Noisetier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Feuille de Noisetier à long bec

Le Noisetier (Corylus L.), aussi appelé Coudrier, est un genre d'arbre et d'arbuste de la famille des Bétulacées (sous-famille des Coryloïdées) des régions tempérées de l'hémisphère nord. Son fruit s'appelle la noisette.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Corylus signifie « casque » en latin en référence à la forme de ses cupules (bractées) membraneuses et frangées qui entourent la noisette.

groupe de trois noisettes jeunes dans leurs involucres
Noisette mûre dans son involucre

Cependant le terme français coudrier, jadis coudre (avec suffixe français -ier, comme dans peuplier, noisetier, etc.), est issu du bas latin *colurus par métathèse, devenu *colrus, puis coudre, sous l'influence possible du gaulois *collos, noisetier[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le noisetier serait une des rares espèces de l'ère secondaire (- 70 millions d'années) à avoir survécu jusqu'à nos jours.
Jadis, le Corylus, était considéré comme une plante magique associée à la magie blanche.

De tout temps le coudrier apparaît dans la littérature si l'on s'en réfère notamment à Virgile : il est dit dans les Bucoliques que les coudriers et les fleuves ont été témoins de la douleur des nymphes occasionnée par la mort de Daphnis. Par ailleurs, dans Tristan et Iseut, l'amour existe à la seule condition que le coudrier puisse s'enlacer au chèvrefeuille. Dans le cas contraire, les deux dépérissent. Le coudrier a toujours été source d'histoires magiques. Il était utilisé pour des incantations par les druides. Il a aussi été utilisé par les sourciers et les chercheurs d'or.
Selon la légende le noisetier était utilisé par les sorcières pour fabriquer leur balai.

Principales espèces[modifier | modifier le code]

Le genre Corylus compte onze espèces :

Homonymes[modifier | modifier le code]

D'autres espèces peuvent porter le nom de noisetier sans en être, par exemple le noisetier des sorcières.

Production[modifier | modifier le code]

Le lieu de culture de noisetiers s'appelle une noiseraie. Dans les noiseraies, les noisetiers sont conduits en arbre, et donc taillés comme des pommiers de plein vent. La Turquie est le premier producteur et exportateur mondial de noisettes. Celles-ci font vivre environ 2 millions de personnes. Elles sont cultivées sur les bords de la mer Noire au nord-est du pays. La récolte représentait entre 70 % et 80 % de la production mondiale en 2005. D'autres pays producteurs et exportateurs au marché mondial de la consommation sont l'Italie, l'Espagne, l'Azerbaïdjan, la Géorgie et les États-Unis (Orégon).

Utilisation[modifier | modifier le code]

  • Pour la production de noisettes
  • Comme matière première dans la vannerie
  • Pour faire les baguettes des sourciers

Pour la santé[modifier | modifier le code]

Son fruit, la noisette, serait un des oléagineux parmi les plus riches en oméga 3 (contre le mauvais cholestérol). Elle serait aussi très riche en vitamine E (contre le vieillissement cellulaire), en fibres (contre le cancer du côlon), en cuivre (contre les rhumatismes et les maladies infectieuses), en fer (contre l'anémie), en magnésium (contre le stress), en phosphore (contre la fatigue intellectuelle) et en vitamine B.

Les écorces et les feuilles auraient des propriétés astringentes et antidiarrhéiques.

L'huile servirait de vermifuge chez les enfants. Au XXe siècle, on l'aurait utilisée en application externe pour soigner les crevasses aux seins.

En revanche, les allergies aux noisettes fraîches seraient relativement répandues.

Symbole[modifier | modifier le code]

Le noisetier est symbole de sagesse et de justice[Où ?].

Les Anciens[Qui ?] lui attribuaient de nombreux pouvoirs magiques, dont celui de conférer la fertilité.

Toujours pratiqué de nos jours, l'usage d'une branche de noisetier taillée en fourche pour détecter l'eau souterraine remonte à l'époque des Celtes[réf. nécessaire].

Dans le calendrier républicain français, le 14e jour du mois de Pluviôse était officiellement dénommé jour de l'avelinier puis le 27e jour du mois de pluviôse, officiellement dénommé jour du noisetier. .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise, éditions Errance, 1994.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :