Corseul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Corseul
Mairie de Corseul
Mairie de Corseul
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Dinan
Canton Plancoët
Intercommunalité Communauté de communes Plancoët-Plélan
Maire
Mandat
Alain Jan
2008-2014
Code postal 22130
Code commune 22048
Démographie
Gentilé Curiosolite ou Corsiolite
Population
municipale
2 060 hab. (2011)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 28′ 57″ N 2° 10′ 08″ O / 48.4825, -2.16888888889 ()48° 28′ 57″ Nord 2° 10′ 08″ Ouest / 48.4825, -2.16888888889 ()  
Altitude 120 m (min. : 13 m) (max. : 126 m)
Superficie 41,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Corseul

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Corseul

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Corseul

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Corseul

Corseul [kɔʁsœl] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en Région Bretagne. En gallo le nom de la commune est Corseû.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Corseul - en latin Fanum Martis (« temple de Mars ») - était la capitale gallo-romaine des Coriosolites, créée vers 10 av. J.-C. Aux IIIe et IVe siècles, comme beaucoup de métropoles régionales, Fanum Martis change son nom et prend celui du peuple dont elle est la capitale. Ces mutations toponymiques sont intervenues à une époque où la solidité de l'Empire romain s'effondrait. On observe alors, entre autres éléments significatifs, une renaissance des antiques divinités gauloises locales dans les sculptures religieuses et les inscriptions dédicatoires. Le changement de noms de cité relève sans doute un phénomène du même ordre, lié à une résurgence des vieux sentiments d'appartenance ethnique des peuples gaulois.

En 2005, des fouilles archéologiques ont permis de mettre à jour la villa antique des Alleux à Taden, située à proximité de l’ancien vicus[1] routier et portuaire de Taden. Cette agglomération était, durant la domination romaine, l’un des ports du chef-lieu de la cité des Coriosolites, Fanum Martis, devenue Corseul[2].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 en cours Alain Jan PS retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 967 4 756 3 950 4 006 4 180 4 251 4 236 3 332 3 346
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 234 3 174 3 266 3 225 3 247 3 295 3 294 3 259 3 165
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 922 2 846 2 845 2 445 2 529 2 445 2 323 2 188 2 060
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
2 020 1 925 1 955 2 022 1 987 1 977 1 891 1 900 2 012
2011 - - - - - - - -
2 060 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4])
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vestiges gallo-romains
Château de Montafilan
  • Château de Montafilan XIIe siècle Le château est en partie détruit, mais une partie reste visitable librement.
  • Vestiges gallo-romains, dont :
le Temple de Mars, au Haut-Bécherel,
la réserve archéologique de Monterfil,
la parcelle communale du Champ-Mulon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vicus : nom latin donné à une petite agglomération, notamment en Gaule romaine. Il pouvait s’agir d’un village gaulois d’avant la conquête.
  2. rapport d'activité 2006 de l’Inrap page 80
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Loïc Langouet, « La voie romaine Corseul-Avranches et son insertion dans le paysage », dans Les dossiers du Centre Régional Archéologique d'Alet, vol. 22, 1994, p. 47-70

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :