Fénétrange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fénétrange
vue du château, dominant la Sarre
vue du château, dominant la Sarre
Blason de Fénétrange
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Sarrebourg
Canton Fénétrange
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Fénétrange
Maire
Mandat
Benoît Piatkowski
2014-2020
Code postal 57930
Code commune 57210
Démographie
Population
municipale
724 hab. (2011)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 50′ 49″ N 7° 01′ 11″ E / 48.847, 7.019748° 50′ 49″ Nord 7° 01′ 11″ Est / 48.847, 7.0197  
Altitude Min. 227 m – Max. 317 m
Superficie 14,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Fénétrange

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Fénétrange

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fénétrange

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fénétrange

Fénétrange est une commune française située dans le département de la Moselle en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Filestengas (Xe siècle)[1], Filistenges et Vinstringen (1070), Philistingis (1136), Phylestanges (1222), Finstingen (1323), Vinstingen (1328), Vinstinga (1340), Fenestranges (1433), Phinstingen (1558), Vinstringium (1675)[2], Fenestrange[3] (XIXe siècle).

En allemand : Finstingen[2]. En francique lorrain : Finschtinge[4].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Étymologiquement, Fénétrange signifie « habitations au bord d'une courbure[5] ». Son nom latin est Philestangia. Il fut germanisé en Vinstingen. Selon Ernest Nègre, le toponyme viendrait d'un nom de personne germanique Filisteus suivi du suffixe -ing. Alors que d'autres toponymistes y voient un nom de femme Filista.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jadis bourg fortifié, Fénétrange était le siège d'une seigneurie relevant du Saint-Empire romain germanique. La famille de Malberg la scinda en 1259 en trois parties pour les deux fils de Merbode de Malberg:

  • la seigneurie indivise, qui comprenait le château,
  • le Col-de-Cygne, ou Schwanhals,
  • la Tête-de-Braque ou Brackenkopf.

Par la suite la baronnie de Fénétrange comprit quatre parties : Schwanhals, Brackenkopf, Geroldseck, Rathsamhausen, que possédaient des branches des plus nobles familles de l'époque : Boppart, Lorraine, Salm, Croy, ou Vaudémont.

La veuve de Jean de Fénétrange, Béatrix d'Ogévillers, fonda la collégiale Saint-Pierre avec neuf chanoines vers 1444, et agrandit le chœur de l'église en 1463. Les Rhingraves introduisirent la Réforme au milieu du XVIe siècle, et les chanoines furent contraints de se retirer à Donnelay en 1565; la collégiale passa alors aux luthériens, mais au terme d'un Berfried, un traité de paix entre les possesseurs de la seigneurie, la famille de Croy-Havré,en la personne de Diane de Dommartin, put faire ériger une chapelle catholique au château.

Le prince de Vaudémont fit revenir le chapitre en 1664 à la faveur de l'occupation française des duchés, et le temple protestant ne fut construit qu'en 1804[6].

Comme les autres communes de l'actuel département de la Moselle, Fénétrange fut annexée à l’Empire allemand de 1871 à 1918. En 1914, les Mosellans se battent pour l’Empire allemand. Beaucoup tombèrent sous l’uniforme allemand. La victoire française en 1918 fut toutefois bien acceptée par les habitants du canton. « Finstingen » redevint Fénétrange[7].

La Seconde Guerre mondiale et l'Annexion marquèrent plus longtemps les esprits. La commune ne fut libérée qu'en novembre 1944[8], au prix d'importantes destructions.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1959 1977 René Jager MRP Conseiller général (1945-1976)
Sénateur (1959-1983)
1977 1995 Richard Walker    
1995 2008 Pierre Rupp    
2008 en cours Nicole Horvat    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 724 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 215 1 370 1 486 1 277 1 375 1 473 1 470 1 492 1 434
1856 1861 1871 1875 1880 1885 1890 1895 1900
1 179 1 309 1 331 1 285 1 241 1 220 1 129 1 185 1 057
1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 116 1 058 1 032 943 899 935 1 078 1 064 855
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011
898 847 816 807 823 738 719 732 724
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Le château de Fénétrange.
  • Vestiges gallo-romains.
  • Un château du XIVe siècle reconstruit aux XVIe et XVIIe siècles, transformé en bâtiments publics ; chapelle XVIe siècle et escalier hélicoïdal.
  • "Porte de France" avec tour ronde : restes de l'enceinte XVe et XVIe siècles.
  • Façades sur rue avec leurs oriels et toitures, 78 rue de l'Hôpital.
  • Oriel sculpté, 35 rue des Juifs.
  • Maisons, 11 rue de la Cave et 1 place Marcel-Dassault.
  • Tour de Kyrbourg.
  • Cimetière israélite

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Remy, collégiale gothique XVe siècle : nef de trois travées flanquée de collatéraux, chœur à deux travées, abside à cinq pans, panneaux de vitrail exécutés par Thibaud de Lixheim fin XVe siècle (en grande partie détruits au cours de la dernière guerre), monument funéraire de Henri de Fénétrange 1385, mobilier et boiseries XVIIIe siècle ; elle abrite un grand orgue et des verreries des XVe et XVIe siècles.
  • Ermitage avec chapelle "Brudergarten" 1706.
  • Chapelle de la Vierge XVIIIe siècle à l'ancien cimetière : pietà XVIIe siècle.
  • Église luthérienne, rue de L'Hôtel de Ville construite entre 1805 et 1806.
  • Synagogue XVIIIe siècle, rue du Vieux Pensionnat. À l'origine, c'était une simple salle qui fut transmise par donation à la communauté par le sieur Cerf Bloch. L'origine modeste de la synagogue et le fait qu'elle ne fut pas dès le départ construite exclusivement dans un but religieux explique peut-être une singulière particularité : en dessous se trouvait (et se trouve encore aujourd'hui) une étable. La synagogue a été agrandie en 1836, reconstruite en 1865-1867. Des travaux de réfection y furent effectués en 1920-1921. Au moment de l'expulsion de 1940, tout fut détruit ou dispersé. En 1979 la synagogue fut aliénée, l’année d’après, le Consistoire israélite vendit la synagogue.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • En 1978, la ville organise pour la première fois les "Rencontres culturelles de Fénétrange", au cours desquelles eut lieu une série de concerts ; elles se sont transformées depuis en un festival annuel de musique, devenu depuis 2002 le "Festival de Fénétrange, musique et gastronomie"[11].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à la fasce d'argent.
Commentaires : Ce sont les armes de la famille de Fénétrange d'ancienne chevalerie. Ce blason est utilisé de longue date, car Constant Lapaix relève qu'un sceau de la ville portait déjà d'azur à la fasce d'argent mais qu'il était brisé d'une rose de même.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marie Thérèse Morlet - Les Noms de personne sur le territoire de l'ancienne Gaule Tome 3
  2. a et b Dictionnaire topographique du département de la Meurthe - Henri Lepage (1862)
  3. Bulletin des lois de la République franc̜aise
  4. Geoplatt
  5. Fenstrainch, Mémoire sur la langue celtique, Bullet, p. 253)
  6. Fénétrange, paroisse luthérienne
  7. Quelques mots d'histoire sur fenetrangepatrimoine.com
  8. 1944-1945, Les années Liberté, Le Républicain Lorrain, Metz, 1994, p. 15
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  11. Festival de Fénétrange