Kalhausen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kalhausen
La gare.
La gare.
Blason de Kalhausen
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Canton Rohrbach-lès-Bitche
Intercommunalité Communauté d'agglomération Sarreguemines Confluences
Maire
Mandat
Laurent Lazzarotto
2014-2020
Code postal 57412
Code commune 57355
Démographie
Population
municipale
845 hab. (2011)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 18″ N 7° 09′ 19″ E / 49.0217, 7.155349° 01′ 18″ Nord 7° 09′ 19″ Est / 49.0217, 7.1553  
Altitude Min. 203 m – Max. 331 m
Superficie 13,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Kalhausen

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Kalhausen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Kalhausen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Kalhausen

Kalhausen est une commune française située dans le département de la Moselle en région Lorraine. Le village fait partie du Pays de Bitche et du bassin de vie de la Moselle-est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Avec ses écarts de Weidesheim et de Hutting, le village de Kalhausen est situé à l'extrémité du Pays de Bitche, en pays découvert, dans un vallon adjacent au ruisseau d'Achen. La Sarre, le canal des Houillères et la ligne de chemin de fer de Metz à Strasbourg constituent un grand axe de circulation qui longe la bordure ouest du ban.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Kalhausen: Kalenhausen (1425), Kallenhaussen (1594), Calhauzen (1773), Calhausen (1779), Kallausen (1801). Kalhuse en francique lorrain[1].
  • Hutting: Ettingen (1594), Hutting (1612), Huttingen (1751), Huting (1773), Huttingen ou Ettingen (D. Cal. not. Lorr.), Ferme de Huttingen (carte de l'État-major), Hütting[2].
  • Weidesheim: Weidesheim (1506), Weideheim (1576), Wedesheim im Westrich (1606), Vedesheim (1681), Vetzem (1726), Weitzheim (carte Cassini).

Histoire[modifier | modifier le code]

Une station mésolithique, des sépultures du Ier âge du fer ainsi qu'un autel à Junon et deux bas-reliefs gallo-romains découverts à Weidesheim et partiellement remployés dans la chapelle témoignent de l'ancienneté du site. Kalhausen est mentionné en 1425 sous la forme Kalenhausen, du nom d'homme germanique Kallo et du viel allemand Hus, Haus, la maison.

Dépendait de l'ancienne province de Lorraine, dans la seigneurie de Bitche.

Du point de vue spirituel, le village et son écart de Hutting a dépendu de l'église-mère d'Achen avant de devenir paroisse de l'archiprêtré de Rohrbach en 1804. À une première chapelle dédiée à sainte Catherine élevée en 1734 a succédé l'église Saint-Florian reconstruite en 1846-1847 sur des plans de l'architecte Louis Schwartz de Sarreguemines. Du point de vue administratif, le village et ses écarts ont fait partie du canton de Bouquenom entre 1790 et 1793, avant d'être placés dans celui de Rohrbach, Weidesheim ne lui étant rattaché qu'en 1811.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 mars 2008 Joseph-Etienne List    
mars 2008 en cours Laurent Lazzarotto    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 845 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
510 561 583 794 856 901 813 905 930
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
906 864 843 756 815 843 861 909 888
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
850 845 823 769 851 805 855 844 868
1990 1999 2004 2006 2009 2011 - - -
841 799 851 859 854 845 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


La population s'est relativement bien maintenue, sans doute à cause de la proximité des villes de Sarreguemines et de Sarralbe : 669 habitants au début du XIXe siècle, 900 au milieu du même siècle et encore 868 au recensement de 1982.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Vue du village
  • Passage d'une voie romaine.
  • Château fort à Weidesheim, reconstruit au XVe siècle pour la famille de Deux-Ponts Bitche dont il ne subsiste que le donjon repercé au XVIe siècle ; escalier du XVIIe siècle, à comparer avec celui du château de Rahling daté 1620 ; logis reconstruit vers 1780, 1790 pour Dominique Ignace Charles d'Hausen, conseiller au parlement de Metz et futur député de la Moselle ; parties agricoles partiellement reconstruites à la fin du XVIIIe siècle ou au début du XIXe siècle ; éléments défensifs ; marques de tâcheron. En ruine depuis 1945, est en cours de restauration
  • Dans la partie sud du ban, un long chemin serpente à travers les molles ondulations du plateau, dans un paysage de champs ouverts. Au lieu-dit Lanzenbronnen, une croix est érigée en 1868 aux frais d'Agathe Dier, en souvenir de son époux Nicolas Assant qui vient de décéder.
  • Schweizermühle, moulin disparu, ainsi que Koenigshof et Lambertsbronn existaient sur le ban de Kalhausen.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Saint-Florian, reconstruite à partir de 1846. Portail occidental daté 1847, qui a remplacé une église ancienne non documentée
  • Chapelle Saint-Martin. Église dite chapelle faisant partie du domaine de Weidesheim, propriété de Simon de Bitche l'Ancien, dit de Gentersberg, qui, à la fin du XVe siècle, a transformé le château et fait reconstruire la chapelle, dont il ne subsiste que le chœur, la nef ayant été démolie après la seconde guerre mondiale ; l'arc triomphal en plein-cintre, incorporé dans la maçonnerie gothique, avec remploi de deux bas-relief gallo-romains, ne serait-il pas le vestige d'une chapelle romane de la voûte d'ogives d'origine ne subsiste que le départ des arcs

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Les frères MULLER sont nés à Kalhausen.En 1885, refusant de faire leur service militaire du côté allemand, ils partent pour la France. Après avoir été graveurs de verre chez Emile GALLE à Nancy, ils créent leur propre verrerie à Croismare près de Lunéville.(Sources: Benoit TALLOT "Les Frères Muller-Maitres Verriers à Lunéville".)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joël Beck, Les moulins et scieries du Pays de Bitche, 1999.
  • Joël Beck, Rohrbach-lès-Bitche et son canton, 1988.
  • Joël Beck, Le canton de Rohrbach-lès-Bitche, 2004.
  • Joël Beck, Le Pays de Bitche 1900-1939, 2005.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Geoplatt
  2. Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011