Aulne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir aune.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aulne (homonymie) et Vergne.

L'aulne est un arbre de l'hémisphère nord poussant sur les sols humides, l’aulne ou aune correspond à un genre d'arbre (Alnus) de la famille des bétulacées. Il est encore nommé vergne ou verne.

En plus de Alnus glutinosa, l'aulne glutineux, on distingue en France, surtout dans les Alpes, une autre espèce d'aulne : l'aulne blanc. Il diffère de l'aulne glutineux surtout par son écorce, lisse et grise, alors que celle de l'aulne glutineux est très crevassée. On trouve en Corse l'aulne à feuilles en cœur (Alnus cordata), qui a été introduit comme plante d'ornement un peu partout dans le reste de la France.

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les aulnes sont des arbres de taille moyenne, pouvant atteindre 20 à (rarement) 30 mètres, à feuilles caduques, croissant dans les bois humides ou marécageux, ou encore en bord de cours d'eau. Les fleurs sont organisées en chatons mâles et femelles. Les chatons femelles donnent naissances à des "cônes" ligneux de deux à trois centimètres de longueur, abritant les graines. Alnus glutinosa, l'aulne le plus commun en Europe de l'Ouest, se distingue par ses feuilles largement ovales, crénelées-dentées, et ses jeunes pousses printanières collantes au toucher[1].

Leur bois d'une couleur rouge caractéristique est imputrescible et léger, il est employé notamment pour les pieux de pontons. La couleur rouge puis rosée du bois fraichement coupé ou travaillé ne persiste pas. Elle est dégradée par la lumière.

La rhizosphère de l'aulne encourage des bactéries fixatrices d'azote. L'aulne contribue aussi à la fixation et résilience écologique des berges et ripisylves.

Habitat[modifier | modifier le code]

L'Aulne est, avec le saule et certains peupliers, l'une des espèces les mieux adaptées à l'eau. Ici il émerge de l'eau au bord du lac Bobięcińskie Wielkie en Pologne. Ces trois espèces sont aptes à recéper quand elles sont coupées par le castor avec lequel elles ont coévolué.

Ils sont très fréquents dans les zones humides, sur les berges ou dans les ripisylves, au bord des rivières ou autour des bras morts, où ils peuvent atteindre 25 à 30 mètres. Les aulnes forment des futaies appelées « aulnaies ».

État des populations, pressions réponses[modifier | modifier le code]

  • Les principales espèces d'aulnes ne sont pas considérées comme menacées, mais les aulnaies qui avaient notamment été conservées pour la production d'un charbon de bois apprécié pour les poudreries ont fortement régressé, au profit de la culture de peupliers (populiculture) ou du drainage des zones humides pour leur mise en culture, en pâture ou pour leur urbanisation.
  • La diversité génétique des aulnes a probablement souffert de l'artificialisation et du déboisement des berges et ripisylves des cours d'eau.
  • Une maladie dite « Dépérissement des aulnes glutineux » due à Phytophthora alni et peut-être d'autres cofacteurs progresse en Europe depuis la fin du XXe siècle [2]. Les dépérissements ponctuels d'aulnes signalés depuis le début des années 1900 sporadiquement en Europe semblaient pouvoir tous être expliqués par des problèmes stationnels (aulnes plantés ou ayant poussé dans un milieu ne leur convenant pas ; trop sec, trop acide...). Mais une maladie nouvelle semble prendre de l'ampleur depuis les années 1990, due à une espèce antérieurement inconnue de champignon du genre Phytophthora.
Article détaillé : Aulne glutineux.

Aulnes et champignons[modifier | modifier le code]

Gyrodon lividus, l'une des espèces mycorhiziques des aulnes, qui semble pouvoir être un bio-indicateur des aulnaies dégradées par l'eutrophisation.

L'aulne nourrit de nombreux champignons quand il devient bois-mort ou sénescent, mais il peut aussi établir des symbioses avec certaines espèces. Un inventaire mycologique des peuplements d’aulnes en France (dit « projet Aulnaies ») a été lancé en 2003-2004 (sur 63 sites dominés par l'aulne glutineux et deux par l'aulne blanc) par la Commission Environnement de la Société Mycologique de France. Les aulnaies poussent toujours sur des milieux aux enjeux écologiques importants ; ce programme a cherché à identifier leurs champignons associés, et à donner de nouveaux moyens d'évaluer la valeur de ces boisements et de leur fonge souvent méconnue et négligée par les gestionnaires. 477 espèces ont été identifiées sur ces 63 sites (soit environ 3,5 % de la diversité fongique nationale). Ces espèces ont été réparties comme suit, selon leur fréquence dans les aulnaies : 24 espèces dominantes (espèces mycorhiziques des aulnes, dont par exemple Russula pumila ou Amanita friabilis), 23 espèces caractéristiques, 47 espèces occasionnelles, 104 espèces assez rares, 281 espèces rares et 544 espèces exceptionnelles. Cette étude a montré que les espèces présentes sont principalement liées au niveau trophique, à l’acidité et à l’inondabilité de l'aulnaie (par exemple Lactarius clethrophilus, Lactarius omphaliformis et Cortinarius helvelloides sont associés au caractère oligotrophe du site où malgré une diversité réduite leur présence révèle un intérêt patrimonial très élevé. À l'autre extrême Gyrodon lividus, l'une des espèces mycorhiziques des aulnes, semble pouvoir être un bio-indicateur des aulnaies dégradées par l'eutrophisation). Les saprotrophes de l'aulne les plus courants en France sont des espèces banales et sans spécificité, alors que ces mycorhizateurs sont au contraire bien spécifiques[3].

Ennemis[modifier | modifier le code]

La chenille du papillon de jour (rhopalocère) suivant se nourrit d'Aulne :

Traditions[modifier | modifier le code]

Pour les anciens Bretons, l'aulne était l'arbre de l'union avec les Gaëls. Il faisait partie du bosquet sacré des druides. Chez les Grecs et les Romains, l'aulne était l'arbre de la mort.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Les caractéristiques très nobles de l'aulne en ont fait un des bois les plus prisés dans la fabrication de guitares haut de gamme. Notamment le corps des stratocasters.

Les fruits d'aulnes sont aussi utilisés en aquariophilie pour leurs capacités à réduire le potentiel hydrogène de l'eau, ainsi que leurs branches en tant que décoration.

Le bois de l'aulne est un bon bois de chauffage. Il fournit une chaleur très vive en brûlant et était donc très recherché par les boulangers. Au pays basque, les aulnes étaient coupés en juillet, tronçonnés et fendus en bûches. Le temps de séchage de ces bûches permettait de les utiliser avec un maximum de rendement énergétique au moment de la chauffe des alambics de distillation de l'eau-de-vie domestique.

Comme son bois ne pourrit pratiquement pas dans l'eau, s'il est à l'abri de l'air et de la lumière, on l'utilise pour faire des ponts de fortune dans le cas de franchissement de ruisseaux par un chemin de terre formé au bouteur : on coupe quelques troncs d'aulnes proches, qui sont étendus l'un à côté de l'autre dans le ruisseau, dans l'axe d'écoulement des eaux, et ces troncs sont ensuite recouverts de terre pour faire le passage, l'espace entre les troncs d'aulne permettant à l'eau de s'écouler.

Le bois d'aulne, bien homogène, se tourne et se sculpte facilement. On en fait des ornements de meubles, des maquettes pour l'industrie (surtout avant l'apparition des simulations numérique 3D) et on en faisait autrefois des sabots, des manches de brosse, des jouets, et des ustensiles de ménage. Les bouteilles d'une liqueur verte à base de plantes récoltées dans le massif de Chartreuse étaient vendues autrefois dans des boites cylindriques tournées dans du bois d'aulne.

Sculptures en bois d'aulne

Son tannin a fait utiliser son écorce en tannerie, et en teinturerie et chapellerie (production d'une couleur noire quand l'écorce est mélangée à des sels de fer).

