Dunkerque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dunkerque (homonymie).
Dunkerque
De haut en bas et de gauche à droite : l'hôtel de ville de Dunkerque, le rigodon de la bande de Dunkerque, le mémorial de l'Opération Dynamo, la statue de Jean Bart, le quai à conteneur du Grand Port Maritime, l'arrivée des 4 jours de Dunkerque 2010 et la plage de Malo-les-Bains.
De haut en bas et de gauche à droite : l'hôtel de ville de Dunkerque, le rigodon de la bande de Dunkerque, le mémorial de l'Opération Dynamo, la statue de Jean Bart, le quai à conteneur du Grand Port Maritime, l'arrivée des 4 jours de Dunkerque 2010 et la plage de Malo-les-Bains.
Blason de Dunkerque
Blason
Dunkerque
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Dunkerque
Canton -chef-lieu des cantons
de Dunkerque-Est et Dunkerque-Ouest
-canton de Coudekerque-Branche
-canton de Grande-Synthe
Intercommunalité Communauté urbaine de Dunkerque Grand Littoral
Maire
Mandat
Patrice Vergriete
2014-2020
Code postal 59140, 59240, 59430, 59640, 59279
Code commune 59183
Démographie
Gentilé Dunkerquois(es)
Population
municipale
91 386 hab. (2011)
Densité 2 082 hab./km2
Population
aire urbaine
265 974 hab.
Géographie
Coordonnées 51° 02′ 18″ N 2° 22′ 39″ E / 51.038333, 2.377551° 02′ 18″ Nord 2° 22′ 39″ Est / 51.038333, 2.3775  
Altitude Min. 0 m – Max. 17 m
Superficie 43,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord-Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Nord-Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Dunkerque

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Dunkerque

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dunkerque

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dunkerque
Liens
Site web www.ville-dunkerque.fr

Dunkerque est une commune française, sous-préfecture du département du Nord. Avec 91 386 habitants, la ville est la quatrième plus peuplée de la région Nord-Pas-de-Calais, la première hors de la métropole lilloise. Ses habitants sont appelés les Dunkerquois et les Dunkerquoises. La « cité de Jean Bart » est au centre de la communauté urbaine de Dunkerque Grand Littoral qui regroupe 18 communes et compte 200 000 habitants. Elle est également au cœur de la 34e aire urbaine de France avec plus de 265 000 habitants répartis dans 56 communes dont 4 du Pas-de-Calais. Via des accords avec d'autres villes de la Côte d'Opale et celles de la Flandre Occidentale belge, l'agglomération dunkerquoise est vouée, à terme, à appartenir à une métropole s'étalant de Boulogne-sur-Mer à Ostende.

L'histoire de Dunkerque est liée à la mer du Nord. Fondée il y a plus d'un millénaire, la ville était, à l'origine, un village de pêcheurs construit à l'extrémité ouest d'un banc de sable. L'érection d'une chapelle afin d'évangéliser la zone donna son nom à la ville duun-kerke (l'église des dunes en ouest-flamand). Dès lors, la ville se développa autour de son port. De par sa position sur la mer du Nord, Dunkerque suscita de nombreuses convoitises. Au cours de l'histoire, la ville a appartenu, périodiquement, au comté de Flandre, au Royaume d'Espagne, au Royaume d'Angleterre et au Royaume de France. Le 25 juin 1658, la ville changea trois fois de nationalités. Devenue définitivement française le 27 octobre 1662, la ville devint une place forte redoutée à la suite des travaux de Vauban. À cette époque, la ville abrita des corsaires dont le célèbre Jean Bart, héros entre autres de la bataille du Texel. Durant la Révolution, à la suite de l'abolition des cultes, la ville s'appela Dune libre. Durant la Première Guerre mondiale, demeurée aux mains des Alliés par suite de la défense franco-belge lors de la bataille de l'Yser, elle fut sévèrement bombardée par les Allemands conscient du rôle primordial du port. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, elle fut le théâtre de l'opération Dynamo et du siège de Dunkerque.

Le grand port maritime de Dunkerque, troisième de France en termes de trafic, représente le premier secteur d'emplois de la ville devant la grande distribution. Ils comportent des installations industrielles de sociétés telles qu'Arcelor Mittal, Air liquide, Europipe ou des installations pétrochimiques. Le port est également la première plateforme énergétique du Nord-Pas-de-Calais via la centrale nucléaire de Gravelines, la centrale DK6 et le terminal méthanier.

Le carnaval de Dunkerque est l'événement le plus connu de la ville ; ces festivités s'étalent sur une période comprise entre janvier et mars, où les habitants se réunissent dans les rues de l'agglomération aux rythmes de la fanfare guidée par le « tambour-major ».

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Panorama à 360° de Dunkerque.

Localisation[modifier | modifier le code]

La position de Dunkerque.
Situation géographique de Dunkerque.

Dunkerque est la sous-préfecture la plus septentrionale de France, située dans le département du Nord à 65 km au nord-ouest de Lille et à 241 km au nord de Paris à vol d'oiseau[1]. De plus Dunkerque est à moins de 300 km de quatre autres capitales européennes: Amsterdam, Bruxelles, Londres et Luxembourg. La ville est également sur le Méridien de Paris, et depuis 2000 sur la Méridienne Verte. Enfin, Dunkerque est baignée par la mer du Nord.

La superficie de la ville est de 43,89 km2, ce qui fait de Dunkerque la ville de plus de 20 000 habitants la plus étendue du Nord-Pas-de-Calais, devant notamment Lille et Calais[2].

Communes limitrophes de Dunkerque
Mer du Nord Mer du Nord Mer du Nord
Grande-Synthe Dunkerque Leffrinckoucke
Armbouts-Cappel
Spycker
Coudekerque-Branche
Cappelle-la-Grande
Téteghem

Toponymie[modifier | modifier le code]

Un toponyme vieux néerlandais composé de deux mots : Dun et kerque. Dun dérive du mot duyn, qui veut dire dune. Kerque dérive de kercke, et veut dire église. En néerlandais d'aujourd'hui Dunkerque s'écrit Duinkerke. Enfin, le nom peut être traduit comme église de la dune. D'autres exemples avec le même affixe sont Zutkerque (FR), Oostduinkerke (BE) et Hoedekenskerke (NL). Oostduinkerke signifie « Dunkerque de l'Est », ce qui par analogie avec la toponymie frisonne semble indiquer au Moyen Âge l'autre extrémité d'une île de cordon littoral comprenant près de Coxyde l'abbaye des Dunes.

Dunkerque se nomme Duinkerke en néerlandais et Duunkerke en flamand occidental.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le point culminant de Dunkerque est situé à 17 mètres d'altitude[3], il se trouve au sommet d'une butte située dans le quartier du « Grand Large ». Le paysage urbain est extrêmement plat, il est nivelé à environ 4 mètres sur l'ensemble du territoire. Ainsi le point culminant des quartiers habités de Dunkerque est situé en plein centre ville à mi-distance entre l'hôtel de ville et la place Jean-Bart.

Le point le plus bas de Dunkerque est situé au niveau de la mer sur la plage. Cependant au moment de la marée haute, le fond du « canal Exutoire » se trouve sous le niveau de la mer, l'écluse Tixier faisant alors barrage à l'eau de mer.

Le Blootland vu depuis Cassel, Dunkerque est à l'horizon à gauche.

Dunkerque appartient à la région naturelle du Blootland, caractérisée par un paysage plat de champs cultivés. Les zones forestières y sont peu nombreuses. L'altitude moyenne est très faible voire négative dans les polders. Le Blootland, aussi appelé « Plaine maritime de Flandre » est également composé de nombreux canaux chargés de drainer les eaux vers la mer : les wateringues.

L'agglomération dunkerquoise est une zone conquise sur la mer au fur et à mesure du temps. Originellement, cet endroit correspond au golfe de l'Aa. Peu à peu, le sable s'est accumulé dans le golfe et des îles se sont formées. Ce sable vert, très fin, imbibé d'eau, est connu sous le nom de sable pissart[Note 1],[b 1]. Cette couche de sable est épaisse de 20 m. L'eau qui se trouve dans cette couche de sable a deux provenances distinctes : dans la partie supérieure de la couche se trouve de l'eau douce qui provient de la pluie et de l'eau des canaux, par contre dans sa partie inférieure, il contient de l'eau saumâtre qui résulte de l'infiltration de l'eau de mer[b 2]. Cette couche également appelée Assise de Calais date du flandrien moyen. Elle est très rarement la couche supérieure sur le territoire de Dunkerque, elle est cependant au niveau du sol dans la moitié de la Basse-Ville (Dunkerque-Sud) et dans une bande de 4 km sur 2 km qui traverse Petite-Synthe[c 1].

Hormis ces deux zones, l'Assise de Calais est recouverte d'une couche dont l'épaisseur varie de 1 à 3 m[b 1]. La composition de cette couche dépend également de sa situation géographique. Ainsi, les quartiers habités de Dunkerque à l'exception de Petite-Synthe sont sis sur une couche formée de dunes et de cordons littoraux sableux récents[c 2]. Cette strate date du Moyen Âge, elle forme un promontoire qui surélève Dunkerque par rapport aux autres villes à l'intérieur des terres, par exemple il y a un dénivelé de 1,80 m entre Dunkerque et Bergues[b 1]. Le quartier de Petite-Synthe et le sud de Mardyck sont situés sur l'Assise de Dunkerque, une couche de limons, de sables et d'argiles. Cette strate s'est formée à partir du IIIe siècle de notre ère[c 3].

En terme géologique, d'après la stratigraphie, l'ensemble de ces couches date de l'âge du flandrien supérieur (quaternaire)[4].

Le port de Dunkerque est situé à la fois sur les deux couches citées précédemment et sur une couche de remblais installée afin d'agrandir rapidement le territoire portuaire.

Le sol dunkerquois empêche l'érection de bâtiments de grande taille par des procédés standards, mais il permet la culture de nombreuses plantes, fruits et légumes, comme en témoigne l'activité maraîchère de Rosendaël - étymologiquement la « vallée des roses » - au cours de son histoire.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Carte des canaux dunkerquois.
La mer du Nord à marée haute à Malo-les-Bains.

Malo-les-bains est baignée par la Mer du nord, tout comme la « digue du Braek » protégeant le port industriel. La géographie du reste de la ville est presque entièrement délimitée par des cours d'eau.

Le canal de Furnes peu après les quatre écluses.

Le canal de Bergues est le canal de plus ancien du Dunkerquois, il a été creusé au XVIe siècle et mis en service en 1634[5], afin de relier la ville de Bergues à l'arrière-port de Dunkerque. Son lit suit un axe globalement sud-nord. Il reçoit les eaux du canal de la Haute-Colme. À son arrivée à Dunkerque, le canal se divise en deux embranchements. La partie ouest du canal de Bergues séparant le « Jeu de Mail » sur sa rive gauche de la Basse-ville sur sa rive droite aboutit dans la partie ouest du « canal de jonction ». La partie est[Note 2] sépare la Basse-ville de Coudekerque-Branche sur sa rive droite et aboutit à l'extrémité est du « canal de jonction » au niveau de la zone des « 4 écluses », qui est un « carrefour hydraulique » de Dunkerque.

La construction du canal de Bourbourg a débuté en 1679 et il a été mis en service en 1846[6], sa réalisation est due à la volonté de relier l'Aa au port de Dunkerque. Le lit du canal suit globalement un axe sud-ouest - nord-est avant de se diviser en deux parties au niveau de la ville de Spycker au sud-ouest de Dunkerque. La partie ouest du canal, qui prend la direction du nord, est appelée « dérivation du canal de Bourbourg ». Elle sépare Mardyck sur sa rive gauche de Grande-Synthe et se jette dans le bassin du Port autonome de Dunkerque. La partie est du canal conserve le nom de canal de Bourbourg, elle suit une direction globalement ouest-est avant de bifurquer vers le nord au niveau de Coudekerque-Branche. Elle sépare Petite-Synthe sur sa rive gauche de Armbouts-Cappel, Cappelle-la-Grande et Coudekerque-Branche, elle sépare également sur ses cent derniers mètres le « Jeu de Mail » sur sa rive droite du « Carré de la vieille ». Le canal de Bourbourg se jette à l'extrémité ouest du « canal de jonction ».

Le port de plaisance du bassin de commerce.

Les canaux de Bergues et de Bourbourg accueillant une partie des eaux de l'Aa, Dunkerque constitue l'embouchure orientale du fleuve. De plus le canal de Bourbourg et sa dérivation forment une partie de la liaison Dunkerque-Escaut[7].

Le canal de Furnes a été construit au XVIIe siècle. Il débute au niveau des « 4 écluses » et prend une direction quasiment parallèle à la côte en direction de la Belgique, où, sous le nom de canal Nieuport-Dunkerque, il se jette dans la mer du Nord[8]. Le canal de Furnes accueille une partie des eaux des canaux de Bergues et du « canal de jonction ». Il sépare Rosendaël sur sa rive gauche de Coudekerque-Branche puis Téteghem.

Le canal des Moëres communiquait autrefois avec les canaux de Bergues et de jonction au niveau des « quatre écluses ». Le premier continuait vers le nord afin de se déverser dans la mer du nord via une cunette, le second venant du sud communiquait vers l'est avec le canal de Furnes et le troisième venant de l'ouest communiquait également avec le canal de Furnes. Le carrefour comportait donc quatre écluses, ce qui donna son nom à la zone. Aujourd'hui le canal des Moëres sépare le cimetière sur sa rive droite de Coudekerque-Branche avant de passer sous le canal de Furnes puis de se jeter après pompage dans le « canal exutoire »[9].

Le canal exutoire des wateringues, appelé « Exutoire » a été construit durant l'entre-deux-guerres, en lieu et place des glacis des anciens remparts de la ville. Outre les eaux du canal des Moëres, il accueille une grande partie des eaux provenant de la zone des « 4 écluses », c'est-à-dire celles du canal de Bergues et du « canal de jonction ». Il se jette à marée basse dans la mer du Nord au niveau de l'écluse Tixier[10]. À marée haute, l'écluse est fermée et le canal sert de bassin collecteur. En cas de fortes pluies ou de grandes marées, l'évacuation de l'eau est assurée partiellement par des pompes. L'exutoire sépare Dunkerque-Centre sur sa rive gauche, de Rosendaël, les « Glacis » et Malo-les-Bains.

Le canal de Mardyck a été mis en service en 1715, un an après le début des travaux. Il était destiné à fournir un accès à la mer supplémentaire aux eaux du canal de jonction tout en desservant Fort-Mardyck[11]. Il est relié à l'extrémité est de celui-là. Son usage fut cependant très bref puisqu'il ne fut utilisé comme tel que pendant cinq ans. Aujourd'hui, il sépare Petite-Synthe sur sa rive gauche de Saint-Pol-sur-Mer, il est recouvert par la voie express tout le long de cette délimitation, puis serpente sous forme de petits cours d'eau avant de se jeter dans le bassin du port autonome.

Le « canal de jonction » a été construit au début du XVIIIe siècle afin de relier le canal de Bourbourg aux « 4 écluses ». Son lit suit un axe est-ouest. Il sépare la Basse-ville au sud de Dunkerque-Centre au nord.

L'ensemble des canaux précédents drainent l'eau des petits ruisseaux, appelés wateringues qu'ils croisent tout au long de leur parcours.

Le canal de l'île Jeanty, séparant le quartier du même nom de Dunkerque-Centre, permet de relier l'extrémité ouest du canal de jonction au port est. Il fut construit aux environs de 1850[12].

La ville dispose également d'un grand bassin dans le port est. Il est relié à la mer par trois écluses permettant le passage de divers bateaux. Ce bassin est divisé en trois parties. La partie occidentale est le bassin du port autonome de Dunkerque, elle est globalement comprise entre la digue du Braek et Arcelor-Dunkerque et sert à la navigation et à l'amarrage de gros navires. La partie centrale est appelée « Bassin de Freycinet », elle contient six darses pour autant de môles ainsi que des cales sèches. Enfin la partie orientale est destinée à la plaisance, elle contient le bassin de commerce et le bassin de la marine. Le premier sépare la citadelle du centre-ville, le second sépare la citadelle du quartier de la gare.

Enfin le bassin du Grand-Large est directement relié à la mer du Nord, il contient le port de plaisance du Grand-Large et le port de pêche. Il sépare la citadelle des quartiers de la Victoire et du Grand-Large.

Risques principaux[modifier | modifier le code]

Le vapocraqueur de Polimeri Europe.

Les principaux risques qui pèsent sur Dunkerque sont de deux types.

Le premier risque est le risque industriel. En effet, la ville de Dunkerque compte sur son territoire quatre établissements classés SEVESO II auxquels s'ajoutent neuf autres établissements répartis dans les autres villes de la communauté urbaine. Il y a, entre autres, des raffineries, une aciérie (ArcelorMittal-Dunkerque), une usine de fabrication d'aluminium (Alcan-Aluminium Dunkerque) et des fabricants de polymères plus particulièrement de polyéthylène (Polimeri Europa France). Le therminal méthanier (en construction) viendra s'ajouter à cette liste. Les risques engendrés par un incident dans l'un de ces établissements sont l'effet de souffle dû à une explosion, la déflagration due à cette même explosion (ainsi que les incendies qu'elle causerait) et le rejet de produits chimiques dans l'environnement (eau ou air)[13]. De plus, compte tenu du fait que ces établissements sont pour la plupart voisins, une explosion dans l'un d'entre eux pourrait entraîner un effet domino.

La ville de Dunkerque est également soumise au risque nucléaire en raison de la centrale nucléaire de Gravelines, qui est située à environ 20 km du centre-ville. Selon l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), un accident ne nécessiterait pas l'évacuation immédiate de la population puisque la totalité de la ville se trouve à plus de 10 km de la centrale[14].

En outre, la présence d'un secteur industriel important dans les domaines de la pétrochimie, la métallurgie, la sidérurgie… font que Dunkerque est régulièrement confrontée à des problèmes de pollution atmosphérique.

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Nord-Pas-de-Calais.
station de surveillance maritime
Sémaphore de Dunkerque.

Le climat de la ville est tempéré océanique. La région Nord-Pas-de-Calais se trouve sur le parcours d'événements météorologiques contrastés, ce qui explique la diversité de son climat et la vitesse avec laquelle il change.

Lorsque le flux est d'ouest, l'agglomération se situe alors sur un axe privilégié des dépressions venues de l'océan Atlantique. Le vent est alors assez fort, voire tempétueux, les épisodes pluvieux et l'humidité sont importants. Le ciel est alors gris. Ce ciel de traîne éclate ensuite en grain parfois orageux ou grêleux[15].

Lorsque le flux est de nord, la Mer du Nord qui baigne la cité est le maitre d’œuvre du climat. Elle apporte des masses d'air venues directement du pôle Nord, les humidifie et les stabilisent. En hiver, il en résulte des grains, du tonnerre, de la grêle et de la neige[15].

Lorsque le flux est d'est, les masses d'air viennent alors de Russie. En été, le ciel est bleu et les températures sont agréables. En hiver, le ciel est également bleu mais les températures sont glaciales (largement négatives)[15].

Enfin lorsque le flux est de sud, la région hérite des masses d'air qui ont traversé la France et s'y sont réchauffées (en été) ou refroidies (en hiver). Lors de la saison estivale, les températures peuvent alors grimper en flèche. Au cours des canicules, il est alors possible que la station météorologique de Dunkerque enregistre la température la plus élevée de France en fin de matinée. Cependant la présence de masses d'air froides à proximité (au-dessus de la Manche ou la mer du Nord) entraine des épisodes orageux qui peuvent être très violents[15].

Il y a en moyenne 118,5 jours avec 1 mm ou plus de pluie[16]. La variation de température entre hiver et été est faible, avec 10,5 °C en moyenne. L'ensoleillement annuel de la ville est légèrement plus faible que la moyenne nationale (respectivement 1 900 h[17] contre 1 973 h).

Relevé météorologique de Dunkerque
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,2 3 5,1 6,9 10,2 13 15,2 15,6 13,5 10,2 6,7 3,9 8,9
Température moyenne (°C) 5,1 5,2 7,5 9,7 12,9 15,7 18,1 18,4 16,2 12,8 8,7 5,8 11,3
Température maximale moyenne (°C) 7 7,3 9,9 12,4 15,6 18,4 20,9 21,3 19 15,3 10,8 7,6 13,8
Record de froid (°C)
date du record
−13,4
1985
−18
1929
−7
1929
−2
1919
−1
1929
4
1955
6,6
1954
4
1927
4
1954
−2,4
1946
−8
1921
−10,6
1946
−18
1929
Record de chaleur (°C)
date du record
15
1998
19
1959
24
1923
28,4
1955
34
1922
33,4
1917
38,2
2006
36,2
1932
33,5
1926
30
1921
19,5
1927
16,6
1977
38,3
2006
Nombre de jours avec gel 6,3 6,1 1,5 0,1 0 0 0 0 0 0 1,6 5,5 21,1
Record de vent (km/h) 155 133 133 94 112 86 86 90 94 122 148 122 155
Précipitations (mm) 53,5 42 46 42,5 49,5 54,5 58,3 58,9 65,7 75,8 69,3 63,7 679,7
Nombre de jours avec précipitations 11,1 8,5 10 8,9 9,1 9 8,3 8,8 10,1 11,4 12 11,4 118,6
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 5 mm 3,7 2,8 3,2 2,9 3,6 4 4,2 4 4,4 5,5 4,6 4,6 47,5
Nombre de jours avec neige 2,9 2,7 1,8 0,8 0,1 0 0 0 0 0 0,8 1,9 10,9
Nombre de jours avec grêle 0,4 0,4 0,4 0,4 0,3 0 0 0 0 0,3 0,3 0,5 3
Nombre de jours d'orage 0,2 0,3 0,1 0,7 1,6 1,5 1,9 1,5 1,1 0,8 0,4 0,3 10,5
Nombre de jours avec brouillard 4,2 3,5 3,3 2,8 2,1 2,1 1,9 1,6 2,1 2,8 3,4 4,1 33,9
Source : Météo 59-62[15], Lameteo[18]
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
7
3,2
53,5
 
 
 
7,3
3
42
 
 
 
9,9
5,1
46
 
 
 
12,4
6,9
42,5
 
 
 
15,6
10,2
49,5
 
 
 
18,4
13
54,5
 
 
 
20,9
15,2
58,3
 
 
 
21,3
15,6
58,9
 
 
 
19
13,5
65,7
 
 
 
15,3
10,2
75,8
 
 
 
10,8
6,7
69,3
 
 
 
7,6
3,9
63,7
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

La température minimale à Dunkerque a été atteinte le 12 février 1928, avec −18,0 °C[19], et la température maximale de 38,2 °C le 19 juillet 2006[20]. Le 30 mai 1981, il est tombé 55 mm de pluie, et le 25 janvier 1990, le vent a soufflé à 155 km/h[21].

Une trombe marine s'est abattue sur Dunkerque et ses environs le 09 novembre 2001, à la suite de fortes rafales de vents, et des chutes de grêles[22].

Les quartiers de Dunkerque[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Les quartiers de Dunkerque.
Légende :
Dunkerque-Centre et Glacis-Victoire[Note 3], Dunkerque-Sud, Malo-les-Bains, Rosendaël, Petite-Synthe, Grand Port Maritime de Dunkerque[Note 4], Saint-Pol-sur-Mer et Fort-Mardyck
La mairie annexe de Malo-les-Bains

La ville est composée de plusieurs quartiers : Dunkerque-Centre, Dunkerque-Sud, Malo-les-Bains, Petite-Synthe, Rosendaël, Glacis-Victoire et des communes associées : Fort-Mardyck, Mardyck et Saint-Pol-sur-Mer.

Les quartiers historiques[modifier | modifier le code]

Dunkerque-Centre et Glacis-Victoire[modifier | modifier le code]

C'est le quartier central de Dunkerque, il contient l'hôtel de ville, la gare, les principaux pôles commerciaux (Pôle et Centre Marine) et plusieurs établissements scolaires. Il abrite également les ports de plaisances. Historiquement, c'est le berceau de la ville.

En janvier 2009, Glacis-Victoire a été détaché de Dunkerque-Centre afin de constituer un quartier à lui tout seul.

Dunkerque-Sud[modifier | modifier le code]

Le quartier est situé au sud-ouest du centre-ville. Il est en majorité composé d'habitations à loyer modéré. Historiquement, il correspond aux limites des fortifications qui entouraient la ville. Sa superficie est de 1,1 km2 et il abrite 6 724 habitants en 1999.

Malo-les-Bains[modifier | modifier le code]

Le quartier est une station balnéaire depuis plus de 100 ans. Il est réputé pour sa plage « la reine des plages du Nord » longue de 4 kilomètres ainsi que son casino et son palais des congrès : le Kursaal. Le quartier appartient à Dunkerque depuis le 17 décembre 1969, date à laquelle les deux villes ont fusionné. La superficie du quartier est de 3,76 km2 et, en 1999, 16 182 Dunkerquois y vivaient[23].

Rosendaël[modifier | modifier le code]

La « vallée des roses » a fêté ses 150 ans en 2010, ce quartier contient le centre hospitalier et le complexe sportif Stades de Flandres/Stade Tribut. À l'instar de Malo, Rosendaël a fusionné avec Dunkerque le 8 octobre 1971. En 1999, Rosendaël comptait 18 272 habitants, vivant sur une superficie de 3,97 km2[24].

Petite-Synthe[modifier | modifier le code]

Le quartier le plus étendu de Dunkerque, il contient une zone commerciale et une zone industrielle. La ville a fusionné le même jour que Rosendaël avec Dunkerque. En 1999, les Dunkerquois étaient 16 700 à vivre à Petite-Synthe, répartis sur une superficie de 11,45 km2[25].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Les communes associées[modifier | modifier le code]

Mardyck[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Mardyck (Nord).

En 1980, la ville de Mardyck s'associe avec Dunkerque. Mardyck est située presque totalement à l'intérieur du Grand port maritime de Dunkerque. Elle est séparée de Dunkerque par la commune de Grande-Synthe. L'ancienne commune accueille plusieurs établissements industriels (Polimeri Europe, Arcelor Mardyck, etc.). En 2009, elle compte environ 331 habitants[26].

Saint-Pol-sur-Mer[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Saint-Pol-sur-Mer.

Le 8 décembre 2010, Saint-Pol-sur-Mer s'associe avec Dunkerque. La commune fut créée en 1877 par détachement de la commune de Petite-Synthe. Elle doit son nom à l'estaminet qui se trouvait à l'entrée de la ville : « le Saint Pol » ainsi baptisé en mémoire du Chevalier de Saint-Pol-Hécourt, compagnon du fameux corsaire dunkerquois Jean Bart. En 1889 on ajouta « sur Mer », cela avant que Dunkerque n'achète en 1912 les terrains situés en bord de mer pour agrandir son port. En 2009, elle comptait 21 860 habitants[26].

Fort-Mardyck[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Fort-Mardyck.

Le 8 décembre 2010, Fort-Mardyck s'associe avec Dunkerque. L'ancienne commune tire son nom du fort construit en 1622 sous la domination espagnole, pour protéger la passe ouest de Dunkerque. En 1662, après la victoire de Turenne lors de la Bataille des Dunes, Louis XIV rachète Dunkerque et le fort de Mardyck aux Anglais. Colbert, ministre de la marine, installe une colonie de marins sur l'emplacement du fort. En 2009, elle comptait 3 605 habitants[26].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Carte des infrastructures routières et ferroviaires de la région
Réseau routier 

Dunkerque est à proximité de deux autoroutes, l'A25 de Bergues à Lille, reliée à Dunkerque par la N225, et l'A16/E40 qui relie L'Isle-Adam dans le Val-d'Oise à la Belgique à la hauteur de Bray-Dunes, via Calais, Boulogne-sur-Mer, Abbeville, Amiens et Beauvais.

Plusieurs sorties de l'A16 desservent Dunkerque : la sortie 53 dessert Mardyck, la sortie 54 dessert Mardyck et Fort-Mardyck, la sortie n57b dessert Fort-Mardyck, Saint-Pol-sur-Mer et Petite-Synthe, la sortie 58 dessert Petite-Synthe et Saint-Pol-sur-Mer, la sortie 59 dessert Dunkerque-Sud, la sortie 60 dessert Dunkerque-Sud et Dunkerque-Centre, la sortie 62 dessert Dunkerque-Centre, Glacis-Victoire, Rosendaël et Malo-les-Bains enfin, les sorties 63 et 64 desservent Malo-les-Bains et Rosendaël. L'A16 étant gratuite dans le secteur de Dunkerque, elle constitue une rocade permettant de se déplacer rapidement d'un côté à l'autre de la ville. La vitesse y est limitée à 110 km⋅/h dans l'agglomération.

L'A25 a été achevée en 1972[27]. Il s'agissait à l'époque de relier Lille au port de Dunkerque alors en plein essor. Quant à l'A16/E40, elle a été mise en service le 15 juin 1993, afin de relier les trois ports du Nord-Pas-de-Calais (Calais, Boulogne-sur-Mer et Dunkerque) ainsi que le Tunnel sous la Manche[28].

Dunkerque est également sur le trajet de plusieurs routes nationales : l'ex-N1 relie Paris à Bray-Dunes via Amiens, Montreuil-sur-Mer, Boulogne-sur-Mer et Calais (La N1 est rebaptisée, en 2005, D601 dans le département du Nord et cela depuis que sa gestion a été rétrocédée par l'État au département), la N225 joint l'A16 à l'A25 et l'ex-N353 relie Fort-Mardyck à Dunkerque (la N353 a été absorbée par la N225 puis nommée, en 2005, D625 à la suite du transfert de la gestion d'une partie de la N225, dont l'ex-N353, au département du Nord).

Réseau ferroviaire 
La gare de Dunkerque.

Des liaisons ferroviaires sont assurées au départ de la gare de Dunkerque vers plusieurs destinations. La gare de Paris-Nord est desservie par des liaisons TGV directes, le trajet dure entre 1 h 45 min et 2 h 30 min en fonction des liaisons, il y a en moyenne 9 trains au départ de Dunkerque et 7 au départ de la capitale. La gare de Lille-Europe est située à 35 minutes en TERGV de Dunkerque, il y a en moyenne 6 aller-retour par jour. La gare de Lille-Europe permet ensuite de rejoindre en TGV de nombreuses villes françaises (Bordeaux, Lyon, Marseille, etc.) ainsi que Londres via l'Eurostar.

La gare de Lille-Flandres est accessible par la ligne 8 du réseau TER Nord-Pas-de-Calais, le trajet dure environ 1 h 5 min, en moyenne les trains parcourent quotidiennement 20 fois la ligne[29]. La gare de Lille-Flandres permet ensuite de rejoindre en TER de nombreuses ville régionales telles que Valenciennes, Douai ou Lens ainsi que des villes belges ou picardes proche de la région.

La ligne d'Arras à Dunkerque-Locale permet de rejoindre le chef-lieu du Pas de Calais via Hazebrouck (trajet empruntant la ligne 8 du réseau TER Nord-Pas-de-Calais jusqu'à Hazebrouck puis la ligne 6 du réseau) en contournant Lille. Le trajet jusqu'à Hazebrouck dure environ 30 min alors que la partie concernant la ligne 6 est parcourue entre 1 h et h 20[30].

La ville de Calais est desservie par TER via la ligne de Coudekerque-Branche aux Fontinettes, cette ligne étant en cours de « régénération », aucun train n'y circule pendant l'année 2013. Les travaux terminés, la fréquence des TER entre Dunkerque et la gare de Calais-Ville sera plus importante[31]. En attendant la fin des travaux, les deux villes sont reliées par l'autobus via l'A16, il y a cinq liaisons dans chaque sens quotidiennement la semaine et trois les week-ends[32]. Le temps de trajet va de 1 h à h 30.

La gare de Dunkerque est la première gare de marchandises de France avec un trafic annuel d'environ 12 millions de tonnes[33].

Bien que le potentiel existe, la liaison ferroviaire Dunkerque-La Panne-Gand n'est aujourd'hui plus utilisée. Les lignes de bus numéros 2 et 3 de DK'Bus Marine assurent cependant encore le transport de passagers entre Dunkerque et la Belgique.

Transport maritime et fluvial 

Au cours de la décennie 1990, il existait une liaison maritime entre Dunkerque-Centre et Douvres, mais celle-ci n'étant pas assez rentable elle a été arrêtée. Il existe, cependant, encore une liaison maritime avec Douvres, mais celle-ci se trouve dans le Port-Est à Loon-Plage. Elle est confiée à la société NorfolkLine.

Le canal Dunkerque-Escaut, qui est à grand gabarit, relie Dunkerque à Valenciennes et au projet de canal Seine-Nord Europe.

Transport aérien 

Les aéroports les plus proches de Dunkerque sont l'aéroport de Lille - Lesquin (situé à 89 km de la ville) qui assure des liaisons avec des villes françaises, d'Europe et d'Afrique francophone et l'aéroport de Bruxelles à 155 km pour les liaisons internationales.

Bus dunkerquois

L'aéroport de Calais-Dunkerque, situé à Marck, dessert à la fois Dunkerque et Calais. L'aérodrome des Moëres dessert également Dunkerque, tous deux sont des aérodromes de tourisme.

Transport en commun 
Article détaillé : DK'Bus Marine.

La ville de Dunkerque et son agglomération (Dunkerque grand littoral), sont desservies par la société Société des transports de Dunkerque et extensions (STDE) qui exploite neuf lignes régulières et des lignes de service à la demande. Elle transporte un peu plus de 15 millions de voyageurs annuels, parcourant un peu moins de sept millions de kilomètres annuels[34]. Le trajet des lignes dépend de l'heure et de la période (scolaire ou vacances/férié). Toutes les lignes hormis le 9, passent par la gare de Dunkerque. Une ligne 10 (navette plage) existe également pendant les mois de juillet et août qui fait le trajet de la ligne 3 entre la gare et l'arrêt Malo plage.

Un projet d'une ligne de TCSP Est/Ouest est à l'étude, un BHNS ou un tramway métrique version économique sur 13 km reliant Grande Synthe à Leffrinckoucke en passant par le centre sur une ligne de bus entièrement en site propre (protégé de la circulation routière)[35]. Résultat de l'étude connu avant fin 2012, début des travaux courant 2013-2014.

Vélo en libre service 

La ville de Dunkerque a inauguré le 31 août 2013 un système de vélos en libre-service nommé dk'Vélo comportant 20 stations, principalement à Dunkerque-Centre et Glacis-Victoire, pour 200 vélos. Le nombre de stations devrait augmenter progressivement[36].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique et drapeau[modifier | modifier le code]

Grandes armes de Dunkerque.
Article détaillé : Historique du blason de Dunkerque.

Les armes actuelles de la ville se blasonnent ainsi :

Drapeau de Dunkerque.
Coupé, en chef d'or au lion passant de sable, armé et lampassé de gueule, en pointe d'argent à un dauphin couché d'azur crêté et oreillé de gueules[37].

Le drapeau de Dunkerque est argent fascé d'azur, c'est-à-dire sur un fond blanc se trouvent trois bandes bleues, la bande la plus basse étant bleue. L'histoire de ce drapeau est peu connue  : sous la domination espagnole, la marine dunkerquoise a un pavillon qui lui est propre. En 1662, alors que Dunkerque devient définitivement française, le roi Louis XIV honore les corsaires dunkerquois en leur offrant un pavillon particulier afin de favoriser la course sur mer. Délivré le 24 juin 1684, il est alors blanc chargé d'une croix bleue en son centre[Note 5]. Durant le siècle suivant, les Dunkerquois conservent deux pavillons  : le premier bleu et blanc, et le second qui est une croix rouge sur fond blanc. Le 8 décembre 1817, le drapeau de Dunkerque est remplacé par décret officiel par le pavillon de Cherbourg, qui est blanc orné de deux bandes bleues. Au fil des temps, le drapeau porte une bande en plus et devient celui que l'on connaît aujourd'hui[38].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Décorations[modifier | modifier le code]

La citation « Dunkerque a bien mérité de la Patrie » récompense l'héroïsme des habitants de la ville lors du siège de Dunkerque en 1793. Quant aux médailles, elles sont de gauche à droite sur le blason :

Faits historiques[modifier | modifier le code]

La Bataille des Dunes en 1558 enlève la ville à l'Espagne pour la donner à l'Angleterre jusqu'en 1662, date de son achat par la France de Louis XIV.
Vue de Dunkerque côté mer vers 1700-1710 avec les fortifications construites par Vauban au travers du banc de sable.

L'origine[modifier | modifier le code]

L'histoire de Dunkerque commence il y a plus d'un millénaire lorsque des pêcheurs décident de s'installer sur des bancs de sable. La future ville est alors un bourg sans nom. Quelques décennies avant l'an 1000, on installe une église afin d'évangéliser le hameau de pêcheurs, dès lors le hameau est appelé Duinkerk (« L'église des dunes » en flamand occidental[40]) qui devient Dunkerque en français au fil des siècles. En 960, Baudoin III construit une première muraille autour du hameau devenu une « bourgade » car la ville connaît les premières invasions de son histoire. Au cours du XIIe siècle, la ville obtient le statut de « ville nouvelle ».

De 1297 à 1789[modifier | modifier le code]

Le 20 août 1297, Dunkerque devient française pour la première fois de son histoire. Cinq ans plus tard, elle redevient flamande. À cette époque, la ville dispose déjà d'un « corps échevinal » (l'ancêtre du conseil municipal), composé d'un mayeur et de neuf échevins.

Le 13 juillet 1338 éclate la guerre de Cent Ans, le comte de Flandre Louis de Nevers reste fidèle au trône de France, et décrète donc l'arrêt du commerce avec l'Angleterre[a 1]. Les villes flamandes, y compris Dunkerque, vivant du commerce avec les Anglais, se soulèvent alors contre le comte de Flandre[a 2]. La Flandre ralliée à l'Angleterre, les bateaux accostent à Dunkerque, le port prend l'importance jour après jour.

En 1395, Robert de Bar autorise la construction d'une nouvelle muraille autour de Dunkerque. La seule trace qui nous reste aujourd'hui est le Leughenaer[a 3]. Au milieu du XVe siècle, les Dunkerquois construisent un amer, c'est la naissance de l'actuel Beffroi[a 4]. Dix ans après, l'église Saint-Éloi l'utilise comme clocher[a 4]. La ville de Dunkerque est, à cette époque, entièrement tournée vers la mer et le commerce. La ville hérite les traditions festives des gens de la mer et des Flamands, c'est d'ailleurs à cette époque que nait l'ancêtre du carnaval de Dunkerque.

En 1520, Charles Quint est reçu triomphalement dans la ville en tant que trente-et-unième comte de Flandre[a 5]. Dunkerque est impliquée dans la guerre que le Habsbourg mène contre le roi de France, François Ier. En représailles, les pêcheurs dunkerquois sont attaqués par les corsaires français[a 6]. Le magistrat de Dunkerque prend la décision d'armer des bateaux en course[41] afin de protéger ses bateaux de pêche[a 7].

Dunkerque connut également des chambres de rhétorique, abolies en mai 1584 par le duc de Parme ; de celles-ci, celle des Carsonniers fut reconstituée plus tard et donna naissance à, du moins, un illustre représentant : Michel de Swaen[42].

Le 25 mai 1658, le maréchal Turenne fait le siège de la ville. Dix-neuf jours plus tard, le 14 juin 1658, une coalition franco-anglaise menée par Turenne et Lockhart attaque la ville, c'est la bataille des Dunes[a 8]. Le 25 juin 1658 est une date symbolique de l'histoire de la ville, soumise à de multiples convoitises. Au cours de la « folle journée », la ville est espagnole le matin, française au cours de la journée et enfin anglaise le soir.

Le 27 octobre 1662, Dunkerque, rachetée par Louis XIV au roi d'Angleterre, devient définitivement française. Le 28 novembre 1662 marque l'arrivée de dix troupes de cavalerie venues prendre officiellement possession de la ville. Le 2 décembre, le Roi Soleil fait une entrée triomphale dans Dunkerque. Vauban entreprend alors de fortifier la ville et développe son port, qui devient le plus grand port de guerre du royaume[a 9].

Dès 1670, Louis XIV encourage la course à Dunkerque. C'est à cette époque que Dunkerque va connaître le plus célèbre de ses corsaires : Jean Bart. Le 29 juin 1694, celui-ci sauve la France de la famine lors de la bataille du Texel[a 10].

En 1700 apparaît à Dunkerque la chambre de commerce qui fait prospérer les commerçants, la ville est alors une puissante place commerciale. Grâce aux fortifications de Vauban et à ses corsaires, la ville est imprenable par la mer.

Au XVIIIe siècle, le port de Dunkerque est une des plaques tournantes de la fraude avec les Anglais (smogglage), associé à Boulogne-sur-mer. Les contrebandiers viennent alors, par centaines, chercher des alcools et des produits de luxe. Le smogglage perdure jusqu'à la Révolution française, pour être ensuite mis en veille avec la guerre maritime contre l'Angleterre[43].

À la fin de la guerre de Sept Ans, la ville et son port furent le lieu de garnison d'une unité de soldats de marine, l'éphémère Régiment des Étrangers de Dunkerque.

De la Révolution française à 1914[modifier | modifier le code]

Les fortifications de Dunkerque subsistent jusqu'au début du XXe siècle.
On voit ici la Porte de Rosendaël, franchie par le tramway de Dunkerque peu avant la Première Guerre mondiale
La Place de la République, à la même époque

Au cours de l'hiver 1788-1789, l'hiver est rude, les bateaux ne peuvent débarquer dans le port, la ville est alors affamée et la révolte monte. La ville se prépare à la guerre après la déclaration de guerre de l'Autriche. Le 23 août 1793, Frederick, duc d'York et Albany assiège la ville. Le 8 septembre, le général Jean Nicolas Houchard arrive à Dunkerque et libère la ville après la victoire lors de la bataille d'Hondschoote, Dunkerque reste française[a 11].

Le 4 frimaire de l'an II (soit le 24 novembre 1793), Dunkerque adopte l'abolition de tous les cultes, Dunkerque signifiant « église des dunes » est renommée Dune libre[a 12].

En 1838, on construit le phare à l'entrée ouest du port, et des bateaux-feux balisent les bancs de sable[a 13].

Au cours du XIXe siècle, plusieurs personnages marquent l'histoire de la ville : Jean-Baptiste Trystram[a 14] contribue à l'essor du port qui est tant un port de marchandise qu'un port de pêche, à la morue notamment, Gaspard Malo achète des terrains à l'est de Dunkerque, il y construit une station balnéaire qui deviendra Malo-les-Bains. Cette station balnéaire, aujourd'hui englobée dans l'agglomération, permet l'essor commercial de Dunkerque.

La voie ferrée arrive à Dunkerque en 1838, ce qui contribue très fortement au développement du port de Dunkerque, ainsi qu'à celle de la ville et de ses voisines, qui forment rapidement une agglomération[44].

Dans le cadre du Plan Freycinet, on construit à Dunkerque des darses. Quelques années avant 1900, on fait construire l'hôtel de ville actuel, sur son fronton figure Louis XIV entouré des Dunkerquois célèbres[a 15].

La ville se dote en 1896 d'un réseau de tramway, dont la dernière ligne fermera en 1952

Les deux Guerres mondiales[modifier | modifier le code]

L'opération Dynamo
Dunkerque en feu

Le 1er août 1914 à 18h00, les cloches du beffroi sonnent le tocsin, la France vient de décréter la mobilisation générale face à la déclaration de guerre du Kaiser Guillaume II à la Russie, alliée de la République. Le 2 août 1914, Dunkerque est déclarée en état de siège à la suite de l'invasion de la Belgique par l'Allemagne. Le général Bidon, commandant du camp retranché ordonne l'inondation des polders[a 16]. Grâce à la victoire alliée lors de la bataille de l'Yser, la ville reste française. Les Allemands ne réussissant pas à prendre la ville, Dunkerque est bombardée plusieurs fois par des zeppelins. La ville joue son rôle à l'arrière du front : son port sert de poste de ravitaillement, les chantiers navals lancent des cargos[a 17], les établissements encore debout accueillent les blessés. La ville reçoit plusieurs distinctions à la fin de la guerre pour le comportement de ses habitants au cours de la Grande guerre.

En mai 1940, les forces franco-britanniques, prises en étau, sont obligées de battre en retraite vers Dunkerque. Commence alors la bataille de Dunkerque, les alliés tentent de tenir la « poche de Dunkerque » le temps nécessaire à l'évacuation des forces alliées par la mer au cours de l'opération Dynamo. Cette évacuation permet de soustraire 300 000 soldats aux mains nazies. La ville fut bombardée par l'aviation allemande pendant cette bataille.

Quelques années plus tard, elle sera à nouveau bombardée, cette fois par la Royal Air Force, lors de la libération. La garnison allemande, commandée par l'amiral Frisius, a transformé la ville en « place forte ». Malgré le siège de la ville par le général Liska, les unités allemandes ne capitulent que le 9 mai 1945, le lendemain de la Victoire.

De la reconstruction à nos jours[modifier | modifier le code]

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la ville est détruite à plus de 70 %. Le port est totalement détruit, les habitants restant habitent dans des chalets. Théodore Leveau et Jean Niermans entreprennent la reconstruction de la ville.

En 1957, l'installation dans le port reconstruit de l'usine Usinor accélère la reconstruction de la ville. À la suite de son ouverture en 1963, l'agglomération passe très rapidement de 70 000 à 200 000 habitants.

Le 21 octobre 1968, la création de la communauté urbaine de Dunkerque (CUD) peu après celle du Grand port maritime de Dunkerque, permet à l'agglomération et particulièrement à Dunkerque d'acquérir un poids économique important.

En 1970, la commune fusionne avec la station balnéaire de Malo-les-Bains, afin de profiter de l'attrait économique de celle-ci. De son côté, la station balnéaire souhaite profiter des infrastructures (transport en commun, gestion des déchets…) de la ville voisine. Dunkerque fera de même en 1972 avec Petite-Synthe et Rosendaël. En 1980, la ville s'associe avec Mardyck afin d'agrandir son port. Elle perd la même année le quartier petit-synthois de l'Albeck qui intègre la ville de Grande-Synthe à la suite d'un référendum local.

En 1989, à la suite de la fermeture des chantiers navals, la ville et le CUD décident de retourner la ville sur son port et d'urbaniser les friches industrielles : c'est le projet Neptune.

La première phase de ce projet consiste en la rénovation des places de la ville et des axes de communications, en l'installation de l'université du Littoral et en l'augmentation de l'offre commerciale par la construction de complexes commerciaux (notamment le Pôle marine et le Centre Marine).

En 2003, un projet de fusion avec Saint-Pol-sur-Mer est discuté entre les administrations des deux villes. Le 19 décembre 2003, les conseils municipaux de Dunkerque et de Saint-Pol-sur-Mer ont délibéré en faveur d'une fusion-association qui créerait une nouvelle entité de94 187 habitants. Le préfet a exigé un référendum auprès de la population, bien que cette procédure ne soit pas encore obligatoire (elle l'est devenue depuis le 1er janvier 2005). La consultation a eu lieu le 5 décembre 2004, cette fois dans trois communes, Dunkerque, Saint-Pol-sur-Mer et Fort-Mardyck. Bien que le oui ait recueilli 54 % des suffrages exprimés, il n'a pas obtenu 25 % des inscrits comme la loi le demande, et le préfet a donc refusé la fusion[45].

Commencée en 2005, la seconde phase se concentre sur la friche des chantiers navals. Elle consiste en son urbanisation afin de créer le quartier du « Grand Large ». On y construit des logements (1000 logements à terme), une patinoire, une maison de quartiers, un gymnase et le Fonds régional d'art contemporain. 235 logements sont construits en janvier 2011. Le projet a reçu une mention spéciale des équerres d'argent - prix d'architecture du Moniteur 2010[46].

Le projet Cœur d'Agglo vise lui à créer 30 000 m2 de surface commerciale et 1 500 logements. Ce projet a pour but de densifier l'offre commerciale et de logements du centre ville. Le tout doit être fini pour 2020-25.

En 2010, à la suite de la décision du Conseil d'État d'annuler l'arrêté du préfet, le projet de fusion est de nouveau à l'ordre du jour[47]. Le 7 décembre 2010, le préfet ayant autorisé les conseils municipaux à de nouveau statuer sur le sort du projet, les 3 conseils municipaux votent une nouvelle fois en faveur de la fusion-association. Le lendemain, le préfet ayant pris acte de la volonté des conseils municipaux, il accepte la fusion qui prend effet le 9 décembre 2010[48].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Politique dunkerquoise[modifier | modifier le code]

Dunkerque et ses cantons:
canton de Dunkerque-Est
canton de Dunkerque-Ouest
canton de Coudekerque-Branche
canton de Grande-Synthe
La sous-préfecture de Dunkerque.
Le territoire de la CUD.

Dunkerque est l'une des sous-préfectures du Nord, le sous-préfet Jérôme Gutton[49] administre l'arrondissement de Dunkerque qui compte 379 439 personnes pour une superficie de 1 443 km2. L'arrondissement de Dunkerque regroupe notamment les villes de Bergues, Bailleul et Hazebrouck. Dunkerque est une sous-préfecture depuis 1803, date à laquelle elle a été déplacée de Bergues. L'actuel arrondissement est la réunion de l'arrondissement de Dunkerque et de celui d'Hazebrouck, ce dernier fusionne en 1926 avec l'arrondissement de Dunkerque pour donner l'arrondissement que l'on connaît aujourd'hui. Le territoire administré par Dunkerque correspond à l'ancien Westhoek français.

Dunkerque est également le centre de la Communauté urbaine de Dunkerque appelée Dunkerque Grand Littoral. Celle-ci fut créée par décret ministériel, le 21 janvier 1968, ce fut la première communauté urbaine volontaire de France. La CUD regroupe 198 748 habitants (55 % de la population de l'arrondissement) repartis sur une surface de 264 km2.

La communauté urbaine se compose de 18 communes allant de la frontière belge (Bray-Dunes et Ghyvelde) au Pas-de-Calais (Gravelines, Bourbourg, Saint-Georges-sur-l'Aa et Grand-Fort-Philippe). La CUD a connu seulement deux président depuis sa création, Albert Denvers jusqu'en 1995 puis Michel Delebarre et Patrice Vergriete depuis le 17 avril 2014.

À noter que la CUD ayant été créée en 1968, elle n'est pas concernée par la loi Chevènement qui fixe le seuil de population minimal pour une communauté urbaine à 500 000 habitants.

Dunkerque est divisée en quatre cantons, mais n'est le chef-lieu que de deux d'entre eux :

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des maires de Dunkerque.
Groupe Tête de liste Effectif Statut
Sans étiquette Patrice Vergriete 42 majorité
PS - MRC - EELV Joëlle Crockey 7 opposition
Front National Philippe Eymery 4 opposition

Autres suffrages[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

La ville a été à contre courant de ce qui s'était passé en 2007. En effet, elle a voté massivement et plus qu'au niveau national pour le candidat socialiste François Hollande au second tour avec 55,49 % des suffrages (51,64 % au niveau national) contre 44,51 % pour le président sortant Nicolas Sarkozy[52].

Élections régionales[modifier | modifier le code]

Au cours du 1er tour du 14 mars, les électeurs dunkerquois ont privilégié la liste socialiste de Daniel Percheron à hauteur de 34,29 %, suivie par celle de la majorité présidentielle de Valérie Létard qui a obtenu 19,44 % des suffrages, puis celle de la frontiste Marine Le Pen soutenue par 17,74 % des électeurs, enfin Jean-François Caron d'Europe Écologie est la dernière tête de liste à obtenir plus de 10 %, sa liste obtient 12,51 % des voix.

Au soir du deuxième tour, le président sortant Daniel Percheron est réélu président de la région, sa liste-fusion des listes socialiste, écologique et de celle du « Front de gauche » a obtenu 53,58 %, Valérie Létard recueille 25,82 % enfin Marine Le Pen est soutenue par 20,59 % des électeurs[53].

Élections municipales[modifier | modifier le code]

Budget de la ville pour 2010[modifier | modifier le code]

  • Dépenses d'équipement : 18 985 000 €[54]
Les dépenses d'équipement du budget 2010.
  • Dépenses de fonctionnement : 115 017 009 €[54]
Les dépenses de fonctionnement du budget 2010.

La partie « solidarité » concerne le CCAS et l'ADUGES[Note 6], les « services fonctionnels » concernent la gestion du personnel, les assurances et l'informatique, la section « proximité » les quartiers et la police municipale, enfin la section « service à la population » regroupe l'éducation, la culture, le sport et les animations.

Impôts[modifier | modifier le code]

En 2008, sur les 40 614 foyers fiscaux dunkerquois, 19 578 ont payé l'impôt sur le revenu, soit 48,2 % des foyers[55]. À Saint-Pol-sur-Mer, ce taux descendait à 37,1 % avec 4 453 foyers fiscaux imposables sur les 12 016 foyers fiscaux[56]. Enfin à Fort-Mardyck, les 919 foyers fiscaux imposables représentaient 49,2 % des 1 868 foyers fiscaux de l'ancienne ville[57]. Au cumulé, la ville de Dunkerque et ses communes associées comptaient en 2008, 24 950 foyers fiscaux imposables sur les 54 498 foyers fiscaux qu'elles comptent, soit 45,8 %. Dans le Nord-Pas-de-Calais, sur les 2 133 125 foyers fiscaux, 988 830 le payaient soit 46,5 %. On peut donc en conclure que le nombre de Dunkerquois imposables est dans les mêmes proportions qu'au niveau régional.

Les taux d'imposition de Dunkerque varient peu au cours des années, notamment en raison du fait que cela pourrait créer un déséquilibre au niveau de la communauté urbaine.

Les impôts directs dunkerquois
Taxe d'habitation Taxe foncier bati Taxe foncier non bati
Dunkerque 29,46 % 28,06 % 82,98 %
Nord 9,49 % 9,52 % 28,61 %
Nord-Pas-de-Calais - 3,83 % 13,00 %
Sources des données : Dunkerque en chiffre 2008[58]

Justice, police et criminalité[modifier | modifier le code]

Palais de Justice de Dunkerque.

Justice[modifier | modifier le code]

Dunkerque dispose d'un palais de justice, sa construction a débuté en 1858 et il a été inauguré en 1864. Il abritait alors les tribunaux civils, de commerce et de paix. Aujourd'hui il fait fonction de tribunal de commerce, d'instance et de grande instance[59].

En février 1997 le tribunal reçut les plaintes de quatre victimes de l'amiante[60], sept ans plus tard la Cour de cassation conclut à un non-lieu. Mais les « veuves de l'amiante » n'abandonnèrent pas pour autant : toutes les semaines, une centaine de veuves défilèrent devant le palais de Justice. Leur acharnement porta ses fruits : en 2008, deux anciens patrons des chantiers navals[Note 7] ont été condamnés pour « homicide, blessure involontaire et non-assistance à personne en danger[61] ».

Le tribunal de Dunkerque n'est pas remis en cause par la réforme de la carte judiciaire de l'ex-garde des sceaux Rachida Dati[62], donc la ville gardera quoi qu'il arrive son tribunal d'instance, de grande instance et de commerce. Celui-ci sert également de tribunal pour enfants.

La ville dispose également d'un conseil de prud'hommes situé dans le quartier de Soubise à Dunkerque-Centre, non loin du palais de justice. Les autres juridictions dont dépend la ville ne sont pas basées sur place mais dans d'autres villes du département. Ainsi Dunkerque dépend du tribunal administratif de Lille, de la Cour d'appel de Douai et de la Cour administrative d'appel de cette même ville.

Criminalité[modifier | modifier le code]

Le taux de violence à Dunkerque est de 3,88 faits pour 1 000 habitants, ce qui est inférieur à la moyenne nationale, qui se monte à 5,93 faits pour 1 000 habitants[63].

Gestion des déchets[modifier | modifier le code]

Le Pôle de Valorisation des Déchets comprenant le CVO et le CVE.

La collecte des déchets à Dunkerque est confiée à la communauté urbaine de Dunkerque. Celle-ci a été la première collectivité (en 1989) à instaurer le tri collectif[64] à l'aide d'une poubelle bleue destinée à recueillir les déchets recyclables. Elle construit également un centre de tri des déchets « TriSelec » dans la zone industrielle de Petite-Synthe et quatre déchèteries sur le territoire de la communauté. 29 % des déchets sont alors valorisés par le recyclage[64]. En 2000, la CUD installe des poubelles vertes destinées aux déchets fermentescibles (déchets de jardins et d'alimentation). Cinq ans plus tard, ces déchets sont valorisés par le Centre de Valorisation Organique (CVO) qui les recycle en engrais. De 29 % on passe à 36 % de déchets valorisés[64], ici par fermentation. Enfin en 2008 est ouvert le Centre de Valorisation Énergétique (CVE), qui gère les déchets issus de la poubelle marron (contenant tout ce qui ne peut pas aller dans les autres poubelles) ainsi que les refus de TriSelec et du CVO[64]. Les ordures sont chauffées et transformées par exemple en mâchefer, quant aux fumées, elles servent à faire fonctionner un alternateur qui fournit de l'électricité, puis elles sont traitées pour éviter la pollution[64].

Le centre de tri gère 26 000 tonnes de déchets par an, le CVO en gère 14 000 tonnes et le CVE 79 000 tonnes, soit au total 89 % des déchets valorisés[64].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 4 avril 2013, Dunkerque est jumelée avec[65] :

Dunkerque est également liée à d'autres villes via la communauté urbaine.

Blank map Europe without borders.png
La commune de Dartford au Royaume-Uni
La commune de Rostock en Allemagne
La commune de Krefeld en Allemagne
La commune de Middlesbrough au Royaume-Uni
La commune de Liberec en République tchèque

Coopération internationale[modifier | modifier le code]

La ville de Dunkerque est au cœur du groupement européen de coopération territoriale « West-Vlaanderen / Flandre-Dunkerque-Côte d’Opale ». Ce groupement compte 540 communes appartenant à un « territoire de référence » regroupant la province belge de Flandre occidentale, l'arrondissement de Dunkerque (Nord), les arrondissements du Pas-de-Calais de Calais, Saint-Omer, Boulogne-sur-Mer et Montreuil-sur-Mer ainsi que 4 communes de l'arrondissement de Béthune[66]. Il concerne une population de 2 000 000 d'habitants sur une aire de 7 000 km2.

Le groupement a plusieurs missions[66]. Le première est d'assurer et de favoriser la mise en réseau de l'ensemble des membres du groupement, il encourage également tout organisme qui aurait pour mission d'améliorer la coopération des membres de son territoire. La seconde consiste à augmenter la concertation politique sur l'ensemble du périmètre. La troisième est la création de programmes d'actions communs afin de répondre aux besoins des habitants. Enfin sa dernière mission est la réalisation de projets communs.

Le groupement comporte également une territoire dit « de proximité » qui correspond à l'arrondissement de Dunkerque, au littoral de la Flandre Occidentale et au Westhoek belge[66]. À l'intérieur de cette zone, le groupement européen contribue à la réalisation de projets transfrontaliers locaux tels que la coopération des services de santé, de gestions des eaux ou encore de continuité des transports publics[66].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 91 386 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 8],[Note 9].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
26 255 21 158 24 175 23 012 24 937 23 808 27 047 27 355 29 080
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
29 738 32 113 33 083 34 350 35 071 37 328 38 025 39 498 39 718
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
38 925 38 287 38 891 34 748 32 945 31 763 31 017 10 575 21 136
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
27 616 27 504 73 800 73 120 70 331 70 850 69 274 91 386 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[67] puis Insee à partir de 2004[68].)
Histogramme de l'évolution démographique
L'aire urbaine de Dunkerque dans le Nord-Pas-de-Calais

D’après le recensement Insee publié en 2011 pour les populations de 2009, Dunkerque compte 92 923 habitants (soit une augmentation de 31 % par rapport à 1999). Cela s'explique par la fusion en décembre 2010 avec les communes de Saint-Pol-sur-Mer et Fort-Mardyck (la population de l'ensemble des trois communes en 1999 était de 97 964 habitants). La commune occupe le 43e rang au niveau national, alors qu'elle était au 62e en 1999.

Dunkerque est au centre d'une aire urbaine, qui regroupe 56 communes (4 dans le Pas-de-Calais, le reste dans le Nord) abritant 265 974 habitants, ce qui fait de l'aire urbaine de Dunkerque la 34e aire urbaine de France.

Analyse de la démographie[modifier | modifier le code]

Sur la courbe de démographie, on peut constater que Dunkerque a payé un lourd tribut lors de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945) divisant le nombre de Dunkerquois par deux, outre les départs des habitants désireux de se réfugier plus au sud, ce nombre est lié aux nombreux morts lors de l'Opération Dynamo où la ville fut bombardée par la Luftwaffe, puis dans les années qui suivirent par les avions de la Royal Air Force.

Le premier creux correspond à la Révolution, on note cependant que la Terreur fut relativement peu sanglante.

Hormis un creux au milieu de la Monarchie de Juillet (1830-1848), la population dunkerquoise croit linéairement jusqu'au début du XXe siècle, passant de 23 000 habitants environ à un peu moins de 40 000.

La Première Guerre mondiale fut beaucoup moins mortelle pour la population dunkerquoise que la Seconde, malgré les bombardements de la ville par l'armée allemande. Durant l'entre-deux-guerres, le nombre de Dunkerquois continue de baisser, la ville étant en partie détruite, la population a peine à y habiter.

La première grande augmentation de l'après Seconde Guerre mondiale, du sortir de la guerre jusqu'au milieu des années 1960, est due au phénomène du baby boom. Il convient d'ajouter également le nombre d'habitants de retour à Dunkerque après la guerre. Le nombre de Dunkerquois triple presque passant de 10 000 à 27 000. On constate que le nombre de morts dus à la guerre et celui des naissances dues au baby boom et des retours dans la ville sont à peu près équivalents.

La seconde augmentation, qui est de loin la plus importante puisque la ville passe de 27 500 âmes à 74 000 (soit 2,5 fois plus), est due à l'absorption de plusieurs communes voisines : Malo-les-Bains en 1970, puis Petite-Synthe et Rosendaël en 1972 (respectivement 15 223, 12 044 et 19 591 habitants en 1968, soit près de 47 000 au total), villes ayant profité de l'installation d'Usinor pour se développer.

Enfin, la dernière augmentation est due à l'association avec Saint-Pol-sur-Mer et Fort-Mardyck, le 1er janvier 2011.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,3 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (18,2 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 48 % d’hommes (0 à 19 ans = 25,2 %, 20 à 64 ans = 62,1 %, plus de 65 ans = 12,8 %) ;
  • 52 % de femmes (0 à 19 ans = 21,7 %, 20 à 64 ans = 58,2 %, plus de 65 ans = 20,1 %).
Pyramide des âges à Dunkerque en 2008 en pourcentage[69]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,9 
5,7 
75 à 89 ans
10,0 
12,1 
60 à 74 ans
14,6 
21,1 
45 à 59 ans
21,0 
19,8 
30 à 44 ans
18,3 
22,5 
15 à 29 ans
19,6 
18,6 
0 à 14 ans
15,7 
Pyramide des âges du département du Nord en 2008 en pourcentage[70]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,8 
75 à 89 ans
8,5 
10,7 
60 à 74 ans
12,1 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
20,7 
30 à 44 ans
19,6 
22,3 
15 à 29 ans
20,7 
21,4 
0 à 14 ans
18,8 

Données sur les foyers dunkerquois[modifier | modifier le code]

Données des foyers dunkerquois
Ménages de : 1 personne 2 personnes 3 personnes 4 personnes 5 personnes 6 personnes ou +
Dunkerque 33,6 % 30,9 % 14,8 % 12,1 % 5,8 % 2,8 %
France 31 % 31,1 % 16,2 % 13,8 % 5,5 % 2,4 %
Nombres de voitures
par ménage :
aucune une deux ou plus
Dunkerque 26,4 % 53,3 % 20,3 %
France 20,9 % 48,8 % 30,3 %
Sources des données : INSEE[71][72]

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de Dunkerque profite de la position de la ville. Elle est en effet située à moins de 300 kilomètres de cinq capitales : Londres, Paris, Bruxelles, Amsterdam et Luxembourg.

L'agglomération dunkerquoise fait partie de la Chambre de commerce et d'industrie Côte d'Opale.

Elle accueille également le siège d'une des quatre délégations de l'Institut National Spécialisé d'Études Territoriales (INSET) qui assure la formation de cadres territoriaux dans le cadre des missions du CNFPT.

Emploi[modifier | modifier le code]

Emploi par secteur d'activité[74]
Tertiaire Industrie Construction Agriculture
Dunkerque 77,8 % 16,5 % 5,2 % 0,5 %
 % de Femme 54,1 % 18,4 % 8,6 % 30,2 %
Moyenne nationale 71,5 % 18,3 % 6,1 % 4,1 %
Emploi par catégorie socioprofessionnelle[75]
Agriculteurs
exploitant
Artisans, commerçants
et chefs d'entreprise
Cadres, professions
intellectuelles
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Répartition 0,2 % 4,6 % 14,7 % 28,4 % 28,5 % 23,6 %
Répartition des demandeurs d'emplois[76]
Part des moins
de 25 ans
évolution entre
2006 et 2007
Part de femmes évolution entre
2006 et 2007
Part de chômeur
longue durée
évolution entre
2006 et 2007
Total demandeur
d'emploi
évolution entre
2006 et 2007
Dunkerque 27,2 % -6,8 % 46,6 % -2,7 % 31,0 % -10,4 % 10 896 10,6 % -5,7 %
Nord-Pas-de-Calais 26,4 % -9,8 % 43,7 % -7,2 % 31,9 % -17,5 % 171 067 10,6 % -8,0 %
France 16,6 % -11,6 % 48,4 % -9,1 % 25,9 % -20,7 % 1 947 987 7,5 % -9,4 %

Le Grand port maritime de Dunkerque[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grand port maritime de Dunkerque.
Le port Est de Dunkerque le long de la déviation du canal de Bourbourg

Le Grand port maritime de Dunkerque (GPMD) est un établissement public de l'État financièrement autonome et ayant la personnalité civile, l'établissement est dirigé par un directoire de 3 personnes[77]. Le port de Dunkerque présente un des revirements de tendance les plus remarqués du monde portuaire français. Transformé dans les années 1960-70 (extension vers l’ouest de 17 km) et plus récemment socialement et économiquement, le grand port maritime a vécu des années 1990 difficiles. Il a réussi un repositionnement vers des marchandises à plus forte valeur ajoutée (conteneurs, rouliers, produits frais) notamment en gagnant la confiance de grands opérateurs. De longue date port industriel, Dunkerque cherche aujourd’hui à cultiver sa place dans les réseaux logistiques internationaux et européens.

Depuis plusieurs années, le port autonome de Dunkerque fait preuve d’initiative dans ses secteurs d’activités : partenariat public/privé dans certains terminaux, engagement dans le trafic d'apport et le trafic fluvial. Comme les autres ports européens, le port de Dunkerque se doit de conforter ses trafics, extrêmement industriels, et simultanément de développer des marchés stratégiques et porteurs. La conteneurisation, la logistique, l’automobile, le roulier transmanche, et peut être demain les autoroutes de la mer représentent autant de marchés potentiels pour le GPMD.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Lycée Jean-Bart

La ville compte au total 45 écoles maternelles, 36 écoles primaires, 11 collèges et 13 lycées. Sur l'ensemble de ces établissements, il y a 6 maternelles, 6 primaires, 2 collèges et 4 lycées qui sont privés. Ces établissements sont intégrés à l'académie de Lille.

Parmi les lycées dunkerquois, deux possèdent des classes préparatoires : le lycée Jean-Bart (PC*, MP, PSI, PCSI, MPSI et HEC ) et le lycée de l'Europe ( PTSI, PT)

Université[modifier | modifier le code]

L'Université du Littoral-Côte d'Opale à Dunkerque (centre universitaire de la Citadelle)

Dunkerque est le siège principal et, avec Calais, Boulogne-sur-Mer et Saint-Omer, l'un des sites de l'Université du Littoral-Côte d'Opale (ULCO) regroupant plus de 11 000 étudiants.

L'Université du Littoral est établie sur plusieurs sites à Dunkerque-Centre, elle accueille à elle seule près de 5 000 étudiants :

  • le centre universitaire de la Citadelle où se trouvent notamment l'Institut Supérieur de Commerce International de Dunkerque (ISCID)[78], le CUEEP Littoral[79] ainsi qu'une partie de l'IUT Saint-Omer - Dunkerque[80], et auquel on peut ajouter les services administratifs centraux de l'ULCO, la bibliothèque universitaire[81] et le restaurant universitaire, situés avenue de l'Université, place des Nations et place de l'Yser, dans le quartier de la Citadelle ;
  • le centre universitaire Lamartine, situé en centre-ville ;
  • le centre universitaire des Darses, auquel on peut ajouter la salle de sports universitaire et la Maison de Recherche en Environnement Industriel (MREI)[82], situés dans le quartier de la Citadelle ;
  • la Maison de Recherche en Sciences de l'Homme (MRSH)[83], située dans le quartier de la Citadelle.

Niveau d'études[modifier | modifier le code]

Niveau d'études (plus de 15 ans)
Niveau Sans diplôme
ou CEP
Brevet
BEPC
CAP ou
BEP
Bac Bac+2 Supérieur
Dunkerque[84] 31,8 % 7,1 % 23,3 % 15,5 % 11,1 %

11,2 %

Moyenne nationale[85] 30,7 % 6,4 % 23,8 % 15,6 % 11,3 % 12,2 %

Santé[modifier | modifier le code]

Hôpitaux[modifier | modifier le code]

Centre hospitalier de Dunkerque

Le centre hospitalier de Dunkerque ou CHD a été créé dans les années 1970 sous le mandat de Claude Prouvoyeur à Rosendaël. Le CHD a une capacité de 1 036 lits dont 307 en médecine, 135 en chirurgie, 114 en gynéco-obstétrique, 240 pour les longs séjours, 240 pour l'hébergement[86]. Les accouchements ne se déroulent pas au CHD mais depuis le 1er juin 2009 à la polyclinique de Grande-Synthe[87] ou à la clinique Villette non loin du CHD. Les urgences ne se trouvent plus, depuis 2006, dans le bâtiment en lui-même, mais juste à côté. Le centre compte 8 étages, le premier étage comporte l'accueil et l'administration, le second la cardiologie et la chirurgie, le quatrième la gastroentérologie, le huitième la néonatalogie, les 8 étages regroupent en tout 34 services[88]. À partir du 3 juin 2009, le CHD accueille également le pôle de chirurgie précédemment à la polyclinique de Grande-Synthe. Pour les cas les plus graves, le CHD dispose d'un héliport sur le toit des urgences permettant à un hélicoptère d'emporter les malades au CHRU de Lille.

Qualité de l'air[modifier | modifier le code]

Nuvola apps kweather.svg  Relevé de la qualité de l'air en 2009[89]
Indice de la qualité de l'air 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Moy
nombre de jours à Dunkerque 0 17 177 117 32 17 1 3 0 0 3.64
nombre de jours à Lille 0 11 149 106 43 36 14 4 2 0 4.42
nombre de jours à Paris 0 12 151 118 50 23 7 2 1 1 3.89
nombre de jours à Brest 0 5 172 143 32 12 1 0 0 0 3.66
nombre de jours à Perpignan 0 3 74 144 108 30 6 0 0 0 4.29

La qualité de l'air passe de « très bonne qualité » (indice 1) à « très mauvaise » (10), elle est fonction de l'indice ATMO qui dépend des taux d'ozone (O3), dioxyde d'azote (NO2), dioxyde de soufre (SO2) et des particules en suspension (PM 10)[90]. Ces relevés indiquent que la qualité de l'air à Dunkerque est globalement bonne, cependant ils ne prennent pas en compte toutes les émissions polluantes (le nickel par exemple).

Sports[modifier | modifier le code]

Stade Tribut
Stade de Flandres dont la salle Dewerdt (bâtiment gris)

En 2002, Dunkerque, qui compte 27 000 sportifs licenciés, a été classée ville la plus sportive de France par le magazine L’Équipe[91].

Équipements[modifier | modifier le code]

La ville dispose de nombreuses infrastructures sportives[92], le ministère des sports en a décompté 202 sur le territoire de la commune en 2013[93]. On compte cinq piscines dont une olympique la piscine Paul-Asseman (où officia Philippe Lucas en 2009[94]), neuf terrains de foot en herbe ou synthétique, un centre de formation national de handball, un centre régional de voile, une base de voile (bassin de la Marine) pour laquelle le Princess Elizabeth, un bateau vétéran de l'opération Dynamo, sert désormais de centre d'accueil[95], trois salles multi activités (Les « stades de Flandres », le Gymnase du Grand Large et le complexe de la Licorne), une patinoire, trente gymnases, deux centres équestres, treize boulodromes, vingt-quatre courts de tennis(terre battue et indoor principalement), deux terrains de hockey sur gazon (obtenus en modifiant les terrain de foot), un skate-park, un stade de baseball et un terrain de rugby. Il y a aussi deux complexes en projet ou en construction[92]:

  • le complexe Coubertin-Paul Machy à Rosendaël d'une surface de 1 600 m²
  • Une salle multi usage à Petite-Synthe, le BCM et l'USDK seront les résidents de cette salle, la salle aura une capacité de 8 à 10 000 places, ouverture prévue en 2015. Finalement, ce projet est annulé en 2014 et aura coûté 30 millions d'euros aux finances locales au titre des études (sols, risques environnementaux, infrastructures de transports, etc.), aux indemnités de retard et au dédit de 13 millions d'euros en faveur du concessionnaire[96].

Événements sportifs[modifier | modifier le code]

Rui Costa vainqueur de l'édition 2009 des 4 jours de Dunkerque
  • Les Quatre jours de Dunkerque sont un événement cycliste important se déroulant chaque année dans la région.
  • Depuis 2002, le Tour de France à la voile s'élance de Dunkerque, qui a par ailleurs accueilli le premier départ de cette course en 1978.
  • Les Boucles dunkerquoises est une épreuve de course à pied qui mobilise toute la ville chaque année. Plusieurs parcours sont proposés : du kilomètre symbolique réservé aux plus jeunes jusqu'au marathon.
  • Le marathon de Dunkerque où l'on doit parcourir les 42,195 km à travers la communauté urbaine.
  • Le Triathlon de Dunkerque disputé autour des bassins de la citadelle.
  • Le tour avant le Tour organisé généralement le dimanche précédent le départ du Tour de France cycliste, il propose un tour de vélo dans la ville, l'organisation remet un cadeau et un maillot inspiré du maillot jaune, vert, à pois ou blanc à chaque participant[97].
  • Dunkerque en survêt est un événement organisé en fin de semaine début septembre, il permet aux Dunkerquois et autres visiteurs de découvrir les diverses associations sportives dunkerquoises et de s'inscrire dans les clubs. De plus de ombreuses démonstrations sportives ponctuent l'événement[98].

Grands clubs[modifier | modifier le code]

Religion[modifier | modifier le code]

La ville dépend de l'archidiocèse de Lille et comprend plusieurs paroisses pour ce qui est du catholicisme. La communauté juive répond au grand rabbin de France Gilles Bernheim. La ville dispose également de plusieurs établissements destinés à la pratique et l'enseignement de l'islam.

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

À Dunkerque-Centre et Sud, on trouve les églises Saint-Éloi, Saint-Jean Baptiste et Saint-Martin, il y a également la chapelle Saint-Joseph et la « Petite Chapelle » Notre-Dame-des-Dunes. Les protestants disposent d'un temple et de la chapelle Saint-Luc. Concernant le culte musulman, on trouve les mosquées Masjid Abou Dhar Al Ghifari, Mosquée Al Fath, Masjid Omar Al Farouq.

