Leucate

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Leucate
La Franqui
La Franqui
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Aude
Arrondissement Narbonne
Canton Sigean
Intercommunalité Le Grand Narbonne
Maire
Mandat
Michel Py
2014-2020
Code postal 11370
Code commune 11202
Démographie
Gentilé Leucatois, Leucatoises
Population
municipale
4 030 hab. (2011)
Densité 171 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 54′ 38″ N 3° 01′ 46″ E / 42.9105555556, 3.02944444444 ()42° 54′ 38″ Nord 3° 01′ 46″ Est / 42.9105555556, 3.02944444444 ()  
Altitude 25 m (min. : 0 m) (max. : 70 m)
Superficie 23,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte administrative de l'Aude
City locator 14.svg
Leucate

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Leucate

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Leucate

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Leucate
Liens
Site web Site officiel

Leucate est une commune française, située dans le département de l'Aude en région Languedoc-Roussillon.

Ses habitants sont appelés les Leucatois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Leucate est une station balnéaire du golfe du Lion située dans les Corbières et plus précisément dans les Corbières maritimes sur le littoral audois à mi-chemin entre Narbonne et Perpignan.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le Cap Leucate est la pointe orientale des Corbières maritimes. La presqu’île de Leucate, qui est en réalité une ancienne île quaternaire (nommée Île de Leucate[1]) est en grande partie formée par des calcaires lacustres du pliocène moyen. Cette ancienne île s'étend sur près de 17 km de plages et 7 000 hectares de lac marin.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune s'étire sur cinq pôles touristiques :

Logement[modifier | modifier le code]

Leucate comprend en 2009 15 547 logements, parmi lesquels 13,5% sont des résidences principales, 85,8% sont des résidences secondaires et 0,8% sont vacants. 68,5% des ménages sont propriétaires de leur logement[3].

En 2014, l'offre d'hébergement touristique se compose de quatre hôtels[4], deux résidences hôtelières[5], six campings[6] et trois villages de vacances[7]. Le village naturiste comprend en plus huit résidences et un camping[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Leucate vient du grec ancien λευκός (leukós) qui signifie « blancheur », « blanc ». En languedocien, le nom Laucata, se prononce [law'katɔ˕] ou même [lɔw'katɔ˕] (plus généralement, en occitan : Leucata - [lɛw'katɔ˕], selon les variantes dialectales[9].

La langue traditionnelle du village est le languedocien. Leucate est une frontière, plus au sud au Barcarès et à Saint-Laurent-de-la-Salanque, on parle catalan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Place forte stratégique, attachée au pouvoir royal, Leucate défendait les marches d'Espagne. Elle a joué un rôle important en 1590 et en 1637 en résistant victorieusement aux Espagnols. Le château a été détruit en 1664. Il reste néanmoins quelques vestiges intéressants (pierre du lion, pierre de la falquette), qui témoignent de l'importance de l'ouvrage. Françoise de Cezelli, dont la statue est érigée sur la place du village en est l'héroïne. Épouse de Jean de Boursier, gouverneur de la place de Leucate, elle résiste aux Espagnols qui n'hésitent pas à exécuter son mari sous ses yeux. "La ville est au roi et mon honneur est à Dieu. Je dois les conserver jusqu'à mon dernier soupir". Henri IV la chargera de gouverner la place jusqu'à la majorité de son fils aîné.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la zone est occupée par l'armée allemande de fin 1942 à août 1944 qui installe des équipements dans le cadre du Mur de la Méditerranée. Sa garnison est de la 272e division d'infanterie[10]. Les habitants du village ont été évacués au début du mois de janvier 1944 et la quasi-totalité des habitations de Leucate-Plage est rasée pour faciliter la défense du lieu contre un éventuel débarquement. Le 27 avril 1944, à 22 h 25, un bombardier britannique Handley Page Halifax de la Royal Air Force est abattu alors qu'il devait larguer du matériel à un maquis de la résistance française de la Haute Vallée de l’Aude par la Flak de la base radar allemande installée sur le site. Les 7 membres d'équipage périrent[11].

Entre 1962 et 1963, des études sont effectuées pour faire de Leucate une base de lancement car, à la suite de la fermeture programmée du Centre interarmées d'essais d'engins spéciaux en 1967 après l'indépendance de l'Algérie, la France cherche des solutions de repli. Les travaux resteront sans suite[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1873 1877 Zorzine Mariev    
1877 1882 Baptiste Guizard    
1882 1892 Aimé Lalary    
1892 1896 Baptiste Guizard    
1896 1904 Léandre Bord    
1904 1908 Irénée Montestruc    
1908 1925 Richard Suzanne    
1925 1941 Aimé Sidras SFIO Médecin
1941 1945 [Qui ?]    
mai 1945 mars 1965 Aimé Sidras SFIO Médecin
mars 1965 mars 1977 Georges Cazenove SFIO  
mars 1977 mars 1983 Georges Bertrand PS  
mars 1983 janvier 1991 Antoine Azeau PS  
janvier 1991 juin 1995 Maurice Demonte PCF  
juin 1995 en cours Michel Py UMP Conseiller régional
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 030 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
647 617 728 905 1 104 1 180 1 215 1 261 1 276
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 293 1 461 1 612 1 582 1 652 1 926 1 823 1 750 1 720
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 734 1 664 1 606 1 542 1 543 1 398 1 362 1 036 1 252
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 077 1 233 1 244 1 968 2 177 2 732 3 392 3 435 4 060
2011 - - - - - - - -
4 030 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2004[14].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2009, le revenu fiscal médian des ménages par unité de consommation est de 17 048 €. Le revenu net déclaré moyen par foyer fiscal est de 18 978 € et 48 % des foyers fiscaux sont imposables[3].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Viticulture

La commune a sur son territoire les appellations qualitatives suivantes :

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

A Leucate trois sites sont classés au titre des Monuments Historiques répertoriés dans la base Mérimée, base de données sur le patrimoine architectural français du ministère de la Culture:

Monument Adresse Coordonnées Notice Protection Date Illustration
Fort de Leucate 42° 54′ 28″ Nord 3° 01′ 32″ Est / 42.90765, 3.02567 (Fort de Leucate) « PA11000034 » Inscription 26 juillet 2006
Fort de Leucate
Grotte des Fées 42° 53′ 52″ Nord 3° 02′ 07″ Est / 42.897714, 3.0354 (Grotte des Fées) « PA00102742 » Classement 10 septembre 1924
Grotte des Fées
Fanal (ancien), dit Redoute de la Franqui 42° 55′ 40″ Nord 3° 02′ 39″ Est / 42.92778, 3.04424 (Fanal (ancien), dit Redoute de la Franqui) « PA00102741 » Inscription 3 octobre 1967
Fanal (ancien), dit Redoute de la Franqui

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Leucate Blason Parti, de gueules à une oie d'argent becquée et membrée d'or, et d'azur à une tour donjonnée d'or, au chef de sinople chargé d'une clef d'or posée en fasce, le panneton vers le chef.[réf. nécessaire]
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Alias
Alias du blason de Leucate
D'azur, à une fasce fuselée d'argent et de gueules.

Galerie[modifier | modifier le code]

Du nord au sud
La Franqui
Cap Leucate
Leucate Village
Leucate Plage
Village Naturiste sur "l'île de la Corrège"
Port Leucate

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lucien Bayrou, Entre Languedoc et Roussillon : 1258-1659 fortifier une frontière ?, publié par les Amis du Vieux Canet.
  • Nöel Hautemanière et Jacques Hiron, Leucate : plein cadre : livre de photographies, Toreilles, 2004, ISBN 2-9516053-3-1
  • Jacques, Hiron, Il était une fois Leucate, Leucate, Édition du Cap Leucate, 2005 (réimpression de l'édition de 1998)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Michael Wilke, Lagunäre Lebensräume in Robert Hofrichter, R. (éd), Das Mittelmeer : Fauna, Flora, Ökologie. Tome I, Allgemeiner Teil, p. 326–347, Heidelberg, Éd. Spektrum akademischer Verlag, 2001, ISBN 3-8274-1050-9
  2. Phrase repris et adapté du blog paysages (Blogs Le Monde), voir le billet Les cigales de Port Leucate
  3. a et b Fiche Insee 2009
  4. Office de tourisme de Leucate, section Hôtels
  5. Office de tourisme de Leucate, section Résidences hôtelières
  6. Office de tourisme de Leucate, section Campings
  7. Office de tourisme de Leucate, section Villages de vacances
  8. Site du village naturiste de Leucate
  9. Transcriptions en API).
  10. « Camargue : Vestiges allemands », sur Camargue insolite (consulté le 28 avril 2012)
  11. Nicolas Boussu, « Le bombardier oublié de Leucate sort des brouillards de l’histoire », sur L'Indépendant,‎ 27 avril 2012 (consulté le 28 avril 2012)
  12. « Les fusées françaises ont failli être lancées de Leucate », Midi libre, no 22257,‎ 7 octobre 2006
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011