Landivisiau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Landivisiau
Église de Landivisiau.
Église de Landivisiau.
Blason de Landivisiau
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Morlaix
Canton Landivisiau (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Landivisiau
Maire
Mandat
Laurence Claisse
2014-2020
Code postal 29400
Code commune 29105
Démographie
Gentilé Landivisiens
Population
municipale
9 176 hab. (2011)
Densité 483 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 30′ 36″ N 4° 04′ 01″ O / 48.51, -4.06694448° 30′ 36″ Nord 4° 04′ 01″ Ouest / 48.51, -4.066944  
Superficie 18,98 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Landivisiau

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Landivisiau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Landivisiau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Landivisiau
Liens
Site web http://www.landivisiau.fr

Landivisiau [lɑ̃divizjo] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France. C'est la capitale historique du cheval breton (foire aux chevaux annuelle).

Géographie[modifier | modifier le code]

Située en Bretagne, Finistère nord. En bordure de la RN 12 ; 25 kilomètres de Brest et 100 kilomètres de Saint-Brieuc

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Bodilis Plougourvest Rose des vents
Saint-Servais N Guiclan
O    Landivisiau / Landivizio    E
S
Lampaul-Guimiliau

Histoire[modifier | modifier le code]

Étymologie et origines[modifier | modifier le code]

Landivisiau vient du breton lann qui signifie « ermitage » et de saint Thivisiau qui est à l'origine du patronyme de Gwisiau. Son origine provient de cet établissement monastique datant du Haut Moyen Âge et jusqu'à la Révolution française, Landivisiau resta une simple trève dépendante de la paroisse de Plougourvest.

En breton, Landivisiau est orthographié Landivizio.

Dates clés[modifier | modifier le code]

  • 1292 : apparition du nom Landeviziau.
  • 1309 : changement de nom pour Landivisiau.
  • 1497 : construction de la chapelle Saint-Guénal.
  • 1590 : début de la construction du clocher de l'église.
  • Entre 1610 et 1620 : construction de la chapelle Sainte-Anne.
  • 1856 : transfert de la chapelle Sainte-Anne dans le cimetière.
  • 1875 : construction de la chapelle Notre-Dame-de-Lourdes.
  • 1958 : destruction des anciennes halles.
  • 1960 : construction des nouvelles halles.
  • 1963-1965 : construction de la base aéronavale.
  • 1982 : inauguration de la nouvelle mairie.
  • 2007-2008 : construction de la nouvelle caserne des pompiers.
  • 2007 : inauguration de la nouvelle piscine.

Du XVIe siècle au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Située au cœur du pays de l'industrie de la toile, Landivisiau s'enrichit considérablement aux XVIe siècle et XVIIe siècle.

Guy Abgrall (1731-1778) est maire » de Landivisiau en 1764. Son inventaire après décès du 07-01-1778 donne 5847 livres (550 livres agricoles et 4521 livres textiles). Voir article paru dans la revue française d'apiculture en janvier 1979[1].

La Révolution française[modifier | modifier le code]

Un livre d'Isabelle Bras décrit Landivisiau pendant la Révolution française[2]. L'année 1789-1790 y fut particulièrement agitée[3].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Les tanneries sont une activité importante au XIXe siècle.

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le marché couvert.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le 24 juillet 1944, des avions alliés bombardent et mitraillent la gare de Landivisiau ; plusieurs immeubles du voisinage sont endommagés. Le viaduc ferroviaire de Guimiliau est aussi attaqué le même jour. Le lendemain 25 juillet 1944, la gare de Landivisiau est à nouveau mitraillée et la locomotive d'un train de marchandises mise hors d'usage[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

D’après le recensement Insee de 2010, Landivisiau compte 9 167 habitants (soit une augmentation de près de 5 % par rapport à 1999). La commune occupe le 1 055e rang au niveau national, alors qu'elle était au 1 026e en 1999, et le 13e au niveau départemental sur 283 communes.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Landivisiau depuis 1793. Le maximum de la population a été atteint 2010 avec 9 167 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 360 2 124 2 690 2 547 2 853 3 031 3 217 3 482 3 420
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 304 3 317 3 211 3 203 3 359 3 706 4 002 4 079 4 240
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 354 4 385 4 713 4 647 4 544 4 543 4 518 5 445 4 926
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
5 583 6 174 7 605 7 964 8 254 8 751 8 739 8 731 9 096
2011 - - - - - - - -
9 176 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (24,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,1 %, 15 à 29 ans = 20,2 %, 30 à 44 ans = 22,8 %, 45 à 59 ans = 20,1 %, plus de 60 ans = 16,6 %) ;
  • 52,1 % de femmes (0 à 14 ans = 18,8 %, 15 à 29 ans = 18,2 %, 30 à 44 ans = 19,8 %, 45 à 59 ans = 18,9 %, plus de 60 ans = 24,3 %).
Pyramide des âges à Landivisiau en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
1,0 
5,2 
75 à 89 ans
10,3 
11,2 
60 à 74 ans
13,0 
20,1 
45 à 59 ans
18,9 
22,8 
30 à 44 ans
19,8 
20,2 
15 à 29 ans
18,2 
20,1 
0 à 14 ans
18,8 
Pyramide des âges du département du Finistère en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
1,2 
6,7 
75 à 89 ans
11,6 
13,6 
60 à 74 ans
15,3 
21,4 
45 à 59 ans
20,2 
20,8 
30 à 44 ans
18,9 
18,4 
15 à 29 ans
16,1 
18,7 
0 à 14 ans
16,7 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1879 1884 Hyppolyte Le Maitre    
1884 1888 François-Marie Quéinnec    
1888 1908 Louis Quéinnec    
1908 1915 Gabriel Pouliquen   Notaire
1915 1917 Yves Pape    
1917 1939 Gabriel Pouliquen   Notaire
1939 1944 Joseph Grall    
1944 1965 Joseph Pinvidic RPF  
1968 1983 Yves Queguiner RPR Chef d'entreprise
1983 2001 Charles Miossec RPR Cadre commercial
2001 2014 Georges Tigreat UMP Assureur
2014 en cours Laurence Claisse DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Landivisiau

Blason de Landivisiau :
De gueules à l'écusson d'or chargé d'un lion morné de sable, accompagné de huit mâcles aussi d'or ordonnées en orle 3, 2 et 3.
Approuvé en conseil municipal le 22 mai 1981[9].
Explications : les armoiries se basent sur un sceau de 1482 où apparaissaient les armoiries des familles de Léon et de Rohan. Le lion représente la famille des Léon, les macles d’or la famille des Rohan.
Concepteur : dessin de Jean-Édouard Benoiston et mis en relief par le sculpteur Antoine Roland.

Monuments et sites[modifier | modifier le code]

  • La fontaine Saint-Thivisiau

les dix panneaux représentent, de haut en bas et de gauche à droite : un pèlerin, une nonne, un ange, la sainte trinité, un ange, une nonne, un moine, un ange, une nonne, un moine

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • l'église paroissiale Saint-Thivisiau
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • Chapelle Sainte-Anne, construite entre 1610 et 1620
  • Les Halles, démolies en 1958
  • Le manoir de Créac'h Kellen, aujourd'hui reconvertis en "espace culturel Lucien-Prigent"

Industrie[modifier | modifier le code]

  • C'est sur la zone du Fromeur qu'est située l'usine Celtys, Ainsi que le groupe Quéguiner Matériaux, leader Breton dans la commercialisation de matériaux et de produits dérivés du béton.
  • Un site de production Marine Harvest Kritsen : spécialiste dans le conditionnement et la préparation de saumons fumés y est implanté.
  • Un site de production Mer Alliance Narvik : spécialiste dans le conditionnement et la préparation de saumons fumés y est implanté.
  • Un site de production Tecnor-Sofac, fabricant d’aliments pour animaux d'élevage est implanté sur la commune' à proximité de la gare.

Projet d'implantation d'une centrale au gaz[modifier | modifier le code]

En décembre 2011, la municipalité a exposé en conseil extraordinaire un projet de Centrale au Gaz à Cycle Combiné (CGCC) de production d'électricité. Le projet, porté d'une part par la société Direct-Énergie et d'autre part par l’État avec le concours de la Région suscite de nombreuses réactions citoyennes. Ainsi, le collectif GASPARE et plusieurs associations locales (dont "Landivisiau doit dire NON à la centrale") entendent dénoncer le projet[10].

Enseignement et langue bretonne[modifier | modifier le code]

Maternelle[modifier | modifier le code]

  • Publiques
    • École de Kervignounen
    • École de l'Arvor
    • Skol Diwan Landivizio
  • Privées
    • École Notre-Dame-des-Victoires
    • École de Sainte-Marie Lannouchen

Primaire[modifier | modifier le code]

  • Publiques
    • École de Kervignounen
    • École de l'Arvor
  • Privée
    • École Notre-Dame-des-Victoires

Collèges[modifier | modifier le code]

  • Public
    • Collège de Kerzourat
  • Privé
    • Collège Saint-Joseph

Lycées[modifier | modifier le code]

  • Public
    • Lycée du Léon - Le lycée du Léon de Landivisiau accueille 400 élèves de second cycle en sections générales et technologiques-tertiaires, auxquels s'ajoutent 70 étudiants en BTS Management des Unités Commerciales. Le lycée propose également une option musique facultative (théorie et pratique), notée au baccalauréat.
  • Privé
    • Lycée du Saint-Esprit - Le lycée Saint-Esprit accueille des élèves de la Seconde générale à la Terminale, le lycée propose différents ateliers le mardi après-midi aux lycéens dont un atelier arts-plastiques (option facultative notée au baccalauréat).

Écoles spécialisées[modifier | modifier le code]

  • MFR de Landivisiau
  • AFPI Bretagne

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

À la rentrée 2012, une école Diwan voit le jour rue Georges-Clemenceau.

À la rentrée 2013, 127 élèves étaient scolarisés à l’école Diwan et dans les filières bilingues catholiques (soit 8,1% des enfants de la commune inscrits dans le primaire) [11].

Culture[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Le Bagad Landi lors du Gouel Bro Leon à Plouvorn en 2013
  • La ville de Landivisiau dispose d'une école de musique traditionnelle en relation avec le Bagad Landi.
  • Le Bagad Landi est créé en 1959 par frère Dominique, professeur au collège Saint-Joseph. Il fête ses 50 ans le 13 juin 2009.
  • Au sein des groupes de musiques landivisiens, certaines formations se sont particulièrement distinguées sur la scène rock local (les Delta, Unlimited freak out, Venus portal, les sans talents, Torapatora…).

Sports[modifier | modifier le code]

Cheval de trait lors d'une foire en 2006 dans la ville, qui dispose d'un club d'équitation et d'un hippodrome.
  • Club de handball : Landi-Lampaul en entente avec celui de Lampaul-Guimiliau
  • Club de football : Landi FC
  • Club de tennis : TC Landi
  • Club de tennis de table
  • Club de Natation : Pays de Landi Natation
  • Club de basket : LBA (Landi Basket Association)
  • Club de rugby : R.C.L (Rugby Club Landivisien)
  • Club d'équitation
  • Club Athlétique Landivisiau : Léon-Trégor-Atléthisme (Avec Morlaix et Saint-Pol-de-Léon)
  • Club de Badminton
  • Club de Judo : JUDO Club landivisien
  • Clud de tir à l'arc : les archers landivisiens
  • Club de Gymnastique : GST (Gas de Saint Thivisiau)
  • Danse classique : Le pont des arts
  • Cercle Celtique Danserien Lann Tivizio

Villes jumelées[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://gw.geneanet.org/flcharlet_w?lang=fr&m=NG&pz=valentin&nz=charlet&ocz=0&fn=guy&sn=abgrall&v=
  2. Isabelle Bras, Landivisiau pendant la Révolution : 1789-1799, 1988, CRBC, Brest
  3. Georges-M. Thomas, "Une année mouvementée à Landivisiau (août 1789 - novembre 1790)", Bulletin de la Société archéologique du Finistère, tome LXXIII, année 1947
  4. Éric Rondel, La Bretagne bombardée, 1940-1944, éditions Ouest et Cie, 2011, [ISBN 9-782364-28007-6]
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  7. « Évolution et structure de la population à Landivisiau en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 novembre 2010)
  8. « Résultats du recensement de la population du Finistère en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 novembre 2010)
  9. Site officiel de la commune de Landivisiau
  10. http://www.letelegramme.com/local/finistere-nord/morlaix/landivisiau/landivisiau/landivisiau-29-centrale-au-gaz-plus-de-mille-opposants-en-ordre-de-marche-04-03-2012-1621003.php
  11. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Juloded, grandeur et décadence d'une caste, Louis Elegoët, Presses universitaires de Rennes, 1998.
  • Le petit train Rosporden-Plouescat, Annick Fleitour, Éditions Ressac, Quimper, 2001. [historique de la petite ligne de chemin de fer à voie métrique qui desservait Landivisiau de 1912 à 1935]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]