Enfin, le charbon d'aulne était utilisé autrefois pour la poudre à canon, conférant une meilleure qualité à l'explosif.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Attesté vers 1200 sous la forme ausne « bois d'aune »[4]; en 1268-71 aune, arbre[5]; vers 1314 aulne[6].

L'examen de la carte linguistique de « aune » pour le domaine gallo-roman montre au nord d'une ligne Loire-Vosges, le mot aune. Le sud est le domaine des formes issues du gaulois *uerno-. Aune est issu du latin alnus, de même sens, qui, tandis qu'il se heurtait au sud au domaine au substrat gaulois *uerno-, s'implantait au nord grâce à son homophonie avec le superstrat vieux bas francique *alisa[7]. Frings a démontré que le vocabulaire francique du nord de la France, ayant été essentiellement apporté par les Francs du nord-ouest, alnus est entré en contact non pas avec le francique *alira, forme en usage chez les Francs du sud-est dans les régions de la Moselle et du Main, mais avec *alisa, en usage dans les régions de la Meuse, de l'Escaut et du cours supérieur du Rhin (cf. moyen bas allemand et moyen néerlandais else), ce qui expliquerait la forme d'ancien français ausne, si ce S n'est pas seulement graphique. Le maintien du substrat *uerno- dans le domaine d'oc s'explique peut-être par le fait que l'aune, plus fréquent dans ce territoire plus souvent marécageux que dans le nord, a pu y conserver plus facilement sa dénomination primitive.

L'hypothèse d'un croisement entre l'ancien bas francique *alira et les noms d'arbres en -inus tels que fraxinus > Frêne, carpinus > charme[8] est peu vraisemblable, d'autant que aune a de nombreux correspondants en Italie du Nord. D'autre part, il semble difficile de faire dériver aune du latin alnus sans aucune influence étrangère[9],[10]. Son homophonie partielle avec le francique *alisa n'a pu que favoriser son implantation.

Autres termes[modifier | modifier le code]

Les termes vergne ou verne sont les noms génériques de l'arbre uniquement dans le sud de la France. Le mot « verne » ne désigne plus en français standard que l'aulne glutineux. Il procède du celtique (gaulois) *uerno- non attesté mais probable, car il a des équivalents insulaires: breton, gallois gwern, irlandais fern. En breton, il a également pris le sens de « marais » et en irlandais de « bouclier, mât »[11].

Symbolique[modifier | modifier le code]

Dans le calendrier républicain français, le 29 mars est le 9e jour du mois de germinal, et est officiellement dénommé jour de l'Aulne[12].


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nouvelle Flore de la Belgique, du G-D de Luxembourg, du Nord de la France et des Régions voisines, cinquième édition, 2004
  2. Dépérissement des aulnes glutineux dû à Phytophthora alni ; Revue bibliographique. Synthèse des travaux réalisés entre 1999 et 2006 dans le bassin Rhin-Meuse et conseils de gestion Document d'information et conseil publié par l'Agence de l'eau Rhin-Meuse (8 pages) [PDF]
  3. Franck Nicodème Champignons et aulnes : résultats d'une étude écologique'. Thèse Soutenue le 25 mai 2007 Résumé.
  4. Escoufle, éditions H. Michelant et P. Meyer, 5222 ds T.-L.
  5. E. Boileau, Métiers, éditions G.-B. Depping, 284
  6. G. du Bus, Fauvel, éditions A. Pey, 1618.
  7. M. Pfister, Zur romanischen Philologie, t. 88, 1972, pp. 189-190.
  8. Louis Remacle, Revue Linguistique romane, t. 36, 1972, pp. 305-310.
  9. REW3, EWFS2
  10. Feller, Bulletin de la Commission royale de toponymie et de dialectologie., t. 7, 1933, pp. 23-115.
  11. Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise, edition errance 1994.
  12. http://books.google.fr/books?id=vVtWj-W-KP8C&printsec=frontcover&redir_esc=y#v=onepage&q&f=false