Chronologie de l'histoire de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Histoire de Paris.
Les limites de Paris depuis le IVe siècle.

Présentation chronologique, par date, d'évènements historiques de la ville de Paris la capitale de la France.

Vieux Paris devant la tour Eiffel à l'expo universelle de 1900

Préhistoire[modifier | modifier le code]

La rue des Pirogues-de-Bercy, lieu où ont été découvertes des pirogues du néolithique.
  • 4200 av. J.-C. Attestation d’habitation permanente à Paris. Lors de fouilles en 1991 à Bercy, mise au jour de plusieurs pirogues en chêne, un arc et des outils, entre autres.

Antiquité[modifier | modifier le code]

  • Entre 100 et 200.
  • Vers 250.
    • Martyre du premier évêque de Lutèce, saint Denis. Ce dernier fut l’un des sept évêques envoyés en Gaule pour l’évangéliser. Les succès enregistrés provoquèrent la haine des païens qui le firent décapiter sur la colline de Montmartre. La légende précise que saint Denis prit alors sa tête dans ses mains ; c’est la représentation la plus classique du futur saint patron de la France.
  • 275 ou 276.
    • Saccage probable par des envahisseurs germains de la rive gauche de la cité.
  • 291-292.
  • Vers 300.
    • Lutèce devient Paris.
  • Vers 308.
    • Construction d’un rempart autour de l’île de la Cité afin de la protéger des envahisseurs germains.
  • 346.
    • Vingt jours consécutifs de pluie en mars. Inondations.
  • 350.
  • 358.
    • Février à juillet 358. Le césar Julien est présent à Paris avant de partir en campagne contre les Alamans et les Francs.
  • 359-360.
    • Julien est présent à Paris après sa campagne victorieuse. Il séjourne probablement au palais qui devait se trouver à la pointe de l'île de la Cité, sur un lieu qui a été ensuite occupé par les rois mérovingiens. L'empereur demandant le transfert de deux ses légions sur le Danube, les troupes de Julien refusent et le proclament Auguste à Paris. Il le devient à la mort de Constance II en 361. Dans son Misopogon Julien indique : « Je passai l'hiver dans ma chère ville de Lutèce, elle est située dans une petite île, ou l'on n'entre que par deux ponts de bois (le pont au Change et le petit Pont). Il y croit un excellent vin, on commence à connaitre l'art d'y élever des figuiers.... »
  • 360.
    • Concile à Paris sur l’hérésie arianiste. Cette doctrine religieuse due au prêtre Arius ne reconnaît ni la divinité du christ, ni l’autorité du pape. Elle a été condamnée au premier concile de Nicée, en 325. Ce mouvement religieux chrétien s'est diffusé auprès de certains peuples germaniques, goths et burgondes. Les invasions de ces peuples va permettre à l’arianisme de s’imposer peu à peu à travers les parties de l'Europe qu'ils occupent progressivement. Paris devient, plus que Rome elle-même, la ville la plus hostile à l'arianisme et s'attache à rester fidèle au christianisme romain, le catholicisme.
  • 365.
  • 366.
    • Vers juin 366. Second séjour de Valentinien Ier à Paris. On lui apporte la tête de Procope vaincu par Valens. Il y reçoit Jovin, maître de la cavalerie, qui a vaincu les Alamans.
  • 383.
  • Vers 385.
    • Passage à Paris de saint Martin qui guérit un lépreux à la porte Nord de la cité par un simple baiser et une bénédiction.
  • 397.
    • Novembre 397. « été de Saint-Martin » du 8 au 11 novembre : « les roses refleurissent ».
Sainte Geneviève
  • 451.
    • Geneviève de Paris exhorte les habitants à ne pas fuir face à l'approche des Huns d'Attila (qui se dirigera finalement vers Orléans). Ses mots restent célèbres : « Que les hommes fuient, s’ils veulent, s’ils ne sont plus capables de se battre. Nous les femmes, nous prierons Dieu tant et tant qu’Il entendra nos supplications ». Elle devient le personnage le plus en vue de la cité.
  • 464-465.
  • Vers 475.
    • Construction d’une basilique à l’emplacement du tombeau de saint Denis.
  • 486.
    • Sainte Geneviève négocie avec Clovis la soumission de Paris à son autorité. Clovis vient de remporter une victoire décisive sur le romain Syagrius, mais sainte Geneviève lui interdit toute entrée à Paris. Il assiège la ville où une famine se déclare. Sainte Geneviève organise le ravitaillement, et Clovis lève le siège. Cette situation tendue entre Paris et Clovis perdure pendant dix ans. Paris est alors un îlot catholique au milieu d’un océan dominé par l’arianisme, et sainte Geneviève ne veut pas couper définitivement les ponts avec Clovis, roi païen et pas arianiste comme tous les autres rois barbares. La défaite de Syagrius, « le dernier des Romains », marque la césure parisienne entre l'Antiquité et le Moyen Âge, ou plutôt l'Antiquité tardive.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Haut Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Bateau viking

XIe siècle[modifier | modifier le code]

XIIe siècle[modifier | modifier le code]

Notre-Dame

XIIIe siècle[modifier | modifier le code]

XIVe siècle[modifier | modifier le code]

  • 1302 :
    • Réunion à Notre-Dame des premiers États Généraux, afin d’apporter un soutien au roi Philippe le Bel contre le pape Boniface VIII.
  • 1304 :
    • Installation des changeurs sur le Grand-Pont qui prend désormais le nom de Pont au Change.
  • 1305 :
    • À la suite de travaux de réfection du Pont au Change, les changeurs peuvent exercer sur la rive attenant au Châtelet : Les changeurs, qui se contentaient jusque là d’effectuer le change entre les diverses monnaies européennes, deviennent depuis peu des prêteurs ; on appelle ces derniers les Lombards (16 changeurs et 20 lombards en 1292).
  • 1306 :
    • Crue de la Seine[6]
    •  : Expulsion des juifs de Paris et confiscation de leurs biens.
    •  : Émeute contre la hausse des loyers. Le roi est même assiégé par la foule au Temple.
  • 1307 :
  • 1310 :
  • 1311 :
  • 1313 :
Jacques de Molay et Geoffroy de Charnay sur le bûcher
Étienne Marcel
Salle parisienne de jeu de paume

XVe siècle[modifier | modifier le code]

Plan de Paris (1422)

XVIe siècle[modifier | modifier le code]

Départ des troupes espagnoles de Paris.

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

En janvier 1608 la Seine gèle (tableau Patineurs sur la Seine en 1608, École française, musée Carnavalet)
Hôtel des Invalides

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

  • 1702 :
    • Paris compte 20 quartiers, 14 faubourgs et 2 villages.
  • 1708-1709.
    • Hiver glacial. -−23,1 °C le 13 janvier à Paris. L’hiver le plus froid « depuis longtemps ». Pendant 10 jours consécutifs, la température est inférieure à -−10 °C à Paris. Record jamais battu. Record de -−26 °C à Paris. Vague de grand froid du 6 au 23 janvier et très froid du 13 au 20 janvier. La Seine gèle.
    • Grande famine avec environ 1,4 million de morts en France. Paris est approvisionné pour la première fois le 5 avril. Dégel en avril.
  • 1711 :
    • Crue de la Seine[6]
  • 1717
  • 1719 :
    • Crue de la Seine
  • 1720 :
  •  : Antoine-Joseph comte de Horn[23],[24] est roué vif en place de Grève.
  • 1721 :
  • 1722 :
  • 1726 :
    • Crue de la Seine[6]
  •  : Étienne-Benjamin Deschauffours est étranglé puis brûlé en place de Grève.
  • 1733 :
    • Crue de la Seine
  • 1739-1740.
    • Hiver glacial. 75 jours de gelées à Paris, dont 22 consécutifs. La Seine gèle sur 40 cm de profondeur. Froid d’octobre à mars.
  • 1740 :
  • 1741 :
    • Edmond Jean François Barbier indique pour le mois de janvier : « D’un côté, la plaine de Grenelle et tout le canton des Invalides, le grand chemin de Chaillot, le Cours et les Champs-Elysées, tout est couvert d’eau. Elle vient même par la porte Saint-Honoré jusqu’à la place Vendôme. Le quai du Louvre, le quai des Orfèvres, le quai de la Ferraille, le quai des Augustins, la rue Fromentau jusqu’à la place du Palais-Royal, tout est en eau. Le côté de Bercy, de la Râpée, de l’Hôpital Général, de la porte et quai Saint-Dernard, c’est une pleine mer. La place Maubert, la rue de Bièvre, la rue Perdue, la rue Galande, la rue des Rats et la rue du Fouarre, c’est pleine rivière. Toutes les boutiques sont fermées ; de tous les côtés on est réfugié au premier étage, et c’est un concours de bateaux, comme en été, au passage des Quatre-Nations (l’Institut). La place de Grève est remplie d’eau, la rivière y tombe par-dessus le parapet… Dans les rues de Paris où il y a des égouts, l’eau de la rivière y gonfle, se répand dans la rue et il faut y passer dans des bateaux ou sur des planches. La rue de Seine, faubourg Saint-Germain, est remplie d’eau qui entre des deux côtés dans les maisons… On ne passe que sur le Pont-Royal et sur le Pont-Neuf… On a vu dans la place Maubert porter le Bon Dieu dans un bateau… Il y eut quelques maisons détruites et renversée par les eaux, entre autres une, rue Saint-Dominique vis-à-vis le couvent de Belle-Chasse, appartenant à M. le duc de Saint-Simon ; il y en avait une partie vieille et l’autre rebâtie à neuf. La partie vieille a résisté… Il y a des ordres pour visiter les fondemens quand la rivière sera retirée et le dommage sera considérable… »[6]
  • 1748
  • 1750
  • 1751 :
    • Crue de la Seine[6]
  • 1757 :
  • 1764 :
    • Crue de la Seine
Incendie de l'Hôtel-Dieu (Genillion, musée Carnavalet).
 : Bonaparte fait tirer à mitraille sur les sectionnaires, Histoire de la Révolution d'Adolphe Thiers, 1866, illustration de Yan' Dargent

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Architecture haussmannienne
Affiche de la Commune de Paris
Tour Eiffel
Vue de l'accident.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Libération en août 1944

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Nouveau tramway parisien

Superficies successives de Paris[modifier | modifier le code]

Superficies successives de la ville de Paris  [modifier]
Enceinte Époque Superficie
(hectares)
Enceinte gauloise Sous Jules César, -53 9[35] ?
Île de la Cité et rives[36] Ier à IIIe siècles 53[37]
Enceinte gallo-romaine + rives[36] Sous Julien, en 358 et 375 38,79
Enceinte carolingienne Après Eudes, Entre 898 et 1190 ?
Enceinte de Philippe Auguste Sous Philippe Auguste, en 1190 et 1211 252,87
Enceinte de Charles V Sous Charles V et Charles VI, en 1367 et 1383 439,18
Sous François Ier et Henri II, en 1553 et 1581 483,61
Enceinte de Charles IX et Louis XIII Sous Henri IV 567,82
Sous Louis XIV, en 1671 et 1686 1 103,91
Sous Louis XIV et Louis XV, en 1715 et 1717 1 337,08[38]
Mur des Fermiers généraux Sous Louis XVI, en 1788 3 370,36[39]
En 1817 3 439,68
Fortifications Thiers En 1860 7 088
Périphérique + les bois En 1990 10 540
Sources : Recherche statistiques sur la Ville de Paris..., 1821[40] (chiffres de Verniquet
de 358 à 1788) ; Ier à IIIe siècles, 1860 et 1990 : site de la mairie de Paris[41]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les deux Paris: les représentations de Paris dans la seconde moitié du XIXe siècle Par Jean-Pierre Arthur Bernard
  2. Le vaisseau de Lutèce.
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Jean de La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris (1817)
  4. Grégoire de Tours Histoire des Francs
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t et u Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle volume 12
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae, af, ag, ah, ai, aj, ak, al, am, an, ao, ap, aq, ar, as, at, au, av, aw et ax Revue des Deux Mondes - 1910 - tome 56.djvu/157
  7. Le pont Charles-le-Chauve
  8. L'Île de la Cité et ses ponts , op. cit., pp. 109-112
  9. Philippe Lorentz et Dany Sandron, Atlas de Paris au Moyen Âge, Paris, Éditions Parigramme, , 200 p. (ISBN 978-2-84096-402-5), p. 25
  10. Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris de Jean de La Tynna
  11. Butte située dans le Jardin des plantes de Paris
  12. Clos de Lias également connu sous le nom de clos de Laas
  13. Histoire physique, civile et morale de Paris, Volume 1 de Jacques-Antoine Dulaure page 144
  14. Guide pittoresque de l'étranger dans Paris et ses environs, page 27, de Jules Renouard
  15. a et b Les Travaux souterrains de Paris, volume 5, page 245 et suivantes, par Eugène Belgrand
  16. Histoire de Saint-Louis par Joinville page 31
  17. Le Dit des rues de Paris
  18. Jacques du Chastelier, évêque de Paris en sera victime
  19. a, b, c et d Les poètes français depuis le XIIe siècle jusqu'à Malherbe Tome III par Auguis pages 462 à 470
  20. Henri-Louis Bayard : Mémoire sur la topographie médicale du IVe arrondissement de Paris
  21. 22 juin 1627. Les comtes Bouteville et des Chapelles sont décapités après s'être battus en duel.
  22. Encyclopédie méthodique: Agriculture, Volume 3,Partie 1 Par Alexandre Henri Tessier
  23. Mémoires de Saint-Simon, tome 17 chapitre 21 ; Maison de Horn ou Hornes
  24. Le comte de Horn, parent du Régent : roué comme un vulgaire voleur
  25. a, b, c, d, e, f, g, h et i Les travaux souterrains de Paris : La Seine, page 310, par Eugène Belgrand
  26. Les bataillons de volontaires de Paris
  27. historique du 1er bataillon des volontaires de Paris
  28. La Conspiration de 1816 - Paris
  29. Les OUBLIÉS de 1816 : TRIPLE exécution
  30. Procès de la conspiration des patriotes de 1816, au nombre de vingt-huit
  31. L'emplacement de la galerie de Fer est désormais occupé par le siège central du Crédit lyonnais
  32. Obsèques du général Foy
  33. a et b Loi sur l'extension des limites de Paris (du 16 juin 1859), dans le Bulletin des lois de l'Empire français, t. XIV, XIe série, no 738, 3 novembre 1859, p. 747–751, [lire en ligne]
  34. Décret du 3 novembre 1859 qui fixe les dénominations des vingt arrondissements municipaux de la ville de Paris, dans le Bulletin des lois [lire en ligne]
  35. Verniquet donnait le chiffre de 15,23 ha mais qui est plus qu'incertain puisque l'emplacement même de la ville gauloise fait encore l'objet de débats. La Lutèce gauloise sur le site Paris, ville antique du Ministère de la Culture parle d'un « agrégat d’îlots autour d’une île principale dont la superficie originelle n’excédait pas 9 hectares » tout en précisant que la localisation de la Lutèce Gauloise, mentionnée pour la 1re fois par Jules César en -53 n'est pas certaine. Le site de la Mairie de Paris indique quant à lui 2 ha pour « l'île de la cité des Parisii (56 av. J.C.). » Sans compter les interrogations soulevées par la découverte de vestiges d'une importante ville gauloise sur le site de Nanterre (voir Lutèce, ville fantôme, Le Monde, 25.07.2009).
  36. a et b Voir la reconstitution 3D de la ville du Bas-empire et celle de la ville du Haut-Empire sur le site Paris, ville antique du Ministère de la Culture. La ville était plus étendue à l'époque du Bas-Empire (-27-235) et connut une régression urbaine au Haut-Empire (235-476) avec une concentration sur l'île de la cité fortifiée.
  37. Le site de la Mairie de Paris donne 53 ha pour la « Lutèce Gallo-romaine (Ier à IIIe siècle) ».
  38. Le site de la Mairie de Paris donne 1 709 ha sous Louis XV.
  39. Le site de la Mairie de Paris donne 3 441 ha.
  40. Recherches statistiques sur la Ville de Paris et le département de la Seine, année 1821, tableau n°7.
  41. Superficie de Paris dans Historique et évolution sur le site de la mairie de Paris.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Préfecture du département de la Seine et comte Chabrol de Volvic (dir.), Recherches statistiques sur la ville de Paris et le département de la Seine : année 1821, Paris, Imprimerie royale, , 2e éd. (lire en ligne), « tableau n°7 ». , [compte rendu en ligne].
  • Alfred Fierro, Histoire et dictionnaire de Paris, p. 537 à 658. Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]