Pour ce qui est de Petite-Synthe, s'y trouve l'église du Saint-Antoine, l'église Saint-Nicolas ainsi que mosquée As-Sunna. Quant à Malo-les-Bains, on y trouve l'église du Sacré-Cœur et l'église Sainte-Anne, les évangéliques disposent de l'église de l'Espérance. Enfin Rosendaël compte les églises Sainte-Bernadette, Notre-Dame-de-l'Assomption et Saint-Zéphyrin.

Tourisme et Monuments[modifier | modifier le code]

Espaces verts[modifier | modifier le code]

Le parc de la Marine est situé au centre-ville, entre le Centre et le Pôle Marine, il contient entre autres une aire de jeu pour enfant et un kiosque à musique. Le parc du Château Coquelle est situé à Rosendaël autour du Château du même nom, il abrite une mare et également une aire de jeu. Tous les ans, la « fête du Château Coquelle » accueille des chanteurs célèbres (Emmanuel Moire, Amel Bent…). Le parc de Malo abrite un aquarium et une aire de jeu. Le Fort de Petite-Synthe est un parc entourant le fort, il contient des terrains de sport (football, rouli-roulant, musculation…) et est traversé par le méridien de Paris, un monument le rappelant. Le Jardin des Sculptures quant à lui entoure le LAAC, il contient des œuvres d'art (sculpture faite d'ancre, de pierre, un poisson géant d'acier et un troupeau de moutons) et un lac, on y trouve également un ancien bunker. Le parc Ziegler est situé à Malo, il abrite la maison de l'environnement et une mare. Enfin le parc du Vent se trouve à Malo Terminus, il est composé notamment de Dunes.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Lieu de Promenade[modifier | modifier le code]

Bassin du centre ville

Les lieux de promenade sont :

  • La plage avec sa digue
  • Les bords des bassins au centre ville
  • le long des canaux, en cours d'aménagement comme le canal Exutoire

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le Leughenaer 
La Tour du Leughenaer.

La Tour du Leughenaer (XVe siècle)[Note 10] est à l'origine une tour ronde faisant partie des fortifications bourguignonnes de 1406. Sa forme actuelle, octogonale, est probablement due à son rattachement en 1548 à un petit château, elle sert alors de « tour à feu ». La tour est cédée par le roi à la société de pilote en 1754. La tour devenue trop vieille, elle doit être reconstruite en 1759, on ne conserve que le rez-de-chaussée de l'ancienne tour. Elle est isolée en 1793 lors de la destruction du petit château. À l'aube du XVIIIe siècle, en 1798, elle accueille le télégraphe de Chappe. En 1824, la tour devient un phare, le premier de Dunkerque, et on la rehausse pour cela d'un étage. En 1766, l'ouvrage est acquis par la ville, et en 1993 il est classé monument historique[99]

La chapelle Notre-Dame-des-Dunes 
La chapelle Notre-Dame-des-Dunes.

La chapelle Notre-Dame-des-Dunes (XVe siècle) ou « Petite Chapelle » : au IXe siècle, le duc de Bourgogne décide l'érection d'une enceinte autour de Dunkerque alors ravagée par de multiples guerres. Lors de la construction de ces défenses, on trouve une statue de la Vierge près d'une source inconnue d'eau douce. Les villageois y voient alors une marque de protection céleste. On construit un oratoire appelé d'abord Notre-Dame de la Fontaine puis Notre-Dame-des-Dunes, qui résista aux sévices des guerres et invasions. En 1794, alors que la « Petite Chapelle » a été transformée en cartoucherie, elle est détruite par une explosion, la statuette de la Vierge ayant été préservée. En 1816, elle est reconstruite mais la source a disparu. En 1917, une promesse d'agrandissement est faite à la Vierge si la ville est épargnée par l'invasion imminente de la région, ce qui fut le cas. La promesse a été relevée en 1953[100].

Notre Dame des dunes, patronne des marins de Dunkerque
L'église Saint-Éloi 
L'église Saint-Éloi.

L'église Saint-Éloi, église-halle (hallekerke) à cinq nefs (XVIe siècle, façade néogothique du XIXe siècle). Lieu de culte catholique situé au centre ville de Dunkerque. L'église fut ravagée par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, qui laissèrent debout la façade et les murs porteurs. Toute l'église fut restaurée de 2001 à 2006, et il fut décidé de laisser les impacts de balles comme part entière de l'histoire de cet édifice. Comme de nombreuses églises de Flandre, ce monument ne possède pas de clocher. À l'origine, l'église Saint-Éloi était accolée au beffroi qui constituait le clocher ou le campanile de l'édifice. À l'intérieur les ex-voto et autres inscriptions funéraires permettent de reconstituer la nationalité des maîtres de Dunkerque. Le néerlandais (comté de Flandre), l'espagnol (Pays-Bas espagnols) puis le français (Royaume de France) sont tous trois présents dans les inscriptions de l'église.

Le beffroi 
Le beffroi.

Le Beffroi (XVe siècle) classé au patrimoine mondial de l'Unesco. Il est construit aux alentours de 1440 en lieu et place d'une ancienne tour de guet[101]. Il est à l'origine rattaché à l'église Saint-Éloi et lui sert de clocher. La tour est aute de 58 mètres et est construite en brique dans le style gothique. En 1782, le beffroi est définitivement séparé de l'église. En 1835, on modifie son couronnement. Après la Première Guerre mondiale, le 15 avril 1923, on modifie la base afin qu'elle reçoive un cénotaphe à la mémoire des morts de la Grande Guerre, réalisé par Pierre Fritel. Le Beffroi sert toujours de clocher et abrite actuellement un carillon de 48 cloches datant de 1962 : le bourdon Jean Bart pèse 7 tonnes.

L'hôtel de ville 
L'hôtel de ville.

L'Hôtel de Ville (début du XXe siècle) classé au patrimoine mondial de l'Unesco, réalisé par Louis-Marie Cordonnier. Le vitrail en haut de la première volée de marches intérieure représente Jean Bart parmi son équipage sur le port au retour de la Bataille du Texel[102]. Dans son arrière-cour réside, ignorée de la plupart des Dunkerquois, la Porte monumentale datant du XVIIe siècle, du même style que la Porte de la Marine (reste des fortifications de Vauban) à l'entrée d'un des pôles commerciaux (CentreMarine)[103]

La statue de Jean Bart 

Jean Bart meurt le 27 avril 1702 à environ 15h30, à la veille de partir en course. Un siècle et demi plus tard, les 7 et 8 septembre 1845, Dunkerque rend hommage à son héros en inaugurant une statue à son image créée par David d'Angers, représentant le corsaire épée à la main, la pointe de l'arme en direction de l'Angleterre. En 1903, on agrandit et surélève le socle de la statue. Enfin, au cours de l'année 1983, la municipalité fait placer autour de la statue, les armes de la ville de Dunkerque et le nom des 16 navires que commanda Jean Bart[104].

Les autres monuments dunkerquois 
  • La tour de l'Armateur, méconnue de beaucoup de Dunkerquois car non-visitable, et peu visible (hormis depuis le haut des beffrois et des quais de la citadelle).
  • La digue du Braek qui protège sur 10 kilomètres les installations industrielles, érigée en 1965, est un haut lieu du tourisme industriel. Elle permet une vision unique et très impressionnante sur le site portuaire et industriel dunkerquois.
  • La citadelle d'anciens entrepôts et bâtiments industriels reconvertis en restaurants raffinés et bars branchés. S'y trouve également l'université du Littoral et le Musée portuaire. Le trois-mâts Duchesse Anne et le Sandettié, tous deux classés monuments historiques, y sont ancrés. L'hôtel de la communauté urbaine de Dunkerque se dresse sous la forme d'un étonnant édifice inauguré en 1988, au droit du quai des Hollandais.
  • Notre-Dame de l'Assomption
  • Le phare de Risban[105] à l'entrée du port et le Feu de Saint-Pol
  • Le quartier excentrique, à Rosendaël, à quelques pas du stade tribut, avec ses maisons très particulières du début du siècle, ainsi que les villas malouines[106] dans un style spécifique à la station balnéaire de Malo-les-Bains appartenant à Dunkerque.
  • L'arsenal de Marine, puis parc de la Marine, construit en 1686 par Vauban[107]
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Les ponts de Dunkerque[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des ponts de Dunkerque.

Culture[modifier | modifier le code]

Le Carnaval de Dunkerque[modifier | modifier le code]

Carnaval de 2004 devant l'hôtel de ville
Cantate à Jean Bart lors du Bal de la Violette 2012
Article détaillé : Carnaval de Dunkerque.

Le carnaval de Dunkerque est l'événement annuel majeur de la ville. C'est un ensemble de festivités qui ont lieu dans l'agglomération dunkerquoise de fin janvier à début avril. On distingue :

  • les bandes : les carnavaleux défilent dans les rues derrière la musique, conduite par un tambour-major portant un uniforme napoléonien ;
  • les bals : les carnavaleux se retrouvent la nuit, dans les grandes salles de l'agglomération, pour faire la fête, en mêlant chansons carnavalesques et musique contemporaine. La majeure partie de ces bals est organisée par des associations philanthropiques.

Le carnaval de Dunkerque n'est pas une manifestation récente : en janvier 1676, des masques parcouraient déjà Dunkerque. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les armateurs offraient à leurs marins un festin, une fête à la veille de leurs départs pour les mers périlleuses d'Islande, où ils péchaient la morue. Ces fêtes furent à l'origine de la Visschersbende qui signifie bande des pêcheurs en flamand, cependant cette bande était différente du carnaval masqué des Jours Gras. Une année, la bande et le carnaval tombèrent le même jour, les pêcheurs mirent alors masques et déguisements, de ce mélange naquit le carnaval de Dunkerque. Le carnaval est un des meilleurs indicateurs de la santé économique de la ville, fêtes fastes en temps de prospérité ou au contraire fêtes restreintes en temps de récession[108]. Le Carnaval a survécu à une Révolution et deux Guerres Mondiales (bien qu'il n'ait pas été organisé pendant ces périodes), en 1946, la bande de Dunkerque slalome entre les ruines de la ville. Une autre preuve s'il en est besoin de la place qu'occupe le carnaval dans la tradition dunkerquoise, est le fait qu'en 1991, malgré l'interdiction du carnaval pour cause de guerre du Golfe, une bande dite bande annulée est improvisée à Saint-Pol puis à Dunkerque[109]. Jadis événement connu uniquement de l'agglomération, le carnaval a aujourd'hui un rayonnement national, en témoignent les reportages parus dans les différents journaux télévisés français.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Brasseries du Nord-Pas-de-Calais.
Potjevleesch avec des frites

La gastronomie dunkerquoise tire ses influences principalement de la cuisine flamande. Ainsi, les plats traditionnels de la ville sont :

Le welsh, d'origine galloise est également un des plats servi dans les brasseries dunkerquoises, c'est une tranche de pain grillé recouverte de jambon, l'ensemble est noyé dans du cheddar fondu dans de la bière.

La pomme de terre est l'accompagnement principal des plats cuisinés dans le Nord-Pas-de-Calais. La bintje, cultivée dans la région, se décline sous forme de purée, pomme au four mais surtout sous forme de frites. Celles-ci deviennent même l'ingrédient principal dans les plats servis dans les baraques à frites où elles vendues seules ou accompagnées de fricadelle ou de cervelas. Les baraques à frites mobiles ou fixes réalisent la majorité de leur chiffre d'affaires lors des événements tels que les bandes du carnaval et les braderies du 14 juillet et du 15 août.

Au niveau des pâtisseries, la ville dispose de deux spécialités. La première est la gaufre dunkerquoise, c'est une gaufre ronde et dure, composée de vergeoise et parfumée au rhum ou au genièvre. La seconde est le « Doigt de Jean Bart », un gâteau aux amandes avec une crème au café, enrobé de chocolat.

La bière est incontestablement la boisson alcoolisée la plus bue à Dunkerque. Les bières principalement consommées sont les bières belges et les bières de la région telles que la 3 Monts et la Goudale. Dans les bars dunkerquois, on retrouve majoritairement la Stella, la 33 et la Leffe. Le genièvre est également utilisé dans la région comme composant du « diabolo flamand », mélangeant cet alcool avec de la limonade et parfois du sirop de violette.

Le « dunkerquois »[modifier | modifier le code]

Le dunkerquois est un dialecte très différent du ch'ti, qui se parle à Dunkerque et dans son agglomération. Ce dialecte est du français parsemé de flamand. Une de ses caractéristiques est l'affaiblissement des « R » à la fin de chaque mot. À l'image des autres accents, il passe inaperçu à Dunkerque, mais est caractéristique dans d'autres régions. Lors du carnaval, il est coutume de dialoguer en renforçant les tonalités du dialecte.

Les géants dunkerquois[modifier | modifier le code]

La ville possède plusieurs géants :

  • Le Reuze (signifie « géant » en flamand occidental)[110] :
    On raconte qu'un guerrier scandinave nommé Allowyn voulut conquérir Dunkerque. Or, en descendant de son drakkar, le guerrier se blesse gravement avec son épée. Saint Éloi, chargé d'évangéliser la ville, le recueille, le soigne puis le convertit. Allowyn s'installe alors dans la cité, il se marie et se met au service de la ville. À sa mort, la ville pleure Allowyn et décide de lui rendre hommage en l'immortalisant au travers d'un géant. La légende du Reuze est née.
    Le géant a eu au cours de l'histoire plusieurs parures. Il fut d'abord lancier espagnol avant de revêtir son habit actuel de Romain : cuirasse, casque romain et lance. En 1887, Reuze n'est plus porté mais monté sur un char tiré par 4 chevaux. Un premier mariage lui donne trois garçons : Piet'je, Bout'je et Meis'je et une fille Miet'je. On explique que par la suite il aurait épousé cette dernière.
    Aujourd'hui, le Reuze, sa famille et ses 6 gardes : Allowyn, Samson, Dagobert, Gélon, Roland et Goliath sont présents à bon nombre de manifestations dunkerquoises (notamment les bandes de carnaval de la ville).
  • Violette la baigneuse :
    Violette est très jeune puisqu'elle est née qu'en 2007 à l'occasion des fêtes du centenaire de la mairie de Malo-les-Bains. Contrairement à d'autres géants comme le Reuze par exemple, elle ne représente pas une légende mais elle symbolise l'esprit de la commune : la « reine des plages du Nord ». Violette représente les baigneuses du début du siècle qui se baignaient en costume de bain : pantalon, blouse et charlotte sur la tête. La géante malouine, qui est mariée à Hilaire Patate, mesure 3,35 m pour 60 kg[111].
  • Hilaire Patate :
    Le géant de Rosendaël a été créé en 2006. Il rend hommage au jardinier Hilaire Duquenne qui s'est illustré dans la ville au cours du XXe siècle. Le mari de Violette, est habillé d'une chemise à carreau bleue, d'une veste bleu foncé, d'un tablier où figure son nom. Il porte un chapeau et une bêche. Le géant mesure 3,46 m pour 47 kg[112].
  • Snustre :
    Le géant de Petite-Synthe a été créé par les Snustreraer afin de leur servir de mascotte. Tout comme Violette, Snustre ne représente rien, il est la personnification du terme flamand snustre : le « fouineur ». D'ailleurs, Snustre à sa naissance était un buste muni d'un grand nez, afin de symboliser la volonté de l'association philanthropique de mettre son nez partout où la misère se trouve. Snustre porte un maillot bleu foncé, ainsi qu'un foulard rouge à pois blancs, des lunettes et un chapeau. Sa taille est de 3,50 m, et il pèse 45 kg[113].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Dunkerque possède de nombreux lieux culturels. Le Bateau-feu est une scène nationale située à Dunkerque-Centre, qui met en scène des pièces de théâtre contemporaines et classiques. Les 4 Écluses, café musical situé à proximité des écluses du canal exutoire et de Furnes, est l'endroit le plus réputé du Dunkerquois en ce qui concerne la musique alternative et les jeunes talents.

Le Kursaal est, à l'heure actuelle, la plus grande salle de l'agglomération. Ce palais des congrès dispose de plusieurs salles de tailles modifiables selon l'évènement, le bâtiment maloin offrant au total 15 000 m2. Le Kursaal possédait également un bateau à aubes, le Princess Elizabeth, voué à l'évènementiel, avant qu'il soit cédé à la C.U.D. en 2010 pour sa base de voile (supra).

Le musée des Beaux-Arts possède des collections regroupées sous deux thèmes : l'art européen du XVIe siècle à notre époque et l'histoire de Dunkerque. Il possède également une galerie d'histoire naturelle[114].

Le Lieu d'action et d'animation culturelle de Dunkerque ou « LAAC[Note 11] » est un espace destiné principalement à l'art contemporain. Il est entouré du jardin des sculptures, comportant plusieurs œuvres d'art.

Le Fonds régional d'art contemporain ou FRAC du Nord-Pas-de-Calais, situé à Rosendaël, rassemble plus de 1 500 d'œuvres d'art contemporain. Ce « quartier général » est un centre de convergence de l'art contemporain du Nord-Pas-de-Calais.

Le musée portuaire de Dunkerque est destiné à éclairer les visiteurs sur les métiers de la mer et sur l'histoire du port de Dunkerque. Le musée est installé dans un ancien entrepôt à tabac de la Citadelle, mais il dispose également de six bateaux-musée : le bateau-feu Sandettié, le trois-mâts carré Duchesse Anne, le remorqueur l' Entreprenant, la péniche La Guilde, le bateau pilote Pilotine no 1[Note 12] et une vedette de balisage l'Esquina[Note 13].

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.


Le Mémorial du souvenir de Dunkerque, installé dans des anciennes fortifications datant de 1874, est un musée consacré à l'opération Dynamo.

Le cinéma Amc marine 20 est l'un des plus grands de la région avec ses 14 salles. Il est installé au premier étage du pôle marine. Le Studio 43 est un cinéma d'art et essai, également situé au pôle marine.

La ville compte également une école municipale de musique et d'art dramatique agréée (EMMADA), une école régionale des beaux arts ou ERBA, un lieu dédié au jazz, Le Jazz Club, une Maison des jeunes et de la culture, la MJC Rosendaël, et un atelier d'artistes, La Plate Forme.

Médias et littérature[modifier | modifier le code]

Dunkerque au cinéma, à la télévision[modifier | modifier le code]

La ville, a servi d'arrière-plan dans plusieurs films ou feuilletons:

Littérature[modifier | modifier le code]

Journaux et radios[modifier | modifier le code]

Dunkerque dispose de sa propre chaîne de télévision ID7[Note 14] diffusant une émission paraissant le lundi, elle comprend des reportages sur la ville, un agenda des sorties du week-end et les résultats sportifs[122].

Outre la presse quotidienne nationale, la ville lit le quotidien La Voix du Nord et ses déclinaisons (La Voix des Sports, etc.) dont une édition est consacrée au Dunkerquois. Elle lit également Le Phare Dunkerquois un hebdomadaire paraissant le mercredi, et à moindre mesure Le journal des Flandres.

La ville publie également des magazines[123]: Dunkerque Magazine qui se consacre tous les mois à l'histoire et à l'actualité de Dunkerque, Dunkerque Quartier qui est le supplément de Dunkerque Magazine, qui se focalise sur les quartiers de Dunkerque[124] et enfin Bouge2là fournissant tous les 15 du mois des informations pour les jeunes (sorties, loisirs, etc.)[125].

Plusieurs stations de radio émettent en FM à Dunkerque : France Musique (89,3 MHz), Radio Classique (90,2 MHz), La radio de la mer (90,7 MHz), Skyrock (91,1 MHz), Europe 1 (91,6 MHz), Fun Radio (92,2 MHz), France Bleu Nord (92,6 MHz), RTL (95,2 MHz), Virgin Radio (96,2 MHz), France Culture (96,8 MHz), RMC (98,4 MHz), Radio 6 (99,0 MHz), Delta FM (100,7 MHz), France Inter (103,3 MHz) et France Info (106,5 MHz)[126].

Philatélie[modifier | modifier le code]

Cinq timbres postaux représentant la ville ont été émis:

  • Le premier le 5 novembre 1945, intégré dans une série sur les villes détruites pendant la Seconde Guerre mondiale[127].
  • Le second le 26 mars 1962 pour célébrer le tricentenaire du port, avec une oblitération Premier jour le 24 dans la ville[128].
  • Un autre traitant de Dunkerque et ses Extensions Portuaires, avec une oblitération Premier Jour le 12 février 1977 en présence de Norbert Ségard, Secrétaire d’État aux PTT
  • Un quatrième timbre le 24 mai 1980, en l'honneur du 53ème Congrès National de la Fédération des Sociétés Philatéliques Françaises se tenant à Dunkerque. Ce timbre illustre le beffroi de la mairie de Dunkerque ainsi qu'en arrière plan une grue signifiant le caractère portuaire de la ville.
  • Enfin un dernier timbre le 29 mai 1998, dans le cadre du 71ème Congrès de la Fédération Françaises des Associations Philatéliques à Dunkerque. Le timbre représente le géant de Dunkerque Reuze, le bateau-feu Sandettié (trônant de nos jours devant le Musée Portuaire de Dunkerque en Citadelle) ainsi que l’Église Saint-Éloi de Dunkerque.

Représentation[modifier | modifier le code]

La ville de Dunkerque a donné son nom à une des chansons du groupe Indochine, dans l'album Paradize.

Les clips Un petit peu d'air[129] du groupe Felipecha et Happy[130] du groupe XYetZ ont été tournés dans les rues de Dunkerque.

La ville occupe sur le plateau du « Monopoly France » la place la plus prestigieuse, celle correspondant à la rue de la Paix du monopoly français classique, néanmoins sur le « Monopoly Nord-Pas-de-Calais », elle occupe la place correspondant à l'avenue de Neuilly sur le classique français. La ville dispose également d'un Monopoly à son nom : « Monopoly Dunkerque ».

La ville sert de blague récurrente dans Intouchables, où le personnage incarné par Omar Sy doute (avec humour) de la beauté des Dunkerquoises.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Natifs célèbres[modifier | modifier le code]

Autres personnalités[modifier | modifier le code]

  • François Napoléon Develle (1805 à Dijon - 1878), architecte de la ville de Dunkerque, en particulier du palais de justice, de l'église Saint-Martin et de la mairie de Brouckerque.
  • Le Professeur Hassan Zaoual, (1950-2011), Docteur d'État ès-Sciences Économiques, était maître de conférences à l'Université du Littoral-Côte-d'Opale (ULCO) à Dunkerque où il dirigea le Groupe de Recherche sur les Économies Locales (GREL). Initiateur de la théorie des sites symboliques d'appartenance, ancien administrateur fondateur du Réseau Sud-Nord Cultures et Développement et du Réseau Cultures-Europe, il a contribué à introduire la dimension culturelle, dans les organisations non gouvernementales et les institutions internationales de développement.
  • Jean Bodart président de 2001 à 2012 des Quatre jours de Dunkerque

Vie militaire[modifier | modifier le code]

Unités militaires ayant été en garnison à Dunkerque :

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jacques Tillie, Dunkerque en Flandre, t. 1 à 4, Kim,‎ 1979
  • Gérard Demarcq (ill. E. Miller), Dunkerque 1 000 ans d'histoire, Le Téméraire, coll. « Histoire des villes »,‎ 1993 (ISBN 2-908703-11-4) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  1. Demarcq 1993, p. 11, première bulle.
  2. Demarcq 1993, p. 11, deuxième bulle.
  3. Demarcq 1993, p. 15, septième bulle.
  4. a et b Demarcq 1993, p. 17.
  5. Demarcq 1993, p. 22, première bulle.
  6. Demarcq 1993, p. 22, deuxième bulle.
  7. Demarcq 1993, p. 22, troisième bulle.
  8. Demarcq 1993, p. 28
  9. Demarcq 1993, p. 29, deuxième bulle.
  10. Demarcq 1993, p. 30, sixième bulle
  11. Demarcq 1993, p. 36.
  12. Demarcq 1993, p. 37, première bulle.
  13. Demarcq 1993, p. 38, première bulle.
  14. Demarcq 1993, p. 38, cinquième bulle.
  15. Demarcq 1993, p. 40, deuxième bulle.
  16. Demarcq 1993, p. 42, deuxième bulle.
  17. Demarcq 1993, p. 43, 1re, 2e et 3e bulle.
  • Jules Gosselet, Géographie régionale : La plaine maritime du Nord de la France et de la Belgique, vol. 7, t. 2, coll. « Annales de Géographie »,‎ 1893 (lire en ligne), p. 306-314
  1. a, b et c Gosselet 1893, p. 306
  2. Gosselet 1893, p. 307
  • Leplat, Sommé, Baeteman et Paepe, Carte géologique de France à 1/50 000 ème : Dunkerque Hondschoote, Ministère de l'industrie et de l'aménagement du territoire-bureau de recherche géologiques et minières,‎ 1988 (lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  1. Leplat 1988, p. 9
  2. Leplat 1988, p. 13
  3. Leplat 1988, p. 11

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. On ne peut y creuser un trou sans qu'il soit quelques instants après rempli d'eau
  2. cette branche est postérieure à la branche occidentale, en effet elle a été réalisée grâce à un tronçon du canal des Moëres avant que celui-ci soit dévié afin de passer sous le canal de Furnes
  3. Le quartier de Glacis-Victoire est une bande Nord-Sud située dans la partie orientale du Dunkerque-Centre représenté ici et frontalière avec Malo-les-Bains et Rosendaël
  4. partie du Grand port située sur le territoire de la ville
  5. À l'image du drapeau de Marseille de nos jours
  6. Association Dunkerquoise de Gestion des Équipements Sociaux.
  7. La Normed.
  8. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  9. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  10. Le terme leughenaer signifie « menteur » en flamand, plusieurs légendes entourent ce surnom : les nombreuses fausses alertes des guetteurs de la tour, les dérèglements réguliers de l'horloge de la tour ou les signaux destinés à naufrager les navires ennemis.
  11. Anciennement musée d'art contemporain.
  12. Disposée sur cale devant le musée.
  13. Actuellement non visible.
  14. Disponible sur le câble.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Recherche d'orthodromie depuis Dunkerque », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 12 avril 2012)
  2. « Classement des villes par superficie », sur http://france.ousuisje.com/ (consulté le 18 juin 2010)
  3. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, publié en janvier 2007, révisé en mars 2010, consulté le 12 avril 2013, [lire en ligne].
  4. « Fichier dossier du sous-sol de Rosendaël », sur http://infoterre.brgm.fr/viewerlite/MainTileForward.do, BRGM (consulté le 12 avril 2013)
  5. « Fiche du canal de Bergues », sur http://projetbabel.org/, Histoire & Patrimoine des rivières et canaux de France (consulté le 30 mai 2010)
  6. « Fiche du canal de Bourbourg », sur http://projetbabel.org/, Histoire & Patrimoine des rivières et canaux de France (consulté le 30 mai 2010)
  7. « Fiche de la liaison Dunkerque-Escaut », sur http://projetbabel.org/, Histoire & Patrimoine des rivières et canaux de France (consulté le 30 mai 2010)
  8. « Fiche du canal de Furnes », sur http://projetbabel.org/, Histoire & Patrimoine des rivières et canaux de France (consulté le 30 mai 2010)
  9. « Fiche du canal des Moëres », sur http://www.sandre.eaufrance.fr/, Sandre (consulté le 12 avril 2013)
  10. « Fiche du canal exutoire des wateringues », sur http://www.sandre.eaufrance.fr/, Sandre (consulté le 12 avril 2013)
  11. « Fiche du canal de Mardyck (premier des deux) », sur http://projetbabel.org/, Histoire & Patrimoine des rivières et canaux de France (consulté le 30 mai 2010)
  12. « Monuments historiques de Dunkerque, section canaux », sur http://www.actuacity.com/ (consulté le 30 mai 2010)
  13. [PDF] « Rapport concernant les risques industriels dans le Nord-Pas-de-Calais », sur http://www.nord-pas-de-calais.drire.gouv.fr/ (consulté le 31 mai 2010)
  14. « Les plans d'urgence de l'autorité de sûreté nucléaire », sur http://www.asn.fr/ (consulté le 31 mai 2010)
  15. a, b, c, d et e « Climat du Nord-Pas-de-Calais », sur http://www.meteo59-62.com/, Météo 59-62 (consulté le 15 janvier 2012)
  16. « Normales et Record de 1961 à 1990 : Station de Dunkerque », sur http://www.infoclimat.fr, Infoclimat (consulté le 15 janvier 2012)
  17. « Dunkerque en chiffre », sur http://www.ville-dunkerque.fr, Site officiel de la ville (consulté le 12 avril 2013)
  18. « Fiche météorologique de Dunkerque », sur http://www.lameteo.org, Site d'études météorologique (consulté le 16 avril 2013)
  19. « Les records de climatologie », sur http://la.climatologie.free.fr/sommaire.htm (consulté le 12 avril 2013)
  20. [PDF] « Météo France : records de chaleur », sur http://france.meteofrance.com/ (consulté le 18 juin 2010)
  21. « Infoclimat : Historique du climat de Dunkerque », sur http://www.infoclimat.fr/ (consulté le 23 octobre 2010)
  22. =http://www.keraunos.org/dossier-tornade-dunkerque-9-novembre-2001-tornade-france.htm
  23. « Site officiel de Dunkerque, rubrique sur Malo-les-Bains », sur http://www.ville-dunkerque.fr, Ville de Dunkerque (consulté le 6 novembre 2010)
  24. « Site officiel de Dunkerque, rubrique sur Rosendaël », sur http://www.ville-dunkerque.fr, Ville de Dunkerque (consulté le 6 novembre 2010)
  25. « Site officiel de Dunkerque, rubrique sur Petite-Synthe », sur http://www.ville-dunkerque.fr, Ville de Dunkerque (consulté le 6 novembre 2010)
  26. a, b et c [PDF] « Recensement de la population du Nord de 2009, page 8 », sur http://www.insee.fr, Insee (consulté le 25 janvier 2012)
  27. « Rétrospective de l'Indicateur du 9 novembre 1972 », sur http://www.lindicateurdesflandres.fr, L'indicateur des Flandres (consulté le 15 janvier 2012)
  28. [PDF] « Rapport du Conseil Général de l'Environnement et du Développement Durable, résumé page 1 », sur http://www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr/, CGEDD (consulté le 15 janvier 2012)
  29. [PDF] « Fiche Ligne 8 du réseau TER Nord-Pas-de-Calais », sur http://www.ter-sncf.com/Regions/nord_pas_de_calais/fr/Default.aspx, Site régional du réseau TER (consulté le 15 avril 2013)
  30. [PDF]« Fiche Ligne 6 du réseau TER Nord-Pas-de-Calais », sur http://www.ter-sncf.com/Regions/nord_pas_de_calais/fr/Default.aspx, Site régional du réseau TER (consulté le 15 avril 2013)
  31. « Modernisation de la ligne Calais-Dunkerque », sur http://www.lavoixdunord.fr, La Voix du Nord (consulté le 15 avril 2013)
  32. [PDF] « Fiche Ligne 9 du réseau TER Nord-Pas-de-Calais », sur http://www.ter-sncf.com/Regions/nord_pas_de_calais/fr/Default.aspx, Site régional du réseau TER (consulté le 15 avril 2013)
  33. « Le Barreau de Saint-Georges, le « début de la suite » », sur http://www.lepharedunkerquois.fr, Le Phare Dunkerquois (consulté le 25 janvier 2012)
  34. « Dk'bus Marine au quotidien », sur http://www.dkbus.com, Dk'bus Marine (consulté le 19 novembre 2011)
  35. « Le nouveau réseau de transport », sur http://www.lepharedunkerquois.fr, Le Phare dunkerquois (consulté le 19 novembre 2011)
  36. « Site officiel de dk'vélo » (consulté le 1 septembre 2013)
  37. « Les armoiries de Dunkerque », sur http://www.ville-dunkerque.fr/, Site officiel de la ville de Dunkerque (consulté le 15 janvier 2012)
  38. « Histoire de Dunkerque : l'hôtel de ville », sur http://depuydt.erich.free.fr/ (consulté le 18 juin 2010)
  39. « Les armoiries de la ville », sur http://www.ville-dunkerque.fr/, Site officiel de Dunkerque (consulté le 18 juin 2010)
  40. « Histoire de Dunkerque », sur http://www.ville-dunkerque.fr, Site officiel de la ville de Dunkerque (consulté le 15 janvier 2012)
  41. « La course », sur http://pagesperso-orange.fr/vieillemarine/ (consulté le 15 janvier 2012)
  42. L'Abbé D. Carnel, Les Sociétés de Rhétorique et leurs Représentations dramatiques chez lee (sic) Flamands de France in Annales du Comité flamand de France, Moedertael en Vaderland, tome V, 1860, p. 63-64
  43. Yann Gobert-Sergent, Pêches, course et contrebandiers. Le Port de Boulogne-sur-mer de Louis XIV à Napoléon Ier, ACRB éditions, 2004, 196 p.
  44. « Dunkerque à l'heure des tramways », Chemins de Fer régionaux et Urbains, vol. 2000/3, no 279,‎ 2000, p. 4-15 (ISSN 1141-7447)
  45. « Procédure de fusion de communes », sur http://www.dgcl.interieur.gouv.fr, Direction générale des collectivités locales (consulté le 15 janvier 2012)
  46. Logements ZAC Grand Large-Neptune, Le Moniteur du 28 janvier 2011
  47. « La fusion de nouveau d'actualité », sur http://www.lavoixdunord.fr, La Voix du Nord (consulté le 6 novembre 2010)
  48. « Le préfet du Nord prononce la fusion association de Dunkerque,Saint-Pol et Fort-Mardyck », sur http://www.lavoixdunord.fr, La Voix du Nord (consulté le 8 décembre 2010)
  49. « Corps préfectoral », sur http://www.nord.pref.gouv.fr/, Préfecture du Nord (consulté le 6 novembre 2010)
  50. a, b, c et d [PDF] « Recensement de la population du Nord de 2009, p. 2 et 8 », sur http://www.insee.fr, Insee (consulté le 25 janvier 2012)
  51. « Composition du canton de Dunkerque-Ouest », sur http://mariefabre.over-blog.fr/, Blog de Marie Fabre (consulté le 6 novembre 2010)
  52. http://www.ville-dunkerque.fr/fr/je-vis-adunkerque/presidentielles-2012/index.html
  53. « Site officiel de la ville : résultats des deux tours des élections régionales », sur http://www.ville-dunkerque.fr/
  54. a et b [PDF] « Budget 2010 », sur http://www.ville-dunkerque.fr/, Dunkerque Magazine, p.  8 et 9,‎ janvier 2010 (consulté le 6 novembre 2010)
  55. [PDF] « Statistiques de la ville de Dunkerque », sur http://www.insee.fr/, Insee (consulté le 25 janvier 2012)
  56. [PDF] « Statistiques de la ville de Saint-Pol-sur-Mer », sur http://www.insee.fr/, Insee (consulté le 25 janvier 2012)
  57. [PDF] « Statistiques de la ville de Fort-Mardyck », sur http://www.insee.fr/, Insee (consulté le 25 janvier 2012)
  58. [PDF] « Dunkerque en chiffre 2008, p.  26 et 27 », sur http://www.agur-dunkerque.org/ (consulté le 6 novembre 2010)
  59. « Le Palais de Justice de Dunkerque », sur http://www.patrimoine-de-france.org/, Patrimoine de France (consulté le 6 novembre 2010)
  60. « Affaire de l'amiante à Dunkerque », sur http://www.actu-environnement.com/, Actualités environnement,‎ 16 novembre 2005 (consulté le 6 novembre 2010)
  61. « La revanche des veuves de Dunkerque », sur http://www.lefigaro.fr/, Le Figaro,‎ 31 juillet 2008 (consulté le 6 novembre 2010)
  62. [PDF] « Carte judiciaire « post-réforme » issue du Ministère de la justice », sur http://www.carte-judiciaire.justice.gouv.fr/, Ministère de la justice (consulté le 6 novembre 2010)
  63. [PDF] « Le palmarès de la violence par département », sur http://www.lefigaro.fr/, Le Figaro (consulté le 26 novembre 2010)
  64. a, b, c, d, e et f [PDF] « Dossier de presse de la CUD sur le pôle de valorisation des déchets », sur http://www.communaute-urbaine-dunkerque.fr/, Communauté urbaine de Dunkerque (consulté le 6 novembre 2010)
  65. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 4 avril 2013).
  66. a, b, c et d [PDF] « Brochure d'information sur le GeCT Flandre Occidentale/ Flandre Dunkerque-Côte d'Opale », sur Site officiel du conseil général du Pas-de-Calais (consulté le 18 avril 2013)
  67. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  68. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  69. « Évolution et structure de la population à Dunkerque en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 janvier 2012)
  70. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 janvier 2012)
  71. Encyclopédie des villes de France-donnée de l'INSEE démographie dunkerquoise
  72. Encyclopédie des villes de France-donnée de l'INSEE Marché immobilier dunkerquois
  73. « Dunkerque en chiffre (page 6) », sur Site de l'agence d'urbanisme de Dunkerque (consulté le 24 novembre 2010)
  74. « Répartition des emplois dunkerquois par secteur d'activité », sur le site de l'Insee (consulté le 24 novembre 2010)
  75. « Répartition des emplois dunkerquois par catégorie socioprofessionnelle », sur le site de l'Insee (consulté le 24 novembre 2010)
  76. « Dunkerque en chiffre (page 21) », sur Site de l'agence d'urbanisme de Dunkerque (consulté le 24 novembre 2010)
  77. « Création du Grand port maritime de Dunkerque », sur Site officiel du Grand Port Maritime de Dunkerque (consulté le 24 novembre 2010)
  78. « Site de l'ISCID » (consulté le 16 janvier 2012)
  79. « Site du CUEEP Littoral » (consulté le 16 janvier 2012)
  80. « Site de l'IUT Saint-Omer - Dunkerque » (consulté le 16 janvier 2012)
  81. « Portail de la bibliothèque universitaire de l'ULCO », sur Portail universitaire (consulté le 16 janvier 2012)
  82. « Site du MREI » (consulté le 16 janvier 2012)
  83. « Site du MRSH » (consulté le 16 janvier 2012)
  84. « Résultats du recensement de la population 2008 à Dunkerque, diplôme le plus élevé », sur http://www.recensement.insee.fr/ Insee (consulté le 15 janvier 2012)
  85. « Résultats du recensement de la population 2008 en France, diplôme le plus élevé », sur http://www.recensement.insee.fr/ Insee (consulté le 15 janvier 2012)
  86. « Centre hospitalier de Dunkerque », sur site de la Fédération Hospitalière de France,‎ 14 septembre 2010 (consulté le 29 septembre 2010)
  87. « Les Bazennes ferment le 3 juin: pour les mamans, direction Grande-Synthe », sur site du quotidien La Voix du Nord',‎ 25 mai 2009
  88. « Centre hospitalier (Dunkerque) : liste des services », sur site de la Fédération hospitalière de France (consulté le 18 décembre 2010)
  89. « Relevé annuel de l'ADEME », sur ADEME (consulté le 23 juin 2010)
  90. ATMO Nord-Pas-de-Calais « Information sur l'indice ATMO », sur Site d'Atmo Nord (consulté le 7 janvier 2010)
  91. « Palmarès du challenge de la ville la plus sportive », sur http://www.lequipe.fr, L'Équipe (consulté le 16 janvier 2012)
  92. a et b « Guide des sports de la ville de Dunkerque -page 76 à 89- PDF », sur site officiel de la ville de Dunkerque (consulté le 8 janvier 2011)
  93. « Recensement des équipements sportifs, espace et sites de pratiques - détail par communes - », sur Site ministériel du recensement des équipements sportifs (consulté le 2 février 2014)
  94. « Philippe Lucas pose ses valises à Dunkerque », sur [1], Site de 20 minutes (consulté le 8 janvier 2011)
  95. Le « Princess-Elizabeth », fermé au public, se prépare à une nouvelle vie (Lavoixdunord.fr, 12 novembre 2010)
  96. Dunkerque abandonne son projet d'aréna, le 5 mai 2014, consulté l e 25 mai 2014.
  97. « Les biclous du dimanche sont de sortie », sur http://www.lavoixdunord.fr La Voix du Nord (consulté le 8 janvier 2011)
  98. « Information concernant Dunkerque en Survêt », sur http://maisonasso.gapi.fr/ Maison de la Vie Associative Dunkerquoise (consulté le 8 janvier 2011)
  99. « Fiche touristique « La tour du Leughenaer » », sur http://www.ot-dunkerque.fr/ Office de tourisme de la ville de Dunkerque (consulté le 8 janvier 2011)
  100. « Histoire de la Chapelle Notre Dame des Dunes » (consulté le 8 janvier 2011)
  101. « Fiche touristique « Le beffroi » », sur http://www.ot-dunkerque.fr/ Office de tourisme de Dunkerque (consulté le 8 janvier 2011)
  102. « Fiche touristique « L'hôtel de ville » », sur http://www.ot-dunkerque.fr/ Office de tourisme de Dunkerque (consulté le 8 janvier 2011)
  103. « Fiche touristique « La Porte de la Marine » », sur http://www.ot-dunkerque.fr/ Office de tourisme de Dunkerque (consulté le 8 janvier 2011)
  104. « Fiche touristique « Statue de Jean-Bart » », sur http://www.ot-dunkerque.fr/ Office de tourisme de Dunkerque (consulté le 8 janvier 2011)
  105. « Fiche touristique « Le phare » », sur http://www.ot-dunkerque.fr/ Office de tourisme de Dunkerque (consulté le 8 janvier 2011)
  106. « Fiche touristique « Les villas malouines » », sur http://www.ot-dunkerque.fr/ Office de tourisme de Dunkerque (consulté le 8 janvier 2011)
  107. « Fiche du patrimoine historique », sur http://www.patrimoine-de-france.org/ Site du Patrimoine de France (consulté le 8 janvier 2011)
  108. « Histoire du carnaval de Dunkerque », sur http://www.ville-dunkerque.fr/ Site officiel de Dunkerque (consulté le 8 janvier 2011)
  109. « D'où vient le carnaval de Dunkerque ? », sur http://www.lavoixdunord.fr/ La Voix du Nord (consulté le 8 janvier 2011)
  110. « Histoire du Reuze », sur http://www.lesamisdureuze.org/ Site des Amis du Reuze (consulté le 8 janvier 2011)
  111. [PDF] « Fiche de Violette la baigneuse », sur http://www.federationgeants.fr/ Site de la fédération des géants (consulté le 8 janvier 2011)
  112. [PDF]« Fiche d'Hilaire Patate », sur http://www.federationgeants.fr/ Site de la fédération des géants (consulté le 8 janvier 2011)
  113. [PDF]« Fiche de Snustre », sur http://www.federationgeants.fr/ Site de la fédération des géants (consulté le 8 janvier 2011)
  114. « Page d'accueil », sur site non officiel consacré au musée des Beaux-Arts de Dunkerque (consulté le 17 septembre 2010)
  115. http://www.imdb.fr/title/tt0545161/combined
  116. « Fiche du film « Mort carnaval » », sur http://www.imdb.fr/ The Internet Movie Database (consulté le 25 janvier 2012)
  117. « Fiche de l'actrice Isabelle Alexis « Le repenti » », sur http://www.agencea.fr Site de l'agence A (consulté le 25 janvier 2012)
  118. « Fiche du téléfilm « Le repenti » », sur http://www.imdb.fr/ The Internet Movie Database (consulté le 8 janvier 2011)
  119. [PDF]« Comité de Presse 2009 », sur http://www.crrav.com/ Site du Comité régional de ressources audiovisuelles (consulté le 8 janvier 2011)
  120. « Bienvenue chez les ch'tis fait étape à Malo », sur histoire-des-chtis.com Histoire des ch'tis (consulté le 8 janvier 2011)
  121. Article France 3 Nord-Pas-de-Calais. du 17 juin 2013.
  122. « Archives de l'émission ID7 », sur http://www.ville-dunkerque.fr/ Site officiel de Dunkerque (consulté le 8 janvier 2011)
  123. « Les magazines de la ville », sur http://www.ville-dunkerque.fr/ Site officiel de Dunkerque (consulté le 8 janvier 2011)
  124. « Archives de Dunkerque Magazine et Dunkerque quartiers », sur http://www.ville-dunkerque.fr/ Site officiel de Dunkerque (consulté le 8 janvier 2011)
  125. « Archives de Bouge2là », sur http://www.ville-dunkerque.fr/ Site officiel de Dunkerque (consulté le 8 janvier 2011)
  126. « Annuaire des radios reçues à Dunkerque », sur http://www.annuaireradio.fr/ Annuaire des radios FM (consulté le 8 janvier 2011)
  127. « Le timbre de 1945 », sur http://pluq59.free.fr Site de philatélie (consulté le 8 janvier 2011)
  128. « Le timbre de 1962 », sur http://www.phil-ouest.com/ Site de philatélie (consulté le 8 janvier 2011)
  129. Felipecha, Un petit peu d'air « Clip vidéo : Un petit peu d'air », sur http://www.youtube.com, Youtube (consulté le 12 janvier 2012)
  130. XYetZ, Happy « Happy - Dunkerque (Pharrell Williams) par XYetZ.com (WearefromDUNKERQUE) », sur http://www.youtube.com, Youtube (consulté le 24 janvier 2014)

Source partielle[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Dunkerque » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)