Vouhenans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vouhenans
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Arrondissement de Lure
Canton Canton de Lure-Sud
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Lure
Maire
Mandat
Paul Daval
2014-2020
Code postal 70200
Code commune 70577
Démographie
Population
municipale
389 hab. (2011)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 39′ 05″ N 6° 28′ 55″ E / 47.6514, 6.4819 ()47° 39′ 05″ Nord 6° 28′ 55″ Est / 47.6514, 6.4819 ()  
Altitude Min. 277 m – Max. 333 m
Superficie 8,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de Haute-Saône
City locator 14.svg
Vouhenans

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de Haute-Saône
City locator 14.svg
Vouhenans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vouhenans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vouhenans

Vouhenans est une commune française, située dans le département de la Haute-Saône en région Franche-Comté.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Vulnens en 1178, Vounans en 1317, Vouhenans depuis 1748.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le relief est relativement plat, voire vallonné comme en témoigne la présence de la butte offrant un panorama sur la ville de Lure voisine. La commune est traversée par une rivière, l'Ognon et son affluent le Rahin. Deux étangs sont sur le sol de Vouhenans.

Rose des vents Magny-Vernois Lure Rose des vents
Vy-lès-Lure
Les Aynans
N Moffans-et-Vacheresse
O    Vouhenans    E
S
Le Val-de-Gouhenans Gouhenans La Vergenne

Histoire[modifier | modifier le code]

En septembre 1944, lors de la libération, un seul obus est tombé sur le village, touchant le presbytère alors inoccupé, provoquant quelques dégâts matériels.

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

De sinople aux trois épis de blé tigés et feuillés d’or, à la roue de moulin de gueules cloutée alternativement du champ et d’argent brochant en pointe sur les tiges, le tout accosté de deux vergettes ondées d’argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014   Paul Daval   - style="vertical-align: top" mars 2008 mars 2014 Louis Arnaud    
mars 2001 mars 2008 Louis Arnaud    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 389 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
414 483 458 442 513 513 548 529 554
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
505 550 562 565 524 524 505 485 482
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
466 466 452 391 403 351 348 298 323
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
279 313 335 343 355 403 405 405 389
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Statue de la Vierge sur le pont sur l'Ognon, à l'entrée du village. Sa bénédiction a eu lieu le 7 septembre 1879.
  • La butte de Vouhenans d'où l'on peut observer le paysage alentour et s'enrichir grâce au panneau panoramique présent.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pierre Joseph Desault
  • Pierre Joseph Desault, né le 6 février 1744 à Vouhenans et mort à Paris le 1er juin 1795, il fut un précurseur de la chirurgie moderne, il apporta des soins à Louis XVII de France alors emprisonné à la Tour du Temple. Il fut nommé successivement professeur à l'école pratique, membre du collège de chirurgie en 1776, chirurgien en chef de la Charité en 1782, puis de l'Hôtel-Dieu en 1788. Il enseigna l'anatomie sur des cadavres et non plus sur les planches murales ou sur des pièces de cire. Pendant la Révolution française, il se dévoua aux malades et aux blessés. Il fut chargé en 1795 de donner des soins au jeune Louis XVII. Il mourut pendant ce traitement, à 51 ans. Une rumeur se propagea, Pierre Joseph Desault aurait été empoisonné pour avoir refusé de réaliser certains projets criminels du gouvernement révolutionnaire qui aurait voulu tuer Louis XVII. L'autopsie faite de son cadavre ne révéla aucune trace de poison dans ses organes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :