Bidart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark silver light.png Vous lisez un « bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bidart (homonymie).
Bidart
L'hôtel de ville.
L'hôtel de ville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Bayonne
Canton Saint-Jean-de-Luz
Intercommunalité Agglomération Côte Basque-Adour
Maire
Mandat
Emmanuel Alzuri
2014-2020
Code postal 64210
Code commune 64125
Démographie
Gentilé Bidartars
Population
municipale
6 296 hab. (2011)
Densité 518 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 26′ 17″ N 1° 35′ 30″ O / 43.4381, -1.5916666666743° 26′ 17″ Nord 1° 35′ 30″ Ouest / 43.4381, -1.59166666667  
Altitude Min. 0 m – Max. 80 m
Superficie 12,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Bidart

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Bidart

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bidart

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bidart
Liens
Site web bidart.fr

Bidart est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine. Elle s’est développée sur près de cinq kilomètres du littoral atlantique et sa façade maritime se distingue par de longues falaises fortement plissées surplombant quelques plages. Limitrophe de Biarritz, elle se trouve à quelque vingt-cinq kilomètres au nord de la frontière franco-espagnole.

Situé dans une zone connue de l’Homme dès le Paléolithique supérieur, le village ne s’urbanise qu’à partir du XIIe siècle, époque où l’évêque de Bayonne et le vicomte du Labourd autorisent la colonisation des landes côtières inexploitées de cette partie du Pays basque. Fort d’une exposition maritime importante, le village développe une activité tournée vers l’océan, se distinguant dès le XVIe siècle dans la chasse à la baleine, l’exploitation d’un port de pêche (aujourd'hui disparu), et des activités qui y sont liées, telle la construction navale. La déchéance de ce port et les famines résultant des guerres du XVIIIe siècle poussent alors les Bidartars à des pêches plus lointaines et à l'émigration.

Bidart réagit à la mode balnéaire de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle en adaptant son offre à la demande touristique, abandonnant au passage ses activités agricoles et de pêche. La commune double sa population entre 1975 et 2006 : elle est en 2014 une localité de plus de 6 000 habitants, qui s’est tournée résolument vers le secteur des services parmi lesquels le tourisme, à dominante traditionnelle, a une place prépondérante. L’urbanisme de la localité a évolué considérablement pour répondre à la poussée résidentielle émanant des bassins d’emploi de l’aire urbaine de Bayonne, tout en s’attachant à la préservation des zones protégées de son patrimoine naturel.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte montrant le territoire de la commune et les localités limitrophes.
Bidart et ses communes limitrophes, séparés par des traits rouges.

Localisation[modifier | modifier le code]

Située au sud-ouest du territoire français, Bidart fait partie de l'aire urbaine de Bayonne.

La commune possède une façade maritime de 4,7 km et s’étend sur près de 2,5 km vers l’intérieur des terres. Son territoire est découpé dans le sens nord-sud en lanières créées par la route départementale 810, la voie ferrée de Bordeaux-Saint-Jean à Irun, et l’autoroute A63.

Communes limitrophes de Bidart.
Biarritz
Golfe de Gascogne (océan Atlantique) Bidart. Arbonne
Guéthary Saint-Jean-de-Luz Ahetze

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 250 hectares ; son altitude varie entre 0 et 80 mètres, le point culminant de la commune se situe au plateau de Bellevue[1].

Géologie[modifier | modifier le code]

Bidart se trouve à la charnière entre la zone dite Biarotte au nord de la commune, et la zone de flysch à son extrémité sud. On distingue, outre le flysch de la partie méridionale, trois autres types d’affleurement sur le territoire de Bidart[2]. La partie littorale est en effet caractérisée par des dunes fixées, des dépôts littoraux sableux et des falaises et rochers calcaires, marneux ou marno-calcaires fortement plissés, dont la stabilité est mise en cause du fait de la dégradation des marnes. D’après le rapport de présentation du plan d’organisme de décembre 2011, « les falaises de Bidart représentent un des rares lieux de passage du Crétacé au Tertiaire du milieu marin »[2].

Entre l’Uhabia et le ruisseau de Hondarrague (ou Hondarague[3]), émissaire du lac Mouriscot (Biarritz), apparaît une couverture homogène, terrasse alluviale constituée de déchets détritiques et siliceux (galets, cailloutis, graviers et sables), où affleurent ponctuellement des formations marneuses ou de faciès de flysch.

Enfin, la vallée de l’Uhabia et de ses affluents forme des barthes[Note 1] constituées de cailloutis et de limons.

Les zones du littoral de Bidart sont classées en zones à risque avéré et zones à instabilité douteuse, compte tenu de la forte érosion des falaises[2].

Relief[modifier | modifier le code]

Photographie de la plage de Parlementia.
La plage de Parlementia.

Le territoire de la commune est divisé en deux parties. Au sud s’étend une plaine en demi-cercle ouverte sur l’océan, et traversée par l’Uhabia. Cette plaine est bordée d’une ligne de coteaux, de Guéthary à Ahetze et Arbonne. Au nord de ces coteaux, le val d’Ilbarritz est arrosé par le ruisseau La Moulie (ou le Lamoulie, prolongement du lac Mouriscot de Biarritz).

Le long de l’océan, les falaises s’étendent d’Ilbarritz (altitude 45 m) jusqu’à l’Uhabia. Elles reprennent au sud de ce fleuve côtier jusqu’à Guéthary (altitude 45 m à nouveau).

La falaise d’Handia, qui surplombe la plage d’Ilbarritz et les rochers de Peyre Blanque[Note 2] et Pey qui béou[Note 3], est l’escarpement rocheux le plus au nord. On trouve ensuite les falaises de Caseville et d’Ur Xuria qui dominent les plages du Pavillon royal et d'Etche Spi. Plus au sud s’étendent les falaises de Toutil (au-dessus de la plage de Erretegia) et la falaise Lapea (altitude 75 m) qui contient la plage du Centre. Enfin, au sud de l’Uhabia, se présentent les falaises de Coya et de Parlementia.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Photographie du fleuve côtier Uhabia, dans Bidart.
L’Uhabia avant son embouchure.
Photographie du fleuve côtier Uhabia à son embouchure
L’Uhabia, l’arrivée à l’océan.

Bidart est traversée sur 3,8 km par l'Uhabia, petit fleuve côtier qui se jette dans le golfe de Gascogne dans la commune, et par ses affluents, le Zirikolatzeko erreka et le ruisseau de Bixipau[4].

L’Uhabia est un cours d’eau sous l’influence des marées, alimenté de surcroît par une ramification importante de petits rus de l’arrière-pays. Il fait l’objet d’un plan de prévention des risques d'inondation entraînant des servitudes sur l’urbanisme[Note 4],[2]. En fonction de la pluviométrie, le débit de l’Uhabia peut passer d'un débit coutumier de 65 m3/s à 200 m3/s comme durant la crue de 1959[5]. Les crues de l’Uhabia correspondent à des épisodes pluvieux localisés à concentration rapide de l’ordre de 12 heures pour l’ensemble du bassin.

L’Uhabia était appelé en 1718[5] Haristioneko errera, soit « ruisseau de la belle chênaie », et Houabea en 1750 (carte de Cassini). Maurice Sacx propose l’étymologie basque résultant de la contraction de urhaitz et biak (« les deux rivières »), terme qui correspond assez bien à la réalité, l’Uhabia se formant de la confluence de l’Alhorgako erreka et de l’Alphalako erreka[5].

Le petit fleuve côtier de La Moulie ou Lamouligne (appelé également Lamoulaygue ou de Lamouley[6]) conduit les eaux du lac Mouriscot, situé à Biarritz, à l’océan Atlantique sur près de 1 500 mètres jusqu’à la plage d’Ilbarritz (Bidart). Le Casabilenko erreka est un affluent de La Moulie, qui traverse le quartier d’Agoretta au nord de la commune.

La source dite source royale de Contresta, située sur la D655, est désormais déclarée impropre à la consommation et ce, depuis un arrêté de 2003 de la Direction Départementale des Affaires sanitaires et sociales des Pyrénées-Atlantiques (DDASS 64)[2].

Climat[modifier | modifier le code]

La station météorologique la plus proche est celle de Biarritz - Anglet[7].

Le climat de Bidart est de type « tempéré océanique aquitain », avec des hivers aux températures rarement négatives, et des chaleurs estivales tempérées par le vent d’ouest. Maurice Sacx signale en 2004 des températures observées durant 25 ans de 12 à 13 °C au printemps, 19 à 20 °C en été, 15 à 16 °C en automne et 9 à 10 °C en hiver[5].

Le climat se caractérise par sa pluviosité, Bidart se situant sur l’isohyète 1 200 - 1 255 mm. Les précipitations sont les plus élevées en automne et au début de l’hiver.

Les vents dominants sont marins, chargés d’humidité. De nord-ouest, ils sont frais en été, froids en hiver. Les vents d’ouest sont plus fréquents en hiver et au printemps, alors que ceux du sud-ouest viennent tempérer les frimas hivernaux[Note 5]. De l’est soufflent des vents secs en automne jusqu’en hiver. Enfin le foehn en provenance d’Espagne peut souffler en toutes saisons durant des périodes courtes. Il représente tout de même 11 % des relevés[2].

Le microclimat de la commune a justifié la création du centre thérapeutique de rééducation Les Embruns, renommé qu’il est pour les « surmenés, convalescents, scrofuleux, rachitiques, tuberculeux osseux et ganglionnaires … mais non pour les tuberculeux pulmonaires et certains nerveux… »[8].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Photographie du pont de la départementale 810 au dessus de l’Uhabia
Le pont de la route départementale 810 sur l’Uhabia, avant l’embouchure de celui-ci.
Un bâtiment à l'entrée murée et une voie ferrée en fond.
La gare de Bidart, plus desservie, en 2014.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’étymologie de son nom, Bide artean ou « au milieu des chemins, au carrefour », montre que Bidart fut au centre de voies de communications entre les localités voisines et ce, depuis le XIIe siècle qui vit le début de l’implantation humaine et le développement des communes voisines Saint-Jean-de-Luz, Ahetze, Arbonne et Biarritz (plus tardivement pour cette dernière)[5]. En particulier, il était nécessaire aux habitants d'Ahetze et Arbonne d’atteindre la côte et l’axe menant à Saint-Jean-de-Luz, et celui-ci passait par Bidart.

Au Moyen Âge, une route s’élançait déjà depuis La Madeleine au nord, en suivant les tracés actuels de la falaise de Tutilenia et de la corniche, traversait l’Uhabia, et remontait vers Guéthary en passant par Parlementia[5].

La traversée de Bidart par la toute nouvelle route nationale 10 fut envisagée en 1843, impliquant la construction d’ouvrages successifs pour franchir l’Uhabia. Ils faisaient suite à de nombreux autres, dont un pont médiéval dit « romain » de par sa facture, mis au jour en 1968, et un ouvrage en bois du XVIIIe siècle découvert en 1971. Cette passerelle de bois fut par la suite remplacée par un pont en pierres à deux arches[5].

Le pont construit en 1844 possédait un tablier plan appuyé sur les deux rives. Il fut rallongé en 1970-71.

La construction d'une ligne de tramway à vocation touristique, reliant Bayonne via Chiberta (Anglet) à Hendaye, fut décidée dès 1910[9]. Le décret d’utilité publique fut signé en 1912. En 1913 fut créée la Société Anonyme des Chemins de Fer Basques, reprise en 1914 par les Voies Ferrées Départementales du Midi. Le projet aboutit le 1er juillet 1925. Le trajet d’une heure et vingt-deux minutes marquait six stations sur le territoire de la commune : Ilbarritz, Pavillon Royal, Bidart-Plateau, Bidart-Centre, Bidart-Plage et Uhabia-Parlementia. Le tronçon Biarritz-Hendaye fut supprimé en 1935.

C’est en 1862 que la station ferroviaire de Bidart fut inaugurée sur la voie ferrée menant d’abord de Bordeaux à Bayonne et prolongée ensuite jusqu’à Irun[5].

Le port de Bidart[modifier | modifier le code]
 représentation de Bidart sur la carte de Cassini.
Bidart sur la carte de Cassini.

Plusieurs cartes et livres de comptes mentionnent la présence d’un port à l’embouchure de l’Uhabia aux XVII et XVIIIe siècles[10]. Ainsi la carte de Roussel de 1718 et celle de Cassini de 1771 signalent le port de Bidart à côté de celui de Guéthary. De même en 1727, le rapport de Lemasson, commissaire ordinaire de la Marine, détaille les différences du matériel de pêche de Bidart comparé à celui de Guéthary « leurs folles (filets) ont des mailles plus grandes et les emprises de leurs hameçons sont plus courtes et moins espacées sur les cordes ». L’état civil mentionne qu’en 1697 « décéda Martin de Larreguy, Sieur de Pascaolenia, d’un renversement de sa chaloupe, au port de Bidart »[10].

L'enquête sur la flotte de commerce en 1683-1686 conservée aux archives de la chambre de commerce de Dunkerque signale que le port de Bidart « abrite 19 pinasses », alors qu’à la même époque on en compte 17 à Guéthary, 15 à Biarritz et 22 à Saint-Jean-de-Luz. Émile Davril et Michel Etcheverry en concluent que plusieurs centaines de pêcheurs s’activaient au port de Bidart vers 1690[10].

Ce port atteint son apogée en 1697 selon un mémoire de 1777 : « on comptait alors à Bidart 500 marins, plusieurs capitaines, et quantité d’officiers. Il y avait une flottille de pêche de 10 à 12 pinasses pour la pêche au thon en été et pour d’autres pêches en hiver ; en outre on utilisait 3 ou 4 chaloupes pour la pêche de l’ange ou matras, et 20 à 30 autres pour la pêche à la sardine »[11]. Le même mémoire mentionne qu’« il y avait autrefois (à Bidart) un port pour les navires marchands, aujourd’hui il n’en reste que des vestiges ».

L’embouchure de l’Uhabia abritait un petit chantier naval d’où sortaient des barques et des chaloupes de transport, de faible tirant d’eau[Note 6].

Deux événements participeront à la disparition du port, l’ensablement progressif de l’estuaire de l’Uhabia entre 1710 et 1749[Note 7], et l’effondrement de la falaise de Parlamentia[12]. En 1727 en effet, le port de Bidart n’est plus mentionné dans le rapport du commissaire ordinaire de la marine, Louis Meisson du Parc[10]. Le même rapport souligne également que le port de Guéthary, éloigné de 600 mètres « souffre de l’importante érosion des rochers de protection à laquelle s’ajoute le dessablement des fonds proches du port » (le dessablement du port rendait difficile l’accès au port, direct ou par la côte).

La disparition du port sera la première étape de la décadence économique de la paroisse.

Situation actuelle[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route nationale 10, déclassée en route départementale 810, et possède un accès rapide à l'autoroute A63 via les sorties 4 de Biarritz ou 3 de Saint-Jean-de-Luz nord. La route départementale 911 relie le centre-ville de Biarritz à Bidart. Le réseau routier de la commune en 2011 représente près de 39 km répartis entre :

  • autoroute A63, 4,5 km ;
  • route départementale 810, 5,2 km ;
  • autres routes départementales (RD 911, RD 255, RD 355, RD 455 et RD 655), 9,2 km ;
  • voies communales, 19,5 km[2].

La commune est desservie par le réseau de bus de l'agglomération Côte Basque-Adour, Chronoplus, depuis début 2011[13]. Au service hiver 2014/2015, les lignes A1, C, 10, 12, et 13 relient les différents quartiers de Bidart aux autres communes du réseau[14]. La ligne d'autocar 816 du réseau départemental Transports 64 dessert également la commune[15].

Enfin, la ligne ferroviaire de Bordeaux à Irun traverse le territoire, les points d'arrêt les plus proches étant situés à Biarritz et Guéthary.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le plan local d’urbanisme actuel a fait l’objet d’une enquête publique du 7 février au 11 mars 2011 et a été approuvé définitivement par le conseil municipal de Bidart le 28 novembre 2011[2]. Le précédent datait du 21 décembre 2001.

Il propose 38 % d'espaces urbanisables (467 ha) et 62 % d'espaces naturels et agricoles (748 ha, dont 191 ha d'espaces boisés classés)[2].

Les objectifs du nouveau PLU sont de faire évoluer le plan existant sur les points les suivants[2] :

  • « permettre de redynamiser le centre-ville en favorisant la mixité sociale, l’optimisation du foncier et l’amélioration des circulations piétonnes (création de nouveaux cheminements et espaces publics remarquables) ;
  • transformer la RD 810 dans le secteur commercial en véritable avenue urbaine cumulant la mixité de fonctions (commerces, bureaux, logements) et des modes de déplacements (piétons, vélos, transport en commun) en facilitant la création de contre-allées ;
  • aménager les pénétrantes vers la partie intérieure de la Commune (rue de la Gare, rue Berrua, notamment) en améliorant les liens, tous modes confondus, entre les quartiers excentrés et le centre bourg ;
  • mettre en valeur la plaine de l’Uhabia en créant un véritable espace de loisirs et de découverte du milieu naturel ;
  • assurer la cohérence des équipements et des activités sportifs dans ce même secteur ;
  • assurer la cohérence des équipements et des activités scolaires et périscolaires dans le vallon d’Ur Onea. »
Photographie panoramique du centre de Bidart vers le sud.
Vue panoramique du centre de Bidart.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Près de 50 lieux-dits sont identifiés sur les cartes IGN, en une mosaïque très variée qui va de Bassilour, centré sur le moulin éponyme construit en 1741 sur l'Uhabia, au technopôle Izarbel qui est dédié aux activités pionnières de haute technologie[16].

Panneau risque d'inondation en bord de route.
Panneau à Bassilour.

Plan de prévention du risque inondation (PPRI)[modifier | modifier le code]

La zone inondable développée par l’Uhabia fait, depuis 2003, l’objet d’un plan de prévention du risque inondation. Les secteurs concernés par des débordements lors de crues exceptionnelles (de fréquence centennale) sont la zone artisanale de Bassilour, la zone commerciale Zirlinga, la partie en amont du pont de l’autoroute (zones remblayées), la zone située entre le pont dit SNCF et l’océan, et le camping le Ruisseau[2].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 5 020, alors qu'il était de 2 996 en 1999[I 1].

Parmi ces logements, 54,8 % étaient des résidences principales, 42,0 % des résidences secondaires et 3,2 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 44,7 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 55,1 % des appartements[I 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 58,1 %, en baisse sensible par rapport à 1999 (65,4 %). La part de logements HLM loués vides (logements sociaux) était en hausse : 8,8 % contre 5,1 % en 1999, leur nombre ayant diminué de 98 à 242[I 3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Le toponyme Bidart est mentionné au XIIe siècle[17] dans le cartulaire de Bayonne (F 14)[18] et apparaît sous la forme Bidart (1349), Beata Maria de Bidart (1755[17], collations du diocèse de Bayonne[19]), Bidars (carte des Pays basques de France et d'Espagne) et Bidarte[20] au XIXe siècle.

D'après la Carte des Sept Provinces Basques du prince Louis-Lucien Bonaparte (1863), le dialecte basque parlé à Bidart est le labourdin. Le nom basque est Bidarte, qui vient de bide (chemin) et arte (entre) et signifie « entre des chemins, au carrefour »[21].

Autres toponymes[modifier | modifier le code]

Bouroushiriart était un hameau de Bidart, mentionné en 1863 par le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[17].

Ilbarritz (« lieu du domaine encaissé ») apparaît sous les formes Ilbarritz (1761[17], collations du diocèse de Bayonne[19]) et Ilbarrits (1863[17], dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[17]).

Oihara était un hameau de Bidart, que le dictionnaire de 1863[17] orthographie Oyhara.

Parlamentüa (« le Parlement ») désignait en 1863 un hameau de Bidart[17].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Le passage de groupes humains il y a 30 000 ans est attesté par la découverte dans la zone Chabiague-Ilbarritz d’éclats de silex, de burins et autres grattoirs. La plus grande partie de ces matériels est datée du Paléolithique supérieur[Note 8].

Selon Emmanuel Passemard il s’agit d’« une station d'approvisionnement où l'on procédait au débitage de lames, probablement assez vilaines, sur des fragments roulés par la mer », où des hommes s'installèrent pour en faire commerce[22].

Les recherches n’ont révélé à ce jour aucun vestige entre cette période du Paléolithique supérieur et le Néolithique, époque pour laquelle des restes d’outillages et de poterie datant de 3 200 ans avant J.C. ont été découverts[23].

Des traces d’un atelier et du mobilier, datant du Paléolithique et du Néolithique, ont été trouvés sur le plateau de Bellevue et la plage du Pavillon royal. La zone d'Ilbarritz a, elle, révélé du matériel datant d’une période qui s’étale du Paléolithique à la Protohistoire. La source Contresta a également été fréquentée au Paléolithique, si l’on en croit le mobilier découvert. Au site du Ruisseau, où se situe aujourd’hui un camping, et à la plage du Centre ont été trouvés des restes de mobilier reflétant une présence longue allant du Paléolithique à la période gallo-romaine. C’est également de la période gallo-romaine que provient le mobilier archéologique de la plage d’Uhabia. Tous ces sites ont justifié l'inscription en zone archéologique sensible[2].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 1122, Guillaume IX de Poitiers donne le droit de pâturages sur les terres cultes et incultes, ainsi que le droit d’y fonder des exploitations, à l’évêque de Bayonne. Ce dernier et le vicomte de Labourd décident en conséquence d’autoriser en particulier la colonisation de landes inoccupées de la côte où se créent bientôt Bassussarry, Guéthary, Serres et Bidart, qui apparaît dès le milieu du XIIe siècle dans le cartulaire de Bayonne ou Livre d'Or[24].

Bidart passe près de trois siècles sous la domination anglaise (1152-1453), en raison du mariage d’Aliénor d'Aquitaine avec Henri II d'Angleterre, jusqu’à la fin de la guerre de Cent Ans.

Le Livre d’Or livre quelques dates concernant Bidart qui décrivent son histoire. Ainsi en 1349, il est fait mention d’un caperan qui, selon Maurice Sacx, n’est pas un curé mais un chapelain, indiquant ainsi que Bidart n’est pas encore une véritable paroisse[24].

Les registres gascons des archives de Bayonne indiquent qu’en 1517 le vicaire de la paroisse de Bidart, Bertrand de la Fargue, promet que tout le blé du lieu sera livré à Bayonne « vu que, dans le Labourd, on donne le blé aux ennemis du Roy »[5].

En 1597, ce sont les registres français des archives de Bayonne qui mentionnent les délibérations de la municipalité bayonnaise, pour juger des mesures nécessaires à l’encontre d'un capitaine Combes ou Comba de Bidart qui aurait « été de la ligue et (…) porté les armes contre le Roy »[5].

Le début du XVIe siècle en Labourd est marqué par l'apparition de la peste. La lecture des registres gascons permet de suivre son expansion[25]. Le 21 octobre 1515, la ville de Bayonne fait « inhibition et défense à tous les manants et habitants de la présente cité (...) d'aller en la paroisse de Bidart (...) à cause de la contagion de la peste »[Note 9].

Les registres paroissiaux de Bidart sont archivés depuis 1644 et permettent d’évaluer l’évolution de la démographie, ainsi qu’il en est fait état ci-après, dans le paragraphe dédié.

De l'époque moderne à l'Empire[modifier | modifier le code]

La pêche à la baleine[modifier | modifier le code]

Photographie de l’atalaye de Guéthary
L'atalaye de Guéthary, sur la commune de Bidart, nom porté par la tour de guet utilisée pour repérer de la côte le souffle des baleines.

Au XVIe siècle, la chasse à la baleine est déjà présente à Bidart, comme le prouve la convention entre les pêcheurs de Biarritz et ceux de Bidart, signée le 28 décembre 1580 et détenue aux archives de Biarritz[10],[Note 10]. Cet accord tend à régler le partage des prises communes.

Les rôles et actes notariés détenus par les archives générales de Rotterdam[26] mentionnent divers harponneurs ou capitaines engagés dans la course à la baleine au XVIIe siècle, tels :

  • en 1633, Martin de l’Hospital et André de Clauset ;
  • en 1643, Martin de Mendecheval[Note 11],[Note 12], Joannis d’Aringanjart, Saubat de Ousinjage[Note 13], Dominique de la Voulette, Clément de Mendechaval ;
  • en 1661, Johannes de Berreau et Martin Halle ;
  • en 1669, Michel de Bringeau avec son maître de chaloupe Saubat du Halde[Note 14] ;
  • en 1670, Michel de Vinjou[Note 15] et Saubat du Halde.

L’émigration[modifier | modifier le code]

Entre 1718 et 1790, Maurice Sacx évalue l’émigration de Bidart à quatorze départs par an. Durant le siècle suivant, le mouvement ne s’est pas tari. On retrouve en effet sur la liste de 235 mariages basques à Saint-Pierre-et-Miquelon entre 1819 et 1889 pas moins de 54 noms originaires de Bidart[27].

La bataille de la Nive[modifier | modifier le code]

La bataille de la Nive est une bataille de la guerre d'indépendance espagnole, qui s'est déroulée en décembre 1813.

À Bidart, le quartier Barroilhet est le témoin de combats acharnés[28].

« Les maisons et les routes de Saint-Jean-de-Luz jusqu’à la vieille porte de Bidart étaient couvertes de blessés anglais et portugais après la bataille du 9 et 10 décembre. Le soir du 9, le lieutenant-colonel Lloyd, à la tête de ses troupes, les ponts de Saint-Jean-de-Luz et de l’Ouhabia ayant été reconstruits, attaquent notre village ; les Français résistent puis sont repoussés par les Anglais ; c’est à midi qu’une balle de mousquet vint frapper mortellement Lloyd[29],[28]. »

La tombe du lieutenant-colonel Richard Lloyds, dans le cimetière de Bidart, a été restaurée en 1904.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Pendant l'occupation allemande, la Kommandantur s'installa villa Onestia (aujourd'hui Le Régent), rue de la Gare[Note 16].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Située au Pays basque, Bidart se situe politiquement relativement à droite mais éloignée de l’extrême droite, privilégiant les candidats de droite aux élections présidentielles et les plébiscitant aux élections législatives (sauf pour l’élection législative de 2012 qui a vu la victoire de Sylviane Alaux sur un score relativement partagé) et cantonales. Les électeurs ont également légèrement moins voté pour les candidats de gauche que le reste du département lors des dernières élections régionales (50,77 % pour Alain Rousset dans les Pyrénées-Atlantiques[30] contre 46,74 % à Bidart) et européennes. D’autre part, les partis politiques basques ne sont pas plébiscités lors des scrutins locaux.

Élections présidentielles les plus récentes[modifier | modifier le code]

Lors du second tour des élections présidentielles de 2007, Nicolas Sarkozy, UMP, élu, avait obtenu 53,10 % des suffrages et Ségolène Royal, PS, 46,90 % des suffrages ; le taux de participation était de 86,56 %[51].

Lors du second tour des élections présidentielles de 2012, François Hollande, PS, élu, avait obtenu 49,61 % des suffrages et Nicolas Sarkozy, UMP, 50,39 % des suffrages ; le taux de participation était de 82,67 %[52].

Élections municipales les plus récentes[modifier | modifier le code]

Aux élections municipales de 2008, la liste de Jean Jaccachoury, dont la liste LDVD avait obtenu 20 sièges sur 27, avait rassemblé au second tour 45,18 % des suffrages ; le taux de participation était de 68,48 %[53].

Aux élections municipales de 2014, la liste d'Emmanuel Alzuri, dont la liste LDIV avait obtenu 25 sièges sur 29, avait rassemblé dès le premier tour 67,55 % des suffrages ; le taux de participation était de 61,90 %[54].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Jusqu’à la Constitution de 1791, chaque quartier de Bidart (Pourguette, Oyare, Ilbarritz et Burruntz jusqu’au milieu du XVIIe siècle, Oyare se scindant ensuite en deux pour donner Oyare-Issunaritz et Parlementia), présentait un jurat au conseil de la commune, parmi lesquels le premier jurat, ou maire-abbé (auzapez) était élu par les maîtres de maison et devenait membre de plein droit du Biltzar[5]. L’élection se tenait la dernière semaine de décembre, à main levée. Le clergé (curé et vicaire) et les nobles étaient exclus du nombre des électeurs.

À partir de 1791, le conseil général de la commune, qui était élu au suffrage censitaire, était présidé par le maire. Ce dernier était assisté d’un procureur. Dès 1793, ce binôme marque la prédominance du pouvoir centralisateur, les maires étant nommés par le préfet, représentant du gouvernement parisien[5]. Cette situation perdurera jusqu’à la chute du Second Empire.

Maires élus à partir de la Troisième République[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs.
Période Identité Étiquette Qualité
1875 1876 Bertrand Dartayet[5]   Décède le 6 octobre,

intérim de Pierre Duhalde.

