Tavernay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tavernay
L'église de Tavernay
L'église de Tavernay
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Autun
Canton Autun-Nord
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Autunois Morvan
Maire
Mandat
Pierre Labruyère
2008-2014
Code postal 71400
Code commune 71535
Démographie
Population
municipale
505 hab. (2011)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 00′ 54″ N 4° 14′ 07″ E / 47.015, 4.23527777778 ()47° 00′ 54″ Nord 4° 14′ 07″ Est / 47.015, 4.23527777778 ()  
Altitude Min. 294 m – Max. 480 m
Superficie 25,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tavernay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tavernay

Tavernay est une commune française, située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la rivière le Ternin, qui passe en bordure du bourg.

Hameaux

Le hameau de la Comaille est plus important que le bourg. Les maisons de ce hameau sont alignées le long de la route qui relie Autun à Château-Chinon (Ville).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Sommant Reclesne Rose des vents
La Celle-en-Morvan N Saint-Forgeot
O    Tavernay    E
S
Monthelon Autun

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est en avril 1164, que le Pape Alexandre III, réfugié en France, confirme par une Bulle, le patronage de la paroisse au bénéfice de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun: " Ecclesiam Tavernaco "[1].

Bâti en bordure du Ternin, le bourg de Tavernay a pris la place d'un important habitat gallo-romain. En 1311, Agnès de Magny, vend à Varolles des biens au profit de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun[2].

Guillaume de Montholon, fait aveu et dénombrement à Jean I de Marigny, abbé de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, pour différentes possessions à Reclesne, Verrières, Sommant, et Tavernay[3].

Les causes d'appel de la cour du duc de Bourgogne, reconnaissent, en 1385 que l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun jouit pour cette terre de " La Comaille " depuis des temps anciens de haute, moyenne, et basse justice[4].

Un grand canal dérivait les eaux de la Celle à la hauteur de Polroy pour les amener dans l'Arroux 4 km en amont du confluent naturel, sous les murs d'Autun. On suit encore le tracé de ce canal à travers le territoire de la commune de Tavernay.

Le village a connu une forte expansion à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, liée à l'exploitation de schistes bitumineux. Il y eut quatre puits de houille, un à Chambois, deux à St Romain et un à Polroy, dont on devine l'emplacement grâce à l'architecture caractéristique des petites constructions industrielles en briques de cette époque, inspirées des grandes industries du nord de la France. Cinq usines de schistes étaient installées à Poizot, la Revenue, Pont-Renaud, la Marbre et la Grande Usine, devenue aujourd'hui la Vieille Usine, proche de la Comaille, dont les terrils, très atténués par le temps, sont maintenant couverts d'une végétation dense. Toutes ces exploitations n'ont finalement duré que vingt ou trente ans. La Grande Usine, avec 110 ouvriers, a fermé ses portes en 1903.

Il y eut jusqu'à 1 000 habitants dans la commune. L'église Saint-Laurent, consacrée en 1872 en remplacement de l'ancienne, plus petite, est plus grande que les églises des villages voisins.

L'extension de la zone commerciale et industrielle à sa limite sud (sur le territoire de la commune d'Autun) est un atout pour Tavernay, qui voit sa population croître légèrement depuis 2006.

Le Tacot du Morvan[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, la commune était desservie par une des lignes du Tacot du Morvan : le chemin de fer d'Autun à Château-Chinon.

Elle disposait d'une gare située au point kilométrique 6,532 de la ligne, au hameau de La Comaille, ainsi que d'un arrêt facultatif au hameau de Pré Charmoy.

Le trafic voyageurs fut stoppé le , remplacé par un service d'autocars. La ligne, fermée définitivement en 1936, fut démontée entièrement en 1939.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1793   Brochot    
septembre 1799 octobre 1802 Jean Simon    
novembre 1802 1806 François Dugon    
1806 1812 Claude Pierre Pigenat    
janvier 1813 septembre 1813 Claude Bernard Lhomme de Morcoux    
septembre 1813 mars 1815 Jean Jacques Philibert Bureau    
mai 1815 1815 Louis Brochot    
4 octobre 1815 1829 Louis Abord-Guenot    
1829 1842 Victor Rey    
1860 1870 Simon-Pierre-Fernand Abord    
10 septembre 1870 18 mai 1884 Raoul Abord    
1884 après 1901 Joseph de Champeaux de la Boulaye    
mars 2001 mars 2008 Jacques Maribas    
mars 2008 en cours Pierre Labruyère    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 505 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
468 436 376 459 507 463 481 540 583
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
606 629 864 1 005 978 1 088 1 063 1 099 1 028
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
986 855 824 723 638 567 543 568 514
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
470 428 411 447 509 520 519 520 505
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Tavernay depuis le pont sur le Ternin

Outre son église, Tavernay possède quelques belles demeures, toutes propriétés privées :

  • Morcoux, château XVIIe, bâti sur l'emplacement d'une antique maison forte,
  • La Cour de Sommant, belle maison du début du XIXe siècle, également bâtie sur fondations beaucoup plus anciennes,
  • Les Panneaux, construction remontant probablement au XVIIe ou XVIIIe siècle, sur une maison forte attestée au XIIIe siècle
  • Varolles, château construit sur une maison forte du XIIIe siècle,
  • Chambois, propriété du XVIIIe siècle.
  • Château de la Comaille

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Roidot-Déléage, né à Tavernay le 23 septembre 1794, décédé à Autun le 22 septembre 1878, est un entomologiste, botaniste et archéologue français qui a laissé des relevés très précis sur Autun et ses environs.
  • Victor Rey, propriétaire, maire d'Autun (1843-1848 et 1849-1862), président de la Société d'Agriculture d'Autun (1838-1873)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcel Vigreux: " Deux fermes écoles en Autunois et en Nivernais au milieu du XIXe siècle: Tavernay et Poussery au finage de Montaron ", in: Les enjeux de la formation des acteurs de l'agriculture, 1760-1945. Directeur: Michel Boulet Actes du Colloque, Enesad, 19-21 janvier 1999, Dijon, Edition: Educagri,2000. p. 331-337.
  • Jacques-François Baudiau: " Le Morvand ", réédition: Edition Guénégaud 1965, tome II, p 349.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun : Charte n°18. Texte en ligne.
  2. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, Charte n° 102 de 1311. Texte en ligne.
  3. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, Charte n°110.
  4. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, Charte n°138.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
Locomotive à vapeur Tacot du Morvan d'Autun à Château-Chinon
Commune précédente
Autun
Tavernay
Tavernay - La Comaille (gare)
Pré Charmoy (arrêt facultatif)
Commune suivante
La Selle