Assérac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Assérac
Blason de Assérac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Saint-Nazaire
Canton Herbignac
Intercommunalité Communauté d'agglomération Cap Atlantique
Maire
Mandat
Guy Le Gal
2014-2020
Code postal 44410
Code commune 44006
Démographie
Gentilé Asseracais
Population
municipale
1 789 hab. (2011)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 25′ 48″ N 2° 23′ 21″ O / 47.43, -2.38916666667 ()47° 25′ 48″ Nord 2° 23′ 21″ Ouest / 47.43, -2.38916666667 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 49 m
Superficie 32,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Assérac

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Assérac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Assérac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Assérac
Liens
Site web http://www.asserac.fr/

Assérac est une commune de l'ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire). On y a parlé le breton jusqu'au début du XIXe siècle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune d'Assérac dans le département de la Loire-Atlantique
Situation

Assérac est situé au nord de la presqu'île de Guérande, à 7 km au nord de cette ville, au nord-ouest du parc naturel régional de Brière.

Les communes limitrophes sont Herbignac, Saint-Molf et Mesquer en Loire-Atlantique, Pénestin, Camoël et Férel dans le Morbihan.

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, Assérac est une commune rurale monopolarisée qui fait partie de l'aire urbaine de Saint-Nazaire et de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Le littoral

Assérac possède une importante façade littorale, formée par :

  • le Traict de Pen Bé, un bras de mer dans lequel se trouve exploitations ostréicoles et mytilicoles, ainsi que plusieurs plages ;
  • la grande baie de Pont-Mahé (qu'elle partage avec la commune de Pénestin) appréciée par les pratiquants des sports de glisse et des sports équestre

Toponymie[modifier | modifier le code]

En breton, le nom de la commune est Azereg. Elle possède aussi un nom en gallo, la langue d'oïl locale : Aserac (écriture ELG)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, à cause de l'existence de la Poche de Saint-Nazaire, l'occupation allemande se prolongea à Assérac comme sur l'ensemble des localités voisines de l'estuaire durant 9 mois de plus (d'août 1944 au 11 mai 1945), la reddition effective de la poche intervenant 3 jours après la capitulation de l'Allemagne.

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Gironné d'or et d'azur de huit pièces.
Commentaires : Ces armoiries (toute comme la devise de la ville) sont celles de l'ancienne famille d'Assérac (écartelé d'or et d'azur), sortie de Tournemine et connue dès le XIe siècle. Assérac est devenu marquisat en 1574 au profit de Jean de Rieux. Blason (délibération municipale du 8 février 1972) enregistré le 19 juillet 1972.

Devise[modifier | modifier le code]

La devise d'Assérac : Franc à tout venant.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 Alain Turk[2] UMP  
2008 2014 Marcel Bourigault Divers gauche  
2014 en cours Guy Le Gal Divers gauche ostréiculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 789 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 349 1 346 1 424 1 416 1 742 1 708 1 655 1 709 1 786
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 757 1 678 1 809 1 828 1 851 1 845 1 866 1 817 1 780
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 678 1 717 1 755 1 533 1 440 1 336 1 314 1 213 1 218
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 179 1 151 1 079 1 128 1 239 1 361 1 568 1 668 1 789
2011 - - - - - - - -
1 789 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4]. , pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[5], pour le recensement 2005 : base Cassini de l'EHESS)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,6 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) tout en étant toutefois supérieur au taux départemental (20,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,7 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

Pyramide des âges à Assérac en 2009 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,5 
4,2 
75 à 89 ans
8,8 
14,9 
60 à 74 ans
16,4 
20,3 
45 à 59 ans
19,4 
23,0 
30 à 44 ans
20,0 
13,5 
15 à 29 ans
12,9 
23,8 
0 à 14 ans
22,1 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis de Champsavin, (1867-1916), officier et cavalier français, y est né.
  • Olivier Guichard, (1920-2004), chef de cabinet du Général De Gaulle puis ministre, possédait une demeure à Asserac au lieu-dit Ker Olivier. La place de l'église porte à présent son nom. En 2003, trois personnes se réclamant de la cause bretonne tentèrent de déboulonner les plaques portant le nom d'Olivier Guichard.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  2. « Municipales : le maire d'Assérac ne se représente pas », Ouest-France,‎ 16 janvier 2008 (lire en ligne)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  5. « Assérac 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 31 décembre 2012).
  6. « Résultats du recensement de la population - Assérac - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  7. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).