1876 1885 Jean dit Denis Fagondo[5]    
1885 1888 Pierre Lamothe[5]   Décède en 1888.
1888 1896 Antoine Boudet[5]    
1896 1900 Saint Martin Erausquin[5]    
1900 1925 Jean-Raphaël Legasse[5]    
1925 octobre 1944 Joseph Michelena[5]    
octobre 1944 mai 1945 Délégation municipale

présidée par Jules Gauziede[5].

   
mai 1945 1975 Sauveur Atchoarena[5]    
1975 1995 Georges Ilhé    
1995 2006 Pierre Jaccachoury DVD  
2006 2008 Marie-Claude Dandrieu Bergez DVD  
2008 2011 Jean Jaccachoury    
2011 en cours
(au 21 juillet 2014)
Emmanuel Alzuri DIV[55] Cadre supérieur (entreprises publiques)[56].

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Bidart relève du tribunal d'instance de Bayonne, du tribunal de grande instance de Bayonne, de la cour d'appel de Bordeaux, du tribunal pour enfants de Bayonne, du conseil de prud'hommes de Bayonne, du tribunal de commerce de Bayonne, du tribunal administratif de Pau et de la cour administrative d'appel de Bordeaux[57].

La commune se trouve dans la circonscription de gendarmerie de la brigade de proximité de Saint-Jean-de-Luz.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

Le syndicat mixte de l’usine de la Nive, auquel Bidart souscrit, est responsable de l'approvisionnement en eau potable de la ville, grâce à un prélèvement effectué au niveau d’Ustaritz. La distribution auprès des quelques 4 000 abonnés de la commune est assurée par la Lyonnaise des Eaux[2].

Le traitement des eaux usées est pris en charge majoritairement par la station d’épuration située sur le territoire dans la plaine de l'Uhabia [Note 17]. Le nord de la commune est raccordé à la station Marbella de Biarritz, qui traite aussi les effluents provenant d’Arbonne et d'Ahetze. La station d’épuration de Bidart rejette actuellement ses eaux traitées dans l’Uhabia, peu avant l’embouchure. Une étude portant sur un émissaire de 400 mètres minimum permettant le rejet en mer est en cours[2].

Déchèterie avec panneau du syndicat Bizi Garbia.
Déchèterie à Bidart.

Déchets ménagers et électrification[modifier | modifier le code]

La commune adhère au syndicat mixte Bizi Garbia. Cet établissement public de coopération intercommunale endosse les compétences relatives à la gestion de la filière déchets comprenant les collectes traditionnelles et sélective, le traitement, la valorisation et l'élimination des déchets ménagers[2].

Le réseau général est alimenté par la ligne à haute tension (63 kV) Mousseroles (Bayonne) - La Négresse - Saint-Jean-de-Luz selon un axe nord-est - sud-ouest et suit la voie ferrée[2]. De ce fait, elle ne présente pas d’impact paysager significatif, à l’exception des parties où elle rejoint des zones d’habitation (nord et sud de la commune). Des travaux d’enfouissement des lignes ont été entrepris dans le cadre de la mise en valeur du centre du village.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Bidart fait partie de neuf structures intercommunales[56] :

  • l’agglomération Côte Basque-Adour ;
  • le SIVU Arbonne - Bidart, dont le siège est à Bidart[56] ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal d'aménagement de la zone Ilbarritz-Mouriscot ;
  • le syndicat intercommunal des collèges d'enseignement secondaire de Saint-Jean-de-Luz ;
  • le syndicat intercommunal pour la gestion du centre Txakurrak ;
  • le syndicat intercommunal pour le soutien à la culture basque ;
  • le syndicat mixte de l’Uhabia, dont le siège est à Bidart[56] ;
  • le syndicat mixte de l'usine de la Nive.

La commune adhère à l'Eurocité basque Bayonne - San Sebastian.

Finances locales[modifier | modifier le code]

Bidart appartient à la strate des communes ayant une population comprise entre 5 000 et 10 000 habitants. Le tableau ci-dessous montre le résultat comptable par habitant sur dix années (période 2004 - 2013), ainsi que le solde de financement des investissements, toutes données comparées à la moyenne de la strate.

Comptes de la commune de Bidart de 2004 à 2013.
Résultats exprimés en €/habitant.

Années Résultat comptable Besoin (Besoin) ou capacité (Capacité) de
financement des investissements
Capacité
d'autofinancement (CAF)
Bidart Moyenne de
la strate
Bidart Moyenne de
la strate
Bidart Moyenne de
la strate
2004
255 167 Capacité 27 Besoin 11 285 198
2005
206 194 Capacité 17 Besoin 9 239 226
2006
274 218 Besoin 220 Capacité 4 308 254
2007
62 220 Capacité 265 Capacité 54 -37 257
2008
260 210 Besoin 211 Besoin 28 303 257
2009
229 178 Capacité 140 Capacité 26 274 221
2010
315 217 Besoin 158 Capacité 66 354 269
2011
252 160 Capacité 19 Capacité 3 200 289
2012
238 149 Besoin 107 Capacité 15 281 190
2013
238 149 Capacité 414 Besoin 28 281 190
Sources des données : les comptes des communes - Bidart[58].

Strate : communes de 5 000 à 10 000 habitants.

Taux de fiscalité directe en 2013.

Taxe Taux voté à Bidart Taux moyen de la strate
d'habitation 15,11 % 14,41 %
foncière sur le bâti 10,79 % 20,80 %
foncière sur le non-bâti 30,62 % 57,75 %
Sources des données : les comptes des communes - Bidart[58].

Taxes en pourcentage de la valeur locative cadastrale.

Strate : communes de 5 000 à 10 000 habitants appartenant à un groupement fiscalisé.

Les remarques suivantes sont toujours faites en comparant Bidart aux autres communes de la même strate (communes de 5 000 à 10 000 habitants)[Note 18] :

  • la séquence des données de 2004 à 2013 montre une situation financière régulièrement meilleure que la moyenne de la strate ;
  • le taux de la taxe d’habitation est supérieur au taux moyen de la strate ;
  • le poids de l'impôt foncier, tant pour les propriétés bâties que non-bâties, est nettement inférieur à la moyenne ;
  • l'annuité de la dette par habitant (1 880 €) représente plus de deux fois la valeur de la moyenne de la strate.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Le gentilé est Bidartars[59],[60].

Les registres paroissiaux archivés depuis 1644 permettent de suivre de façon précise l’évolution de la population avant la création de l'état civil en 1792[Note 19].

Évolution de la population de 1690 à 1790.
1690 1718 1740 1770 1790
1 975 2 028 1 711 1 151 717
En 1718, Salvat de Lespès de Hureaux mène un recensement qui fait apparaître 2 160 âmes dans la commune. Maurice Sacx ajuste ce nombre à 2 028.
(Sources : registres paroissiaux[61].)

En 2011, la commune comptait 6 296 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 20],[Note 21].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
841 708 723 687 804 1 255 1 252 1 269 1 276
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 307 1 333 1 434 1 443 1 593 1 548 1 409 1 370 1 473
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 528 1 570 1 668 1 866 2 148 2 400 1 952 2 202 2 362
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
2 256 2 436 2 748 3 044 4 123 4 670 5 614 6 296 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[62] puis Insee à partir de 2004[63].)
Histogramme de l'évolution démographique


Jusqu’en 1820, l’évolution de la population est négative, liée non seulement aux guerres des XVII et XVIIIe siècles qui affectent lourdement la navigation commerciale et la pêche, mais également aux famines (1693-1695 et 1709-1710). La variole fait également des ravages en 1772 et 1784. Enfin, la mer réclame son tribut et en 1702 par exemple, vingt pêcheurs périssent en un seul jour lors d’une forte tempête[5].

À partir de la fin du XIXe siècle, la mode balnéaire influe le développement urbanistique de Bidart. Ainsi la Société anonyme des bains de mer investit dans un grand lotissement. Le projet est abandonné en 1884 mais l’impulsion a été donnée. Le baron de l’Espée fait construire son château à Ilbarritz et la reine Nathalie de Serbie projette la construction du château Le Sacchino (aujourd’hui Les Ailes) surplombant la plage Pavillon Royal[64].

Sous cette influence, Bidart devenue station balnéaire, adhère au syndicat d’initiative du Pays basque, puis crée en 1922 son propre syndicat d’initiative et la chambre d’industrie climatique[5].

En 1927 le village accède au rang de station climatique et cette étape importante décidera de la mutation de nombreux agriculteurs et artisans locaux vers les métiers du bâtiment ou de l’hôtellerie.

La population de Bidart passe le cap des 3 000 habitants en 1982. Dès lors, la croissance démographique ne cesse de s’accélérer du fait de la nécessité d’accompagner la progression des pôles d’emplois voisins fortement urbanisés, tels le BAB. Durant la période 1982 - 90, le taux de croissance de la population à Bidart est de 35 % (à comparer avec les 8 % moyens de l’aire urbaine de Bayonne). La décennie suivante (1990 - 99), la progression est encore de 13 %, la moyenne de l’aire urbaine étant de 8 %[2]. En 2010, la population de Bidart est de plus de 6 000 habitants. L’évolution démographique est essentiellement due, durant la période 1982 - 2006, au solde migratoire d’actifs, le solde naturel ne participant que marginalement à la progression générale.

Analyse des soldes de variation annuelle de la population[2].
1982 - 1990 1990 - 1999 1999 - 2006
Taux de variation annuel de la population + 3,90 + 1,40 + 2,70
Solde naturel + 0,10 + 0,04 + 0,20
Solde migratoire + 3,80 + 1,30 + 2,50
Pyramide des âges à Bidart en 2009 en pourcentage[65].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,5 
5,7 
75 à 89 ans
9,1 
15,8 
60 à 74 ans
15,8 
21,4 
45 à 59 ans
22,9 
21,7 
30 à 44 ans
21,8 
17,7 
15 à 29 ans
13,9 
17,2 
0 à 14 ans
15,0 
Pyramide des âges dans les Pyrénées-Atlantiques en 2009 en pourcentage[66].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,5 
8,1 
75 à 89 ans
11,9 
15,1 
60 à 74 ans
16,2 
21,3 
45 à 59 ans
20,8 
20,1 
30 à 44 ans
19,0 
17,5 
15 à 29 ans
15,4 
17,4 
0 à 14 ans
15,2 

La population de la commune demeure dans les moyennes du département, voire légèrement plus jeune. La période 1982-1990 a vu l'arrivée d'une population active plus jeune, justifiant le dynamisme de la poussée résidentielle, mais cette évolution s'est essoufflée de 1999 à 2006, confirmant l'installation d'actifs plus âgés, aux revenus plus élevés, leur permettant d'absorber l'augmentation importante des prix du foncier[2].

Cette tendance qui voit le pourcentage d’actifs augmenter se confirme de 1999 à 2006, le taux d’activité[Note 22] passant de 70,9 % à 73,4 % (dans le même temps, le taux moyen des Pyrénées-Atlantiques passe de 68,5 % en 1999 à 71 % en 2006)[2]. En 2009, ce taux n’est localement plus que de 72,3 %, subissant la montée de la part des retraités et préretraités (7,5 % en 1999, puis 10,2 % en 2009)[65].

Activité et emploi de la population de 15 à 64 ans par âge en 2009[65].
Population Actifs Taux d’activité en % Actifs ayant un emploi Taux d’emploi en %
Ensemble 4 093 2 958 72,3 2 603 63,6
15 à 24 ans 592 232 39,2 163 27,5
25 à 54 ans 2 620 2 376 90,7 2 120 80,9
55 à 64 ans 881 350 39,8 320 36,4
Petit bâtiment rouge et blanc proche d'un champ.
Ikastola de Bidart.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Bidart est rattachée à l’académie de Bordeaux[67].

Bidart dispose d'une école maternelle et primaire (école Jean-Jaccachoury) et d’une ikastola.

L'ESTIA, école d'ingénieurs gérée par la chambre de commerce et d'industrie de Bayonne Pays basque, est située dans le technopôle Izarbel.

Santé[modifier | modifier le code]

L’offre de services se rapportant à la santé s’établissait comme suit en 2011 :

Service Médecin Dentiste Pharmacie Kinésithérapeute Magnétiseur Infirmier Psychothérapeute Centre de rééducation
Nombre
5
2
2
3
1
4
1
1[Note 23]
Services relatifs à la santé à Bidart en 2011[2].

Sports et équipements sportifs[modifier | modifier le code]

Outre les pratiques sportives décrites ci-après, des activités privées se sont développées autour du golf d’Ilbarritz et du mini-golf du centre du village[68].

Judo[modifier | modifier le code]

Localisé au Kirolak, rue de la gare, le judo club de Bidart, Bidarteko Dojo, a fêté ses 30 ans d'existence en 2007. Le club dispense des cours de judo des catégories baby judo aux adultes, mais aussi du ju-jitsu pour les adolescents et les adultes[69].

Pelote basque[modifier | modifier le code]

De nombreux professionnels dans cette spécialité ont été formés dans le club Kostakoak (« ceux de la côte »), comme Éric Irastorza, Laurent Garcia, Patrice Berdoulay et Hervé Caudal. Le club a été créé en 1942 par Albert Sasco, Pierre Balgaciague, André Mitchelena et Jean Belascain, Sasco en devenant le premier président[12].

Le grand fronton date de 1958.

Randonnée[modifier | modifier le code]

Bidart participe au sentier du littoral dont la partie qui part de Bidart pour aboutir à Hendaye s'inscrit dans le projet plus vaste de sentier européen du littoral (ou sentier européen E9), un sentier européen de grande randonnée, s’étendant le long des côtes occidentales et septentrionales de l'Europe sur 5 000 kilomètres, du cap Saint-Vincent au Portugal jusqu’à la commune estonienne de Narva-Jõesuu, à la frontière russe[2].

La commune a, en outre, balisé cinq sentiers de randonnée qui permettent de découvrir la vallée de l’Uhabia, le lac Mouriscot, les falaises et les plages, et le centre du village.

Rugby à XV[modifier | modifier le code]

Le Bidart Union Club a remporté trois titres séniors durant la saison 2007-2008 : champion comité première et réserve, et champion de France promotion honneur.

Surf[modifier | modifier le code]

C'est sur la commune de Bidart que se situe la vague mondialement connue de Parlementia. Tous les ans, une compétition de surf de grosses vagues y est organisée. On peut considérer cette vague comme patrimoine naturel de la commune et aussi une attraction touristique partagée avec la commune limitrophe de Guéthary où se trouve le meilleur point de vue sur la vague.

Vie associative[modifier | modifier le code]

Outre les associations sportives, Bidart accueille des associations tournées vers la musique, le soutien à la tradition basque (danses, musique, jeu de cartes), l’éducation, l’économie locale, l’aide humanitaire et la solidarité[70].

Cultes[modifier | modifier le code]

Photographie de la chapelle de la Madeleine.
La chapelle Sainte-Madeleine.
Carte des lieux de culte à Bidart.
Carte des lieux de culte à Bidart.

Culte catholique[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se situe au sein de la paroisse Saint-Joseph des Falaises dans le diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron. Cette paroisse dispose de deux lieux de culte : l'église Notre-Dame-de-l'Assomption de Bidart et l'église Saint-Nicolas sur la commune voisine de Guéthary[71].

Outre cette église, la commune possède deux cimetières et quatre chapelles. La chapelle Sainte-Madeleine, également appelée de la Madeleine, domine la mer. Celle de Notre-Dame d’Urunea (« la bonne eau » en basque) recèle une Vierge en bois doré du XVIIIe siècle[72]. Enfin, la chapelle Saint-Joseph est située dans le quartier de Parlementia et la chapelle des Embruns au sein du centre du même nom.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 30 754 €, ce qui plaçait Bidart au 14 485e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[73].

En 2009, 59,4 % des foyers fiscaux n'étaient pas imposables[I 4].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 4 093 personnes, parmi lesquelles on comptait 72,3 % d'actifs dont 63,6 % ayant un emploi et 8,7 % de chômeurs[I 5].

On comptait 3 191 emplois dans la zone d'emploi, contre 1 663 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 2 630, l'indicateur de concentration d'emploi est de 121,3 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre plus d'un emploi par habitant actif[Note 24],[I 6].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Jusqu’à la Révolution, la quasi-totalité de la population s’emploie aux travaux de la terre et à la pêche. Lente au début, la conversion vers les métiers liés au tourisme (métiers du bâtiment, hôtellerie) s’est accélérée à partir de 1940.

Années 1831 1911 1921 1931 1946 1962 1980
Agriculteurs
19,0 %
22,4 %
18,6 %
12,4 %
3,3 %
3,1 %
0,4 %
Pêcheurs¹
0,3 %
0,9 %
2,3 %
1,4 %
0,0 %
2,0 %
0,2 %
Proportion des agriculteurs et des pêcheurs par rapport à la population totale[5].
¹d’après les estimations, les pêcheurs représentaient 24 % de la population en 1697 et 9 % en 1777.

Au 31 décembre 2010, Bidart comptait 916 établissements : 19 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 38 dans l'industrie, 90 dans la construction, 665 dans le commerce-transports-services divers et 104 étaient relatifs au secteur administratif[I 7].

Entreprises[modifier | modifier le code]

En 2011, 111 entreprises ont été créées à Bidart, dont 50 par des autoentrepreneurs[I 8],[I 9].

Trois zones d’activités artisanales et industrielles sont situées à proximité de l’autoroute[2] :

  • la zone d’activités de Bassilour : les activités qu’elle regroupe concernent à 83 % l’industrie manufacturière et à 8 % le commerce et la réparation. Les autres activités formant chacune moins de 5 % de l’ensemble sont les transports et communication, la construction et enfin l’immobilier et les services aux entreprises. Elle se situe à l’est de l’autoroute, en rive gauche de l’Uhabia, au centre du territoire de la commune ;
  • la zone d’activités technopôle Izarbel concentre des activités pionnières de haute technologie. Près de 70 entreprises s’y sont spécialisées dans les domaines de l'informatique, de la mécanique de précision, du traitement de l’image, des télécommunications ou du multimédia. Les activités proposées concernent à 76 % les services aux entreprises et 14 % l'industrie. Viennent ensuite la construction, les activités financières, le commerce et les réparations, ainsi que les transports et communication. L'Ifremer y possède un laboratoire (laboratoire halieutique d’Aquitaine), dont la mission est de « travailler sur les pêcheries côtières et estuariennes en Aquitaine et principalement sur les populations de poissons migrateurs amphihalins dont l’anguille européenne, les salmonidés migrateurs et la grande alose »[74],[75]. La présence de l’ESTIA vient confirmer la volonté créative de la zone. La zone d'activité est située à l'extrême est de la commune. Elle est accessible par le nord, depuis l'échangeur autoroutier de Biarritz marquant la limite communale Bidart- Biarritz ;
  • la zone d’activités Sempau, nouvellement aménagée pour des entreprises de travaux publics et de récupération de déchets. Elle occupe 4,7 ha et est accessible par le giratoire d’entrée au technopôle Izarbel.

Commerces[modifier | modifier le code]

Photographie du marché régional sur la place du village.
Le marché régional hebdomadaire, sur la place centrale du village.

À l’origine (années 1960) développée autour de la traversante RD810 pour répondre à la demande touristique, l’offre commerciale s’est étoffée à la faveur de la croissance de la population. L’axe de la route départementale 810 est demeuré le vecteur principal de la localisation des investissements à but commercial, amplifiant les problèmes liés à la circulation et au stationnement automobiles[2].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Bien qu’ayant décliné au profit des activités liés au tourisme, l'agriculture est toujours représentée sur Bidart et vient conforter l’image d’économie traditionnelle et de proximité retenue pour répondre à la demande touristique.

Ainsi une surface agricole utile de 172 ha est constituée sur la commune[2].

En 2011, cinq exploitations agricoles dont quatre dédiées à l’élevage bovin sont présentes sur la commune. La maïsiculture est l’autre activité dominante de ces exploitations agricoles. Une ferme (ferme Borda) est classée au titre des installations classées pour la protection de l’environnement[2].

La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty, fromage au lait de brebis à pâte pressée non cuite, bien qu’aucun agriculteur ne soit plus enregistré comme producteur associé à l’Institut national de l'origine et de la qualité.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Forte de l’attrait engendré par les 4,7 km de sa façade maritime et de la dynamique touristique de sa voisine Biarritz, Bidart a amorcé à son tour dès les années 1920 un développement orienté vers le tourisme, qui a généré un changement profond de son profil économique, déjà palpable dans les années 1940.

En 2011, la capacité d’accueil touristique a représenté deux fois la population sédentaire moyenne, soit un apport de 13 000 visiteurs, pouvant bénéficier de près de 5 700 lits, répartis entre hôtels, chambres d'hôtes, campings, locations meublées saisonnières, gîtes et résidences secondaires[2].

L’offre de services a accompagné le développement des capacités d’accueil, tant en termes de quantité et de diversité que de permanence, puisqu’aujourd’hui certaines infrastructures peuvent offrir des activités tout au long de l’année. Ainsi aux côtés des campings, piscines et autres terrains de jeux et des activités traditionnelles du Pays basque (randonnées pédestres, pelote basque), se sont développées des initiatives privées ou publiques tels que le club hippique de Bassilour, le golf d’Ilbarritz ou le parc animalier Eldoraparc.

Photographie d'un groupe de danseurs basques de nuit à Bidart.
Danses basques à Bidart.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Outre les 6 lieux inscrits zones archéologiques sensibles (cf. paragraphe Préhistoire) qui sont le plateau de Bellevue, les plages du Pavillon royal, du Centre et d’Uhabia, la zone d'Ilbarritz, la source Contresta et le Ruisseau, Bidart compte 3 monuments répertoriés à l'inventaire des monuments historiques[76] et 2 lieux et monuments répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[77]. Par ailleurs, elle compte 3 objets répertoriés à l'inventaire des monuments historiques[78].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Photographie de l’ancien orgue Cavaillé-Col du château d’Ilbarritz.
L’ancien orgue Cavaillé-Coll du château d'Ilbarritz.
Photographie du château d’Ilbarrtiz.
Le château d'Ilbarritz.

Le château d'Ilbarritz fut construit entre 1895 et 1897 par Gustave Huguenin (architecte biarrot) pour le baron Albert de l'Espée. Un projet de restauration d’envergure est à l’étude. Les façades et toitures, la salle d'orgue et le grand escalier sont inscrits à l'inventaire des monuments historiques depuis le 30 mai 1990[79].

L’ancienne tour de guet (atalaye) de Guéthary, construite au XVIIIe siècle et destinée à repérer les baleines à partir de la côte, fait l’objet d’une inscription aux monuments historiques depuis 1993[80].

Depuis 2013, se dresse à proximité de la chapelle de la Madeleine le Mémorial départemental de la Seconde Guerre mondiale et pour la Paix[81]. Il est constitué de quatre stèles tabulaires et de cinq stèles discoïdales dressées en arc de cercle et d'une plaque placée sur le sol.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame de l'Assomption[82],[83] date du XVIe siècle. Sa tribune fait l’objet d’une inscription par les monuments historiques depuis 2001[84], et elle est elle-même inscrite à l’inventaire du patrimoine culturel. Elle recèle un crucifix du XVIIe siècle[85], une statue en bois du XVIIIe siècle représentant saint Jacques[86],[87] et des fonts baptismaux[88] offerts par la reine Nathalie de Serbie réfugiée à Bidart.

La chapelle Sainte-Madeleine (ou de la Madeleine[81]) date du XIXe siècle[89]. Elle est inscrite à l’Inventaire général du patrimoine culturel.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

La commune possède, au centre du village, une galerie d’exposition (nommée Pili Taffernaberry), proposée aux exposants tant amateurs que professionnels[90].

Autre vecteur culturel, le cinéma Family, construit dans les années 30 était à l’origine une maison des jeunes destinée à rassembler la jeunesse de Bidart autour de projets communs. Convertie en cinéma à la fin des années 40, elle est finalement rachetée par la municipalité en octobre 2010 pour devenir une salle de spectacles[91].

L’ancien groupe scolaire se trouvant désaffecté à la suite de la construction de l’école Jean-Jaccachoury, il est provisoirement mis à la disposition d’un groupement d’artistes dans le respect d’un cahier des charges défini par la municipalité[92].

Enfin, la bibliothèque municipale accueille le public tout au long de l’année[93].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Bidart compte 6 plages surveillées, du 1er juillet au 31 août, s’échelonnant du nord au sud :

  • la plage d’Ilbarritz, qui succède à la plage de Milady, située sur Biarritz ;
  • la plage du Pavillon royal ;
  • la plage d’Erretegia ;
  • la plage du Centre ;
  • la plage d’Uhabia ;
  • la plage de Parlementia (ou Parlamentua), à la limite avec Guéthary.

Zones protégées[modifier | modifier le code]

Photographie de l’océan depuis la falaise de la Madeleine
Le golfe de Gascogne et l’Espagne, vus de la falaise de la Madeleine.

Deux zones font partie du réseau Natura 2000[2], partiellement dans l’emprise territoriale de Bidart. Il s’agit des falaises de Saint-Jean-de-Luz à Biarritz[94] et du lac Mouriscot[95].

On recense sur Bidart deux zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type I[2]. L’une d’elle est rattachée au lac Mouriscot[Note 25], au nord de la commune. Elle comprend 30 ha incluant un plan d’eau, des roselières et des forêts alluviales. La zone littorale constitue la seconde, partie de l’ensemble qui s’étend depuis la plage des Basques à Biarritz jusqu’à la pointe de Sainte-Barbe à Saint-Jean-de-Luz [Note 26]. Elle est caractérisée par une côte rocheuse et des falaises.

Biodiversité[modifier | modifier le code]

La diversité des reliefs et des milieux naturels et la proximité des Pyrénées et de l’océan Atlantique ont généré un patrimoine biologique riche, mis en danger par la croissance des aménagements et constructions[Note 27].

Flore[modifier | modifier le code]

Bidart est située dans la zone naturelle des chênaies atlantiques, où se distinguent le chêne pédonculé (Quercus pedunculata) et le chêne tauzin (Quercus pyrenaica), enrichie d’apports humains de pin maritime (Pinus pinaster)[2].

Le littoral atlantique offre une flore de rochers naturellement peu variée et fragile, compte tenu des reliefs rocheux exposés et accidentés[2]. Souvent réduite à quelques touffes de Criste marine (Crithmum maritimum), elle s’enrichit de quelques halophytes telles que la Frankénie lisse (Frankenia laevis), l’Inule perce-pierre (Inula crithmoides) et l’Obione faux-pourpier (Halimione portulacoides). À l’abri des embruns, sur les falaises marno-calcaires, s’étale une pelouse à Marguerite à feuilles charnues (Leucanthemum ircutianum) et fétuque rouge (Festuca ruera). Enfin, pour celles bénéficiant d’une bonne exposition, les dalles calcaires presque verticales accueillent la Marguerite à feuilles charnues, l’immortelle des dunes (Helichrysum stoechas), la Fétuque pruineuse (Festuca rubra subsp. pruinosa) et la Carotte porte-gomme.

Ces milieux sont qualifiés d’« habitat naturel d’intérêt communautaire », tels que décrits par l’annexe I de la directive européenne « Habitats Faune Flore » 92/43/CEE du 21 mai 1992 : « pelouses composées d’hémicryptophytes aérohalines soumises aux embruns »[Note 28]. Ce groupement végétal, spécifique au littoral basque, figure également dans le livre rouge des biocénoses terrestres du littoral français[2].

Le haut des falaises, soumis aux vents chargés d’embruns, est revêtu d’un manteau dense de lande littorale, qui ralentit fortement l’érosion. Cet habitat constitue également un « milieu d’intérêt communautaire prioritaire ». Cette lande est dominée par la Bruyère voyageuse (Erica vagans), aux côtés de deux variétés d’Ajonc, l’Ajonc d’Europe (Ulex européens subsp. europaeus var. maritimus) et l’Ajonc de Le Gall (Ulex gallii). Ces arbustes sont accompagnés de plantes à fleurs protégées en France telles que le grémil à rameaux étalés (Lithodora prostata) et la Marguerite à feuilles charnues[2].

Plus à l’intérieur des terres, dans des secteurs escarpés, s’est développée la lande atlantique, dominée par la Grande Fougère (Pteridium aquilinum), acidophile. Cet habitat a souffert d'une exploitation agricole importante depuis les années 70[2].

Faune[modifier | modifier le code]

La richesse faunistique de la commune est principalement ornithologique, bien que le territoire, grâce à la variété de ses habitats, présentât une diversité animalière très intéressante.

La façade atlantique, qu’elle soit constituée de sables ou de rochers du pied des falaises, abrite une faune maritime classique du littoral, recélant crustacés et mollusques communs (crabes, patelles, bernard-l'ermite, gibbules, anémones de mer, huîtres sauvages et moules), alors que les falaises maritimes offrent des abris propices à la nidification des oiseaux marins, à l’accueil des oiseaux migrateurs ou hivernant, ou à la protection des espèces pélagiques lors des tempêtes ou forts coups de vents. On peut ainsi observer des stercorariidés (Stercorariidae), des goélands, des mouettes, des sternes, des Phalaropes à bec large (Phalaropus fulicarius), des plongeons (Gavia sp.), des macreuses (Melanitta sp.), des Eiders à duvet (Somateria mollissima), des Harles huppés (Mergus serrator), ou des limicoles sur les plages, tels le Bécasseau variable (Calidris alpina), le Bécasseau sanderling (Calidris alba), le Chevalier gambette (Tringa totanus) ou le Tournepierre à collier (Arenaria interpres)[2].

On trouve également dans les rochers des reptiles comme l’Orvet fragile (Anguis fragilis), la Couleuvre verte et jaune (Hierophis viridiflavus) et la Coronelle lisse (Coronella austriaca)[2].

Quelques passereaux spécifiques nichent dans les landes littorales. On peut citer la Fauvette pitchou (Sylvia undata), le Cochevis huppé (Galerida cristata), la Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) ou la Pie-grièche à tête rousse (Lanius senator)[2].

Les parties boisées accueillent une faune sauvage relativement riche, et assez commune - Fouine (Martes foina), Martre des pins (Martes martes), Hermine (Mustela erminea), Genette commune (Genetta genette), écureuil, Blaireau (Meles meles), Renard roux (Vulpes vulpes), Chevreuil (Capreolus capreolus) et Sanglier (Sus scrofa) - et sont des lieux de nidification pour quelques rapaces - Faucon hobereau (Falco subbuteo), Autour des palombes (Accipiter gentilis), Milans noir (Milvus migrans) et royal (Milvus milvus) et Buse[2].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Naissance à Bidart.
Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Décès à Bidart.

Naissance au XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

  • Martin de Comba est un capitaine, missionné par le biltzar en 1595 afin d’obtenir auprès du roi d’Espagne la mainlevée des navires aux arrêts le long de la côte d’Espagne[96].
  • Louis de Harismendy, né vers 1645 à Bidart, est un marin, capitaine de frégate du roi, commandant les frégates Le Glorieux en 1691, l'Aigle en 1692 puis Le Favory en 1693[96].

Naissance au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

  • Dominique Daguerre, né à Bidart vers 1724, est un marin, capitaine du vaisseau corsaire de l'Union en 1762, puis de la Sainte-Roze à destination de La Nouvelle-Orléans. Il meurt en 1773[96].
  • Bernard Bombalier, né à Bidart en 1732, est un marin, capitaine du Diligent de Cayenne à partir de 1755, puis de l'Union de Bordeaux à partir de 1763[96].
  • Dominique Bombalier, né vers 1733 et frère de Bernard Bombalier précité, fut également capitaine de navire (le Greyhon en 1760)[96].
  • Richard Lloyds, lieutenant-colonel irlandais des forces alliées menées par le duc de Wellington pendant la bataille de la Nive, est mort dans les combats se déroulant à Bidart le 10 décembre 1813.

Naissance au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Photographie des armoiries, émail apposé sur la façade de la mairie.
Armoiries apposées sur la façade la mairie.

Les armes de Bidart ont évolué au cours du XXe siècle[6]. On connait, en effet, les armes datant d’avant 1957, suivies du blasonnement actuel, enrichi en 1958 d’éléments extérieurs et d’une devise.

Avant 1957[modifier | modifier le code]

L’origine de ce blasonnement et son auteur ne sont pas connus.

Tiercé en pal : au 1 d’azur au mont d’or enflammé de gueules ; au II d’or au harpon d’argent ; au III de gueules au navire d’argent sur une mer ondée du même.[6]

Constatant les incohérences de ce blasonnement (présence au II de l’argent sur l'or, et superposition au III d’un navire d’argent sur une mer d’argent), le conseil municipal, présidé par Sauveur Atchoarena, décida dès 1956 de les corriger. Il confia cette tâche à Jean Ithurriague, conservateur du musée basque et de l'histoire de Bayonne et à Robert Louis, héraldiste de renom[6]. Le nouveau projet fut adopté durant la séance du conseil municipal du 27 janvier 1957.

Ornements extérieurs et devise (1958)[modifier | modifier le code]

Les ornements extérieurs et la devise, ainsi que le blasonnement définitif, furent adoptés par le conseil municipal du 3 mars 1958[6] :

Blason Blasonnement :
Parti, au premier, de sinople au rocher d'argent mouvant du flanc dextre sommé d’une tour d’or ajourée et enflammée de gueules ; au deuxième, de gueules au bateau d'or mouvant de face, la voile d'argent chargée d'une croix basque de sable, le tout des deux parties posé sur une mer d’argent ; à la vergette d'or brochant sur la partition accostée à chaque flanc de cinq billettes du même.
L’écu sommé de deux ondes d’argent dans lesquelles plonge un grand harpon de sable en pal, passant sous l’écu et le listel bordant en pointe cet écu. L'anneau du harpon en chef retenant un cordage d’or dont les entrelacs forment à dextre la lettre majuscule anglaise B contournée, puis passe sous l’écu pour former à senestre la même lettre B. Le cordage retenant le listel d’argent chargé de la devise basque « bidartean zuzena onena » (« parmi les chemins, le plus droit est le meilleur »).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources de l’article[modifier | modifier le code]

  • Ouvrage collectif, Bidart-Bidarte, Saint-Jean-de-Luz, Ekaina, coll. « Karrikez herriak »,‎ 2004, 476 p. (ISBN 2-9507270-8-5)

Autres ouvrages[modifier | modifier le code]

En plus des références données plus haut, il est possible de se reporter aux ouvrages suivants :

  • Alfred Lassus, Dictionnaire des capitaines et marins de Bidart ;
  • Roland Moreau, Le passé d’un village basque : Bidart, Bayonne,‎ 1960 ;
  • Roland Moreau, Histoire basque, Bidart, Bordeaux, Taffard,‎ 1976, 125 p. (ISBN 9782843732171) ;
  • Maurice Sacx, Bidart hier et aujourd’hui, Ekaina.
  • Maurice Sacx, Bidart, Ekaina.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En Gascogne et au Pays basque, on appelle barthe (du gascon barta) les plaines alluviales inondables longeant les cours d'eau.
  2. Peyre Blanque : « pierre blanche ».
  3. Peyre qui béou : « pierre qui boit ».
  4. Arrêté préfectoral du 9 juillet 2003.
  5. Les vents de direction 240 ° à 320 ° représentent 34 % des relevés, selon le rapport de présentation du « Le PLU de la commune » (consulté le 31 juillet 2014).
  6. Le registre de 1723 à 1774 de la chambre de commerce de Bayonne mentionne une barque de quinze tonneaux et une chaloupe de sept tonneaux, sorties d'un chantier de Bidart.
  7. En 1710 la confrérie des pêcheurs engage des frais « pour faire ou accommoder un endroit du port appelé Criqa ».
  8. Spécimens au musée de la mer de Biarritz et au muséum de Bayonne.
  9. « fo feyt lo présent crid per Menjonin Dechaye, cride et Larte, sergent, per los cantons : le perroqui de Bidart conuersar ny frecanrar ab los parràpian et habitants de quere per le contagion de la peste qui y es susbingude, sus pene d’estre gictatz de la ville ab le famili pêr quoarante jorns et de pagar dets liures ».
  10. Transaction et accord entre les habitants de Biarritz et de Bidart sur les privilèges de la prise et enferrage de balaeine, sous la traduction moderne de Nelson Caseils.
  11. Deformation de Mendizabal, dit Baroin, dont la pierre tombale demeure dans le cimetière de Bidart.
  12. Également mentionné en 1667, 1670, 1671 et 1672.
  13. Déformation d'Oussignague.
  14. Déformation de Duhalde.
  15. Probable déformation de Vignou.
  16. La famille Brunner qui en était propriétaire fut arrêtée et envoyée à Bordeaux, puis au camp de Drancy et enfin déportée à Auschwitz dans le convoi 64 du 7 décembre 1942.[réf. souhaitée]. La famille se composait de Mme Olga Brunner née le 26 juillet 1890 à Dunkerque, matricule 7473, Lydie Brunner née le 13 juillet 1918 à Chartres, matricule 7474, Claudine Brunner née le 15 janvier 1922 à Paris, matricule 7475, Jean-Claude Brunner né le 1er décembre 1925 à Paris, matricule 7476.
  17. Le périmètre d’agglomération de Bidart a été défini par l’arrêté préfectoral du 27/05/1997.
  18. Ces remarques ne résultent pas d'une étude statistique des données présentées ; elles n'ont qu'une valeur indicative.
  19. 1644 pour les baptêmes, 1647 pour les mariages et 1670 pour les sépultures.
  20. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  21. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  22. Le taux d’activité représente la part des actifs dans la population totale.
  23. Centre thérapeutique de rééducation Les Embruns.
  24. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.
  25. Numéro de zone : 64620000.
  26. Cette ZNIEFF s’étend sur 389 ha sur les communes de Biarritz, Bidart, Guéthary et Saint-Jean-de-Luz. Numéro de zone : 0010.
  27. Les éléments décrits dans les paragraphes dédiés à la flore et la faune locales ont été recueillis d’avril à juin 2010, dans le cadre de l’étude portant sur la biodiversité, destinée à la rédaction du PLU de 2011.
  28. « Falaises avec végétation des côtes atlantiques et baltiques » dans EUR 27, codé UE 1230-2 et 1230-3.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. REV T1 - Impôts sur le revenu des foyers fiscaux.
  5. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 - Emploi et activité.
  7. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  8. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.
  9. DEN T2 - Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2011.

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Institut national de l'information géographique et forestière, Répertoire géographique des communes, [lire en ligne].
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae, af, ag, ah, ai, aj, ak et al « Le PLU de Bidart », sur le site de la commune (consulté le 31 juillet 2014).
  3. « Le lac Mouriscot », sur le site du Conservatoire du littoral (consulté le 31 juillet 2014).
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fleuve Uhabia (S50-0400) » (consulté le 22 juillet 2014).
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x et y Maurice Sacx in Ouvrage collectif, Bidart-Bidarte, Saint-Jean-de-Luz, Ekaina,‎ 2004 (ISBN 2-9507270-8-5).
  6. a, b, c, d et e Gilbert Desport in Ouvrage collectif, Bidart-Bidarte, Saint-Jean-de-Luz, Ekaina,‎ 2004 (ISBN 2-9507270-8-5), citant les délibérations du conseil municipal de Bidart (archives communales de Bidart).
  7. « La station météorologique de Biarritz - Anglet », sur le site de l’association Infoclimat (consulté le 31 juillet 2014).
  8. André Claisse, L’Illustration économique, septembre 1992. André Claisse, né à Meudon en 1872, est médecin, auteur d’une thèse de recherches sur le développement des fibro-myomes utérins.
  9. Archives municipales et Revue de la Fédération des Amis des Chemins de fer secondaires.
  10. a, b, c, d et e Émile Davril et Michel Etcheverry in Ouvrage collectif, Bidart-Bidarte, Saint-Jean-de-Luz, Ekaina,‎ 2004 (ISBN 2-9507270-8-5).
  11. Fernand Jaupart, La pêche en Labourd au XVIIIe siècle.
  12. a et b Ouvrage collectif, Bidart-Bidarte, Saint-Jean-de-Luz, Ekaina,‎ 2004 (ISBN 2-9507270-8-5).
  13. Emmanuelle Fère, « La Stab mute en Chronoplus », Sud Ouest,‎ 18 janvier 2011 (lire en ligne).
  14. « Le plan du réseau du 01 Septembre 2014 au 27 juin 2015 », sur chronoplus.eu (consulté le 24 août 2014).
  15. « Fiche horaire ligne 816 de septembre à décembre 2014 », sur transports64.fr (consulté le 24 août 2014)
  16. Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 5 août 2014).
  17. a, b, c, d, e, f, g et h Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque.
  18. Cartulaire de Bayonne ou Livre d'Or - Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  19. a et b Manuscrits des XVII et XVIIIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  20. Pierre Lhande, Dictionnaire basque-français, 1926.
  21. Jean-Baptiste Orpustan, Nouvelle toponymie basque : noms des pays, vallées, communes et hameaux, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Centre d'études linguistiques et littéraires basques »,‎ 2006, 246 p. (ISBN 2867813964 et 9782867813962), p. 32.
  22. Emmanuel Passemard, Bulletin de la Société préhistorique française, 1913 à 1920.
  23. Claude Chauchat, Les paléolithiques de la région de Bayonne,‎ 1969.
  24. a et b Abbé Bidache, Livre d’Or de Bayonne, Pau, 1906.
  25. Registres gascons, tome 1, pages 44, 53, 141, 154, 158-159, 195 et 233 - cités par Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque III : Évolution économique et sociale du XVIe au XVIIIe siècle, t. 3, Donostia / Bayonne, Elkarlanean,‎ 2001, 411 p. (ISBN 8483317443 et 9788483317440, OCLC 466971263), p. 42 et 43
  26. Thierry du Pasquier, Les baleiniers basques, SPM (2000) (ISBN 978-2901952336).
  27. Jean-Pierre Merle in Ouvrage collectif, Bidart-Bidarte, Saint-Jean-de-Luz, Ekaina,‎ 2004 (ISBN 2-9507270-8-5).
  28. a et b André Pain in Ouvrage collectif, Bidart-Bidarte, Saint-Jean-de-Luz, Ekaina,‎ 2004 (ISBN 2-9507270-8-5).
  29. The Times du 24 décembre 1813.
  30. « Résultats de l’élection régionale 2010 dans les Pyrénées-Atlantiques », sur le site du Ministère de l’Intérieur (consulté le 31 juillet 2014).
  31. Résultats des élections présidentielles de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  32. Résultats des élections présidentielles de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  33. Résultats des élections présidentielles de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  34. Résultats des élections législatives de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  35. Résultats des élections législatives de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  36. Résultats des élections législatives de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  37. Résultats des élections européennes de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  38. Résultats des élections européennes de 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  39. Résultats des élections européennes de 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  40. Résultats des élections régionales de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  41. Résultats des élections régionales de 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  42. [xls] Résultats des élections cantonales de 2001 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  43. Résultats des élections cantonales de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  44. Résultats des élections cantonales de 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  45. Résultats des élections cantonales de 2011 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  46. [xls] Résultats des élections municipales de 2001 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  47. Résultats de l’élection municipale de 2008 sur le site du Figaro.
  48. Résultats des élections référendaires de 1992 sur le site PolitiqueMania.
  49. Résultats des élections référendaires de 2000 sur le site PolitiqueMania.
  50. Résultats des élections référendaires de 2005 sur le site PolitiqueMania.
  51. « Résultats de l'élection présidentielle 2007 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 5 août 2014).
  52. « Résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 5 août 2014).
  53. « Résultats de l'élection municipale 2008 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 5 août 2014).
  54. « Résultats de l'élection municipale 2014 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 5 août 2014).
  55. « Élections municipales et communautaires 2014 », sur le site du ministère de l’Intérieur (consulté le 31 juillet 2014).
  56. a, b, c et d Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité », sur le site d ela préfecture des Pyrénées-Atlantiques (consulté le 1er juin 2014).
  57. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et des libertés (consulté le 20 juillet 2014).
  58. a, b et c « Les comptes de la commune de Bidart », sur le site de la Direction de la Comptabilité publique au sein du Ministère des Finances (consulté le 12 septembre 2014).
  59. « Gentilé », sur le site habitants.fr (consulté le 31 juillet 2014).
  60. « Euskaltzaindia - Académie de la langue basque » (consulté le 31 juillet 2014).
  61. Maurice Sacx, Dépeuplement de la Côte basque au XVIIIe siècle, INED et Musée basque et de l'histoire de Bayonne.
  62. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  63. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  64. « Photo du château de la reine Nathalie de Serbie », base Mémoire, ministère français de la Culture.
  65. a, b et c « Statistiques d'évolution et de structure de la population à Bidart en 2009 », sur le site de l'Insee (consulté le 14 juillet 2014).
  66. « Statistiques d'évolution et de structure de la population des Pyrénées-Atlantiques en 2009 », sur le site de l'Insee (consulté le 14 juillet 2104).
  67. « Rattachement de Bidart à l’académie de Bordeaux », sur le site de l’Éducation nationale (consulté le 31 juillet 2014).
  68. « Le golf d’Ilbarritz », sur le site du golf (consulté le 31 juillet 2014).
  69. « le Bidarteko Dojo », sur le site de l’association (consulté le 31 juillet 2014).
  70. « L’annuaire des associations », sur le site de la commune (consulté le 31 juillet 2014).
  71. « Recherche d'horaire : Bidart 64210 », sur le site egliseinfo de la conférence des évêques de France (consulté le 15 juillet 2014).
  72. Eugène Goyheneche, Le Pays basque : Soule, Labourd, Basse-Navarre, Société nouvelle d’éditions régionales et de diffusion, Pau,‎ 1979 (notice BnF no FRBNF34647711).
  73. « Fichier RFDM2011COM : revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 novembre 2013).
  74. « Le laboratoire Ifremer à Bidart », sur le site de l’Ifremer (consulté le 31 juillet 2014).
  75. « Le laboratoire de l’Ifremer », sur le site d’Izarbel (consulté le 31 juillet 2014).
  76. « Liste des monuments historiques de la commune de Bidart », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  77. « Liste des lieux et monuments de la commune de Bidart à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  78. « Liste des objets historiques de la commune de Bidart », base Palissy, ministère français de la Culture.
  79. « Château d'Ilbarritz », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  80. « L’ancienne atalaye de Guéthary », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  81. a et b « Le Mémorial départemental de la Seconde Guerre mondiale et pour la Paix », sur le site de la commune (consulté le 31 juillet 2014).
  82. « L'église Notre-Dame de l'Assomption », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  83. « Notice complémentaire sur l’église Notre-Dame de l’Assomption », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  84. « Vue de la tribune de l’église Notre-Dame de l’Assomption », base Mémoire, ministère français de la Culture.
  85. « Le crucifix de l'église Notre-Dame de l'Assomption », base Palissy, ministère français de la Culture.
  86. « La statue de saint Jacques », base Palissy, ministère français de la Culture.
  87. « Photo de la statue de saint Jacques », base Mémoire, ministère français de la Culture.
  88. « Les fonts baptismaux de l'église Notre-Dame de l'Assomption », base Palissy, ministère français de la Culture.
  89. « La chapelle Sainte-Madeleine », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  90. « La galerie Pili Taffernaberry », sur le site de la commune (consulté le 31 juillet 2014).
  91. « Le cinéma Family », sur le site de la commune (consulté le 31 juillet 2014).
  92. « L'atelier d’artistes de Bidart », sur le site de la commune (consulté le 31 juillet 2014).
  93. « La bibliothèque municipale », sur le site de la commune (consulté le 31 juillet 2014).
  94. « FR7200776, fiche des falaises de Saint-Jean-de-Luz à Biarritz », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (INPN) (consulté le 25 août 2014).
  95. « FR7200777, fiche du lac Mouriscot », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (INPN) (consulté le 25 août 2014).
  96. a, b, c, d et e Alfred Lassus in Ouvrage collectif, Bidart-Bidarte, Saint-Jean-de-Luz, Ekaina,‎ 2004 (ISBN 2-9507270-8-5).
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 9 septembre 2014 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.