Lanester

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lanester
Cimetière de bateaux sur le Blavet.
Cimetière de bateaux sur le Blavet.
Blason de Lanester
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Lorient
Canton Lanester (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté d'agglomération du pays de Lorient
Maire
Mandat
Thérèse Thiéry
2014-2020
Code postal 56600
Code commune 56098
Démographie
Gentilé Lanestériens, Lanestériennes
Population
municipale
22 164 hab. (2011)
Densité 1 207 hab./km2
Population
aire urbaine
184 853 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 45′ 53″ N 3° 20′ 32″ O / 47.7647, -3.342247° 45′ 53″ Nord 3° 20′ 32″ Ouest / 47.7647, -3.3422  
Altitude Min. 0 m – Max. 51 m
Superficie 18,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Lanester

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Lanester

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lanester

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lanester
Liens
Site web http://www.lanester.com/

Lanester [lanɛstɛʁ] est une commune du département du Morbihan, dans le sud ouest de la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lanester se situe au confluent du Scorff et du Blavet. Elle est en outre traversée par la rivière du Plessis. Les communes limitrophes sont : Lorient, Caudan, Hennebont, Kervignac et Locmiquélic.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom breton de la commune est Lannarstêr (prononcé [lanəˈʃteːʁ]). Ce nom vient de l'appellation "lann-er-ster" et se traduit "la lande de la rivière".

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Lanester a été créée en 1909 par démembrement de celle de Caudan. Les ouvriers travaillant à l'arsenal de Lorient, souvent issus du monde rural, s'y sont installés en grand nombre, avec leur famille. Mais si la ville a une tradition ouvrière très marquée, elle a ensuite développé également des espaces commerciaux importants. En outre, une partie de son territoire est rurale, même si l'activité agricole régresse. De même que Lorient, Lanester a été très éprouvée par la Seconde Guerre mondiale.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Sauf à l'époque du régime de Vichy, Lanester a toujours été gérée par une majorité de gauche (en particulier par le PCF de 1945 à 2001). Depuis 2001, l'équipe au pouvoir, apparentée PS, s'est donnée l'étiquette « citoyenne ».

Thérèse Thiéry a été élue lors du conseil municipal du 16 décembre 2004, à la suite du décès le 3 décembre 2004 de Jean-Claude Perron, conseiller général et maire de Lanester, élu en 2001. Ils font suite à Jean-Pierre Anfré (1996-2001) et à Jean Maurice, maire honoraire de Lanester et figure historique locale, maire de 1953 à 1996.

Robert Boulay, premier maire d'après-guerre du 7 octobre 1945 au 9 mai 1953, contribua à la reconstruction de la commune. Néanmoins, l'essor de celle-ci fut le fruit de la politique progressiste de Jean Maurice durant ses 43 ans à la tête de la municipalité.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Thérèse Thiéry, l'actuelle maire de Lanester.

La municipalité diffuse un bulletin mensuel d'information, Reflets.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1909 1919 Jean-Marie Le Halpert
1919 1941 Pierre Rogel SFIO
1941 1944 Eugène Morvan Nommé par Vichy
1944 1945 Pierre Rogel SFIO
1945 mai 1953 Robert Boulay PCF
mai 1953 1996 Jean Maurice PCF Conseiller général du Canton de Pont-Scorff (1967-1982) puis du Canton de Lanester (1982-1998)
1996 mars 2001 Jean-Pierre Anfré PCF
mars 2001 décembre 2004 Jean-Claude Perron Divers gauche (Association Lanester Nouvelle Citoyenneté : LNC) Conseiller général
décembre 2004 en cours Thérèse Thiéry Divers gauche (Association Lanester Nouvelle Citoyenneté : LNC ) DVG Conseillère générale, 1re Vice-Présidente de Lorient Agglomération

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 22 164 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1911. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
7 729 8 038 7 790 7 795 8 668 5 750 11 737 16 571 19 245
1975 1982 1990 1999 2006 2011 - - -
21 074 21 643 22 102 21 897 22 627 22 164 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Langue bretonne[modifier | modifier le code]

Ya d'ar brezhoneg[modifier | modifier le code]

L’adhésion à la charte Ya d’ar brezhoneg a été votée par le Conseil municipal le 13 juillet 2006.

La commune a reçu le label de niveau 1 de la charte le 26 mars 2010.

Enseignement[modifier | modifier le code]

À la rentrée 2013, 168 élèves étaient scolarisés dans la filière bilingue publique (soit 5,2 % des enfants de la commune inscrits dans le primaire)[3].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

On ne peut pas faire de Lanester une commune d'un grand intérêt touristique. Cependant quelques curiosités peuvent cependant être signalées :

  • le cimetière de bateaux, le long du Blavet ;
  • le pont du Bonhomme, qui enjambe le Blavet ;
  • le centre-ville, avec un hôtel de ville moderne ;
  • les vestiges du parc à bois de la marine (1847-1852), visibles à marée basse sur le Scorff ;
  • une pierre appelée Rocher du Diable non loin de la rive du Blavet ;
  • le dolmen de Kervenguen ;
  • la pierre à cupules de Saint-Guénaël ;
  • la stèle de Locunel ;
  • la chapelle Saint-Gwenhael.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Lanester est [4]:

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Lanester.svg

Les armoiries de Lanester se blasonnent ainsi :

De gueules semé de mouchetures d’hermine d’or au mantel d’argent chargé de six burelles ondées d’azur.
Devise « Ensemble et pour tous ».
Conc. L. Ermoy.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Léone Beaumes, Lanester au fil de notre histoire, Éd. à compte d’auteur (Bretagne Graphique Imprimerie),‎ 1985
  • André et Lucette Leclère (préf. Jean Maurice, maire honoraire de Lanester), Images et mémoire de Lanester, Lanester, Éd. à compte d’auteur,‎ 1999 (ISBN 2-9505821-9-2)
  • Dominique Le Guidec, Un arsenal et des hommes, Le Faouët, Liv'Éditions, coll. « Libre expression »,‎ 1995
  • Yann Lukas (préf. Jean-Pierre Anfré, maire de Lanester), Lanester, histoire d’une ville, Quimper, Éd. Palantines,‎ 1999 (ISBN 2-911434-08-0)
  • Mairie de Lanester, Lanester, histoire d’une Libération, Lanester, Éd. à compte d’auteur (Atelier d’Impression Lorientais),‎ 1995
  • Jean-Noël Retière, Identités ouvrières : histoire sociale d’un fief ouvrier en Bretagne 1909-1990, Paris, Éd. L’Harmattan,‎ 1995
  • Claude Le Colleter, Lanester, rivages d'histoires et de légendes, Liv'Éditions,‎ 2008

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :