Kergrist

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kergrist
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Pontivy
Canton Cléguérec
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Pontivy
Maire
Mandat
Bruno Servel
2014-2020
Code postal 56300
Code commune 56093
Démographie
Gentilé Kergristois, Kergristoise
Population
municipale
649 hab. (2011)
Densité 22 hab./km2
Population
aire urbaine
42 209 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 08′ 50″ N 2° 57′ 17″ O / 48.1472222222, -2.9547222222248° 08′ 50″ Nord 2° 57′ 17″ Ouest / 48.1472222222, -2.95472222222  
Altitude 129 m (min. : 79 m) (max. : 166 m)
Superficie 29,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Kergrist

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Kergrist

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Kergrist

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Kergrist

Kergrist [kɛʁgʁist] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

Le nom breton de la commune est Kergrist. Vient du breton et signifie « Ville du Christ »

Géographie[modifier | modifier le code]

Kergrist est une commune située au nord du département du Morbihan et qui fait partie du canton de Cléguérec et de l'arrondissement de Pontivy, à la limite entre le Morbihan et les Côtes d'Armor.

Elle a une superficie d'environ 2 966 hectares pour 652 habitants.

S'étale sur un plateau relief qui est peu marqué. L'altitude moyenne est de 130 m, qui oscille entre 85 m à Perchenic, montant jusqu'à 167 m à l'Est.

Deux ruisseaux ont été classés en 1re catégorie qualité piscicole : « ruisseau de Perchenic » et « ruisseau de Kergal ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom « QUERCHRIST » est mentionné pour la première fois dans diverses circulaires d'abbayes du XIIe siècle mais les Celtes ont bien avant occupé le pays.

En 1205, Alain IV de Rohan a réalisé un don aux moines de Saint-Martin-De-Josse de l'église qui était dédiée à la Sainte-Croix, un culte qui fut propagé par les Templiers. Les moines pourraient être les fondateurs de ce village. La trêve de KERGRIST, paroisse de Neulliac, qui était dépendant de l'Évêché de Cornouaille relève de la Sénéchaussée de la commune de Ploërmel. L'attirance naturelle exercée par l'Évêché de Vannes se manifeste par certains signes comme la dédicace d'une fontaine à Saint-Patern.

Le territoire s'est organisé peu à peu, au XVe siècle, entre 8 à 9 Seigneureries.

En 1600 s'ouvrent différents registres d'état-civil. Elle est érigée en commune à la Révolution, Kergrist est toujours aussi démunie. Mais le XIXe siècle est le début d'un changement. L'abbé Guillôme de la paroisse publie l'un des grands livres de la littérature bretonne présentant de nouvelles méthodes de culture. Grâce au développement des routes, l'électricité et l'essor de l'enseignement au XXe siècle, permettent un désenclavement de la commune qui se développe.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008   Bruno Servel    
2001 2008 Daniel Poulain    
1989 2001 Léon André    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 649 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 112 1 144 1 215 1 054 1 040 1 118 1 020 1 074 1 086
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 045 1 041 1 076 1 130 1 155 1 150 1 146 1 216 1 257
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 248 1 182 1 216 1 134 1 124 1 159 1 147 1 131 1 069
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
933 793 658 645 666 659 655 648 648
2011 - - - - - - - -
649 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église de style gothique du XIVe siècle.
  • Calvaire (1719), près du cimetière.
  • Chapelle Saint-Mérec reconstruite au XIXe siècle avec parties anciennes conservées. Elle a fait l'objet en 2001, de la dépose et repose après restauration de sa voûte peinte, restaurée par l'artiste peintre restaurateur d'art Alain Plesse, à la demande de la conservation du Morbihan.
  • Monument aux morts sur la place de l'Église (guerre de 1914, guerre de 1939, guerre d'Indochine).
  • Monument à la mémoire d'un FFI à Perchenic.

Le festival de Rockabilly[modifier | modifier le code]

Le festival de Rockabilly est un événement musical de punk rock et culturel.

Le Comité des Fêtes a réussi faire de la dixième édition du festival un moment mémorable. Le festival a débuté le jeudi 22 par l'habituel dépôt de gerbe au monument aux morts et par le début du concert à la salle polyvalente. Les festivaliers ont débarqué pour le vendredi soir : concert sur le terrain des sports avec les groupes de punk et rock Hot chicken et Las Pistolas, ... Le samedi a été bien rempli : concert dans le bourg de Kergrist, des motos et des voitures anciennes avaient été prévues pour le rendez-vous, puis les rockers ont donc continué la fête sur le terrain des sports en écoutant les Crazy Cavan et les Hank Cash qui ont enflammés le festival et la piste de danse. Puis, pour dimanche, sous un soleil radieux, sur le terrain des sports, plus de 700 personnes ont été accueillies pour le repas « jarret-frites ». En fin de journée, les Greaze Rockers ont clôturé le festival de l'année. Un Beau succès pour ce dixième anniversaire ! Il faut également remercier tous les bénévoles (en tout près d'une centaine) qui ont pris de leur temps pendant 3 jours pour l'organisation du festival.

Ce festival punk et rock fait partie des évènements les plus importants de la ville. C'est un évènement annuel qui rend la ville très attirante et comme ce festival est en train de grandir, la ville reçoit beaucoup de publicité et se détache des autres communes de ce type dans toute la région grâce à celui-ci. Il a un bel avenir devant lui et, peut-être un jour aura la même influence que le festival des vieilles charrues dans sa catégorie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :