Chalet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Chalet (homonymie)
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Chalais.
Grand Chalet de Rossinière datant du XVIIIe siècle (dernier lieu de vie du peintre Balthus)
Chalet aux Haudères, Val d'Hérens (Valais, Suisse)
Chalet au Planet, Haute-Savoie, France
Chalet traditionnel (vallée d'Abondance, Chablais français)
Chalet des roses, construit en 1864 pour Achille Fould (Vichy, France)
Le chalet suisse, élément du palais idéal du facteur Cheval
Typique chalet au Juquitiba, Brésil.

Le chalet est à l'origine une construction traditionnelle montagnarde et rurale de Suisse, d'Autriche, d'Allemagne et de Savoie, construite en madriers de bois, qui comporte un toit en saillie, couvert de bardeaux et de pierres pour retenir la neige[1],[2].

De bâtiment utilitaire, grenier, abri d'alpage, il est devenu l'« habitation suisse » symbole de simplicité et d'harmonie avec la nature, de liberté et de démocratie au moment du Siècle des Lumières et du Romantisme et ensuite un type architectural bien établi dans les Alpes.

En Amérique du Nord, le terme est utilisé pour définir une maison de campagne ou un camp.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Chalet « est un mot originaire de Suisse romande »[3]. Il vient du francoprovençal[4] et a été popularisé en France par Jean-Jacques Rousseau[5]. Il est issu du bas latin cala d'origine gauloise, lui-même pré-indo-européen *kal + suffixe -ittu et signifiant « abri de montagne »[6].

« Autour de l'habitation principale sont épars assez loin quelques chalets. »

— Rousseau, Éloïse, I, 36

Origines[modifier | modifier le code]

Ce sont d'abord des constructions rurales d'architecture vernaculaire destinées à l'habitation, en bois, sur une base maçonnée qui seront ensuite manufacturées à partir de la seconde moitié du XIXe siècle[7],[8].

Les chalets ont un toit en pente en saillie protégeant la façade des intempéries (pluie et neige en hiver). Le chalet, à l'opposé du bungalow, n'est pas entouré d'une véranda ou d'une terrasse, l'architecture des chalets étant adaptée aux hivers froids et neigeux.

Il peut comporter un balcon (au premier niveau ou à l'étage), protégé par cette saillie du toit.

Chalets typiques[modifier | modifier le code]

En Suisse[modifier | modifier le code]

  • Grenier Chappuis (1744), grenier à fromages en chêne couvert en tuiles de terre cuite, aujourd'hui à Carrouge, déplacé depuis Servion.
  • Grenier Tille (1789) et le chalet à robe (XVIIIe siècle), Cergnat, pour le dépôt de marchandise dans 6 + 6 compartiments, démontable en sapin blanc sur pilotis.
  • Grenier Bozon (1677), grenier Nicolier (1721), La Forclaz
  • Grenier Porchet, grenier Nobs, à Sottens, sur plots en moellons
  • Chalet de Floraire à Chêne-Bourg
  • Chalet-hôtel de Rossinière à 113 fenêtres (XVIIIe siècle), le dernier lieu de vie du peintre Balthus.
  • Chalet à cinq étages à Évolène
  • Maisons d'habitation paysanne d'Adelboden (BE), de Matten (BE), de Brienz (BE), de Blatten (VS) (1568), de Malvaglia (TI) (1515/1564), de Cugnasco (TI), bâtiments d’alpage de Richinen/Bellwald (VS) au musée du Ballenberg

En France[modifier | modifier le code]

  • Le chalet des Roses à Vichy en France
  • Les « chalets de plage » dans le Pas-de-Calais, petites constructions légères, tout en bois et démontables. Elles offrent un abri aux plagistes contre le vent, et ont l'avantage de fixer le sable de ces plages qui subissent une érosion éolienne importante. Présents depuis le début du XXe siècle, ils sont maintenant controversés par la nouvelle loi Littorale qui entraînerait leur disparition[9].

Dans le monde[modifier | modifier le code]

  • Les Belton Chalets dans le Montana américain
  • Bon nombre de cabanes de jardin sont apparentées au chalet par leur principe d'assemblage de bois massif sur tranche, toiture débordante, assise en matériaux durs.

le « Style de chalet suisse »[modifier | modifier le code]

Le « style de chalet suisse », déclinaison du Heimatstil, est un style d'architecture qui provient de l'Allemagne au courant du XIXe siècle et qui a eu une popularité certaine en Europe[10] et en Amérique du Nord[11].

Ce style est caractérisé par :

  • des toits au pignon avec des gouttières larges ;
  • des faisceaux de construction exposés avec des découpages décoratifs ;
  • des balcons au premier et-ou au deuxième étage ;
  • de grandes fenêtres et des panneaux de bois, habituellement peints de couleurs lumineuses.

Par extension le style chalet désigne une décoration rappelant l'intérieur du chalet par ses boiseries (dite aussi déco-chalet ou déco-montagne).

Le chalet dans les arts[modifier | modifier le code]

Peinture
Sculpture

Musée[modifier | modifier le code]

Mazot[modifier | modifier le code]

Les raccards du Valais

Les petits chalets d'alpage avec un plafond bas sont appelés mazots. Un mazot peut servir d'annexe à un chalet plus grand, on peut aussi y stocker de la paille ou du foin, du bois ou du matériel.

Ils ont souvent été construits démontables pour être déplacés d'un alpage à l'autre et reposent, non fixés, sur, au moins, quatre blocs de roche.

Ils se nomment raccards en Valais avec la fonction de grenier.

Un chalet québécois dans les Laurentides

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Description d'un site de constructeur
  2. Définition du dictionnaire et citation de Ramuz, Derborence, 1934, p. 243.
  3. Dictionnaire historique de la langue française, Le Robert, éd. de 1998, vol. 1, p. 689.
  4. 1328 pays de Vaud, latinisation chaletus « habitation du personnel d'un alpage » (v. Pat. Suisse rom.); 1379 Valais chaleis plur., 1408 Fribourg chaslet, 1419 pays de Vaud challet (ibid.)
  5. La Nouvelle Héloïse I, 36 (1761)
  6. Albert Dauzat, La toponymie française, Paris 1960. p. 96 - 97.
  7. vers 1860-1870, à l'occasion notamment des grandes expositions universelles : ent. des frères Spring de Sécheron, exposés au village suisse de Genève, en 1896 et chalets du village suisse à Paris en 1900.
  8. Catalogue de la « Baugeschäft und Chaletfabrik Davos A.G. » de l'architecte Gaudenz Issler
  9. Site sur la plage de Calais en 1900
  10. Chalet de Charles Dickens, son lieu d'écriture dans le Kent, au parc de Gadshill, commandé à Paris en 1865.
  11. Chalet de Henry David Thoreau construit par lui-même au bord du Waldensee, près de Concorde dans le Massachusetts.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. Guadet, « Style suisse » in Éléments et théorie de l'architecture, Paris, 1901
  • Joseph-Stany Gauthier, Le chalet alpestre, coll. « L'art régional en France », Charles Massin et Cie, Paris, 1934, 11 p., 40 pl.
  • Henri Onde, Maisons et chalets de la vallée du Nom (massif des Bornes), in Revue de géographie alpine, t. 26, 1938, pp. 185-194
  • Les maisons rurales de Suisse, 1965
  • Relevés, dessins et photographies de constructions rurales du Canton de Vaud, Recherche du département d'architecture de l'EPFL (1967-1970) publiée en 1972
  • Othmar Birkner, Bauen + Wohnen in der Schweiz, 1850-1920, Ed. Artemis, 1975
  • Jacques Gubler, Nationalisme et internationalisme dans l'architecture moderne de la Suisse, coll. « Histoire et théorie de l'Art », Lausanne 1975
  • Centre de recherches sur les monuments historiques, Chalets des Alpes françaises : études de structures, t. 1 : XVIIIe siècle, Paris, 1984, 69 ff
  • Daniel Glauser, Les maisons rurales du canton de Vaud, I, Le Jura vaudois et ses contreforts (Les maisons rurales de Suisse 16), Bâle, 1989
  • Collectif sous la direction de Serge Desarnaulds, Le Chalet dans tous ses états - La construction de l'imaginaire helvétique, éditions chênoises, Genève, 1999
  • Denyse Reymond, Les maisons rurales du canton de Vaud, II Préalpes, Chablais, Lavaux (Les maisons rurales de Suisse 17), Bâle 2002

Liens externes[modifier | modifier le code]