut    
mars 2008   Paulette Cruaut    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Grand-Auverné est membre de la communauté de communes du Castelbriantais, qui est constituée de dix-neuf communes regroupées autour de Châteaubriant[9].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l’Insee en 1999, Grand-Auverné est une commune rurale non polarisée[10].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 815 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 109 1 121 1 112 1 128 1 409 1 366 1 443 1 496 1 560
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 637 1 724 1 710 1 821 1 904 1 802 1 746 1 764 1 530
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 435 1 385 1 408 1 148 1 106 1 064 1 062 1 075 1 043
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 041 1 051 905 877 754 681 723 711 805
2011 - - - - - - - -
815 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2004[12]. , pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[13], pour le recensement 2005 : base Cassini de l'EHESS)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (23,6 %) est en effet supérieur au taux national (22,7 %) et au taux départemental (20,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,9 % contre 48,7 % au niveau national et 48,5 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à Grand-Auverné en 2009 en pourcentage[14]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
6,8 
75 à 89 ans
10,4 
13,2 
60 à 74 ans
15,9 
21,2 
45 à 59 ans
18,7 
20,7 
30 à 44 ans
19,7 
14,1 
15 à 29 ans
11,9 
23,7 
0 à 14 ans
22,5 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[15]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Grand-Auverné dépend de l'académie de Nantes. La commune abrite une école primaire de l'enseignement catholique, l'école Notre-Dame des Anges[16]. Le collège public le proche se trouve à Saint-Mars-la-Jaille, et les lycées se situent à Châteaubriant[17].

Santé[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de médecin ni d'infirmiers à Grand-Auverné, les plus proches sont situés à Moisdon-la-Rivière[18]. L'hôpital et les cliniques les plus proches se situent à Châteaubriant[19].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenu fiscal[modifier | modifier le code]

En 2008, le revenu fiscal médian par ménage était de 14 209 €, ce qui plaçait Grand-Auverné au 28 726e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole[20].

Entreprises, commerces, agriculture[modifier | modifier le code]

Au lieu-dit Lambrun une carrière de roches meubles (sables, graviers) est exploitée par la société Lafarge[21].

L'agriculture est un secteur économique important de Grand-Auverné. Si, selon l'Insee, le nombre d'exploitations a diminué entre 1988 et 2000, passant de 79 à 55, la surface exploitée a légèrement diminué (de 2 833 à 2 456 hectares) sur cette période. L'élevage bovin a régressé (4 224 bêtes en 1988, 3 861 en 2000), tandis que le nombre de volailles a nettement progressé, passant de 106 925 à 122 900[14].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de Grand-Auverné.

Le manoir de la Petite-Haie, datant des XVe et XVIe siècles succède au château seigneurial de la Grande-Haie, sans doute à l'origine d'Auverné. Le manoir de la Petite-Haie est en schiste ; les façades et les toitures des deux corps de bâtiment y compris la chapelle et le pigeonnier, l'escalier extérieur avec sa loggia, sont inscrits aux Monuments historiques[F 1],[22].

D'autres manoirs parsèment la commune : le château-Gaillard à la Nantais date du XVIIe siècle, tout comme le manoir du Val[F 2], le château de Launay a été bâti au XIXe siècle. Ce dernier contient une cheminée monumentale remarquable[F 3].

La dévotion chrétienne a également suscité des constructions. L'église paroissiale a été construite en 1879, en pierre blanche, dans un style néo-gothique. Grand-Auverné compte également les chapelles Notre-Dame-de-Bon-Secours à Aunais et Sainte-Anne à la Blanche[F 4]. Des croix et calvaires ont été érigés en plusieurs endroits : le calvaire du val Rochemort est bâti sur un site qui est une nécropole depuis l'époque celte ou gallo-romaine, une tombe de cette époque est découverte lors de la construction du calvaire actuel en 1946[F 1] ; le calvaire de Villechoux, en schiste bleu, date du XVIIe ou du XVIIe siècle[F 2] ; la Bonne-Croix est érigée en 1782, abattue en 1796 et aussitôt relevée, restaurée en 1895 et 1990. Au pied de cette croix, des processions de femmes sont venues implorer la sauvegarde de leurs proches lors de la Première Guerre mondiale[F 3].

Près du grand Moulin du val, se trouve la butte du Trésor, où l'on voit des restes de retranchements romains et d'une voie romaine.

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Villepot

De gueules au chevron d'or accompagné de trois fleurs de lys du même ; au chef d'hermine.

Le chef d'hermine évoque le blasonnement d'hermine plain de la Bretagne, rappelant l'appartenance passée de la ville au duché de Bretagne. Blason conçu par M. de Kerangas, dessiné par l'héraldiste Michel Pressensé (délibération municipale du 22 avril 1966), enregistré le 17 mars 1971.

Devise[modifier | modifier le code]

La devise de Grand-Auverné : « Pax Et Bonum ».

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Joseph Doré, archevêque de Strasbourg de 1997 à 2006 est né au Grand-Auverné le 26 septembre 1936.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article..

  • Jean-Luc Flohic (dir.) et Georges Vanderquand, Le Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique, vol. 1, Charenton-le-pont, Flohic éditions,‎ 1999, 1383 p. (ISBN 2-84234-040-X), p. 575-579. Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  • Jean-Luc Flohic (dir.) et Georges Vanderquand, Le Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique,‎ 1999 (voir en bibliographie).
  1. a, b, c, d, e, f et g p. 575
  2. a et b p. 576
  3. a et b p. 577
  4. p. 578
  • Autres références.
  1. « Grand-Auverné », sur Localisation interactive, orthodromie et navigation (consulté le 9 mai 2011)
  2. a et b Carte IGN de Grand-Auverné sur Géoportail.
  3. « Notice du Sandre sur Grand-Auverné », sur site du Sandre (consulté le 9 mai 2011)
  4. « Carte France - Climat », sur site CartesFrance.fr (consulté le 21 mars 2010)
  5. a et b Relevés 1961-1990 « Normale et records - Nantes, Loire-Atlantique (44), 26 m - 1961-1990 », sur site infoclimat,‎ 21/03/2010 (consulté le 14 mars 2011)
  6. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  7. « Fiche de la commune de Grand-Auverné », sur insee.fr (consulté le 9 mai 2011)
  8. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  9. « Le Grand-Auverné », sur Communauté de communes du Castelbriantais (consulté le 9 mai 2011)
  10. « Carte thématique », sur Insee (consulté le 3 mai 2011) ; cheminement : sur la petite carte de France, onglet Départements, puis choisir le département, puis menu déroulant Couches d'aide à la sélection
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  13. « Grand-Auverné 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 31 décembre 2012).
  14. a et b « Résultats du recensement de la population - Grand-Auverné - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  15. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  16. « Les écoles de l'académie », sur Académie de Nantes (consulté le 14 mars 2011)
  17. « Annuaire des établissements », sur Académie de Nantes (consulté le 14 mars 2011)
  18. « Recherche », sur Les pages jaunes (consulté le 9 mai 2011)
  19. « Liste des hôpitaux et cliniques de la Loire-Atlantique », sur Annuaire sanitaire et social (consulté le 9 mai 2011)
  20. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur le site de l'Insee (consulté le 6 novembre 2010)
  21. « Liste des carrières de la Loire-Atlantique », sur Ligue de protection des oiseaux (consulté le 14 mars 2011)
  22. « Notice no PA00108616 », base Mérimée, ministère français de la Culture