Chambord (Loir-et-Cher)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chambord.
Chambord
Mairie de Chambord
Mairie de Chambord
Blason de Chambord
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Blois
Canton Bracieux
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Chambord
Maire
Mandat
André Joly
2014-2020
Code postal 41250
Code commune 41034
Démographie
Gentilé Chambourdins[1]
Population
municipale
127 hab. (2011)
Densité 2,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 36′ 50″ N 1° 31′ 12″ E / 47.6138888889, 1.5247° 36′ 50″ Nord 1° 31′ 12″ Est / 47.6138888889, 1.52  
Altitude Min. 72 m – Max. 129 m
Superficie 54,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte administrative du Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Chambord

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte topographique du Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Chambord

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chambord

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chambord

Chambord est une commune française située dans le département de Loir-et-Cher en région Centre.

La commune est célèbre pour son château et son parc entièrement clos, réserve nationale de chasse où se déroulent notamment les chasses présidentielles[2].

Le village et tout le territoire de la commune de Chambord sont la propriété de l'État français[3] administré sous la forme d'un établissement public à caractère industriel et commercial du nom de Domaine de Chambord[4],[5].

Géographie[modifier | modifier le code]

Pont sur le Cosson au niveau du château de Chambord.

La commune est située à 16 km à l'est de Blois, 55 km au sud-ouest d'Orléans et 165 km au sud-ouest de Paris.

La route départementale 33 traverse la commune d'est en ouest.

L'essentiel de son territoire est occupé par la forêt domaniale de Boulogne.

La forêt est traversée par les routes de la Commission, François Ier, de Saint Dyé, de Bracieux et la rivière Cosson.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

La Guillonnière et la chapelle de Maurepas au centre de la commune, à l’est du bourg, non loin du Cosson.

Le pavillon de Montfraut au sud, à limite de Neuvy.

Le pavillon de Bracieux au sud, à limite de Neuvy et de Tour-en-Sologne.

L’Ormetrou à l’ouest, à la limite de Maslives.

La Hannetière au nord, non loin de la limite de Maslives et Saint-Dyé-sur-Loire.

Le pavillon des Muides et la Gabillière au nord, non loin de la limite de Muides-sur-Loire.

Le Pinay à l’est, à la limite de Maslives.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Chambord
Saint-Dyé-sur-Loire Muides-sur-Loire, Saint-Laurent-Nouan Crouy-sur-Cosson
Maslives Chambord Thoury
Huisseau-sur-Cosson Tour-en-Sologne Neuvy

Les frontières de Chambord et de Crouy-sur-Cosson ne se rencontrent qu’en un quadripoint situé au croisement des routes départementales D103 et D 22.

Carte de la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1491, le domaine est acquis par la couronne de France.

En 1519, François Ier décide de la construction du château de Chambord ; elle s'achève en 1690 sous le règne de Louis XIV.

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Bordchamp[6].

En 1930, le domaine est acquis par l’État français. Aucun habitant ne possède de biens sur le territoire de la Commune qui est toute entière propriété de l'État (domaine privé de l'État pour la forêt de Chambord, domaine public de l'État pour le reste). La Mairie de Chambord ne possède aucun bien, pas-même l'hôtel de ville[7].

En 2005, la commune accueille le départ de la cinquième étape du Tour de France cycliste.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Chambord

Les armes de Chambord se blasonnent ainsi :

D'azur aux trois fleurs de lys d'or accompagnées en cœur d'une salamandre couronnée aussi d'or vomissant des flammes de gueules, dans sa patience du même[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 en cours André Joly    
Les données manquantes sont à compléter.
Domaine de Chambord
Présidents du conseil d'administration du domaine de Chambord
Période Identité Étiquette Qualité
septembre 2007 décembre 2009 Emmanuelle Mignon[9]    
décembre 2009 2011 Pierre Charon[10]    
2012 en cours Gérard Larcher    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 127 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
474 485 417 396 400 352 327 338 354
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
322 308 294 308 308 264 292 436 434
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
401 428 421 316 324 325 286 299 266
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
260 267 220 197 200 185 157 150 127
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,3 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (55,3 %) est supérieur de plus de deux points au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 44,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 13,4 %, 15 à 29 ans = 13,4 %, 30 à 44 ans = 14,9 %, 45 à 59 ans = 37,3 %, plus de 60 ans = 20,9 %) ;
  • 55,3 % de femmes (0 à 14 ans = 12 %, 15 à 29 ans = 25,3 %, 30 à 44 ans = 18,1 %, 45 à 59 ans = 22,9 %, plus de 60 ans = 21,6 %).
Pyramide des âges à Chambord en 2007 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
1,5 
90  ans ou +
3,6 
7,5 
75 à 89 ans
9,6 
11,9 
60 à 74 ans
8,4 
37,3 
45 à 59 ans
22,9 
14,9 
30 à 44 ans
18,1 
13,4 
15 à 29 ans
25,3 
13,4 
0 à 14 ans
12,0 
Pyramide des âges du département du Loir-et-Cher en 2007 en pourcentage[13]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
8,3 
75 à 89 ans
11,5 
14,8 
60 à 74 ans
15,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,6 
20,3 
30 à 44 ans
19,2 
16,2 
15 à 29 ans
14,7 
18,5 
0 à 14 ans
16,7 

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Le château de Chambord
La mairie et l'église de Chambord
  • Le château de Chambord datant du XVIe siècle classé Monument historique en 1840[14] ;
  • Les jardins d'agrément et le parc de chasse du château classés Monuments historiques[15] ;
  • L'église Saint-Louis, construite en 1666 puis remaniée ; la tour-porche est datée de 1855[16] ;
  • La chapelle du lieu-dit Maurepas datant du XVIe siècle[17] ;
  • Les vestiges du château fort au lieu-dit Montfraut, construit au XIVe siècle et détruit au XVIIIe siècle[18] ;
  • La fontaine Caroline datant de 1825[19] ;
  • Le pont des Italiens datant probablement du XVIe siècle, franchissant le Cosson dans l'ouest de la commune[20] ;
  • Le pont Saint-Michel datant probablement du XVIe siècle, franchissant le Cosson dans l'est de la commune[21] ;
  • L'hôtel Saint-Michel, construit au XVIIIe siècle[22] ;
  • Les pavillons disposés aux entrées du parc clos : de Muides, de Thoury, de Monfrault, de Bracieux et de Saint-Dyé ;
  • Les étangs de la Faisanderie, du Périou, de la Thibaudière, des Bonshommes ;
  • Les rives du Cosson.

Classement[modifier | modifier le code]

En 1947, le site fut classé au titre de « réserve nationale de chasse et de faune sauvage »[23].

En 2000, Chambord a bénéficié d’un classement au patrimoine mondial de l'UNESCO dans le cadre de l'inscription du Val de Loire entre Sully-sur-Loire et Chalonnes-sur-Loire[24].

La commune est située dans une zone de protection spéciale du réseau Natura 2000[25].

Transports doux[modifier | modifier le code]

Tracé de l'EV6

L'EuroVelo 6 ou EV6, également connue sous le nom d'« Eurovéloroute des Fleuves », est une véloroute de type EuroVelo qui traverse Chambord en reliant Saint-Nazaire à Constanţa[26]. C'est la plus célèbre des véloroutes européennes, longue de 3 653 km, elle traverse l'Europe d'Ouest en Est, de l'Océan Atlantique à la Mer Noire en passant par dix pays. Elle suit l'itinéraire de trois des plus grands fleuves européens : la Loire, le Rhin et le Danube.

Article détaillé : EuroVelo 6.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilés des communes du Loir-et-Cher
  2. Thomas Legrand, « Le retour des chasses présidentielles », Slate.fr,‎ 7 février 2010 (consulté le 9 février 2010)
  3. [1] domaine public national de Chambord, Conseil d'Etat
  4. Décret no 2005-703 du 24 juin 2005 relatif à l'établissement public du domaine national de Chambord.
  5. Établissement public du domaine national de Chambord, 22 juin 2005, sur le site archives.gouvernement.fr.
  6. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Avis n°386.715 du 19 juillet 2012 du Conseil d'Etat
  8. Le blason de la commune sur Gaso, création de Jean-Paul Fernon, adoptée par délibération du conseil municipal du 31 janvier 1995. Consultation : novembre 2009.
  9. Conseil des ministres du 26 septembre 2007 - Mesures d’ordre individuel, premier-ministre.gouv.fr, 26 septembre 2007
  10. Présidence de la République française, « Décret du 17 décembre 2009 portant nomination du président du conseil d'administration du domaine national de Chambord - M. Charon (Pierre) », Journal officiel de la République française n°0294, page 21954, texte 129,‎ 19 décembre 2009 (consulté le 9 février 2010)
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  12. « Évolution et structure de la population à Chambord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 octobre 2010)
  13. « Résultats du recensement de la population du Loir-et-Cher en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 octobre 2010)
  14. « Le château de Chambord », base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Les jardins d'agrément et le parc de chasse du château », base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « L'église Saint-Louis », base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « La chapelle de Maurepas », base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « Les vestiges du château fort », base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « La fontaine Caroline », base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. « Le pont des Italiens », base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Le pont Saint-Michel », base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « L'hôtel de voyageurs Saint-Michel », base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. Liste des réserves nationales de chasse et de faune sauvage sur le site de l'office nationale de la chasse et la faune sauvage
  24. UNESCO Centre du patrimoine mondial, « Val de Loire entre Sully-sur-Loire et Chalonnes », sur whc.unesco.org, Nations Unis,‎ 2000 (consulté le 15 décembre 2009) ; Mission Val de Loire, « Val de Loire - Périmètre du site inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO », sur www.valdeloire.org, Régions Centre et Pays de Loire,‎ 2006 (consulté le 15 décembre 2009)
  25. Classement du domaine de Chambord en zone de protection spéciale du réseau Natura 2000
  26. EV6 c'est quoi ? - Eurovelo6.org Site édité par le Conseil Régional du Centre. L’EuroVelo 6 Atlantique-Mer Noire est l’un des 12 itinéraires du réseau EuroVelo 6 né à l’initiative de la Fédération européenne des cyclistes (ECF) (...). Son objectif est de suivre trois des plus grands fleuves européens, creusets de la civilisation européenne : la Loire, le Rhin et le Danube. Elle traverse donc la France, la Suisse, l’Allemagne, l’Autriche, la Slovaquie, la Hongrie, la Serbie, la Croatie, la Bulgarie et la Roumanie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]