Quelneuc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Quelneuc
L'église Saint-François-de-Sales.
L'église Saint-François-de-Sales.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Canton La Gacilly
Intercommunalité Communauté de communes du pays de La Gacilly
Maire
Mandat
Loïc Hervy
2014-2020
Code postal 56910
Code commune 56183
Démographie
Gentilé Quelneucois, Quelneucoise
Population
municipale
555 hab. (2011)
Densité 40 hab./km2
Population
aire urbaine
10 480 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 49′ 27″ N 2° 03′ 55″ O / 47.8241666667, -2.0652777777847° 49′ 27″ Nord 2° 03′ 55″ Ouest / 47.8241666667, -2.06527777778  
Altitude 35 m (min. : 7 m) (max. : 95 m)
Superficie 13,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Quelneuc

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Quelneuc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Quelneuc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Quelneuc
Liens
Site web Site internet de la commune

Quelneuc [kɛlnœk] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

À quelques kilomètres de La Gacilly, la commune de Quelneuc est située à l'extrême est du Morbihan, à la limite de l'Ille-et-Vilaine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité se décompose, selon certains toponymistes, en kelenn qui signifie « houx » en breton, suivi du suffixe -ec de même origine[1],[2]. En breton moderne ce suffixe est noté -eg : Kelenneg.

Cependant, la forme de la finale de Quelneuc n'est pas -ec, mais -euc contrairement à celle de l'homonyme Quélennec à Châteaulin (Morbihan). Quelneuc est plus précisément une forme francisée du moyen breton Kelenneuc qui aurait normalement dû évoluer en * Kelennec en breton moderne. Cependant, cette finale s'est fixée sous la forme -euc du moyen breton lors de sa francisation plus précoce. Le suffixe moyen breton -euc remonte au suffixe brittonique -og, d'où une forme primitive probable en brittonique * colaennog. Le suffixe brittonique -og a la même origine celtique qu’-acum en zone de langue romane (issu du gaulois), ils remontent tous deux à une forme proto-celtique -āko(n)[3].

Ce toponyme a pour correspondant en brittonique, le gallois Clynnog, en gaélique, l'irlandais Cuilneach et en gaulois, peut-être, les toponymes romans Coligny et Colligny de France[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Quelneuc est une ancienne trève de la paroisse de Carentoir depuis 1618, portant le titre de Quelneuc et Corson qui représente les 2 villages de la trève. Elle fait partie de la commune de Carentoir à sa création. En 1842, elle devient une paroisse succursale. Puis le 2 mai 1863, la commune de Quelneuc est créée, rattachée aussi au canton de La Gacilly.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
19.. 1986 René Soulaine - -
1986 1995 Mme Larcher - -
1995 2014 René Leblanc SE Retraité
2014 en cours Loïc Hervy - Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 555 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1866. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
835 785 815 812 811 848 895 913 878
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
872 775 787 751 769 766 692 606 590
1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2011 -
612 581 530 485 528 538 548 555 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Sports[modifier | modifier le code]

Un cyclo-cross renommé s'y déroule depuis 1992 sur le Circuit du Houx. Il a été le support d'un Championnat de France de cyclo-cross en 2012 et de quatre manches du Challenge la France cycliste de cyclo-cross en 2007, 2008, 2009 et 2013.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de la Ville-Quéno

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1989 (ISBN 2-85023-076-6), p. 551b.
  2. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (lire en ligne)
  3. Pierre-Yves Lambert, La Langue gauloise, édition errance 1994, p. 28.
  4. Pierre-Yves Lambert, op. cit.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :