Drulingen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Drulingen
Image illustrative de l'article Drulingen
Blason de Drulingen
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin (Strasbourg)
Arrondissement Saverne
Canton Drulingen
(chef-lieu)
Intercommunalité C.C. de l'Alsace Bossue
Maire
Mandat
Jean-Louis Scheuer
2014-2020
Code postal 67320
Code commune 67105
Démographie
Gentilé Drulingeois(es)
Population
municipale
1 458 hab. (2011)
Densité 325 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 52′ 07″ N 7° 11′ 31″ E / 48.86861111, 7.19194444 ()48° 52′ 07″ Nord 7° 11′ 31″ Est / 48.86861111, 7.19194444 ()  
Altitude Min. 273 m – Max. 327 m
Superficie 4,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Drulingen

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Drulingen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Drulingen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Drulingen

Drulingen (Drülínge en francique rhénan[1]) est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace.

Ses habitants sont les Drulingeois et Drulingeoises.

Drulingen compte 1 448 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville se situe en Alsace Bossue (Alsace, Bas-Rhin), proche des Vosges du Nord, à 13 km de Sarre-Union et à environ 55 km de Strasbourg.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • D'un nom de personne germanique, Trutlind, suivi du suffixe -ingen.
  • Toponymies anciennes : Dructegisomarca (713), Truhelinge (1195)[2], Druldingen (1322 & 1361), Truhdeldingen, Truldingen, Trullingen (1692)[3], Drulingen (1793), Drulinghem (1801).
  • Drulinge en francique rhénan.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’origine de la première agglomération de maisons connue dans la banlieue de Drulingen remonte à l’époque gallo-romaine. En creusant le sol dans le canton dit « Im Thal », on a découvert par hasard deux urnes funéraires et une monnaie ayant servi d’obole, à l’effigie de l’empereur Gordianus. Toute cette culture a été engloutie par l’invasion des peuples germaniques en l’année 406 et suivantes sans même laisser de nom.

On ne connaît aucun autre document mentionnant la commune qui soit antérieur au XIVe siècle. Le premier, daté de 1322, porte le nom de « Druldingen » et se trouve aux archives de l’église protestante de Sarre-Union ; le second est l’inventaire des revenus du comté de Sarrewerden de 1347-1350, conservé aux archives départementales ; le troisième est un compte rendu d’un légat du pape concernant une collecte faite dans le diocèse de Metz ; il se trouve au Vatican et est daté du 20 novembre 1361.

Pendant le Moyen Âge et jusqu’à la Révolution de 1789, Drulingen a toujours partagé le sort du comté de Sarrewerden et a été annexé avec lui à la République française par un simple décret de la Convention du 14 février 1793.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Drulingen

Les armes de Drulingen se blasonnent ainsi :
« De sable à l'aigle bicéphale d'argent, becquée et membrée d'or, armée aussi d'argent et lampassée de gueules, chargée en cœur d'un écusson du même à la lettre D capitale aussi d'or. »[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1947 Léon Ehret    
1947 1965 Louis Wolff    
1965 1977 Charles Fauster    
1977 1992 Jean Lentz    
1992 2001 Henri Bieber    
2001 2008 Jean-Louis Scheuer    
mars 2008 en cours Jean-Louis Scheuer[5]    
Les données manquantes sont à compléter.

La commune est le siège de la communauté de communes de l'Alsace Bossue.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 458 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
259 272 302 366 467 513 514 546 546
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
548 573 562 510 480 505 506 515 539
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
544 580 649 679 708 681 638 664 693
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
875 980 1 217 1 480 1 466 1 468 1 453 1 448 1 458
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Projets de la commune[modifier | modifier le code]

  • lotissement

Associations[modifier | modifier le code]

  • AIGLE
  • Amicale des Sapeurs Pompiers
  • École de musique
  • Philharmonie de Drulingen
  • Sporting Club
  • Tennis de Table de Drulingen

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Collège des racines et des ailes
  • École élémentaire
  • École maternelle
  • Maison de l'enfance

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Activité[modifier | modifier le code]

La ville compte plus de quatre restaurants, un hôtel, une halle au marché, plus de treize entreprises (dont le siège du Groupe Sotralentz, la société BIEBER Chaudronnerie) et plus de cinquante commerces et autres. La ville est le siège de la Communauté de communes de l'Alsace Bossue (la maison des services).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Geoplatt
  2. G. Braun-Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins-Volume 147
  3. J.H.E. Heitz-Jahrbuch für Geschichte, Sprache und Literatur Elsass-Lothringens-Volume 11
  4. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.newgaso.fr (consulté le 24 mai 2009)
  5. [PDF] Liste des maires au 1er avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :