Attentat contre Charlie Hebdo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Attentats de janvier 2015 en France.
Attentat contre Charlie Hebdo
Image illustrative de l'article Attentat contre Charlie Hebdo
Journalistes, secouristes et policiers, rue Nicolas-Appert, après la tuerie au journal Charlie Hebdo.

Localisation 10, rue Nicolas-Appert et rues avoisinantes
75011 Paris (France)
Cible Collaborateurs de Charlie Hebdo
Coordonnées 48° 51′ 33″ Nord 2° 22′ 13″ Est / 48.859145, 2.370139
Date
Vers 11 h 30 (UTC+1)
Armes Kalachnikov AKM
Morts 12
Blessés 11
Auteurs Chérif et Saïd Kouachi
Organisations Drapeau d'Al-Qaïda dans la péninsule Arabique Al-Qaïda dans la péninsule Arabique (AQPA)[1]

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Attentat contre Charlie Hebdo

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Attentat contre Charlie Hebdo

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Attentat contre Charlie Hebdo

L’attentat contre Charlie Hebdo est une attaque terroriste islamiste perpétrée contre le journal satirique Charlie Hebdo le à Paris, jour de la sortie du numéro 1 177 de l'hebdomadaire. C'est le premier des attentats de janvier 2015 en France.

Vers 11 h 30, les frères Chérif et Saïd Kouachi pénètrent dans le bâtiment abritant les locaux du journal armés de fusils d’assaut et y assassinent onze personnes, dont huit membres de la rédaction.

Les victimes de la tuerie sont les dessinateurs Cabu, Charb, Honoré, Tignous et Wolinski, la psychanalyste Elsa Cayat, l'économiste Bernard Maris, le policier Franck Brinsolaro qui assurait la protection de Charb, le correcteur Mustapha Ourrad, Michel Renaud, fondateur du festival Rendez-vous du carnet de voyage invité pour l'occasion, et Frédéric Boisseau, un agent de la société Sodexo, chargée de la maintenance du bâtiment.

Un gardien de la paix, Ahmed Merabet, est tué sur le boulevard Richard-Lenoir par l'un des deux criminels, au cours de leur fuite. Le bilan final est de douze personnes assassinées et de onze blessées, dont quatre grièvement.

Les deux auteurs de la tuerie sont tués deux jours plus tard — au nord de Paris, à Dammartin-en-Goële — par les membres du GIGN qu'ils attaquaient au fusil d'assaut en sortant de l'imprimerie où ils s'étaient retranchés. Les assassins se réclamaient d'Al-Qaïda dans la péninsule Arabique (AQPA), qui revendique ensuite officiellement l'attentat.

Parallèlement, un complice des frères Kouachi, Amedy Coulibaly, assassine Clarissa Jean-Philippe, une policière municipale à Montrouge le 8 janvier puis, le lendemain, tue quatre personnes de confession juive au cours d'une prise d'otages dans une supérette casher porte de Vincennes, qui s'achève le même jour avec sa mort lors de l'assaut policier.

Le retentissement de ces événements est considérable, aussi bien en France qu'à l'étranger : des manifestations de soutien ont lieu dans de nombreuses villes de France et dans le monde. Quarante-quatre chefs d'État et de gouvernement participent à Paris à une « marche républicaine » le dimanche 11 janvier 2015, qui rassemble plus d'un million et demi de personnes, tandis que sur deux journées, plus de quatre millions de Français défilent sur tout le territoire.

Le numéro 1178 de Charlie Hebdo, publié le 14 janvier, est tiré à près de huit millions d'exemplaires et l'intégralité des recettes du premier million sera versée aux familles des victimes.

Contexte[modifier | modifier le code]

La France a été menacée à de nombreuses reprises lors de ses différentes opérations extérieures en Afrique et au Moyen-Orient par des mouvances terroristes islamistes (Al-Qaïda, Daesh…) allant jusqu'à annoncer des attaques sur le sol français. De nombreux projets d'attentats ont ainsi été déjoués durant les semaines précédant cette fusillade[2],[3].

Charlie Hebdo fait régulièrement l'objet de menaces[4] et de procès, notamment de la part du monde politique, en particulier de l'extrême droite[5]. Le journal, dont la ligne est ouvertement athée et anticléricale, a toujours fait de la critique de la religion, et en particulier des intégristes religieux, l'un de ses chevaux de bataille[6], ce qui lui a valu de nombreux procès intentés notamment par des associations chrétiennes (dont l'AGRIF) et musulmanes[5].

En 2006, l'hebdomadaire fait polémique en publiant douze caricatures de Mahomet déjà parues dans le journal danois Jyllands-Posten. Il est attaqué en justice, notamment par l'Union des organisations islamiques de France et par la Ligue islamique mondiale, qui sont déboutées en première instance et en appel[7].

En 2011, après la parution d'un numéro spécial titré Charia Hebdo critiquant la victoire du parti islamiste Ennahdha en Tunisie, les menaces contre le journal satirique s'intensifient et ses locaux sont la cible d'un incendie criminel provoqué par un jet de cocktail Molotov[8]. Par la suite, les locaux du journal sont régulièrement placés sous protection des forces de l'ordre[9]. En novembre 2011, vingt personnes, dont Olivier Cyran, Houria Bouteldja et Rokhaya Diallo, signent un manifeste contre le soutien exprimé à Charlie Hebdo après cet incendie[10].

En janvier 2013, le journal publie un numéro hors série en deux parties, La Vie de Mahomet, dans lequel Charb raconte en bande dessinée la vie du prophète de l'islam[11].

En 2013, Al-Qaïda dans la péninsule Arabique (AQPA) publie sur le magazine en ligne Inspire une liste désignant onze personnalités occidentales « recherchées mortes ou vives pour crimes contre l'islam » parmi lesquelles figure Charb[12],[13].

En novembre 2013, le rappeur Nekfeu « réclame un autodafé pour ces chiens de Charlie Hebdo » dans une chanson sorti en même temps que le film « La Marche »[14].

Le 7 janvier 2015, au matin de la fusillade, le numéro 1177 de Charlie Hebdo est publié avec, en une, une caricature signée Luz[15] de Michel Houellebecq, dont le dernier roman Soumission, sorti le même jour, décrit la fiction d'une France musulmane[16]. À l'intérieur, l'un des derniers dessins publiés de Charb, titré « Toujours pas d'attentats en France », montre un islamiste armé déclarant « Attendez ! On a jusqu'à la fin janvier pour présenter ses vœux[17] » Quelques minutes avant l'attaque, les comptes Twitter et Facebook de l'hebdomadaire publient, en guise de vœux du nouvel an de la rédaction, un dessin d'Honoré — l'une des futures victimes — qui représente Abou Bakr al-Baghdadi, le chef de l'État islamique, souhaitant la bonne année en déclarant « Et surtout la santé[18] ! ».

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le matin du 7 janvier 2015, comme chaque mercredi à 10 heures 30, débute la conférence de rédaction hebdomadaire de Charlie Hebdo.

Deux hommes[19] cagoulés et habillés de noir, armés de fusils d'assaut de type kalachnikov, entrent au numéro 6 de la rue Nicolas-Appert, qu'ils croient être les locaux de la rédaction de Charlie Hebdo. Ils y trouvent une entreprise audiovisuelle, l’Atelier des archives[20]. Le siège du journal est en réalité au numéro 10[21], un immeuble anonyme[N 1] où il était installé depuis le 1er juillet 2014[22],[20]. Constatant leur erreur, les deux hommes menacent les employés présents, en tirant à travers une porte vitrée, pour obtenir la bonne adresse[20].

Vers 11 heures 20, arrivés au numéro 10, les terroristes tirent sur deux agents de maintenance de l'immeuble qui se trouvaient dans le hall d'accueil, tuant l'un d'entre eux[23] ; ils trouvent ensuite dans l'escalier la dessinatrice Coco, qui partait chercher sa fille. Les deux hommes prennent en otage Coco, et exigent que la dessinatrice les conduise aux bureaux du journal[N 2],[20]. Elle tente de les égarer en les emmenant au troisième étage, alors que la rédaction se trouve au deuxième. Un temps perdus entre les étages, les terroristes menacent un occupant croisé dans l'escalier, puis finissent par trouver le bon palier ; ils obligent alors Coco, sous la menace d'une arme, à faire le code d'ouverture de la porte blindée qui donne accès à la rédaction, puis pénètrent dans les bureaux du journal[25],[20].

Les deux hommes entrent d'abord dans le premier bureau situé après l'entrée de la rédaction, celui où se trouve le webmaster du journal, Simon Fieschi. Ils font feu sur ce dernier, le blessant grièvement. Les personnes réunies dans la salle voisine pour la conférence de rédaction, dont le policier Franck Brinsolaro chargé de la protection de Charb, sont alertées par le bruit mais n'ont pas le temps de réagir[26]. Les Kouachi font irruption dans la pièce. Selon le témoignage des journalistes Laurent Léger et Sigolène Vinson, l'un d'eux crie alors « Allahu akbar[20],[27],[28] ». Ils commencent par demander où est Charb[20],[28] — dessinateur, mais aussi directeur de la publication du journal — puis abattent ce dernier après l'avoir identifié. Ils déclarent ensuite, d'après les témoignages des survivants, « Vous allez payer car vous avez insulté le Prophète[20] », avant de tirer au coup par coup[26] sur le reste de l'assistance, tuant neuf autres personnes[N 3] : sept autres membres de la rédaction, un invité et le policier Franck Brinsolaro, qui a tenté de riposter. Ils sortent de l'immeuble en continuant à faire feu et en criant « Allahu akbar[29] ». En sortant, ils se retrouvent face à une patrouille de police à vélo, sur laquelle ils tirent, faisant un blessé, la scène étant filmé par un témoin. Ils crient à plusieurs reprises « On a vengé le prophète Mohammed » avant de regagner leur voiture, une Citroën C3 II noire stationnée devant l'immeuble, au bout de la rue Nicolas-Appert, à l'angle de l’allée Verte. Ils rechargent alors avec un calme relatif leurs armes[N 4].

Boulevard Richard-Lenoir, à l’endroit où a été assassiné le policier Ahmed Merabet.

Selon François Molins, le procureur de Paris, les assassins prennent ensuite la fuite à bord de leur véhicule[30]. Ils empruntent donc l'allée Verte, voie à sens unique, sur quelques dizaines de mètres et se retrouvent tout de suite face à une voiture de police qui arrive à contresens ; ils s'arrêtent un instant, ouvrent leurs portières et tirent debout à plusieurs reprises, sans faire aucun blessé[N 5]. La voiture de police parvient à faire précipitamment marche arrière sur toute la longueur de la rue déserte jusqu'au boulevard Richard-Lenoir[N 6], laissant le passage aux fuyards, dont l'un — le passager — continue à tirer par sa vitre ouverte. Enfin, ils se retrouvent face à une troisième patrouille constituée de deux policiers, à vélo également, un peu plus loin sur le boulevard Richard-Lenoir[31]. L'un des deux policiers, probablement Ahmed Merabet, leur fait face[32] et tire en direction de la voiture à partir de sa position sur le trottoir de gauche du boulevard. Les deux assaillants sortent alors de la Citroën munis chacun d'un fusil d’assaut de type « kalachnikov », ouvrent le feu et blessent Ahmed Merabet[33],[34] qui tombe sur le trottoir. L'un des assassins s'approche de lui en criant « Tu voulais nous tuer ! ». Le policier lève une main en disant « Non, c'est bon, chef », mais le terroriste l'achève à bout portant d'une balle dans la tête. Les deux tueurs regagnent ensuite leur véhicule en criant à nouveau, avec un doigt levé au ciel, « On a vengé le prophète Mohammed ! » ; ils lancent également « On a tué Charlie Hebdo ! ». Avant de monter dans le véhicule, le passager récupère une de ses chaussures — qui avait été perdue près de la portière environ trente secondes plus tôt au moment de la descente — puis la voiture redémarre en trombe[35],[36]. Pris en chasse par la police, ils percutent un Volkswagen Touran place du Colonel-Fabien, blessant la conductrice[37]. Ensuite, les deux hommes abandonnent leur Citroën à hauteur du 45, rue de Meaux où leur voiture s'est encastrée dans un plot devant une boulangerie, puis ils braquent un automobiliste et lui volent sa Renault Clio. Au propriétaire de la voiture — devant lequel ils se présentent à visage découvert, et qui les décrit comme calmes et posés — ils déclarent « Si les médias t'interrogent, tu diras : c'est Al-Qaïda au Yémen[38] ». Ils se dirigent ensuite vers la porte de Pantin[31],[39]. Les policiers perdent leur trace à cet endroit[40].

Le plan Vigipirate est élevé au niveau « alerte attentats », le niveau maximal, en Île-de-France puis à la Picardie le 8 janvier dans l'après-midi après que les suspects ont été identifiés dans l'Aisne[41]. Le procureur de la République François Molins annonce que le parquet antiterroriste s'est saisi de l'enquête pour assassinats et tentatives d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste, et lance un appel à témoins[21].

Les forces de l'ordre et les services de la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI) identifient rapidement les terroristes comme étant les frères Kouachi. Dans la soirée vers 23 heures, des opérations menées par le RAID ont lieu à Reims, et d'autres menées par l'anti-gang à Gennevilliers et Pantin. Le 8 janvier à h 50 sur RTL, Manuel Valls fait état de plusieurs interpellations[42].

Personnes ciblées[modifier | modifier le code]

Morts[modifier | modifier le code]

Parmi les morts se trouvent huit membres de la rédaction de Charlie Hebdo

Les autres victimes sont :

Les médias annoncent dès le début de l'après-midi la mort de « quatre » dessinateurs, citant Cabu, Charb, Georges Wolinski et Tignous[56]. La mort de Bernard Maris est révélée quelques heures plus tard[57]. Ce n'est que dans la soirée qu'est annoncée la mort du cinquième dessinateur, Philippe Honoré, après qu'un témoignage a permis de l'identifier[58].

Blessés[modifier | modifier le code]

Parmi les blessés[59], on compte les journalistes Philippe Lançon[60] (gravement touché au visage[20]) et Fabrice Nicolino[61] (touché aux jambes[20], déjà victime d'un attentat en 1985) ainsi que le webmaster du journal, Simon Fieschi[20],[62] (le plus gravement touché[20]), le dessinateur et directeur de la rédaction Riss (touché à l'épaule[20]), un second employé du nettoyage (qui se trouvait dans le hall d'entrée)[61]. Deux jours après l'attentat, les blessés légers sortaient de l'hôpital et les blessés graves n'étaient plus en danger de mort[63]. À la date du 8 mai 2015, Simon Fieschi[64], Philippe Lançon et Fabrice Nicolino restent hospitalisés.

Indemnes et absents[modifier | modifier le code]

Parmi les personnes présentes dans les locaux, plusieurs ont survécu sans blessure. Gérard Gaillard — un ami de Michel Renaud qui accompagnait ce dernier — est sain et sauf, s'étant couché à terre au moment de la fusillade[65]. Quatre membres de la rédaction sont également indemnes : la dessinatrice Coco, le journaliste Laurent Léger, qui s'était jeté derrière une table et a pu donner l'alerte par téléphone après la tuerie[66],[27], la journaliste Luce Lapin, qui venait de sortir de la salle de rédaction au moment où les terroristes y ont fait irruption[26], ainsi que la journaliste Sigolène Vinson. Cette dernière rapporte que l'un des terroristes l'aurait épargnée en lui disant : « Je ne te tuerai pas. Tu es une femme. On ne tue pas les femmes. Mais réfléchis à ce que tu fais. Ce que tu fais est mal. Je t’épargne, et puisque je t’épargne, tu liras le Coran ». En partant, il aurait répété, à trois reprises, « On ne tue pas les femmes ». Ils venaient pourtant de tuer la chroniqueuse Elsa Cayat. Plusieurs autres salariés du journal, dont le maquettiste et le directeur financier Éric Portheault (ainsi que la chienne de ce dernier, qui fait office de « mascotte » de la rédaction), sont également indemnes après s'être réfugiés dans des bureaux[67],[28],[26],[68].

Trois collaborateurs du journal qui devaient être présents à la réunion ont échappé à l'attentat parce qu'ils étaient en retard : le critique cinéma Jean-Baptiste Thoret, et les dessinateurs Luz et Catherine Meurisse[69] — ces deux derniers ont ensuite raconté leur après-attentat dans deux albums de bande dessinée : Catharsis[70],[71] pour Luz publié en mai 2015, et La Légèreté[72],[73],[74] pour Catherine Meurisse, publié un an plus tard, fin avril 2016.

D'autres membres étaient absents pour diverses raisons : le rédacteur en chef Gérard Biard[N 10], qui était en vacances à Londres, la journaliste Zineb El Rhazoui, porte-parole de Ni putes ni soumises, en vacances au Maroc, le journaliste Antonio Fischetti[69], qui était à un enterrement, l'humoriste et chroniqueur Mathieu Madénian. Manquaient également le dessinateur Willem, qui n'assiste jamais aux conférences de rédaction[76],[77], ainsi que le chroniqueur et urgentiste Patrick Pelloux, qui était à une réunion de coordination des services de médecine d'urgence[78]. Ce dernier, rapidement informé, se rend immédiatement sur les lieux avec les pompiers et le SAMU afin de porter secours aux victimes[79].

Enquête[modifier | modifier le code]

Cet article ou cette section est lié à une affaire judiciaire en cours.

Le texte peut changer fréquemment, n’est peut-être pas à jour et peut manquer de recul. N’oubliez pas que, dans nombre de systèmes judiciaires, toute personne est présumée innocente tant que sa culpabilité n’a pas été légalement et définitivement établie.
N’hésitez pas à participer ni à citer vos sources.

 

Identification des assassins[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chérif et Saïd Kouachi.
Article connexe : Filière des Buttes-Chaumont.
Photographie en couleur représentant deux hommes arabes ayant entre vingt et trente ans, cheveux courts et barbe courte pour l'un, crâne rasé et visage glabre pour l'autre
Saïd et Chérif Kouachi.

Le procureur de la République de Paris François Molins a précisé lors de sa conférence de presse du 7 janvier 2015 qu'une enquête est ouverte pour les chefs « d’assassinat et tentative d’assassinat, vol à main armée, infraction à la législation sur les armes, le tout en lien avec une organisation terroriste, et association de malfaiteurs criminelle, c’est-à-dire avec le projet de commettre un ou plusieurs crimes[80] ».

L'enquête ouverte par la direction de la police judiciaire de Paris (section antiterroriste de la brigade criminelle) est confiée à la direction centrale de la police judiciaire (sous-direction de l'antiterrorisme) et à la direction générale de la Sécurité intérieure[81]. Un appel à témoin est lancé à destination du public avec l'ouverture d'un numéro vert dédié à l'enquête. Vers 21 h 30, l'agence de presse Reuters informe que trois suspects ont été identifiés à la suite de la découverte d'une carte d'identité dans le véhicule qui a permis la fuite de deux terroristes[82]. La carte aurait été perdue lorsqu'ils se sont changés en tenue civile pour fuir à pied et braquer un second véhicule. Les enquêteurs sont également remontés à eux grâce à des analyses génétiques[83]. Le lendemain, une photocopie de la carte d'identité de Saïd Kouachi, est diffusée par la Police nationale[84].

Selon l'avis de recherche de la Police nationale, l'auteur principal présumé serait Chérif Kouachi, né le 29 novembre 1982[85] à Paris et élevé dans un foyer d'accueil de la DDASS de Rennes, où il obtient son brevet d'éducateur sportif, arrêté en 2005 pour avoir fait partie d'une filière d'envoi de djihadistes français en Irak, après s'être lui-même rendu dans un camp militaire puis en Irak[22]. Le personnage central de cette filière — dite la « filière des Buttes-Chaumont » — est Farid Benyettou, agent d'entretien le jour, prédicateur le soir, incarcéré en 2005 et dont Chérif fut un élève assidu[86].

Emprisonné entre janvier 2005 et octobre 2006, Chérif Kouachi fait en prison la connaissance de Djamel Beghal, qui devient son « nouveau mentor ». En 2008, Chérif Kouachi est condamné à trois ans d'incarcération, dont 18 mois avec sursis : il reste en liberté, sa peine étant couverte par la détention provisoire[87]. Son séjour en prison l'ayant encore radicalisé, il entraîne dans son sillage son frère aîné Saïd[88].

Chérif Kouachi est également cité à plusieurs reprises en 2013 au cours de l'enquête sur la tentative d'évasion de Smaïn Aït Ali Belkacem, ancien membre du Groupe islamique armé algérien condamné pour l'attentat du RER Saint-Michel[89].

Saïd Kouachi, son frère aîné né le 7 septembre 1980 à Paris, connu des autorités pour une garde à vue[90],[91], se rend au Yémen en 2011 pour s'entraîner avec des militants islamistes liés à Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA)[92].

Pendant un temps, le beau-frère de Chérif Kouachi, né en 1996 et originaire de Reims[93], est considéré comme un deuxième complice présumé, selon des informations diffusées par Jean-Paul Ney[94]. Le jeune homme se rend au commissariat de Charleville-Mézières « vers 23 heures après avoir vu que son nom circulait sur les réseaux sociaux[95],[96],[97] ». Son implication dans l'attentat est toutefois récusée[98], d'autant que des camarades de terminale scientifique ont affirmé qu'il était en cours au moment des faits. De source policière, on indique même qu’« aucune charge » ne pèse sur lui[99].

Recherches[modifier | modifier le code]

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Dammartin-en-Goële

(Voir situation sur carte : Dammartin-en-Goële)
Point carte.svg

Au cours de la journée, des perquisitions sont réalisées dans plusieurs villes de la région parisienne, à Reims et Strasbourg, chez des membres de la famille Kouachi[100]. Les suspects auraient été localisés près de Reims, dans le quartier Croix-Rouge – Hauts de Murigny en fin de journée, une perquisition du domicile de Saïd Kouachi étant réalisée dans la nuit. Un hélicoptère survole les lieux, un important dispositif policier se déploie et une opération du RAID se met en place[97]. Leur localisation reste encore hypothétique à minuit, comme le suggère l'avis de recherche national lancé par la police contre trois hommes. I-Télé affirme que l'opération de Reims n'était « qu'une perquisition, une fouille des lieux pour relever des empreintes ADN[95] ». Neuf membres de l'entourage des auteurs présumés de l'attentat ont été placés en garde à vue[101].

Les deux suspects de l'attentat braquent le jeudi 8 janvier vers 9 heures une station essence[102] Avia à Vauciennes[N 11] pour faire le plein et voler de la nourriture. Lourdement armés (ils exhibent au gérant de la station[103] leurs deux kalachnikov et un lance-roquette M80 Zolja[104]), ils sont à bord d'une voiture Renault Clio II grise[105]. Des brigades d'intervention sont mobilisées dans l'Aisne, mais aussi à la porte de la Villette[106]. Ils sont qualifiés « d'armés et dangereux » par les autorités qui estiment qu’ils peuvent bénéficier d’un « réseau de soutien », et craignant « qu’ils puissent, de nouveau, se livrer à un acte sanglant », la préfecture de police de Paris a diffusé dans la nuit un appel à témoins[99]. Des drapeaux djihadistes et une dizaine de cocktails Molotov ont été retrouvés dans la Citroën C3 abandonnée le 7 janvier 2015 dans le 19e arrondissement de Paris par les terroristes[95],[107].

À la mi-journée, le plan Épervier[N 12] est déclenché dans le sud du département de l'Aisne[108]. Le niveau « alerte attentat » du plan Vigipirate a été étendu à la Picardie à compter du jeudi 8 janvier 2015 dans l'après-midi. Des forces militaires sont venues compléter les forces de police conventionnelles soutenues par la BRI, le GIGN, le RAID et le GIPN de Lille[109], ce qui est une première.

En début de soirée, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve annonce que les frères Kouachi font l'objet d'une recherche nationale et d'une fiche bleue d'Interpol[90].

Les forces de police ratissent une zone, rurale et boisée, de quelques centaines de kilomètres carrés, jusqu'à la tombée de la nuit. Des barrages filtrants et des survols en hélicoptère sont maintenus toute la nuit[110].

Le 9 janvier 2015 vers h 10, les deux hommes volent une Peugeot 206 à Montagny-Sainte-Félicité[111], après avoir abandonné leur précédent véhicule dans un chemin[112]. Une course-poursuite s'engage entre les gendarmes et les deux suspects sur la RN2. Vers h 30, ils se retranchent dans une imprimerie à Dammartin-en-Goële[113]. L'imprimerie est rapidement encerclée par les forces de l'ordre. Le GIGN, appuyé par le RAID, mène des négociations avec les deux hommes qui se seraient dits prêts à mourir en martyrs selon le député Yves Albarello présent dans le poste de commande de crise[114],[115].

Vers 10 heures, un journaliste de BFM TV, cherchant à contacter des témoins dans l'imprimerie, parvient à entrer en contact avec les frères Kouachi. Ceux-ci exposent alors leur version des faits : Chérif Kouachi dit avoir été financé et missionné par « Al-Qaida du Yémen » et avoir été formé par Anwar al-Awlaqi, un imam américain d'origine yéménite[116] ; il déclare « On est les défenseurs du Prophète » et précise que pour lui les journalistes n'étaient pas des civils mais des « cibles[117] ».

Dans un premier temps, l'enquête ne montre pas de lien avec une fusillade qui a eu lieu le 8 janvier à h 10, à Montrouge[118], puis finalement le principal suspect est associé au groupe dit « des Buttes Chaumont »[119]. Ainsi le tireur de Montrouge et les frères Kouachi se connaîtraient par cette filière djihadiste[120]. Vers 13 heures, une fusillade a lieu porte de Vincennes à Paris[121] avec prise d'otages dans une épicerie casher. À 14 h 17, la préfecture de Paris diffuse un appel à témoin concernant un homme et une femme qui font l'objet d'un avis de recherche dans le cadre de l'enquête sur la fusillade de Montrouge. Il s'agit d'Amédy Coulibaly et de sa petite amie Hayat Boumeddiene[122]. Vers 15 h 30, Amédy Coulibaly est identifié comme le preneur d'otage de la porte de Vincennes.

Dénouement[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Assaut de Dammartin-en-Goële.

Les forces de sécurité ont donné quasi simultanément l'assaut vendredi après-midi contre les suspects retranchés à Dammartin-en-Goële[123] (Seine-et-Marne) et porte de Vincennes à Paris[124], cette décision provenant du chef de l'État François Hollande depuis 15 heures car « le preneur d'otage de Vincennes a menacé de tuer tous les otages si le GIGN donnait l'assaut à Dammartin où se trouvent les deux frères Kouachi[125],[126] ».

Peu avant 17 heures à Dammartin-en-Goële, les deux suspects seraient sortis de l'usine dans laquelle ils s'étaient retranchés en tirant sur les forces de l'ordre, entraînant leur riposte. Les deux hommes ont été abattus par le GIGN[127]. Un de ses membres est blessé dans l'opération, mais ses jours ne sont pas en danger. Une équipe d'intervention a été hélitreuillée sur le toit de l'imprimerie. Quelques instants plus tard, sur les lieux de la prise d'otages porte de Vincennes, des détonations d'armes automatiques et de grenades assourdissantes ont retenti lorsque des policiers sont entrés dans la supérette casher. Le preneur d'otages, Amedy Coulibaly, est tué et quatre otages sont retrouvés morts, trois d'entre eux ayant été abattus par Coulibaly dès son entrée dans le magasin vers 13 h, et le quatrième tué par Coulibaly un peu plus tard, en essayant de se saisir d'une arme.

Revendication[modifier | modifier le code]

Dans une vidéo diffusée le 9 janvier 2015, Harith al-Nadhari, un responsable religieux d'Al-Qaïda dans la péninsule Arabique — également connu sous le nom d'Al-Qaïda au Yémen, et dont se réclament les frères Kouachi — a menacé la France de nouvelles attaques, sans pour autant revendiquer explicitement les attentats[128],[129]. Harith al-Nadhari est tué par un drone au Yémen le 31 janvier 2015.

Ce même jour dans la soirée, le site de presse américain The Intercept publie un communiqué qui serait la revendication des attaques terroristes menées en France par Al-Qaïda dans la péninsule Arabique (AQPA) : « Le commandement d'AQPA a dirigé l'opération et ils ont choisi leur cible avec attention pour venger l'honneur du Prophète. La cible était en France en particulier à cause de son rôle évident dans la guerre contre l'Islam et les nations opprimées. L'opération est le résultat de la menace du Cheikh Oussama, qui avait averti l'Occident des conséquences de la persistance du blasphème contre les valeurs sacrées des musulmans[130],[131]. »

Le 14 janvier, Al-Qaïda dans la péninsule Arabique revendique l'attentat contre Charlie Hebdo dans une vidéo mise en ligne et où apparaît Nasser Ben Ali al-Anassi. Celui-ci déclare : « Des héros ont été recrutés et ils ont agi, ils ont promis et sont passés à l'acte à la grande satisfaction des musulmans. [...] Nous tenons à préciser à l'intention de la nation musulmane que ce sont nous qui avons choisi la cible, financé l'opération et recruté son chef ». Il affirme que l'opération a été menée sur l'ordre d'Ayman al-Zaouahiri et conformément à la volonté posthume d'Oussama ben Laden. Al-Anassi rend également hommage à Amedy Coulibaly, mais ne revendique pas ses actions[132],[133]. Dans sa communication, l'État islamique, rival d'Al-Qaïda, semble à l'inverse vouloir s'attribuer la paternité de l'attentat, en prétendant que c'est Amedy Coulibaly (qui a prêté allégeance à l'État islamique) qui a armé et financé les frères Kouachi[134].

En mai 2015, Nasser Ben Ali al-Anassi est tué par un drone américain[135].

Événements en relation[modifier | modifier le code]

Montrouge et Vincennes[modifier | modifier le code]

Le magasin Hyper Cacher de la Porte de Vincennes, au lendemain de la prise d'otages.

Au matin du 8 janvier 2015, un homme abat Clarissa Jean-Philippe, une policière municipale stagiaire[136] et blesse grièvement un agent de la voirie dans le sud de Paris, à Montrouge. Un lien avec l'attentat à Charlie Hebdo n'est pas immédiatement établi, mais le tireur est ensuite identifié par les autorités comme Amedy Coulibaly[137],[138],[139],[140]. Emprisonné dans les années 2000 pour des faits de droit commun, Coulibaly était devenu, durant sa détention, proche de Chérif Kouachi et Djamel Beghal[141].

Le 9 janvier, un homme, que les autorités identifient rapidement « à 99,9 % » comme Amedy Coulibaly[142] tue plusieurs personnes et en prend plus de dix autres en otages dans une supérette kasher — de la chaîne Hyper Cacher — porte de Vincennes[143],[139], puis réclame la libération des frères Kouachi qui, au même moment, sont cernés par la police à Dammartin-en-Goële[144]. Les enquêteurs s'orientent vers la piste d'un réseau terroriste, et l'hypothèse selon laquelle la tuerie de Charlie Hebdo pourrait être le point de départ d'une vague d'attentats plus large en France[145]. Coulibaly, qui se réclame de l'État islamique et revendique le fait d'avoir « synchronisé » son action avec celle des frères Kouachi, est tué par les forces de l'ordre en tentant une sortie ; quatre personnes ont été tuées et quatre autres gravement blessées par le preneur d'otages dont trois policiers[146],[147],[148].

Analyses[modifier | modifier le code]

Approche sécuritaire[modifier | modifier le code]

Selon Hugues Moutouh, ancien conseiller du ministre de l'Intérieur Claude Guéant, cet attentat révèle que la France est un « terrain d'action pour les terroristes […] L'engagement de la France sur les théâtres extérieurs, sa détermination à combattre les groupes islamistes en fait une cible privilégiée ». Il analyse la situation terroriste en Occident en détaillant deux types de personnes capables de passer à l'acte : « les individus déséquilibrés, peu idéologisés, mais suffisamment réceptifs au discours islamiste de haine et de mort pour commettre des exactions, et les vrais tueurs qui agissent de façon beaucoup plus calculée ». Pour lui, les auteurs de l'attentat contre Charlie Hebdo font partie de la deuxième catégorie[149]. Moutouh souligne que l'État français a largement adapté sa législation au problème nouveau posé par ces formes de terrorisme, mais il estime que pour aller plus loin, il faut se poser la question « de savoir où l'on doit, en situation de crise et de fort risque terroriste, placer le curseur entre liberté individuelle et sécurité publique. Concrètement, renforcer la détection et le suivi des personnes potentiellement dangereuses a un prix pour une société démocratique comme la nôtre ». Il déclare enfin que la lutte contre le terrorisme en France passe nécessairement par une prévention au niveau de l'ensemble de la société, car la lutte contre la radicalisation d'un individu ne peut être de la seule responsabilité de l'État, mais de sa famille, de son encadrement scolaire ou social[149].

Thibault de Montbrial, avocat membre du groupe de pression Institut pour la justice, affirme quant à lui qu'il y a plusieurs milliers de Français qui « détestent notre système, sont pour certains allés combattre en Syrie, sont des « soldats du djihad » aguerris et sont revenus avec l'objectif de commettre des attentats ». Par ailleurs, il explique que la menace terroriste a évolué depuis les années 1980-1990. À cette époque, il s'agissait essentiellement d'un terrorisme d'État, lié à l'Iran ou à la situation en Algérie, alors qu'à présent il s'agit davantage de très petites unités, bien moins structurées. Selon lui, « le gouvernement n'a pas sous-estimé la menace et a pris les bonnes mesures : la loi visant à interdire les départs pour la Syrie, la mise en place d'une cellule d'urgence pour les familles confrontées au phénomène, les policiers armés en permanence, y compris hors service[150] ».

Portée politique et philosophique[modifier | modifier le code]

Selon Alexis Brézet éditorialiste et directeur de la rédaction du Figaro, cet attentat est une guerre entre le « fanatisme islamiste [et] l'Occident, l'Europe et les valeurs de la démocratie[151] ». Il estime que les terroristes ont volontairement voulu frapper « un mode de vie, des valeurs, une civilisation — la nôtre — pour qui la femme est l'égale de l'homme, les droits de la conscience une exigence non négociable et la liberté d'expression un impératif absolu[151] ».

Pour Robert Badinter, les terroristes tendent un « piège politique ». Ils rêvent d'ouvrir un fossé « entre les musulmans et les autres citoyens », et cherchent pour cela à susciter « la violence intercommunautaire ». Badinter met en garde contre la tentation des lois répressives et des juridictions d'exception, qu'il qualifie de piège tendu par l'histoire aux démocraties, faisant allusion aux conséquences des attentats du 11 septembre 2001. Il appelle à laisser la justice seule régler le sort des terroristes, et à se garder « des amalgames et des passions fratricides[152] ».

Edgar Morin, reprenant la formule de François Hollande, estime que « la France a été frappée au cœur de sa nature laïque et de son idée de liberté ». Il remet dans son contexte l'attentat, et le voit comme « l’irruption, au cœur de la France, de la guerre du Moyen-Orient, guerre civile et guerre internationale où la France est intervenue à la suite des États-Unis ». Rappelant que ceux-ci « ont contribué à la décomposition de nations composites ethniquement et religieusement comme la Syrie et l’Irak », Morin reproche aux États-Unis et à la coalition de ses alliés une politique militaire vouée à l'échec.

Dans une relation de symétrie, il rapproche la présence de la France dans ces conflits avec le fait que l'activité meurtrière au Moyen-Orient est désormais présente à l'intérieur de la France, à l'instar du conflit israélo-palestinien. Il estime par ailleurs que « les œuvres islamophobes de Zemmour et Houellebecq » sont devenues elles-mêmes « les symptômes d’une virulence aggravée » de l'islamophobie en Europe. Constatant le triomphe de « la pensée réductrice », qui réduit le chrétien en croisé et le musulman en terroriste, il prédit une radicalisation de l'anti-islamisme et une aggravation de la peur parmi les Français. En réaction à ce risque de décomposition sociale, il appelle au « rassemblement de tous, comprenant toutes ethnies, religions et compositions politiques[153] ».

Réactions[modifier | modifier le code]

Réactions nationales[modifier | modifier le code]

Texte « Je suis Charlie » écrit en blanc et gris sur un fond noir.
« Je suis Charlie ». Logo utilisé sur les réseaux sociaux et sur la page d'accueil du site Charlie Hebdo après l’attentat.

Les plus grands symboles nationaux rendent hommage aux victimes ; le lendemain de l'attentat, à 20 heures, les lumières de la tour Eiffel ont été éteintes pendant cinq minutes[154]. Le surlendemain et pendant deux jours, l'Arc de Triomphe leur rend hommage à son tour en projetant sur son attique le message « Paris est Charlie[155] ».

Également, une minute de silence a été respectée le lendemain partout en France à 12 heures, en hommage aux victimes[156] : dans tous les services publics, que ce soit les mairies, les institutions, les écoles, les lycées, ou bien même les métros et RER. On notera aussi que de nombreuses enseignes et sociétés privées ont elles aussi participé à cet hommage[157]. Le 8 janvier 2015, François Hollande déclare que « les drapeaux des édifices publics seront mis en berne pendant trois jours ».

Politiques[modifier | modifier le code]

Arrivé peu de temps après la tuerie sur les lieux de l'attentat, avec le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, le président de la République, François Hollande, y dénonce un acte d'une « exceptionnelle barbarie », qu'il nomme « attentat terroriste », et assure que les « auteurs de ces actes, qu'il qualifie de « barbares », seront pourchassés aussi longtemps que nécessaire[158],[159] ». Il affirme également que « plusieurs attentats terroristes avaient été déjoués ces dernières semaines[160] ».

Des réunions de crise sont organisées le jour-même et le lendemain à l'Élysée[161]. Une vingtaine de magistrats est mobilisable à tout moment pour permettre une avancée rapide dans l'enquête[162]. Les responsables politiques, toutes tendances confondues, sont unanimes[163]. Nicolas Sarkozy évoque une « tragédie nationale[164] ». François Bayrou parle d'un « acte de guerre par la terreur[165] ». Jean-Luc Mélenchon parle lui d'« assassinat politique[166] ». Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français, déclare, les larmes aux yeux : « On est tous anéantis. Ça a été un carnage, un massacre[167] ». Marine Le Pen, présidente du Front national et cible récurrente de l'hebdomadaire, évoque un « attentat odieux[168] » et appelle au « refus absolu du fondamentalisme islamique[169] ». Jean-Marie Le Pen déplore quant à lui « la disparition de douze Français » mais ajoute : « je ne suis pas Charlie du tout, je suis Charlie Martel si vous voyez ce que je veux dire[170] ! ». Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, parle d'« une guerre totale entre la liberté d'expression et un nouveau totalitarisme[171] ».

Jeannette Bougrab, ancienne secrétariat d'État à la Jeunesse et à la Vie associative et ancienne présidente de la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité, pointe une responsabilité des Y'a bon awards de Rokhaya Diallo, fondatrice de l'association Les Indivisibles, qui s'était prononcée contre le soutien à Charlie Hebdo après l'incendie des locaux du journal en 2011[172].

Le président François Hollande annonce lors d'une allocution télévisée le 7 janvier 2015 à 20 heures la mise en berne des drapeaux sur les édifices publics pendant trois jours, une journée de deuil national le jeudi 8 janvier accompagnée d'une minute de silence à midi ainsi que l'élévation du plan Vigipirate au niveau « alerte attentat », le plus haut niveau, en Île-de-France. 61 soldats du 48e régiment de transmissions d'Agen se sont ainsi déployés dans toute cette région afin de renforcer les forces déjà en place[173],[174]. Appelant à l'union nationale, François Hollande rencontre le 8 janvier les anciens présidents de la République Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac et Valéry Giscard d'Estaing, ainsi que les présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat, Claude Bartolone et Gérard Larcher. Le 9 janvier, les présidents des autres partis politiques français sont reçus à l'Élysée afin d'échanger sur la situation : Marine Le Pen (Front national), Nicolas Dupont-Aignan (DLF), Robert Hue (mdP), François Bayrou (MoDem), Jean-Luc Mélenchon (PG) et Jean-Pierre Chevènement (MRC)[175],[176].

Une réunion de préparation à une « manifestation silencieuse » à Paris pour le 11 janvier, se tient le 8 janvier dans les locaux de l'Assemblée nationale. Presque tous les partis politiques siégeant au Parlement y sont conviés, à l'exception du Front national, dont certains représentants socialistes ne souhaitent pas la présence dans le défilé. Marine Le Pen déclare qu'« à l’issue d’une réunion, où ont été invités l’ensemble des partis politiques sauf le Front national. Il n’y a plus d’union nationale, elle a disparu de leur fait[177] ». Cette position à l'égard du Front national qui met en jeu « l'adoubement républicain[178],[179] » du parti lepéniste, ne fait pas l'unanimité au sein de la classe politique y compris au Parti socialiste[180]. Jean-Luc Mélenchon, pour sa part, « ne reconnaît pas d'autorité » au Premier ministre pour organiser cette « marche républicaine » à laquelle il participera, préférant cependant que ce soient les syndicats et associations qui appellent au rassemblement[181].

La statue de la Liberté de Colmar, en deuil.

Plusieurs organisations d'extrême gauche, qui ont été proches de certains des journalistes de Charlie Hebdo assassinés, dénoncent la récupération politique par le gouvernement au nom de l'unité nationale et refusent de s'associer à la « manifestation silencieuse » du 11 janvier à Paris[182],[183],[184].

Dans les jours qui suivent, diverses manifestations (marches, commémorations, etc.) sont organisées à l'initiative de divers groupes et institutions. À Colmar, la mairie décide de faire porter le deuil à la statue de la Liberté[185] en la revêtant d'une écharpe noire.

Le mardi 13 janvier, à l'Assemblée nationale, tous les députés quel que soit leur parti politique, chantent l'hymne national, chose qui n'était plus arrivée depuis l'Armistice de 1918[186].

Religieux[modifier | modifier le code]

Le jour même, alors qu'ils sont présents à l'Élysée pour la traditionnelle cérémonie de vœux au président, les responsables religieux condamnent l'attentat. Entouré par ses homologues des autres religions, le pasteur François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France, lit une déclaration commune exprimant la « révolte » des représentants religieux français face à « cet acte odieux […] qui ne peut avoir aucune justification, dans aucune religion, quelle qu’elle soit[187] ».

Georges Pontier, archevêque de Marseille et président de la Conférence des évêques de France déplore « le drame de l’ignorance mutuelle » tandis que le grand rabbin de France, Haïm Korsia, affirme qu'« il faut que dans notre société, quand l’un est faible, quand l’un est attaqué, un autre vienne et lui porte les bras », comparant l'événement à un épisode de l'Exode[187],[188]. Dalil Boubakeur, président du Conseil français du culte musulman, fustige « avec la plus grande détermination l’attaque terroriste d’une exceptionnelle violence[189] ». De même que l'imam Hassen Chalghoumi qui affirme que « c'est une étape qui touche l'ensemble de la manière de vivre ensemble. Les musulmans refusent d'une manière absolue ce radicalisme religieux ; nous n'acceptons pas que cette folie soit la marque des temps actuels où nous voulons vivre en convivialité[190] ». Ce dernier se rendra également, le lendemain, auprès d'un groupe d'imams et de l'écrivain juif Marek Halter, sur le lieu du crime[191].

Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux et camerlingue de la Sainte Église romaine, ainsi qu'un groupe d'imams de France, présents à Rome pour rencontrer le pape François, publient une déclaration commune qui « dénonce la cruauté et la violence aveugle, et qui défend la liberté d'expression, tout en appelant à une information respectueuse des religions et de leurs adeptes[192] ». André Vingt-Trois, archevêque de Paris, exprime également depuis Rome « son horreur et sa profonde compassion pour les familles et les amis des victimes » et condamne cet « acte de barbarie[193] ».

À midi, les cloches de la cathédrale Notre-Dame de Paris sonnent le glas puis une messe en l'honneur des victimes y est célébrée par Jérôme Beau[194], évêque auxiliaire de Paris. Les dirigeants du Conseil français du culte musulman et de l'Union des organisations islamiques de France, ont lancé un appel à consacrer le prêche du vendredi, jour de prière des musulmans, à la condamnation des actes terroristes[195]. Ainsi, le grand imam de Bordeaux, Tareq Oubrou, a condamné de manière très virulente l'attentat, parlant d'« actes pathologiques » et d'« aberration théologiques[196] ». À Lille, Amar Lasfar, président de l'Union des organisations islamiques de France a tenu un discours similaire[197]. D'autres imams ont pu avoir un discours plus réservé[198].

Après la publication du numéro 1178 de Charlie Hebdo, le pape François estime que « la liberté d'expression est un droit fondamental mais ne doit pas insulter les croyances d'autrui[199] ».

Médias[modifier | modifier le code]

Google France rend également hommage aux victimes avec un ruban noir affiché sur sa page d'accueil[200], remplacé par la suite par le logo « Je suis Charlie[201] ». Le dessin d'Honoré publié dans le tweet de vœux de la rédaction est retweeté plusieurs dizaines de milliers de fois en quelques heures, en France puis dans le reste du monde[18].

Du côté des médias télévisés, C dans l'air, sur France 5, réagit à l'événement en diffusant une émission intitulée « La liberté massacrée[202] ». Canal+ lui consacre son Grand Journal et son Petit Journal, puis dans le souci d'« exprimer son soutien à Charlie Hebdo et son attachement à la liberté d'expression[203] », remplace sa programmation prévue par un documentaire inédit à la télévision, Caricaturistes : Fantassins de la démocratie[204].

Les logos des principales chaînes de télévision arborent un ruban noir les jours suivant la fusillade[205].

Le lendemain de la fusillade, soixante-douze titres de la presse française et internationale affichent en une un hommage à Charlie Hebdo[206],[207]. Le journal Le Monde daté du 8 janvier 2015 va même jusqu'à titrer « Le 11-Septembre français[208] ».

Albert Uderzo, qui connaissait Cabu depuis longtemps et en était un grand ami, est sorti de sa retraite pour réaliser un dessin, rendant hommage aux victimes (et notamment à ses confrères dessinateurs), dans lequel « Astérix, tout en disant : « Moi aussi, je suis un Charlie ! », donne une raclée à un ennemi à qui Uderzo, à la place des cothurnes, a dessiné des babouches[209],[210],[211],[212],[213],[214]. ». Il a aussi réagi sur l’événement en publiant, par l'intermédiaire des réseaux sociaux, un dessin inédit, originellement créé à la suite de la disparition de René Goscinny en 1977 mais qui n'avait alors jamais été diffusé (il n'est d'ailleurs qu'à l'état de crayonné), montrant Astérix et Obélix en deuil[215],[216],[217],[218].

Radio France, le groupe Le Monde et France Télévision se sont engagés à fournir les moyens nécessaires (humains et matériels) « pour que Charlie vive[219] ».

Midi olympique, journal consacré à l'actualité du rugby français et international, change son nom en Charlie Olympique pour ses éditions du vendredi 9 et du lundi 12 janvier.

L'équipe, journal omnisports, titre : LIBERTÉ 0 BARBARIE 12[220], pour son édition du 8 janvier.

Actes islamophobes[modifier | modifier le code]

Dans la première nuit qui suit l'attentat, du 7 au 8 janvier, des lieux de culte musulmans sont visés par des tirs d'armes à feu ou de projectiles, sans pour autant faire de victimes, notamment dans les villes du Mans où des grenades d'exercice sont lancées sur une mosquée, et de Port-la-Nouvelle où une salle de prière est visée au pistolet à grenaille[221],[222]. Une explosion d'origine criminelle s'est également produite à Villefranche-sur-Saône, endommageant un snack de kebab situé tout près d'une mosquée[223], le député évoquant « un acte isolé » mais « symbolique[224] ».

Ces attaques font craindre à la presse du monde arabe une montée de l'islamophobie à la suite de l'attentat contre Charlie Hebdo[221]. Comme en Australie après la prise d'otages de Sydney de décembre 2014, des internautes lancent un mot clef solidaire (#voyageavecmoi) pour lutter contre les dérives islamophobes[225].

Dans les jours qui suivent, les actes racistes ou islamophobes se multiplient sur le territoire français avec une fréquence sans précédent. Cette aggravation soudaine est confirmée par la comparaison des chiffres fournis par le ministère de l'Intérieur qui dénombrait en 2014 un total de cent dix actions islamophobes (actes et menaces) pour les neuf premiers mois de l'année[226], contre plus d'une cinquantaine d'actes, menaces ou insultes de ce type recensés en seulement cinq jours, sans compter les incidents survenus dans Paris et sa banlieue[227].

Parmi ces actes commis entre le 7 et le 12 janvier, on peut relever notamment, outre ceux évoqués plus haut[227],[228],[229] :

Devant l'ampleur de ces actes, qualifiée de « jamais vue » par l'Observatoire contre l'islamophobie du Conseil français du culte musulman, le ministre de l'Intérieur annonce le 13 janvier la mise sous protection des lieux de culte musulmans. Dans le cadre du plan Vigipirate, un renfort de dix mille militaires est affecté à la surveillance des édifices religieux. Ces effectifs supplémentaires doivent être déployés dès le 14 janvier, en complément des dispositifs déjà en place autour des écoles et des lieux de culte juifs[230].

Selon un sondage en ligne réalisé par l'institut Ifop entre les 9 et 12 janvier, l'attentat n'a pas provoqué de poussée de l'islamophobie en France « en termes de mesures d'opinion », ce qui faire dire au responsable du sondage que « ces effets sont peut-être plutôt de radicaliser davantage ceux qui étaient déjà islamophobes[231] ».

Le 13 janvier, le journaliste Philippe Tesson, invité sur Europe 1 pour débattre de la laïcité et des établissements scolaires religieux, s'emporte contre les musulmans à plusieurs reprises, provoquant une vive polémique. Évoquant les incidents signalés dans certains établissements après la minute de silence, il déclare notamment : « C'est pas les musulmans qui amènent la merde en France aujourd'hui ? Il faut le dire quoi[N 13],[232],[233] ! » Ces propos entraînent le dépôt d'une plainte pour « incitation à la haine, injures publiques envers une communauté religieuse et diffamation[N 14],[234] », puis l'ouverture d'une enquête préliminaire par le parquet de Paris pour « provocation à la haine raciale », tandis que le Conseil supérieur de l'audiovisuel se saisit du dossier[235].

Sur la base des chiffres communiqués par le ministère de l'Intérieur, au 19 janvier un total de cent seize actes anti-musulmans ont été commis en France depuis les attentats, soit 110 % de plus que l'ensemble des actes dénombrés en janvier 2014 selon l'Observatoire national contre l'islamophobie[236].

Anonymes[modifier | modifier le code]

De nombreux mouvements de solidarité se sont exprimés de façon spontanée sur les réseaux sociaux, comme le hashtag #JeSuisCharlie apparu sur Twitter et Facebook quelques minutes après l'attentat[237].

Des rassemblements ont lieu en France dans la soirée du 7 janvier pour rendre hommage aux victimes de cet attentat, notamment à Paris sur la place de la République[238], ainsi que dans de nombreuses villes telles que Bordeaux, Lyon, Nantes ou Lille. En tout, plus de cent rassemblements se tiennent dans l'Hexagone et plusieurs dizaines dans des villes étrangères[239]. Les personnes rassemblées sur place, dans le silence et dans les applaudissements, brandissent des pancartes où l'on peut retrouver le message « Je suis Charlie » ainsi que des crayons. Au total, on évalue à plus de cent mille le nombre de manifestants en France[240]. Un second rassemblement est organisé à Paris le 8 janvier, place de la République à 18 heures[241].

Le 8 janvier, au matin, de nombreuses gerbes de fleurs sont déposées devant le bâtiment où a eu lieu la fusillade par les proches et les voisins.

Le 10 janvier, des manifestations dans plusieurs villes de France rassemblent sept cent mille personnes[242].

Le 9 janvier, des membres du mouvement hacktiviste Anonymous publient sur pastebin une liste de comptes du réseau social Twitter qu'ils ont identifiés comme des djihadistes[243].

Manifestations des 10 et 11 janvier[modifier | modifier le code]

Une grande manifestation a été organisée le 11 janvier à Paris, au cours de laquelle plus d'un million de personnes a défilé de la place de la République jusqu'à Nation, en l'honneur des victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo et de l'attentat de la porte de Vincennes. Un grand nombre de chefs d'État, chefs de gouvernement et ministres se sont déplacés du monde entier, parmi lesquels Angela Merkel, Donald Tusk, David Cameron et Abdallah II de Jordanie[244]. Cet événement a été marqué par la présence du premier ministre israélien Benyamin Netanyahou et du président palestinien Mahmoud Abbas, qui, malgré le conflit israélo-palestinien, ont manifesté ensemble contre le terrorisme.

Néanmoins, un des représentants internationaux a décidé de ne pas participer à la marche républicaine. En effet, en raison de la diffusion des caricatures du prophète Mahomet lors de la manifestation, le ministre des Affaires étrangères marocain a refusé d'y participer[245]. Toutefois, dans un second communiqué à la suite de celui du roi du Maroc[246], le ministre condamne avec fermeté l'attaque à l'encontre du journal et présente aux familles des victimes ses condoléances[247].

Afin de faciliter les déplacements depuis tout le territoire, la SNCF avait abaissé les tarifs de ses billets[248]. Un important dispositif de sécurité avait été mis en place par le gouvernement pour faire face au risque terroriste[249].

Des marches républicaines ont également eu lieu dans de nombreuses villes de France, comme à Nancy, Rennes, Nantes, Cherbourg, Brest, La Rochelle, Lyon, Strasbourg, Marseille, Angoulême, Clermont-Ferrand, Metz, Dijon, Saint-Étienne, Toulouse, et Bordeaux[250].

Le nombre total de participants aux manifestations en France est estimé aux alentours de quatre millions (environ un million et demi à Paris et deux millions et demi dans le reste du pays)[251]. Aucun chiffre pour la manifestation à Paris ne sera donné, le ministère de l'Intérieur n'ayant pas réussi à compter le nombre de participants vu leur présence dans une zone extrêmement large et dépassant les tracés officiels prévus par les organisateurs.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Soutien aux terroristes[modifier | modifier le code]

Parallèlement à ces très nombreuses manifestations de solidarité[237], des cas d'apologie de l'attentat ont été observés sur Internet : des utilisateurs francophones de Twitter ont lancé des hashtags se réjouissant de la tuerie de masse[252], ce qui a conduit Twitter à supprimer rapidement une série de comptes. Le nombre de messages de ce type est cependant très largement inférieur à celui des messages de solidarité[253],[254]. Le hashtag « JeSuisKouachi » est lancé par des soutiens au terroriste en réponse au Je suis Charlie[255]. En quelques jours, environ quatre mille messages faisant l'apologie des attentats sont signalés à la plate-forme de la police judiciaire[256].

En France, le délit d'apologie publique d'actes terroristes est passible de cinq ans de prison et soixante-quinze mille euros d'amende, peines portées à sept ans de prison et cent mille euros d'amende lorsque l'infraction a été commise en utilisant « un service de communication au public en ligne[257] », c'est-à-dire Internet. De ce fait, toute personne qui diffuserait une apologie des actes commis lors des événements des 7 et 8 janvier 2015 pourrait être poursuivie pour ce motif. Ce délit a été aggravé dans la loi du 14 novembre 2014 sur « la lutte contre le terrorisme[258] » quand il a été déplacé vers le Code pénal, ce qui a eu notamment pour effet d'allonger son délai de prescription[N 15] et de permettre de juger les prévenus sous la procédure de comparution immédiate, ce que la loi n'autorisait pas jusqu'alors.

Omar Bozarhoun, un Strasbourgeois de 30 ans[261], a été condamné le 27 janvier à six mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Strasbourg pour « apologie par voie électronique d’un crime en relation avec une action terroriste » après avoir publié sur Facebook, à la suite de l’attentat, une photo montrant une kalachnikov à terre accompagnée des mots « Bons baisers de Syrie bye bye Charlie »[262]. En appel, sa peine est aggravée de quatre mois supplémentaires[263]. Un lycéen de 19 ans scolarisé à Orange a été condamné à douze mois de prison avec sursis et deux cent dix heures de travaux d'intérêt général pour « apologie d'actes terroristes », après avoir salué les « atrocités commises par les djihadistes sur un réseau social[264] ». Le 13 janvier, le journal Le Monde recense au moins six condamnations pour « apologie publique d'actes de terrorisme » lors de comparutions immédiates, à des peines allant de trois mois à quatre ans de prison ferme[265].

Dans les écoles de France, la minute de silence en hommage aux victimes s'est parfois mal passée. « Madame, me dit-elle, on ne va pas se laisser insulter par un dessin du Prophète, c'est normal qu'on se venge. C'est plus qu'une moquerie, c'est une insulte ! Contrairement au précédent, cette petite pesait ses mots, elle n'était pas du tout dans la provoc. À côté d'elle, l'une de ses amies, de confession musulmane également, soutenait ses propos[266],[267],[268],[269] ». Le Figaro rapporte que, dans une école élémentaire de Seine-Saint-Denis, pas moins de 80 % des élèves d'une classe ont refusé cette minute de silence[270]. Manuel Valls, s'insurgeant contre ces réactions pendant les minutes de silence, déclare : « Ce que l'on peut lire sur Internet, l'attitude, certes minoritaire, de certains élèves montre que le mal est plus profond. Nous devons regarder avec lucidité ce qui se passe : la montée du communautarisme, le refus des valeurs de la République, le rejet de la laïcité. Chacun doit prendre ses responsabilités, chaque citoyen est concerné[271] ». Najat Vallaud-Belkacem précise qu'il y a eu « des sanctions proportionnées à la gravité des faits[272] », et déclare « préparer une mobilisation renforcée de l'École pour les valeurs de la République[273] ». L'agression d'un lycéen de Châteauroux par d'autres lycéens musulmans est également rapportée[274].

À la date du 14 janvier, les médias signalent le nombre important d'actes de soutien aux terroristes révélés par les chiffres du ministère de l'Éducation nationale (au moins deux cents incidents dans les établissements scolaires dont quarante signalés à la police)[275],[276] et du ministère de la Justice (plus de soixante-dix procédures ouvertes pour apologie et menaces d'actions terroristes), dont une concernant Dieudonné[277].

Réactions artistiques[modifier | modifier le code]

De nombreux artistes rendent hommage aux victimes sous différentes formes.

Dessin et bande dessinée[modifier | modifier le code]
Hommage aux cinq dessinateurs tués dans l'attentat, publié par les étudiants du Centre d'enseignement spécialisé des arts narratifs.

Un grand nombre de dessinateurs français et étrangers, anonymes ou réputés manifestent leur soutien.

Un collectif de cent soixante-treize dessinateurs, parmi lesquels Philippe Geluck, Robert Crumb, Zep ou encore Lewis Trondheim, a réalisé un album hommage aux victimes de Charlie Hebdo dont la sortie est fixée au 5 février 2015[278]. L'intégralité des recettes sera versée aux familles des victimes[279].

Le journal de Spirou publie un numéro spécial regroupant des dessins de nombreux auteurs de bandes dessinées. La recette est versée aux familles des victimes et à Charlie Hebdo.

Lors de l'édition 2015 du festival d'Angoulême, qui se déroule moins d'un mois après les événements, les hommages aux morts du journal satirique sont nombreux. Outre un espace dédié aux hommages graphiques des dessinateurs aux victimes et une exposition rétrospective sur le journal, un grand prix spécial est remis à l'hebdomadaire[280]. De plus, les organisateurs créent pour l'occasion, un « Prix de la liberté d'expression », qui, pour la première année, est décerné aux dessinateurs morts dans la fusillade[281].

Musique[modifier | modifier le code]
Concert Charlie Die Gedanken sind frei au Zénith de Strasbourg le 8 février 2015.

Un étudiant, Jean-Baptiste Bullet, musicien amateur, écrit dès le soir de l'attentat une chanson intitulée Je suis Charlie et, dès le lendemain, il publie sur Internet une vidéo de son interprétation, sur l'air de la chanson Hexagone de Renaud, qui a un succès immédiat sur les réseaux sociaux avec plus de 12 millions de vues en quelques jours[282],[283],[284].

Le 8 janvier, La Grande Sophie, Jeanne Cherhal, Emily Loizeau et Camille interprètent sur France Inter, dans l'émission A'Live de Pascale Clark, une nouvelle version du titre Je m'appelle Françoise, qu'elles avaient créé pour le groupe éphémère Les Françoise, qu'elles terminent par « je m'appelle Charlie »[282]. Le 9 janvier, le slameur Grand Corps Malade compose et met en ligne un morceau intitulé #JeSuisCharlie[282]. Oxmo Puccino interprète lui aussi un texte inédit en hommage à Charlie Hebdo lors de l'émission Le Before du Grand Journal[282]. Francis Lalanne publie également une vidéo d'une chanson intitulée Je suis Charlie[282]. Le 12 janvier, Tété met en ligne une chanson titrée L'Arme, jamais[282].

Le groupe de reggae Tryo est également solidaire des victimes de l'attentat avec son morceau Charlie, enregistré le samedi suivant les attentats, et utilise pour le clip des images de Charb, Cabu, Wolinski et Tignous filmées pour les 18 ans de l'association Clowns sans frontières[282]. Le 18 janvier, Mathieu Chedid et sa sœur Anna mettent en ligne une vidéo où ils interprètent une chanson titrée Comme un seul homme[282].

La reprise par Maxime Le Forestier de la chanson de Brassens Quand les cons sont braves sert d'illustration musicale à un spot télévisé diffusé en soutien au journal[285].

Un concert de soutien à Charlie Hebdo organisé par France 2 a lieu le 11 janvier 2015 à la maison de la Radio[286].

Le 8 février 2015, quatre mille personnes assistent à un concert d’hommage « pour ne pas oublier Charlie » au Zénith de Strasbourg, qui mobilise deux cents artistes et techniciens alsaciens bénévoles réunis par Roger Siffer et Jean-Pierre Schlagg sur le thème Die Gedanken sind frei – Les pensées sont libres [287]. Cette chanson qui est un symbole de la résistance à l’oppression et à la terreur depuis plus de deux siècles, est interprétée en français, allemand, anglais, italien, portugais, yiddish, turc et arabe. Ce concert est retransmis par France 3 Alsace[288].

Sculpture[modifier | modifier le code]

L'attentat s'est déroulé au cours du chantier de rénovation de la Tour de la Lanterne située à l'entrée du vieux port de La Rochelle. Le cahier des charges prévoyant de recréer deux gargouilles, l'architecte en chef des monuments historiques, Philippe Villeneuve, a pris l'initiative de leur faire représenter le visage caricaturé des dessinateurs Cabu et Wolinski. Elles ont été dévoilées, à la surprise générale, le 12 octobre 2015 au cours de l'inauguration officielle de la restauration du monument[289].

Autres[modifier | modifier le code]

Guy Bedos regrette d'avoir dit en 2012 à propos des journalistes de Charlie Hebdo, à la suite de la publication des caricatures de Mahomet : « Qu'ils crèvent[290] ! ».

Michel Houellebecq choisit de suspendre la promotion de son livre Soumission et de partir se « mettre au vert ». Selon son agent, il aurait été « profondément affecté par la mort de son ami Bernard Maris » tué dans l'attentat[291]. Le 28 janvier, il sort de son silence et déclare notamment : « Les attentats parisiens sont une grosse victoire pour les djihadistes[292]. ».

Réactions plus critiques[modifier | modifier le code]

Delfeil de Ton, qui a participé aux débuts de Charlie Hebdo, reproche à Charb d’avoir « mené sa rédaction à la mort[293] ». Il relance la prise de position de Plantu, lors de l'affaire des caricatures de Mahomet, en faveur de l'autocensure, le dessinateur de presse du Monde évoquant la « responsabilité journalistique du dessinateur[294] ».

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

Le 9 janvier 2015, la fondation Robert-Schuman recense quarante-cinq réactions de chefs d'État et de chefs de gouvernement, provenant de trente-neuf pays et institutions internationales[N 16],[296].

Le symbole le plus célèbre de la ville de New York, l'Empire State Building, s'est paré cinq minutes de bleu, de blanc et de rouge pour rendre hommage aux victimes le dimanche suivant l'attentat[297].

Soutien aux victimes et à la France[modifier | modifier le code]

Le secrétaire d’État américain John Kerry dépose une gerbe devant le siège de Charlie Hebdo le 16 janvier 2015.
Le ministre néerlandais des Affaires étrangères Bert Koenders signant le registre de condoléances à l'ambassade de France aux Pays-Bas, à la suite des attentats de janvier 2015.

Les chefs d'État ou de gouvernement de dizaines de pays du monde, y compris musulmans, expriment rapidement leur indignation et leur compassion vis-à-vis des familles des victimes[298],[299],[300],[301],[302],[303],[304]. Plusieurs instances et personnalités islamiques dénoncent également cet attentat. C'est ainsi le cas de l'université al-Azhar, du président du parti islamiste tunisien Ennahdha, Rached Ghannouchi, ou encore de Tariq Ramadan[305], accusé cependant de double langage[306]. Le père Ciro Benedettini, vice-directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, fait part aux journalistes de la « double condamnation » du Vatican : « une condamnation pour l’acte de violence » et « une condamnation pour l’atteinte à la liberté de la presse, aussi importante que la liberté religieuse[307] ».

Le lendemain, le pape François célèbre sa messe matinale dans la chapelle de la Maison Sainte-Marthe, en l'offrant pour les victimes de l'attaque. Il évoque alors ceux qui ont été frappés par la « cruauté et par la férocité de ce vil attentat » et affirme : « L'attentat d'hier à Paris nous fait penser à toute cette cruauté, cette cruauté humaine ; à ce terrorisme, que ce soit un terrorisme isolé ou un terrorisme d'État. Cette cruauté dont l'homme est capable ! Prions, maintenant, pour les victimes de cette cruauté. Tant de victimes ! Et prions aussi pour les personnes cruelles, afin que le Seigneur convertisse leur cœur[308] ». Il s'exprime ensuite à nouveau et revient sur l'affaire dans le débat concernant les limites de la liberté d'expression pour les caricaturistes contre les religions[309].

Hassan Nasrallah, le leader de l'organisation Hezbollah, a estimé que les actes perpétrés par « certains groupes terroristes qui se revendiquent de l'islam sont les pires actes ayant nui au Prophète dans l'histoire » sans évoquer ni condamner l'attentat contre Charlie Hebdo[310],[311]. Le Hamas annonce qu'il « condamne les agressions contre le magazine Charlie Hebdo et insiste que le différend d'opinion et de pensée ne saurait justifier le meurtre[312] ».

Le président israélien Reuven Rivlin a envoyé une lettre à François Hollande pour lui présenter ses condoléances « ainsi qu'au peuple français et ses dirigeants » et a déclaré « être choqué et attristé par l'attaque brutale au siège de Charlie Hebdo[313] ». Le Premier ministre Benyamin Netanyahou a condamné cette « attaque mortelle » la qualifiant « d'actes de sauvagerie brutale » et déclaré que « les sociétés civilisées du monde doivent s'unir contre le fléau de l'islam radical[314] ».

Médias[modifier | modifier le code]

La presse internationale se montre aussi solidaire[315]. En outre, plusieurs présentateurs de télévision américains à l'image de Jon Stewart, Conan O'Brien[316], Bill Maher ou encore Jimmy Kimmel[317],[318] ont affiché leur soutien à Charlie Hebdo.

Plusieurs médias américainsCNN, le New York Daily News, Fox News et Associated Press — ont évoqué l'affaire en floutant à l'image les couvertures de Charlie Hebdo et de ses hors séries sur lesquelles étaient représenté Mahomet. Au Royaume-Uni, The Guardian et The Telegraph font de même. Un des patrons de CNN, Richard Griffiths, explique que celle-ci « ne diffusera pas d'images des dessins de Charlie Hebdo ». Il conseille également d'éviter les plans trop rapprochés de manifestants brandissant des exemplaires qui rendraient les dessins satiriques trop visibles. The Washington Post prend au contraire le parti d'illustrer l'un de ses articles par une des couvertures de Charlie Hebdo représentant Mahomet. Plusieurs autres médias anglo-saxons, comme Bloomberg, The Huffington Post ou The Daily Beast, font un choix identique[319]. Il en est de même lorsque paraît la une du nouveau « Charlie[320],[321] ».

Le 8 janvier, les douze quotidiens francophones du Québec — Le Journal de Montréal, Le Journal de Québec, 24 Heures, Le Devoir, La Presse, Le Soleil, Le Quotidien, Le Droit[322], La Tribune, La Voix de L'Est, Le Nouvelliste, Metro — décident de façon unanime, pour une très rare fois, de diffuser des caricatures de Mahomet, en mémoire des victimes de l'attentat et afin de démontrer leur appui aux principes fondamentaux de la liberté d'expression[323]. Les deux quotidiens anglophones du Québec ne participent pas à cette coalition. La télé SRC/RDI ne se donne la permission de montrer les caricatures qu'à condition que ce soit dans le cadre de nouvelles pertinentes.

La presse chinoise, contrôlée par le Parti communiste chinois, condamne les attentats terroristes, mais estime qu'« il est grand temps pour le monde occidental de se pencher sur les racines du terrorisme et de revoir les limites de la liberté de la presse, afin d'éviter dans l'avenir de nouvelles violences[324] ».

Anonymes[modifier | modifier le code]

Des rassemblements de soutien aux victimes ont lieu dans de nombreuses villes d'Europe et du monde[325],[326], notamment aux États-Unis où de nombreux Français et Américains ayant des origines françaises se rassemblent dès les premières heures des événements[327].

Soutien aux terroristes à l'étranger[modifier | modifier le code]

Al-Qaïda dans la péninsule Arabique (AQPA) revendique l'attentat le 9 janvier dans un communiqué[328], mais des réactions de soutien sont rapportées de la part d'autres organisations salafistes djihadistes. C'est le cas de l'État islamique[329], d'Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI)[329], d'Al-Mourabitoune[330], de Jamaat al-Ahrar, une branche du Tehrik-e-Taliban Pakistan[331], de Boko Haram[332], et en Somalie, du mouvement Shehab[333]. Les auteurs de l'attaque y sont notamment qualifiés de « héros » et de « chevaliers de la vérité[329] ».

D'autres réactions ponctuelles sont enregistrées en Algérie[334],[335], au Liban[336], en Inde[337], par des extrémistes sur Twitter[338], par un iman anglais[339], un prédicateur islamique australo-saoudien[340]. À la suite des manifestations au Niger, une opposition se dessine fin janvier au Sénégal entre la gauche gouvernementale « pro-Charlie », et la droite confessionnelle, partisane de la charia, selon laquelle des « martyrs » ont fait justice eux-mêmes contre un « blasphème » orchestré par « les juifs[341] ».

En Turquie, le journal Yeni Akit (en) publie un article intitulé « Attaque sur le magazine qui a provoqué les musulmans », et Türkiye, un journal proche du gouvernement, titre « Attaque sur le magazine qui a insulté notre prophète ». Ces titres provoquent des réactions indignées de certains lecteurs qui accusent les journaux, sur leurs sites internet, de soutenir implicitement l'attentat[342].

Une semaine après cet attentat, un nouveau numéro de Charlie Hebdo est publié. La publication de nouvelles caricatures de Mahomet dans ce numéro entraînent de nombreuses et importantes manifestations hostiles au journal à travers le monde musulman[343]. Dans quelques-unes d'entre elles, les manifestants affichent leur soutien aux frères Kouachi et à Coulibaly, comme à Istanbul le 18 janvier, où plusieurs centaines de personnes se rassemblent devant la mosquée du district de Fatih pour saluer leur mémoire[344], ou à Gaza, le 19 janvier, où environ deux cents personnes marchent en brandissant leurs portraits ainsi et des drapeaux noirs des salafistes djihadistes[345].

Réactions des journalistes et dessinateurs de Charlie Hebdo[modifier | modifier le code]

Plusieurs journalistes et dessinateurs de Charlie Hebdo ont exprimé des critiques à l'égard de soutiens tardifs ou contraires à l'esprit du journal[346].

Gérard Biard : « Ils ont fait sonner les cloches de Notre-Dame pour Charlie, non mais on rêve[346] ! »

Pour Zineb El Rhazoui : « J'aurais aimé que ceux qui sont morts bénéficient d'un tel soutien de leur vivant. Et ce n'était pas du tout le cas. Charlie Hebdo est un journal qui a été conspué par tout le monde[346]. » Elle ajoutera après le défilé : « Nos collègues ont réussi à faire marcher Abbas et Netanyahou. On aurait voulu que les nôtres, qui sont morts, puissent voir tous ces gens[347]. »

Pour Luz : « C'est formidable que les gens nous soutiennent mais on est dans un contre-sens de ce que sont les dessins de Charlie. […] Cet unanimisme est utile à Hollande pour ressouder la nation. Il est utile à Marine Le Pen pour demander la peine de mort. […] Des gens ont chanté la Marseillaise. On parle de la mémoire de Charb, Tignous, Cabu, Honoré, Wolinski : ils auraient conchié ce genre d'attitude. » Et d'ajouter : « Au final, la charge symbolique actuelle est tout ce contre quoi Charlie a toujours travaillé : détruire les symboles, faire tomber les tabous, mettre à plat les fantasmes, déplore-t-il. Le symbolisme au sens large, tout le monde peut en faire n’importe quoi. Même Poutine pourrait être d’accord avec une colombe de la paix[348]. »

Pour Willem : « nous avons beaucoup de nouveaux amis, comme le pape, la reine Elizabeth ou Poutine : ça me fait bien rire » et à propos du soutien du chef de file de l'extrême droite néerlandaise Geert Wilders, il ajoute « nous vomissons sur tous ces gens qui, subitement, disent être nos amis[349] ».

Certains, tels Willem ou le journaliste Laurent Léger ne sont pas allés à la manifestation du 11 janvier à Paris, d'autres tels Luz, Patrick Pelloux ou Jul ont pris la tête du cortège, après le passage des chefs d’État, ont rencontré à cette occasion François Hollande et se sont réjouis de l’ampleur de la mobilisation[347].

Charb, assassiné dans l'attentat, dresse un « réquisitoire virulent » contre l'utilisation du mot "islamophobie" avec la « complicité des médias », dans un livre posthume paru le 16 avril 2015 et intitulé « Lettres aux escrocs de l'islamophobie qui font le jeu des racistes »[350],[351].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Poursuite de la publication[modifier | modifier le code]

Le journal, en grande difficulté financière avant l'attentat, annonce d'abord l'impression d'un million d'exemplaires de son numéro suivant[352]. La semaine suivante, le lundi précédent la publication, Charlie Hebdo annonce l'impression de trois millions d'exemplaires, avec en première page une caricature de Mahomet. Trois cent mille exemplaires sont prévus pour l'international avec une traduction en seize langues[353],[354]. Cette édition n'est cependant pas une nécrologie : selon Richard Malka « Ce ne sera pas un numéro hommage, car ce n'est pas l'esprit de Charlie Hebdo[353] ».

Laurent Léger commente à ce propos : « Charlie Hebdo a toujours été à part. Maintenant Charlie Hebdo devient mainstream [grand public]. On s'institutionnalise, pour une semaine ou deux. C'est nouveau. Mais c'est un passage obligé, je ne suis pas contre cela. Et je sais que dans quelques semaines, une actualité en aura chassé une autre et nous serons seuls »[355] ».

Le numéro 1178 de Charlie Hebdo sort le 14 janvier 2015 : à la suite de la demande extrêmement forte le matin même de sa parution — qui le conduit à être très rapidement en rupture de stock[356] — le tirage sera porté à cinq, puis à sept millions trois cent mille, puis à environ sept millions neuf cent cinquante mille exemplaires dont sept cent soixante mille ont été envoyés à l'export dans vingt-cinq pays[357] (contre soixante mille habituellement, pour des ventes de trente à trente-cinq mille numéros chaque semaine)[358],[359],[360],[361] ; un million neuf cent mille exemplaires sont imprimés et vendus les mercredi 14 et jeudi 15 janvier. L'intégralité de la recette du premier million (soit trois millions d'euros), sera versée au journal, imprimeurs et distributeurs travaillant gratuitement pour aider Charlie Hebdo et les familles des victimes[362].

Ce record historique des ventes du magazine est qualifiée d'effet Streisand par certaines sources journalistiques, les terroristes qui voulaient éliminer Charlie Hebdo ayant obtenu l'effet exactement inverse, c'est-à-dire une notoriété mondiale et des ventes records[363],[364],[365],[366],[367].

Laurent Léger annonce le 2 février, que le prochain numéro de Charlie Hebdo reparaîtra le 25 février[368].

Renforcement de la lutte contre le terrorisme[modifier | modifier le code]

Dispositif d'interdiction de stationnement devant l'école Ferdinand Buisson à Chaville le 9 janvier 2015 à la suite de la fusillade.

Au lendemain de l'attaque, le gouvernement français a annoncé vouloir accélérer la mise en place de la loi permettant le blocage des sites internet considérés comme terroristes[369].

Plusieurs personnalités politiques françaises appellent à un renforcement supplémentaires des lois anti-terroristes, après celui voté en novembre 2014. Nicolas Dupont-Aignan demande l'instauration de l'état d'urgence et Valérie Pécresse demande un Patriot Act à la française[370].

Le 11 janvier se tient une réunion entre les ministres de l'Intérieur de onze pays européens et le ministre américain de la Justice Eric Holder, au cours de laquelle ils conviennent de renforcer la lutte contre le terrorisme, en ciblant davantage les contrôles aux frontières extérieures de l'Union européenne, et en travaillant avec les opérateurs Internet pour identifier et retirer rapidement les « contenus incitant à la haine et à la terreur[371] ».

Exploitation commerciale[modifier | modifier le code]

L'évènement suscite l'émergence d'une exploitation commerciale, vente d'anciens numéros de Charlie Hebdo sur des sites de vente aux enchères[372], de produits dérivés (T-shirts, mugs…) arborant le logo #JeSuisCharlie[373]. Plusieurs sociétés tentent de déposer la marque « Je suis Charlie », mais leurs demandes sont rejetées par l'INPI[374]. Le créateur du logo (Joachim Roncin) et du hashtag Je suis Charlie exprime son indignation devant cette exploitation[375].

Théories du complot[modifier | modifier le code]

Les attentats suscitent très rapidement, dès le jour de la tuerie de la rédaction de Charlie Hebdo et avant même la prise d'otages de Vincennes, diverses théories du complot et rumeurs[376], notamment sur Internet[377],[378]. Thierry Meyssan affirme ainsi que « les commanditaires les plus probables [de l'attentat] sont à Washington » car de véritables djihadistes « ne se seraient pas contentés de tuer des dessinateurs athées, ils auraient d’abord détruit les archives du journal sous leurs yeux[379] ». Dieudonné et Alain Soral relaient chacun sur leur page Facebook des articles commentant les attentats de janvier 2015 en France, selon une logique complotiste[380]. Égalité et Réconciliation, l'association dirigée par Alain Soral, publie sur son site web des articles présentant les attentats sous un angle complotiste[381]. Jean-Marie Le Pen se dit étonné devant « cette histoire de carte d’identité oubliée par les frères Kouachi », qu'il rapproche du « passeport d’un des terroristes du 11 septembre miraculeusement retrouvé dans un New York en cendres[382] », selon lui. Marine Le Pen précise ensuite que la position de son père lui est personnelle et qu'elle-même trouve les théories du complot « fumeuses » et « dangereuses[383] ».

Tariq Ramadan, qui avait dit à Charb le 5 novembre 2011, après l'incendie des locaux de Charlie Hebdo, que son humour était un « humour de lâche[384] », condamne fermement l'attentat mais accuse le journal de faire de l’argent avec l’islam, pose lui aussi la question de la carte d'identité de l'un des terroristes et évoque le 11 septembre 2001[385],[386],[387].

De même, certains sites conspirationnistes mettent en doute les causes du décès d'Helric Fredou, un commissaire de police de Limoges qui s'est donné la mort alors qu'il était chargé de vérifications dans le cadre de l'enquête sur l'attentat à Charlie Hebdo[388],[389].

Le politologue Jean-Yves Camus, dans un article paru dans le numéro 1178 de Charlie Hebdo publié le 14 janvier 2015, analyse la démarche des « charognards du complot » comme typique des courants d'opinion extrémistes : pour lui, si l'on laisse de côté « les indécrottables tarés de l'ultradroite antisémite », le problème relève surtout « de la gauche radicale et de la sous-culture islamo-gauchiste qui sévit sur les forums », chez qui le complotisme aboutit, « comme toujours depuis quinze ans, à exonérer totalement l'islamisme et l'islamisme radical de toute responsabilité morale et matérielle dans le terrorisme et l'intimidation intellectuelle qui sévissent en France »[390].

Gilles Rof, correspondant du Monde à Marseille, est allé à la rencontre de « quatre copains » pour tenter de comprendre le succès de « la thèse du complot [qui] galope chez les jeunes musulmans ». En notant que leurs certitudes reposent sur « les détails qui coincent […] vus sur Internet », il remarque que « Les explications flottent. Comme si, pour ces jeunes des quartiers nord de Marseille, l'hypothèse d'un attentat perpétré au nom de l'Islam était taboue[391] ».

Dans un sondage de l'Institut CSA publié par le site Internet Atlantico le 25 janvier 2015, 17 % des personnes interrogées déclarent penser que les attentats de janvier 2015 en France sont le résultat d’un complot[392].

Présentation des événements aux enfants et aux adolescents[modifier | modifier le code]

Les psychologues estiment qu'il est nécessaire de parler de ces événements aux enfants[393],[394],[395]. En effet, il est impossible de les isoler de ces informations. Or si les parents ou les professeurs ne leur en parlent pas, les enfants vont fantasmer la réalité et imaginer des choses bien pires encore que la réalité. Les professeurs et instituteurs ont préparé des documents d'aide à l'analyse et ont souvent demandé aux enfants de dessiner leur perception de ces événements[396]. D'après un psychologue : « Il ne faut pas faire vivre les enfants dans un monde truqué… Si vous leur racontez des mensonges, ils n'auront plus confiance en vous et iront chercher les informations auprès de sources pas forcément fiables. Ne fuyez aucune question[397]. »

Le pédopsychiatre Marcel Rufo conseille d'aller acheter Charlie Hebdo avec ses enfants, « comme une balade du souvenir, de la mémoire, de la discussion ». Selon lui, « c'est à partir du support réel de ce journal, ce que représentait ce journal, et ce pourquoi ce journal a été attaqué, justement, pour l'idée de la liberté, qu'on doit parler aux enfants. Les enfants comprennent vraiment la liberté, ils aspirent à la liberté, c'est l'avenir d'une nation que d'aspirer à la liberté par ses enfants. […] On ne peut pas ne pas en parler, parce que finalement, ça nous attaque au niveau des gens les plus importants, ceux qui assurent notre sécurité mais aussi ceux qui ont la chance d'être drôle, de manipuler l'humour, la contestation. Et donc ça touche ce vers quoi tous on tend et on rêve. Ils ont attaqué notre part d'enfance[398] ».

Beaucoup d'enseignants regrettent de s’être sentis « démunis » pour parler des attentats. « On a bien reçu la belle lettre de la ministre mais on a été peu aidés, confie la directrice d’une école maternelle parisienne. J’ai cherché des ressources pédagogiques dans l’urgence : on n’avait rien. ». Ce courrier du ministère précisait que des ressources pédagogiques avaient été mises en ligne dès le jeudi matin, et insistait sur le rôle de l’école dans la transmission des « valeurs essentielles de (la) République ». Il les invitait « à répondre favorablement aux besoins ou demandes d’expression » dans les classes. Et il renvoyait vers des ressources pédagogiques mises en ligne « dès le jeudi matin[399] ».

Le Centre de prévention des dérives sectaires liées à l'islam (CPDSI) dirigée par Dounia Bouzar prépare une réponse argumentée[400] pour démonter la théorie du complot selon laquelle cet attentat serait une manipulation organisée par « les juifs » pour nuire aux musulmans. Cette théorie, ainsi que d'autres désignant différents responsables, se trouvent relayées par certains sites internet, souvent à l'aide de vidéos censées prouver que la version officielle est mensongère, avant d'être reprises sur les réseaux sociaux[401]. Un faux site d'information a même été mis en ligne en imitant parfaitement le site officiel de la BBC[402]. Ce type de propagande peut déstabiliser les enseignants et faire douter les élèves de la véracité des faits. Ainsi, la ministre de Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem estime que 20 % des jeunes croient à la théorie d'un complot[403].

Commission d'enquête parlementaire[modifier | modifier le code]

La création d'une commission d'enquête parlementaire pour étudier l'événement fait l'unanimité dans la classe politique française[404].

Hommages pour l'anniversaire des attentats[modifier | modifier le code]

Du 5 janvier au 10 janvier 2016, le premier anniversaire des attentats est marqué par une série d'hommages[405],[406].

Un chêne chevelu est planté le 6 janvier 2016 sur la place de la République à Paris en hommage aux victimes des attentats de Paris et Saint-Denis de 2015[407].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La photo de l'entrée du siège du journal est disponible à cette adresse.
  2. « J’allais chercher ma fille à la garderie, devant la porte de l’immeuble du journal deux hommes cagoulés et armés m'ont brutalement menacée. Ils voulaient entrer, monter. J’ai tapé le code. Ils ont tiré sur Wolinski, Cabu… ça a duré cinq minutes… Je m’étais réfugiée sous un bureau… Ils parlaient parfaitement le français… Se revendiquaient d’Al-Qaïda. »[24]
  3. Une photo de l'intérieur des locaux du journal, prise après la fusillade, est disponible à cette adresse.
  4. L'un des deux tueurs, le passager de la voiture, est apparemment préposé au transport des chargeurs pleins de munitions, à l'aide d’un sac qu'il porte devant lui en étant suspendu autour de son cou.
  5. A posteriori, les images de la voiture de police diffusées par les chaînes de télévision montrent pourtant que le tir a été groupé en laissant une dizaine d’impacts sur le bas du pare-brise, soit à hauteur des bustes des occupants.
  6. Soit sur une distance comprise entre 50 et 100 m.
  7. Pour rendre hommage aux victimes de l'attaque terroriste contre Charlie Hebdo, Mélanie Croubalian rediffuse l'entretien qu'elle avait eu avec le dessinateur Georges Wolinski le 2 octobre 2014[43].
  8. Bernard Maris signait ses chroniques dans l’hebdomadaire sous le pseudonyme « Oncle Bernard ».
  9. Michel Renaud est le fondateur du festival Rendez-vous du carnet de voyage.
  10. « LeMonde.fr : Nous avons pu joindre Gérard Biard, rédacteur en chef de Charlie Hebdo, actuellement à Londres où il était en vacances. » (voir commentaire à 16 h 9)[75]
  11. Cette station-service (qui était à l'époque propriété de Shell) avait servi au tournage d'une scène du film Les Couloirs du temps : Les Visiteurs 2 de Jean-Marie Poiré en 1997.
  12. Le plan Épervier (maintenant nommé appelé plan immédiat d'intervention) est une opération de police qui vise à quadriller, compartimenter et cloisonner un périmètre donné afin de favoriser la localisation et l'interception d'un ou plusieurs suspects.
  13. Déclarations : « Ce qui a créé le problème, ce n'est quand même pas les Français. [...] D'où vient le problème de l'atteinte à la laïcité sinon des musulmans ? On le dit ça ? Eh ben moi, je le dis ! » Avant d'ajouter : « C'est pas les musulmans qui amènent la merde en France aujourd'hui ? Il faut le dire quoi ! » À l'animateur qui lui répond que « c'est le fanatisme le problème, pas les musulmans », Tesson rétorque : « Mais où sont-ils les fanatiques aujourd'hui ? Les fanatiques revendiquent l'islam aujourd'hui, donc ils sont musulmans. ».
  14. Plainte déposée le 15 janvier auprès du tribunal de grande instance de Paris par un citoyen parisien.
  15. « Ce texte s'est contenté de les déplacer de la loi sur la presse (article 24, alinéa 6 loi dite de 1881) jusque dans le Code pénal. Mais ce jeu d'écriture a un avantage sérieux pour les forces de l'ordre et la justice : permettre d'appliquer des règles de procédure plus fortes, comme des saisies, des comparutions immédiates tout en jouant sur des délais de prescription allongés. On peut donc s’attendre à plusieurs actions en justice dans les prochaines semaines contre ceux accusés de faire l’apologie de l’attentat de Charlie Hebdo, ou qui ont appelé à des actions similaires. »[259],[260]
  16. « Réactions officielles suite à l’attaque perpétrée le 7 janvier 2015 contre le journal Charlie Hebdo[295] :
    • la déclaration de François Hollande, président de la République française ;
    • la déclaration de Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne ;
    • La réaction de Donald Tusk, président du Conseil européen ;
    • La réaction de Martin Schulz, président du Parlement européen ;
    • la déclaration de la présidence lettone du Conseil de l’UE ;
    • la déclaration du secrétaire général du Conseil de l’Europe, Thorbjørn Jagland ;
    • les déclarations de Joachim Gauck, président de la République fédérale d’Allemagne, d’Angela Merkel, chancelière, et de Frank-Walter Steinmeier, ministre des Affaires étrangères ;
    • les déclarations de la Reine Elizabeth II et du Premier ministre britannique David Cameron ;
    • les déclarations du roi d’Espagne Felipe VI et du Premier ministre Mariano Rajoy ;
    • la déclaration de Matteo Renzi, président du Conseil des ministres italien ;
    • la déclaration d’Enda Kenny, Premier ministre de l’Irlande ;
    • la déclaration de Charles Michel, Premier ministre de la Belgique ;
    • la déclaration de Xavier Bettel, Premier ministre du Luxembourg ;
    • la déclaration de Helle Thorning-Schmidt, Premier ministre du Danemark ;
    • la déclaration de Stefan Löfven, Premier ministre de la Suède ;
    • la déclaration de Alexandre Stubb, Premier ministre de la Finlande ;
    • la déclaration de Mark Rutte, Premier ministre des Pays-Bas ;
    • les déclarations de Bronislaw Komorowski, président de la République de Pologne et de Ewa Kopacz, Premier ministre ;
    • la déclaration de Viktor Orbán, Premier ministre de la Hongrie ;
    • les déclarations de Heinz Fischer, président de la République Fédérale d’Autriche et de Werner Faymann, chancelier ;
    • la déclaration de Pedro Passos Coelho, Premier ministre du Portugal ;
    • la déclaration de Toomas Hendrik Ilves, président de la République d’Estonie ;
    • la déclaration de Dalia Grybauskaite, présidente de la République de Lituanie ;
    • la déclaration de Laimdota Straujuma, Premier ministre de la Lettonie ;
    • la déclaration de Bohuslav Sobotka, Premier ministre de la République tchèque ;
    • la déclaration de Robert Fico, Premier ministre de la Slovaquie ;
    • la déclaration de Borut Pahor, président de la République de Slovénie ;
    • la déclaration de Ivo Josipović, président de la République de Croatie ;
    • les déclarations de Károlos Papoúlias, président de la République hellénique, du Premier ministre Antonis Samaras et du ministre des Affaires étrangères Evangelo Venizelos ;
    • la déclaration de George William Vella, ministre des Affaires étrangères de Malte ;
    • les déclarations de Klaus Iohannis, président de Roumanie et de Victor Ponta, Premier ministre ;
    • la déclaration de Boïko Borissov, Premier ministre de Bulgarie ;
    • la déclaration de Nicos Anastasiades, président de la République de Chypre ;
    • la déclaration de Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU ;
    • la déclaration de Stephen Harper, Premier ministre du Canada ;
    • les déclarations de Barack Obama, président des États-Unis et de John Kerry, secrétaire d’État ;
    • la déclaration de Vladimir Poutine, président de la Fédération de Russie ;
    • la déclaration de Tony Abbott, Premier ministre de l’Australie ;
    • la déclaration de Shinzo Abe, Premier ministre du Japon. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les terroristes ont revendiqué leurs attaques sur BFM », sur Le Monde,‎ 2015 jan 9.
  2. « Attentat contre « Charlie Hebdo » : la menace jihadiste est-elle plus importante qu'avant ? », sur Francetvinfo.fr,‎ (consulté le 12 janvier 2015).
  3. « Des projets d'attentats déjoués à Lille, Paris et Nice, selon la DGSI », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 12 janvier 2015).
  4. « Charlie Hebdo », un journal régulièrement menacé, Le Monde, 7 janvier 2015.
  5. a et b « Charlie Hebdo, 22 ans de procès en tous genres », sur lemonde.fr,‎ .
  6. Charlie Hebdo et la religion: l'art de la provocation, article d'Arthur Berdah paru dans L'Express, 7 janvier 2015.
  7. 2006 : Charlie Hebdo publie les caricatures de Mahomet sur Le Monde, 3 novembre 2011.
  8. Emmanuel Berretta, « Charlie Hebdo victime d'un incendie criminel » sur Le Point, 2 novembre 2011.
  9. « Charlie Hebdo », un journal régulièrement menacé, Le Monde,‎ .
  10. Pour la défense de la liberté d'expression, contre le soutien à Charlie Hebdo !.
  11. Charlie Hebdo s'apprête à publier une BD sur la vie de Mahomet, Le Monde, 31 décembre 2012.
  12. Slate : Al-Qaida publie la liste de ses pires ennemis, incluant Charb et Salman Rushdie.
  13. Le dessinateur français Charb « recherché » par Al-Qaïda, FranceTVInfo.
  14. « "Charlie Hebdo" "effaré" par la violence d'une chanson liée au film "La Marche" », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  15. Charlie Hebdo : Houellebecq et djihadistes au sommaire du dernier numéro sur Le Point, 7 janvier 2015.
  16. L'emballement autour de Michel Houellebecq, Le Monde, 7 janvier 2015.
  17. « Attentat contre Charlie Hebdo : le dernier dessin terriblement prémonitoire de Charb », sur Metronews,‎ .
  18. a et b Charlie Hebdo : le tweet de vœux de la rédaction devient un symbole de la liberté d'expression, Huffington Post, 7 janvier 2015.
  19. « Hollande devant Charlie Hebdo : “C'est un attentat terroriste” », sur le site du quotidien Le Figaro,‎ (consulté le 10 janvier 2015).
  20. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Soreen Selow, « Attentat à “Charlie Hebdo” : “Vous allez payer car vous avez insulté le Prophète” », sur le site du quotidien Le Monde,‎ (consulté le 10 janvier 2015).
  21. a et b source AFP, « Charlie Hebdo : “Ce ne sont pas des illuminés qui ont agi sur un coup de tête” », sur le site du magazine Le Point,‎ (consulté le 10 janvier 2015).
  22. a et b Patricia Tourancheau, « Un commando organisé », sur le site du quotidien Libération,‎ .
  23. « Ce qu'il s'est passé dans l'immeuble de « Charlie Hebdo » », sur le site du magazine Le Nouvel Observateur,‎ (consulté le 10 janvier 2015).
  24. Laurence Mauriaucourt, « Charlie Hebdo : Le témoignage de la dessinatrice Coco », sur le site du quotidien L'Humanité,‎ (consulté le 10 janvier 2015).
  25. a et b « “Charlie Hebdo” visé par une attaque terroriste, la rédaction décimée », sur le site du quotidien Le Monde,‎ (consulté le 10 janvier 2015).
  26. a, b, c et d « C’est Charlie, venez vite, ils sont tous morts », Le Monde, 13 janvier 2015.
  27. a et b « "Charlie Hebdo" : Laurent Léger, témoignage d'un rescapé du chaos », sur Le Point,‎ (consulté le 10 janvier 2015).
  28. a, b et c Thomas Rabino, « "Il était parti pour me tuer, je n’ai pas baissé les yeux" », sur marianne.net,‎ .
  29. Vincent Vantighem, « VIDEO. Attaque à « Charlie Hebdo » : Ce que l'on sait de la fusillade », sur le site du quotidien 20 minutes,‎ (consulté le 10 janvier 2015).
  30. source AFP, « Charlie Hebdo : “Des corps qui sont à terre, des mares de sang, des blessés très graves” », sur le site du magazine Le Point,‎ (consulté le 10 janvier 2015).
  31. a et b « Attaque contre Charlie Hebdo : ce que l'on sait », sur le site de la chaîne de radio France Info,‎ .
  32. Hommage national aux trois policiers morts en service, discours du président de la République prononcé lors d’une cérémonie à la préfecture de police de Paris, le 13 janvier 2015, en présence des dépouilles des victimes.
  33. « Mon frère était musulman, il s'est fait abattre par des faux musulmans », sur Le Monde,‎ .
  34. « Le poignant discours du frère d'Ahmed Merabet, policier tué », sur Le Monde,‎ .
  35. « Attaque de Charlie Hebdo », sur le site de l'AFP,‎ (consulté le 10 janvier 2015).
  36. Marie-Estelle Pech, « Ahmed Merabet, policier achevé au sol et Franck Brinsolaro, tué aux côtés de Charb, qu'il protégeait », sur le site du quotidien Le Figaro,‎ (consulté le 10 janvier 2015).
  37. source AFP, « Comment s'est déroulée l'attaque contre “Charlie Hebdo” », sur le site du quotidien Le Monde,‎ (consulté le 10 janvier 2015).
  38. Noémie Schulz avec Pauline Hofmann, « Les frères Kouachi, des hommes "calmes, déterminés, professionnels" », sur le site de la chaîne Europe 1,‎ (consulté le 10 janvier 2015).
  39. « Attentat à Charlie Hebdo : trois “criminels” toujours en fuite », sur le site du quotidien Sud Ouest,‎ (consulté le 7 janvier 2015).
  40. « Fusillade dans les locaux de Charlie Hebdo : 12 morts », sur le site du magazine Les Inrockuptibles,‎ (consulté le 10 janvier 2015).
  41. « Le plan Vigipirate « alerte attentat », actif en Ile-de-France, est étendu à la Picardie », sur le site du quotidien Le Monde,‎ (consulté le 10 janvier 2015).
  42. [1].
  43. Mélanie Croubalian, « Hommage à Charlie Hebdo : Georges Wolinkski », La 1ère, Radio télévision suisse « Entre nous soit dit »,‎ (présentation en ligne, écouter en ligne) et [MP3] (rediffusion de l'émission du 2 octobre 2014) [télécharger le fichier *.mp3]
  44. Elsa Maudet, « Mustapha Ourrad, l'érudition discrète de « Charlie » », sur www.liberation.fr,‎ (consulté le 15 janvier 2015).
  45. Le Figaro, « Charlie Hebdo : Paris fusillade »,‎ (consulté le 7 janvier 2015).
  46. « Attentat à Charlie Hebdo : la France sous le choc », sur parisien.fr,‎ (consulté le 8 janvier 2015).
  47. « Attentat contre « Charlie Hebdo » : Charb, Cabu, Wolinski et les autres, assassinés dans leur rédaction », sur Le Monde (consulté le 8 janvier 2015).
  48. « "Charlie Hebdo". Nous sommes Frédéric : "Ne l'oubliez pas" », sur nouvelobs,‎ (consulté le 12 janvier 2015).
  49. « Fusillade à "Charlie Hebdo" : "J'en veux à l'État", déclare le frère de Frédéric Boisseau », sur RTL,‎ (consulté le 12 janvier 2015).
  50. « Le Clermontois Michel Renaud parmi les victimes de l'attentat de Charlie Hebdo », sur La Montagne,‎ (consulté le 8 janvier 2015).
  51. Laura Thouny, « Attaque contre “Charlie Hebdo” : au moins 12 morts, dont Charb et Cabu », sur Le Nouvel Observateur,‎ .
  52. « Hommage. Charlie Hebdo : le policier tué était le mari d'une journaliste de Normandie », sur Normandie-actu (consulté le 8 janvier 2015).
  53. « Ahmed Merabet, le policier abattu dans l'attaque de Charlie, un homme "bon et juste" », sur Le Point,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  54. « Attentat contre Charlie Hebdo : qui est Ahmed Merabet, le policier tué par les terroristes ? », sur metronews.fr,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  55. Fabrice Pouliquen, « Attaque à «Charlie Hebdo»: Une policière raconte Ahmed, « un superbe collègue, toujours volontaire » », sur 20minutes.fr,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  56. « Attaque de Charlie Hebdo : quatre figures de l'hebdo satirique sont mortes », sur France Info,‎ (consulté le 8 janvier 2015).
  57. Bernard Maris, tué dans l'attentat contre Charlie Hebdo: la mort d'un "honnête homme", L'Express, 7 janvier 2015
  58. « Charlie Hebdo : Honoré, 5e dessinateur tué », sur Le Figaro,‎ 7 janvier 2015. (consulté le 8 janvier 2015).
  59. « Une survivante de Charlie Hebdo raconte sa "vision d'horreur" », Match, 13 janvier 21015.
  60. « Philippe Lançon touché », sur Libération.fr,‎ (consulté le 8 janvier 2015).
  61. a et b R.B., « Attentat à Charlie Hebdo : Riss, blessé dans l'attaque » », sur Le Parisien,‎ (consulté le 8 janvier 2015).
  62. (en) « Paris attacks: Sydney woman's partner in coma after Charlie Hebdo shooting » (consulté le 8 janvier 2015).
  63. « Attentat à Charlie Hebdo : les quatre blessés graves sont hors de danger », Le Parisien, 9 janvier 2015.
  64. « Simon Fieschi, l’oublié de Charlie Hebdo », Planet.fr, 11 mars 2015.
  65. « Charlie Hebdo : Michel Renaud, fondateur du rendez-vous du Carnet de voyage victime de l'attentat », sur France 3 Auvergne,‎ (consulté le 8 janvier 2015).
  66. « Attentat contre "Charlie Hebdo" : avis de recherche lancé contre trois hommes », sur Le Nouvel Observateur,‎ (consulté le 8 janvier 2015).
  67. « Charlie Hebdo : ce que l'on sait sur l'attentat », sur RFI (consulté le 8 janvier 2015).
  68. « Eric Portheault, rescapé de Charlie Hebdo : «Ils m’ont sauvé la vie en criant Allah akbar» », sur La Dépêche,‎ .
  69. a et b « Antonio Fischetti de Charlie Hebdo : « Ces derniers temps, la vigilance s’était relâchée » » (consulté le 8 janvier 2015) : « Les miraculés sont ceux qui étaient en retard, comme Luz ou Catherine Meurisse ».
  70. « Catharsis : après le drame de Charlie Hebdo, les tourments de Luz », article du journal Le Figaro, du 19 mai 2015.
  71. « Luz après Charlie : cauchemars, sexe et espoirs », article du magazine L'Express, du 21 mai 2015.
  72. « Preview BD : Rescapée des attentats de Charlie, Catherine Meurisse met en bulles sa "guérison" », article journa 20 minutes, du 25 avril 2016.
  73. « Renaître après Charlie », interview de Catherine Meurisse, site de l'éditeur Dargaud , avril 2016.
  74. Critique de l'album La Légèreté, magazine Télérama du 26 avril 2016.
  75. « En direct : Des coups de feu au siège de Charlie Hebdo ».
  76. Émilie Geffray, « Charlie Hebdo : Mathieu Madénian apprend en direct la mort de Charb et Cabu » sur TV Magazine / Le Figaro, 7 janvier 2015.
  77. Quentin Girard et Cécile Bourgneuf, « Willem : « Je ne vais jamais aux conférences de rédaction, ça m'a sauvé la vie » » sur Libération, 7 janvier 2015.
  78. déclaration à l'antenne de France Inter le 8 janvier 2015 au cours du 7/9, France inter, « Patrick Pelloux : "Hier matin, je devais être à la conférence de rédaction…" », sur Dailymotion,‎ (consulté le 8 janvier 2015).
  79. « Charlie Hebdo - Patrick Pelloux : "Je n'ai pas pu les sauver », sur Le Point,‎ (consulté le 8 janvier 2015).
  80. « Charlie Hebdo : le procureur de la République en appelle à « la responsabilité des médias » », sur La Croix,‎ (consulté le 7 janvier 2015).
  81. « Affaire Charlie Hebdo », sur policehommage.blogspot.fr (consulté le 8 janvier 2015).
  82. Photo de la carte nationale d'identité de Saïd Kouachi, Lepoint.fr, 8 janvier 2015.
  83. AFP, « Attentat à Charlie Hebdo : le profil des deux suspects se précise », sur Midi libre,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  84. « "Charlie Hebdo" : deux Franco-Algériens dans le viseur de la police », sur Le Point,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  85. « Un suspect en garde à vue après l'attentat contre Charlie Hebdo », sur reuters.com,‎ .
  86. « Attentat à Charlie Hebdo : quand Chérif Kouachi apparaissait à la télévision », sur leparisien.fr,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  87. Ce que l'on sait sur la radicalisation des frères Kouachi, Le Monde, 9 janvier 2015.
  88. « Fusillade à Charlie Hebdo : Chérif Kouachi faisait partie du groupe dit "des Buttes-Chaumont" », sur rtl.fr,‎ .
  89. « "Charlie Hebdo" : comment Chérif Kouachi a échappé à la justice », sur Le Point,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  90. a et b « Les forces de l'ordre traquent les deux suspects en Picardie », sur Le JDD,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  91. Matthieu Suc, « Attentat à « Charlie Hebdo » : que sait-on des deux suspects recherchés ? », sur Le Monde,‎ (consulté le 8 janvier 2015).
  92. « Charlie Hebdo : la traque des suspects continue », sur lefigaro.fr,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  93. « Attentat à “Charlie Hebdo” : la police traque les frères Kouachi, sept personnes en garde à vue », sur Libération.fr,‎ .
  94. La folle journée de Mourad Hamyd, Streetpress, 8 janvier 2015.
  95. a, b et c « Charlie Hebdo : la police traque trois hommes », sur lefigaro.fr,‎ .
  96. « "Charlie Hebdo" : Chérif Kouachi, un suspect bien connu », sur Le Point,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  97. a et b « Attentat à "Charlie Hebdo" : le Raid mène une opération à Reims », sur Le Point,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  98. « "Charlie Hebdo" : Mourad Hamyd, accusé à tort ? », sur Le Point,‎ (consulté le 8 janvier 2015).
  99. a et b « Attaque à Charlie Hebdo : que sait-on des deux suspects recherchés », sur Le Monde,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  100. « Fusillade à Charlie Hebdo : la traque se poursuit en Champagne-Ardenne », sur France 3 régions, France TV info,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  101. « Neuf personnes en garde à vue sur l'affaire "Charlie Hebdo", annonce Cazeneuve », sur France TV info,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  102. « Photo de la station essence », sur Culture box, France TV Info,‎ .
  103. « Le "Daily Mail" publie des photos des frères Kouachi à la station essence », sur rtl.fr,‎ .
  104. Fabrice Arfi, « Comment les services ont raté les terroristes avant les attentats », Mediapart, 12 janvier 2015.
  105. « Attaque à “Charlie Hebdo” : Les deux suspects de l'attentat localisés dans l'Aisne et armés… La policière visée ce matin est décédée… », sur 20 minutes,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  106. « "Charlie Hebdo" : les brigades d'intervention se déploient pour intercepter les suspects », sur Le Point,‎ .
  107. « Attaque à “Charlie Hebdo” : Drapeaux djihadistes et cocktails Molotov dans la voiture abandonnée mercredi à Paris… Les deux suspects de l'attentat repérés à Villers-Côtterets… », sur 20 minutes,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  108. « Charlie Hebdo : opération policière en cours en Picardie », sur rfi.fr,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  109. « En Direct. “Charlie Hebdo” : les fouilles se concentrent sur Corcy », sur Le Point,‎ .
  110. Alexandra Guillet, « Attentat contre Charlie Hebdo : le récit de trois jours de traque », sur lci.tf1.fr,‎ .
  111. « Traque des frères Kouachi: les 2 suspects ont volé une voiture à Montagny-Sainte-Félicité (60) pour quitter la Picardie », sur France 3 Picardie,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  112. «Ils étaient devant, avec leurs fusils», sur courrier-picard.fr,‎ .
  113. « Le gendarme qui a croisé les Kouachi raconte », sur www.lefigaro.fr,‎ .
  114. « Charlie Hebdo : Les frères Kouachi cernés par les forces de l'ordre », sur Le Point,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  115. « Charlie Hebdo: les terroristes retranchés avec un otage », sur dhnet.be (consulté le 9 janvier 2015).
  116. (en) « Congressman Wants Radical Cleric's Citizenship Revoked », Fox News,‎ .
  117. Attentats: ce que les terroristes ont dit à BFMTV, BFM TV, 9 janvier 2015.
  118. « Fusillade à Montrouge », sur L’Express,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  119. « Le tireur de la fusillade de Montrouge aurait été identifié comme un proche des frères Kouachi, membre de la même filière jihadiste », sur rfi.fr,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  120. « "Charlie Hebdo" : les frères Kouachi cernés par les forces de l'ordre », sur Le Point (consulté le 9 janvier 2015).
  121. « Les frères Kouachi et Amedy Coulibaly abattus, trois otages tués et quatre gravement blessés », sur La Dépêche,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  122. BFM TV 09/01/2015[réf. insuffisante].
  123. « EN DIRECT. Les frères Kouachi sont morts », sur Le Point,‎ .
  124. « EN DIRECT. Vincennes : Coulibaly est mort dans l'assaut », sur Le Point,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  125. « Prises d'otages : l'heure où François Hollande a déclenché l'assaut », sur leparisien.fr,‎ .
  126. « Le tireur de Montrouge et preneur d'otages de Paris connaissait les frères Kouachi », sur lefigaro.fr,‎ .
  127. « Vincennes et Dammartin: comment se sont déroulés les assauts? », sur L'Express (consulté le 9 janvier 2015).
  128. « Un responsable d’Al-Qaeda au Yémen menace la France de nouvelles attaques », sur Libération.fr,‎ (consulté le 11 janvier 2015).
  129. « Attentats de Paris: Al-Qaïda au Yémen menace la France de nouvelles attaques », sur L'Express,‎ (consulté le 11 janvier 2015).
  130. (en) « Al Qaeda Source: AQAP Directed Paris Attack », sur The Intercept,‎ (consulté le 11 janvier 2015).
  131. « Al Qaida revendique les attaques terroristes », sur Paris Match,‎ (consulté le 11 janvier 2015).
  132. L'Obs : "Charlie Hebdo" : ce que dit Al-Qaida au Yémen dans sa vidéo.
  133. Al-Qaïda au Yémen revendique l'attentat contre Charlie Hebdo, Europe 1, 14 janvier 2015.
  134. « THE EXTINCTION OF THE GRAYZONE « ansarukhilafah », sur archive.is (consulté le 20 novembre 2015)
  135. « Un responsable d'Aqpa qui a revendiqué l'attaque contre Charlie Hebdo tué par un drone », 20 minutes, 7 mai 2015.
  136. « Le dernier hommage à Clarissa Jean-Philippe, la policière tuée à Montrouge », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 23 janvier 2014).
  137. « Coulibaly, le tireur de Montrouge identifié », sur Le Point,‎ .
  138. « En Direct. "Charlie Hebdo" : Les frères Kouachi cernés par les forces de l'ordre », sur Le Point,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  139. a et b « Proche des frères Kouachi, le tireur de Montrouge serait impliqué dans la prise d'otage de Vincennes », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  140. Voir, (en) Dan Bilefsky and Maïa de la Baume. French Premier Declares 'War' on Radical Islam as Paris Girds for Rally. The New York Times, Saturday, January 10, 2014.
  141. Djamel Beghal, le trait d'union entre Coulibaly et Kouachi, L'Obs, 10 janvier 2015.
  142. « Prise d'otages Porte de Vincennes : « un face-à-face extrêmement tendu » », Libération,‎ (lire en ligne).
  143. « En Direct. Prise d'otages dans une épicerie casher porte de Vincennes », sur Le Point,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  144. « Prise d'otages porte de Vincennes : les images de l'opération », sur RTL,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  145. « "Charlie Hebdo" : la piste d'un réseau terroriste organisé se confirme », sur Le Point,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  146. "Il était très calme et il souriait" : ce qu'il s'est passé Porte de Vincennes, L'Obs, 9 janvier 2015.
  147. « Vincennes: quatre morts parmi les otages », sur Le Figaro,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  148. Élodie Auffray, « Yoav Hattab, «une perte énorme» en Tunisie », sur liberation.fr,‎ .
  149. a et b « Hugues Moutouh : « Les forces de l'ordre peuvent s'attendre à tout » », Le Figaro, no 21902,‎ , p. 14.
  150. « Thibault de Montbrial : « Face au terrorisme, la France doit entrer dans une ère nouvelle » », Le Figaro, no 21902,‎ , p. 16.
  151. a et b Alexis Brézet, « Quand la guerre est là, il faut la gagner », Le figaro,‎ (consulté le 8 janvier 2015), p. 5.
  152. « Robert Badinter : « Les terroristes nous tendent un piège politique » », sur Libération.fr,‎ (consulté le 8 janvier 2015).
  153. « La France frappée au cœur de sa nature laïque et de sa liberté », sur Le Monde,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  154. « Charlie Hebdo : rassemblement ce soir à Paris, la tour Eiffel éteinte à 20 heures », sur Le Parisien (consulté le 8 janvier 2015).
  155. « L'Arc de Triomphe s'illumine des mots "Paris est Charlie" », sur RTL,‎ (consulté le 10 janvier 2015).
  156. « EN IMAGES. Le 8 janvier 2015, midi : minute de silence pour Charlie Hebdo », sur Le parisien,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  157. « "Charlie Hebdo" : minute de silence en hommage aux victimes », sur Le Point,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  158. « Hollande dénonce un "acte d'une exceptionnelle barbarie" », TF1, 7 janvier 2015.
  159. « Hollande en première ligne après l'attentat contre Charlie Hebdo », sur Le Point,‎ .
  160. « En direct : au moins 11 morts dans une fusillade au siège de Charlie Hebdo à Paris », sur France 24,‎ (consulté le 7 janvier 2015).
  161. « Charlie Hebdo : que sait-on des agresseurs ? », sur Le Point,‎ .
  162. « Attentat à “Charlie Hebdo” : Les trois suspects ont été identifiés par les policiers », sur 20 minutes,‎ (consulté le 7 janvier 2015).
  163. « À l'unisson, la classe politique lance un appel à « l'unité nationale » », Le figaro, no 21902,‎ , p. 5.
  164. « Attentat Charlie Hebdo : une « tragédie nationale » pour Nicolas Sarkozy », sur UMP,‎ (consulté le 7 janvier 2015).
  165. « Attentat à Charlie Hebdo – François Bayrou : "C'est un acte de guerre par la terreur" », sur France Bleu,‎ (consulté le 7 janvier 2015).
  166. « Jean-Luc Mélenchon : "Il s'agit d'un assassinat politique" », sur Itele,‎ (consulté le 7 janvier 2015).
  167. « Attentat à Charlie Hebdo : les larmes de Pierre Laurent », sur Le Lab, Europe 1,‎ (consulté le 8 janvier 2015).
  168. « Le Pen : "oser nommer ce qui s'est passé" à Charlie Hebdo », sur Europe 1,‎ (consulté le 7 janvier 2015).
  169. « Charlie Hebdo : Marine Le Pen s'exprime », sur Le Figaro,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  170. Jean-Marie Le Pen appelle à voter Front national et déclare "je ne suis pas Charlie du tout, je suis Charlie Martel", Atlantico, 12 janvier 2015.
  171. « Dupont-Aignan sur Twitter : "Ce n'est pas un attentat comme un autre. Une guerre totale entre la liberté d expression et un nouveau totalitarisme #attaque" », sur Twitter (consulté le 10 janvier 2015).
  172. Jeannette Bougrab sur TF1.
  173. « Charlie Hebdo : 12 morts, le commando identifié » (consulté le 9 janvier 2015).
  174. « Attentat à Charlie Hebdo : les soldats agenais du 48e RT en renfort Vigipirate », sur Sud Ouest,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  175. « Attentat à Charlie Hebdo : Hollande a reçu Sarkozy à l'Elysée », sur Le Parisien,‎ (consulté le 8 janvier 2015).
  176. « Charlie Hebdo : Marine Le Pen, Bayrou, Mélenchon et Dupont-Aignan vendredi à l'Elysée », sur Boursorama,‎ (consulté le 8 janvier 2015).
  177. « Charlie Hebdo : Marine Le Pen dénonce l’exclusion du FN de la « [[Manifestations des 10 et 11 janvier 2015|marche républicaine]] » », sur La Voix du Nord,‎ (consulté le 8 janvier 2015).
  178. Lilian Alemagna et Laure Bretton, « Au PS, « on n'est pas là pour notabiliser Marine Le Pen » », sur liberation.fr,‎ .
  179. « Charlie Hebdo : il n’y a « pas de place pour le FN » à la marche républicaine, pour François Lamy », sur lesechos.fr,‎ .
  180. « Charlie Hebdo : débats autour de la participation du FN à la "marche républicaine" », sur Le Journal du dimanche,‎ (consulté le 8 janvier 2015).
  181. « Marche républicaine : Mélenchon ne "reconnaît pas d'autorité" à Valls », sur Le Point,‎ (consulté le 8 janvier 2015).
  182. « Charlie Hebdo, la tristesse et la colère », sur Alternative Libertaire,‎ (consulté le 10 janvier 2015).
  183. « Contre un attentat barbare et contre ceux qui l’exploitent au nom de « l’unité nationale » », sur Lutte Ouvrière,‎ (consulté le 10 janvier 2015).
  184. « Après l'ignoble attentat contre Charlie Hebdo, l'union nationale est un piège », sur Nouveau Parti Anticapitaliste,‎ (consulté le 10 janvier 2015).
  185. La statue de la Liberté de Colmar en deuil.
  186. « Les députés entonnent La Marseillaise en hommage aux victimes des attentats », sur Le Figaro,‎ (consulté le 8 avril 15)
  187. a et b Nicolas Senèze et Loup Besmond de Senneville, « A l’Élysée, la « révolte » des religions face au terrorisme », La Croix,‎ (lire en ligne).
  188. « Communiqué du Consistoire Israélite du Bas-Rhin et du Grand Rabbinat de Strasbourg suite à l'attentat ayant touché l'hebdomadaire Charlie Hebdo »,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  189. Nathalie Funes, « "Charlie Hebdo" : les représentants religieux condamnent l'attentat » sur L'Obs, 7 janvier 2015.
  190. Charlie Hebdo. "Ce sont des satans" dénonce l'imam de Drancy sur Ouest-France, 7 janvier 2015.
  191. Toutes les confessions rendent hommage au siège de Charlie Hebdo: "Que dit le Coran ? Respectez les gens!" sur Bel RTL, 8 janvier 2015.
  192. Déclaration commune du Cardinal Tauran et d'un groupe d'Imams de France sur Radio Vatican, 8 janvier 2015.
  193. Loup Besmond de Senneville (avec I.Media), « L'Église exprime son "horreur" après l'attentat à Charlie Hebdo » sur La Croix, 7 janvier 2015.
  194. Hélène de La Rochefoucauld, « Charlie Hebdo : les cloches de Notre-Dame de Paris ont retenti sous la pluie » sur La Croix, 8 janvier 2015.
  195. Le Monde, Les imams appelés à dénoncer un « acte barbare » dans leur prêche du vendredi, 09 janvier 2015.
  196. Sud-Ouest, le prêche sans concession de Tareq Oubrou à la mosquée de Bordeaux, 10 janvier 2015.
  197. La voix du nord, Prêche de Amar Lasfar, le recteur de Lille-Sud: «Le terrorisme n’est pas notre religion», 10 janvier 2015.
  198. libération, Dans une mosquée de Pantin, un prêche du vendredi qui accuse les médias. 9 janvier 2015.
  199. « Pape François et Charlie Hebdo : la liberté d'expression ne donne pas le droit d'"insulter" la foi d'autrui », Huffington Post,‎ .
  200. « Google Doodle : hommage aux victimes de Charlie Hebdo », sur francesoir.fr,‎ .
  201. (en) « Google France Displays Memorial For Terrorist Attack », sur Search Engine Roundtable,‎ (consulté le 8 janvier 2014).
  202. « C dans l'air : La liberté massacrée », sur France 5,‎ (consulté le 7 janvier 2015).
  203. Citation extraite du bandeau noir précédant la diffusion du documentaire Caricaturistes : Fantassins de la démocratie, réalisé par Stéphanie Valléato, préalablement sélectionné pour les séances spéciales de la 67e édition du Festival de Cannes et sorti au cinéma en France le 28 mai 2014.
  204. « Après l'attentat à Charlie Hebdo. Caricaturistes sur Canal + ce soir », Ouest-France, Rennes,‎ (lire en ligne).
  205. « Charlie Hebdo : brassard noir sur le logo des chaînes ».
  206. « Hommage international à Charlie Hebdo en une de la presse » sur Le Monde, 8 janvier 2015.
  207. "Charlie Hebdo", des unes en deuil sur Libération, 8 janvier 2015.
  208. Luc Bronner, « Le 11-Septembre français – À la Une du Monde », sur Twitter,‎ (consulté le 8 janvier 2015).
  209. Olivier Delcroix, « Albert Uderzo : Comme Astérix, je suis un Charlie! », sur http://www.lefigaro.fr,‎ (consulté le 8 janvier 2015) : « J'ai représenté Astérix qui donne une raclée à un ennemi, tout en disant « Moi aussi, je suis un Charlie !». Mais à la place des cothurnes, j'ai dessiné des babouches… ».
  210. [2].
  211. « Co-créateur d'Astérix: Uderzo sort de la retraite pour Charlie », sur canoe.ca,‎ (consulté le 11 janvier 2015).
  212. Tweet d'Europe 1 sur twitter.com.
  213. Grégoire Leménager, « "Je suis un Charlie" : Uderzo ressort ses crayons », sur bibliobs.nouvelobs.com,‎ (consulté le 11 janvier 2015).
  214. Susie Bourquin et Mickaël Frison, « Charlie Hebdo : "Astérix pleure de colère" », sur europe1.fr,‎ (consulté le 11 janvier 2015).
  215. « Astérix et Obélix pleurent Charlie Hebdo », sur gqmagazine.fr,‎ (consulté le 8 janvier 2015) : « Le dessin aurait à l'origine été réalisé pour rendre hommage à Goscinny, scénariste des aventures des héros gaulois disparu en 1977, mais il n'avait jamais été exploité. ».
  216. Hommage à Charlie Hebdo par Uderzo sur Facebook.
  217. Hommage à Charlie Hebdo par Uderzo sur Twitter.
  218. « Astérix et Obélix pleurent Charlie Hebdo », sur Arrêt sur images,‎ (consulté le 9 janvier 2015) : « ce dessin n'était pas inédit : il figure derrière un album d'Asterix, en hommage à Goscinny. » [ (ISBN 2-01-210122-4)].
  219. Massacre de Charlie Hebdo : des rassemblements partout, Le Temps, 7 janvier 2015.
  220. Dessin de Thibaut Soulcié
  221. a et b « Série d'actes antimusulmans au lendemain de l'attentat contre Charlie Hebdo », sur Le Figaro,‎ (consulté le 8 janvier 2015).
  222. « En Direct. "Charlie Hebdo" – Sarkozy : "Les hommes civilisés doivent s'unir" », sur Le Point,‎ (consulté le 8 janvier 2015).
  223. « Villefranche-sur-Saône : explosion criminelle près d'une mosquée », sur Le Point,‎ (consulté le 8 janvier 2015).
  224. « Explosion devant la mosquée de Villefranche-sur-Saône, "un symbole" », sur L'Express,‎ (consulté le 8 janvier 2015).
  225. « Charlie Hebdo : des hashtags contre l'islamophobie », sur L'Express,‎ (consulté le 8 janvier 2015).
  226. Les actes anti-musulmans se multiplient depuis l'attaque de Charlie Hebdo, Le Figaro, le 12 janvier 2015.
  227. a et b Vague d'islamophobie en France : au moins cinquante actes recensés iTélé, le 12 janvier 2015.
  228. Une série d'actes islamophobes touche la France depuis les attentats Francetv info, le 12 janvier 2015.
  229. Flambée des actes islamophobes en France, Le Point, le 9 janvier 2015].
  230. Face à des actes islamophobes d'une ampleur « jamais vue », les lieux de culte musulmans sous protection, Le Monde, le 13 janvier 2015.
  231. Atlantico : Pas d'effet Charlie Hebdo pour le FN et autres indicateurs de l'impact des attentats sur l’opinion publique.
  232. Philippe Tesson et « les musulmans qui amènent la merde en France », Libération, le 15 janvier 2015.
  233. Tesson, les musulmans, et « la merde » (Europe 1), Arrêt sur images, le 14 janvier 2015.
  234. Philippe Tesson visé par une plainte après ses propos sur les musulmans, BFMTV, le 16 janvier 2015.
  235. Le CSA saisi des propos de Philippe Tesson sur « les musulmans qui amènent la merde », Libération, le 20 janvier 2015.
  236. 116 actes antimusulmans recensés depuis l'attentat contre "Charlie Hebdo", L'Obs, le 19 janvier 2015.
  237. a et b « Charlie Hebdo – #Jesuischarlie : la solidarité s'exprime sur les réseaux sociaux », sur Le Point,‎ .
  238. « Charlie Hebdo : syndicats, associations, partis rassemblés place de la République à Paris », sur Le Point,‎ .
  239. « Liste mise à jour des rassemblements #JeSuisCharlie »,‎ (consulté en 07/01/2015 17h12).
  240. « Charlie Hebdo » visé par une attaque terroriste, les trois suspects identifiés, sur lemonde.fr,‎ .
  241. « EN DIRECT. "Charlie Hebdo" : Corcy et Longpont passées au peigne fin », sur Le Point,‎ (consulté le 8 janvier 2015).
  242. Le Parisien Rassemblements ce samedi 10 janvier.
  243. Anonymous dévoile les comptes Twitter de djihadistes.
  244. « Marche républicaine: La longue liste de chefs d'Etat et de gouvernement présents à Paris »,‎ .
  245. « Salahaeddine Mezouar ne participe pas à la marche de dimanche à Paris ».
  246. « Charlie Hebdo : Le roi du Maroc dénonce un « lâche attentat terroriste » ».
  247. « MEZOUAR NE PARTICIPE PLUS À LA MARCHE DE PARIS », sur le360.ma,‎ (consulté le 11 janvier 2015).
  248. « Des billets SNCF à tarif réduit pour se rendre à la manifestation de Paris », sur La voix du nord,‎ .
  249. « http://www.lexpress.fr/actualite/societe/dispositif-de-securite-exceptionnel-pour-une-manifestation-inouie_1639409.html ».
  250. Marches républicaines en province.
  251. « Marche républicaine à Paris : un rassemblement « sans précédent » », sur lemonde,‎ (consulté le 12 janvier 2015).
  252. Aline Joubert, « Ils ont osé l'écrire : #BienFait #JeNeSuisPasCharlie #AntiCharlie » sur Marianne, 8 janvier 2015.
  253. Raphaële Karayan, Charlie Hebdo : des comptes Twitter faisant l'apologie de l'attentat ont été supprimés sur L'Express, 8 janvier 2015.
  254. Lauren Provost, Charlie Hebdo : "Bien fait" déclarent certains sur les réseaux sociaux, créant la polémique sur Le Huffington Post, 7 janvier 2015.
  255. #JeSuisKouachi: des internautes interpellent Twitter pour bloquer les comptes d'extrémistes.
  256. Sur Internet, la liberté d'expression à l'épreuve du terrorisme, Le Figaro, 12 janvier 2015.
  257. Article 421-2-5 du Code pénal, consultable sur le site Légifrance.
  258. LOI no 2014-1353 du 13 novembre 2014 renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme, sur Légifrance.
  259. Charlie Hebdo : 3 721 messages d'apologie du terrorisme recensés sur Internet, nextinpact, consulté le 19 janvier 2015.
  260. Lille: trois personnes interpellées lors de la manifestation de soutien à Charlie Hebdo — Lille et ses environs —— nordeclair.fr.
  261. Floreal Hernandez, « Apologie du terrorisme : Le trentenaire strasbourgeois condamné à six mois de prison sans maintien en détention » 20 minutes, 27 janvier 2015.
  262. Pierre France, « Le Strasbourgeois poursuivi d’apologie de l’attentat contre Charlie Hebdo maintenu en détention », Rue89 Strasbourg, 11 janvier 2015.
  263. « Apologie du terrorisme après Charlie : peine aggravée », L’Alsace, 23 septembre 2015.
  264. Un lycéen condamné pour apologie des attentats La Provence, le 11 janvier 2015.
  265. Le Monde : Apologie d'actes terroristes : des condamnations pour l'exemple.
  266. A saint-denis collégiens et lycéens ne sont pas tous charlie, Le Monde.
  267. Le désarroi d'une prof qui parle de ""Charlie"" à ses élèves - Le Point.
  268. Charlie Hebdo : la minute de silence dans les écoles embarrasse des parents, L'Express.
  269. http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/attaque-au-siege-de-charlie-hebdo/minute-de-silence-pour-charlie-hebdo-la-difficile-tache-des-profs-dans-certains-colleges_792855.html.
  270. Charlie Hebdo : ces minutes de silence qui ont dérapé dans les écoles, Le Figaro, 9 janvier 2015.
  271. Manuel Valls: "venez nombreux" à la marche de dimanche, France Soir, 10 janvier 2015.
  272. "Charlie Hebdo" - Minute de silence perturbée : l'Éducation nationale recense 70 chahuts - Le Point.
  273. Minutes de silence qui ont dérapé : Vallaud-Belkacem prépare «une mobilisation».
  274. RTL : Lycéen tabassé à Châteauroux : trois élèves en garde à vue.
  275. Europe1 : Après les attentats, 200 incidents signalés dans les écoles.
  276. Le Parisien : Charlie Hebdo : 200 incidents dans les écoles, 40 signalés à la police.
  277. Elise Vincent, « Plus de 70 procédures ouvertes pour apologie et menaces d'actions terroristes », sur lemonde.fr,‎ .
  278. 173 dessinateurs s'allient pour un album hommage.
  279. Les éditeurs de BD s'allient pour un album hommage.
  280. RFI, Festival de BD d’Angoulême: hommage à Charlie Hebdo, Otomo consacré, 30 janvier 2015.
  281. Sud-Ouest, Festival de la BD à Angoulême : ce qu'il faut savoir pour ne rien rater, 1er février 2015.
  282. a, b, c, d, e, f, g et h « Huit chansons pour rendre hommage à Charlie Hebdo », sur leparisien.fr,‎ (consulté le 25 juin 2015).
  283. « Attentat à Charlie Hebdo : la chanson «Je suis Charlie» en boucle sur les réseaux », sur leparisien.fr,‎ (consulté le 25 juin 2015).
  284. « L'hymne des Charlie, du buzz sur Internet aux plateaux de France 2 », sur lepoint.fr,‎ (consulté le 25 juin 2015).
  285. « Charlie vivra », le spot de soutien à Charlie Hebdo, sur rsf.org,‎ (consulté le 25 juin 2015).
  286. http://www.parismatch.com/Culture/Musique/En-images/Patrick-Bruel-Julie-Gayet-et-Alain-Souchon-les-artistes-mobilises-sur-France-2-pour-le-concert-de-soutien-a-Charlie-Hebdo-688534%7CParis Match, le 12 janvier 2015.
  287. Alvezio Buonasorte, « Un concert pour la liberté » L’Alsace, 9 février 2015.
  288. « Clip : les artistes alsaciens se mobilisent “pour ne pas oublier Charlie” », Culture Box, France TV info, 17 janvier 2015
  289. « À La Rochelle, des gargouilles à l'effigie de Cabu et Wolinski », sur http://culturebox.francetvinfo.fr,‎
  290. « "Qu'ils crèvent !" : Guy Bedos regrette sa phrase sur "Charlie Hebdo" », Le Point, le 15 janvier 2015.
  291. « Michel Houellebecq "suspend la promotion" de "Soumission" », Le Point, le 8 janvier 2015.
  292. « Pour Houellebecq, les attentats parisiens sont "une grosse victoire pour les djihadistes" », metronews, le 28 janvier 2015.
  293. Ariane Chemin, « Polémique dans la famille Charlie Hebdo », sur lemonde.fr,‎ .
  294. Emmanuel Pierrat, Le Livre noir de la censure, Seuil, , p. 69.
  295. Attentat de Paris #JesuisCharlie : l’Europe unanimement solidaire de la France, Fondation Robert-Schuman, newsletter, 9 janvier 2015.
  296. Citations de personnalités et de politiques en réactions à l'attentat.
  297. (en) « The Empire State Building Went Dark For Charlie Hebdo Victims ».
  298. « Charlie Hebdo : le monde entier condamne l'attentat », Le Point,‎ .
  299. (en) Paul Vale, « Charlie Hebdo Attack: World Leaders React To Paris Massacre », sur The Huffington Post,‎ .
  300. (de) Bernd Riegert, « Internationale Reaktionen: "Das ist Barbarei" », sur Deutsche Welle,‎ .
  301. « Harper condemns 'barbaric' attack on Paris paper that killed 12 » (consulté le 7 janvier 2015).
  302. le Devoir.com).
  303. (en)Dan Bilefsky and Maïa de la Baume, « Terror Attack on Paris Newspaper, Charlie Hebdo, Kill 12. », The New York Times, 7 janvier 2015.
  304. (en) The Charlie Hebdo Massacre in Paris. The Editorial Board. The New York Times, January 7, 2015.
  305. RTBF, « Charlie Hebdo : le monde musulman condamne l'attaque « avec force » », RTBF,‎ .
  306. « charlie-hebdo-docteur-tariq-et-mister-ramadan », sur Lepoint.fr,‎ 17:01/2015 (consulté en 17:01/2015).
  307. http://www.la-croix.com/Actualite/France/L-Eglise-exprime-son-horreur-apres-l-attentat-a-Charlie-Hebdo-2015-01-07-1289435.
  308. « Le Pape offre sa messe pour les victimes de Charlie Hebdo », Radio Vatican,‎ (lire en ligne).
  309. « Pape Francçois et Charlie Hebdo : la liberté d'expression ne donne pas le droit d'"insulter" la foi d'autrui », sur huffingtonpost.fr,‎ (consulté le 15 janvier 2014).
  310. « Les jihadistes plus nuisibles à l'islam que les caricatures, selon le Hezbollah », sur L'Express,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  311. « Charlie Hebdo : les jihadistes sont plus nuisibles que les caricatures, selon le chef du Hezbollah », sur RTL,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  312. Reuters : Hamas et Hezbollah condamnent l'attentat contre Charlie Hebdo.
  313. (en) Israel National News.
  314. (en) [3].
  315. Courrier International, « Attentat contre Charlie Hebdo : les réactions de la presse étrangère », Courrier international,‎ .
  316. Jon Stewart, Conan O'Brien et le soutien de la télé US à Charlie Hebdo, Premiere.
  317. WATCH: Maher on Paris shooting: We have to stop saying 'we should not insult a great religion', Haaretz.
  318. L'hommage des late show américains à Charlie Hebdo, Le Figaro.
  319. Charlie Hebdo censuré par des grands médias anglo-saxons, L'Express, 8 janvier 2015.
  320. EUROPE / ÉTATS-UNIS Qui publie et qui ne publie pas la une du nouveau "Charlie" Courrier international, 14 janvier 2015.
  321. Ces pays qui refusent de publier "Charlie Hebdo", BFM TV14 janvier 2015.
  322. Basé en Ontario mais sert la région de Gatineau.
  323. « Une caricature de Mahomet dans les quotidiens du Québec », sur Le Soleil,‎ (consulté le 8 janvier 2015).
  324. Charlie Hebdo : Pékin dénonce les excès de la liberté de la presse Le Figaro, 13 janvier 2015.
  325. Les Décodeurs, « Charlie Hebdo » : la carte des rassemblements d'hommage en France, Le Monde,‎ .
  326. (en) Lizzie Dearden, « Charlie Hebdo attack: Thousands join vigils in Paris, London and around the world », The Independent,‎ .
  327. Je suis charlie des expats aux États-Unis.
  328. « Charlie Hebdo : Aqpa revendique l’attaque », sur Le Figaro,‎ (consulté le 10 janvier 2015).
  329. a, b et c « L'État Islamique qualifie de héros les auteurs de la tuerie contre Charlie Hebdo », sur Le Figaro,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  330. Reuters : Mokhtar Belmokhtar salue l'attentat contre Charlie Hebdo.
  331. Le Figaro : L'État islamique qualifie de «héros» les auteurs de la tuerie contre Charlie Hebdo.
  332. AFP : L'attentat contre Charlie Hebdo ordonné par le chef d'Al-Qaïda.
  333. « Charlie Hebdo : les islamistes somaliens Shebab saluent une attaque « Héroïque » », sur Le Point,‎ (consulté le 9 janvier 2015).
  334. « Attentat à Charlie Hebdo : scènes de liesse à Alger », sur Siwel.
  335. « Des Algérois fêtent l'attentat contre le siège de Charlie Hebdo », sur Tamurt.
  336. « Attaque contre Charlie Hedbo : tirs de joie à Ain El Heloue au Liban », sur L’orient le jour.
  337. « Un politicien offre une récompense aux tueurs », sur 20 min.
  338. (en) Ian Black, « Charlie Hebdo killings condemned by Arab states – but hailed online by extremists » [« Les meurtres à Charlie Hebdo condamnés par des États arabes, mais loués en ligne par des extrémistes »], The Guardian, Royaume-Uni,‎ (lire en ligne).
  339. (en) Anjem Choudary, « People know the consequences: Opposing view » [« Les gens savent les conséquences : vue opposée »], USA Today,‎ (lire en ligne).
  340. (en) « Paris terror at Charlie Hebdo newspaper: Aussies justify attack » [« Terreur parisien au journal Charlie Hebdo : Australiens justifie l’attentat »], The Herald Sun, AU,‎ (lire en ligne).
  341. Charlie ! Sous le pied du Prophète Mohammed (PSL), communiqué de presse.
  342. (en) « Islamist Turkish dailies draw ire after Charlie Hebdo attack – Local » [« Des quotidiens turcs islamistes provoquent l’indignation après l’attaque à Charlie Hebdo »], Hurriyet daily news, TR,‎ (lire en ligne).
  343. La contestation de Charlie de Gaza à Grozny.
  344. L'Obs : PHOTOS. Manifestations anti-Charlie Hebdo autour du monde.
  345. AFP : «Français, dégagez de Gaza ou nous vous égorgerons».
  346. a, b et c Unanimité des hommages à « Charlie » : un « contre-sens » ?.
  347. a et b Ariane Chemin, « Le temps d’une manif, la « bande à Charlie », décimée, joue les enfants sages », sur Le Monde,‎ (consulté le 13 janvier 2015).
  348. Anne Laffeter, « Luz : « Tout le monde nous regarde, on est devenu des symboles » »,‎ .
  349. Le Point, magazine, « Willem : "Nous vomissons sur ceux qui, subitement, disent être nos amis" », sur Le Point.fr (consulté le 11 janvier 2015).
  350. « Le réquisitoire posthume de Charb contre les "escrocs de l'islamophobie" », La République des Pyrénées, 15 avril 2015.
  351. « Le livre posthume de Charb sur l'islamophobie », Le Monde, 15 avril 2015.
  352. http://www.ouest-france.fr/charlie-hebdo-lhebdomadaire-va-sortir-mercredi-prochain-3101725 Charlie Hebdo. Un million d'exemplaires prévus mercredi prochain.
  353. a et b « A quoi ressemblera le prochain « Charlie Hebdo » ? »,‎ .
  354. « Mahomet en une du « Charlie Hebdo » de mercredi », sur Liberation.fr,‎ .
  355. « Unanimité des hommages à « Charlie » : un « contre-sens » ? », sur le site du quotidien Le Monde,‎ (consulté le 11 janvier 2015).
  356. « Charlie Hebdo : les marchands de journaux seront réapprovisionnés toute la semaine », Le Figaro,‎ .
  357. « Charlie hebdo : près de 8 millions d’exemplaires », sur lefigaro.fr,‎
  358. Libération : «Charlie Hebdo» épuisé : «Tout est parti en 10 minutes», Libération, 14 janvier 2015.
  359. Europe 1 : Déjà épuisé, Charlie Hebdo tiré à 5 millions d'exemplaires, Europe 1, 14 janvier 2015.
  360. « Charlie Hebdo tiré à 7 millions d'exemplaires », Le Monde, 17-1-2015.
  361. « "Charlie Hebdo" sera tiré au-delà des 7 millions d'exemplaires prévus », Le Monde, 23 janvier 2015.
  362. « Pétition, abonnements de soutien et préparation du futur Charlie », arretsurimages.net, 9-1-2015.
  363. Charlie Hebdo : le plus bel effet Streisand du monde, Terra Femina.
  364. Direct - «Charlie Hebdo» et «Libération» interdits de séjour au Sénégal, Libération.
  365. Charlie Hebdo Muhammad Cartoons Force Newsrooms To Reevaluate Editorial Policies, International Business Times, 8/1/2015.
  366. El ‘efecto Streisand’ rebota sobre ‘Charlie Hebdo’ , La Estrella de Panama, 9/1/2015.
  367. Free Speech, Charlie Hebdo, and the Ultimate Campus Trigger Warning (VIDEO), Huffington Post.
  368. « Le prochain numéro de Charlie Hebdo sortira le 25 février », Le Monde, 2 février 2015.
  369. Marc Rees, « Le blocage administratif des sites terroristes est sur la rampe » sur nextinpact.com, 9 janvier 2015.
  370. Contre le terrorisme, Valérie Pécresse veut un Patriot act à la française.
  371. Charlie Hebdo. Europe et États-Unis renforcent la lutte antiterroriste.
  372. [4], "France Bleu", 12 janvier 2015.
  373. http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/01/09/l-emergence-d-un-funeste-business-je-suis-charlie-sur-le-web_4552164_3224.html L'émergence d'un funeste business « Je suis Charlie » sur le Web.
  374. Je suis Charlie » ne deviendra pas une marque, Le Monde, 14 janvier 2015.
  375. « Je suis Charlie » : ceci n’est pas une marque, Rue89, 12 janvier 2015.
  376. « Rumeurs : 3... 2...1 : FEU ! », Hoaxbuster.com, 10 janvier 2015.
  377. « Charlie Hebdo: «Les thèses conspirationnistes naissent désormais avant même la version officielle» », Le Figaro, 9 janvier 2015.
  378. Attentats à Paris: les (mauvaises) théories du complot, L'Express, 8 janvier 2015.
  379. Charlie Hebdo : les premières réactions complotistes, Conspiracy Watch, 7 janvier 2015.
  380. « Je me sens Charlie Coulibaly » : le parquet ouvre une enquête sur Dieudonné.
  381. Complètement complot, Le Canard enchaîné, 14 janvier 2015.
  382. « « Charlie Hebdo » : Jean-Marie Le Pen et la théorie du complot », Libération, 16 janvier 2015.
  383. Attentat contre "Charlie Hebdo" : Marine Le pen juge les théories du complot "fumeuses et dangereuses", Huffington Post, 19 janvier 2015.
  384. « Incendie de "Charlie Hebdo" : Tariq Ramadan tient-il un double discours sur l'affaire ? », L'OBS, 7 novembre 2015.
  385. « Tariq Ramadan accuse Charlie de lâcheté et de faire de l’argent avec l’islam », Le Temps, 12 janvier 2015.
  386. « "Charlie Hebdo" : Docteur Tariq et Mister Ramadan », Le Point, 17 janvier 2015.
  387. « Charlie Hebdo. La thèse ignoble de Tariq Ramadan », Mediapart, 18 janvier 2015.
  388. « Deux suicides de commissaire en deux ans », sur Le Parisien,‎ .
  389. L'étrange rumeur sur le suicide du numéro 2 de la police judiciaire de Limoges, Valeurs Actuelles, 30 janvier 2015.
  390. Jean-Yves Camus, Les charognards du complot, Charlie Hebdo no 1178, 14 janvier 2015.
  391. « Les attentats vus par des jeunes marseillais : « C’est un complot pour salir les musulmans », sur Le Monde,‎ .
  392. 17% des Français pensent que les attentats de Charlie Hebdo et de la porte de Vincennes relèveraient d’un complot: un thermomètre de l’état de la société, atlantico, 25-1-2015.
  393. Mathilde Laurelli, « Charlie Hebdo: Comment éviter que les enfants aient peur du terrorisme ? » sur L'Express, 8 janvier 2015.
  394. Yamina Saïdj, « Comment parler de l'attaque contre Charlie Hebdo aux enfants ? » sur Doctissimo, 8 janvier 2015.
  395. Ophélie Ostermann, « Tuerie de Charlie Hebdo : comment en parler aux enfants » sur Madame Figaro, 8 janvier 2015.
  396. Émilie Brouze, « Parler de Charlie Hebdo à l’école : "Ils sont intelligents, mes élèves" » sur Rue89, 8 janvier 2015.
  397. Charlie Hebdo: Comment éviter que les enfants aient peur du terrorisme? - L'Express Styles par Pierre Mannoni, psychologue et enseignant chercheur à la retrait.
  398. Marcel Rufo conseille d'aller acheter Charlie Hebdo avec ses enfants, France Bleu Provence, le 9 janvier 2015.
  399. Terrorisme : des enseignants « démunis » pour parler des attentats à leurs élèves, Société.
  400. Dounia Bouzar, émission « Mots croisés », France 2, le 12 janvier 2015.
  401. Attentat de "Charlie Hebdo" et théories du complot : de faux experts qui se font plaisir, L'Obs, le 14 janvier 2015.
  402. Une fausse page de la BBC sur la tuerie de « Charlie Hebdo », Le Monde, le 12 janvier 2015.
  403. Najat Vallaud-Belkacem le 15 janvier sur RTL.
  404. FranceTV : Attentats : vers la constitution d'une commission d'enquête parlementaire.
  405. an après les attentats de Charlie Hebdo : semaine de commémorations, agenda chargé pour François Hollande, Atlantico, 4 janvier 2016
  406. Commémoration des attentats de janvier : ce qui est prévu cette semaine, BFM TV, 4 janvier 201-
  407. http://www.leparisien.fr/paris-75/attentats-le-chene-du-souvenir-plante-ce-mercredi-place-de-la-republique-a-paris-05-01-2016-5423989.php

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cabu, Charb et Wolinski sont interviewés et s'expriment sur les menaces islamistes, en compagnie de Luz et Willem, autres dessinateurs de Charlie, mais aussi de Kroll, Pétillon et Siné, dans l'ouvrage de Numa Sadoul, Dessinateurs de presse, éditions Glénat, 2014, 218 p.
  • Charb (édition posthume), Lettres aux escrocs de l'islamophobie qui font le jeu des racistes, éditions Les Échappés, coll. « Lettre A », , 96 p. (ISBN 2-3576-6086-4)
  • Serge Federbuch, La Marche des Lemmings : la deuxième mort de Charlie Hebdo, Ixelles éditions, , 208 p. (ISBN 978-2875152572)
  • Jérôme Fourquet et Alain Mergier, Janvier 2015 : le catalyseur, Édition Fondation Jean-Jaurès
  • Edgar Morin et Patrick Saïgany, Avant, pendant, après le 11 janvier, La Tour-d’Aigues, Éditions de l'Aube, coll. « L'urgence de comprendre », , 116 p. (ISBN 978-2-8159-1251-8)
  • Emmanuel Todd, Qui est Charlie ? : Sociologie d'une crise religieuse, Éditions du Seuil, , 252 p. (ISBN 978-2021279092)
  • Jean-Christophe Serafino, Charlie Hebdo : le 7 janvier 2015, éditeur Lulu.com, 2015.
  • Patrick Boucheron et Patrick Riboulet, Prendre dates : Paris, 6 janvier 2015 - 14 janvier 2015, Verdier, 2015.
  • Ce qui nous sommes : Réflexions marocaines après les événements du 7 et 11 janvier 2015 à Paris, La Croisée Des Chemins, 2015.
  • Je suis Charlie 7-11 janvier 2015 : Hommages anonymes, Archicity, 2015.

Documentaires et magazines sur le sujet[modifier | modifier le code]

  • Ana Dumitrescu, Même pas peur, 1 h 45, documentaire français, diffusé en avant-première à 18 h au cinéma Méliès (Port-de-Bouc) le 3 octobre 2015.
  • Cellule de crise, « Attentats 2015: dans le secret des cellules de crise », sur France 2 à 22 h 40, 3 janvier 2016.
  • Enquête exclusive, « Attentats de janvier 2015 : enquête sur les premières attaques qui ont frappé Paris », sur M6 à 22 h 45, 3 janvier 2016.
  • Lundi en histoire, « Attentats : Au cœur du pouvoir », sur France 3 à 20 h 55 et « Attentats : Les visages du pouvoir », à 22 h 10 le 4 janvier 2016.
  • Crimes, « Janvier 2015, la France tremble », sur NRJ à 20 h 55, 4 janvier 2016.
  • Infrarouge, « Du côté des vivants », sur France 2 à 23 h 10, 5 janvier 2015.
  • France 5, Janvier 2015, Paris face à la terreur à 20 h 45 et Charlie 712 : Histoire d'une couverture à 22 h 05 le 5 janvier 2015.
  • Arte : 2015, Paris est une cible, 20 h 55 (documentaire sur les attentats du 7 janvier et du 13 novembre 2015), 5 janvier 2015.
  • Docs interdits, « Attentats : Charlie, le rire en éclats », sur France 3 à 23 h 30, 6 janvier 2016.
  • En quête d'actualité, « De Charlie au 13 novembre : comment les attentats ont changés la France », sur D8 à 21 h 00, le 6 janvier 2016.
  • Charlie : 1 an après ils racontent, sur TMC à 20 h 55 et Attentats 2015 : Les jours d'après, à 22 h 40 le 6 janvier 2016.
  • Envoyé spécial, émission spéciale consacrée aux conséquences des attentats en France en 2015 sur France 2 à 20 h 55 et Complément d'enquête, « Janvier 2015 : Au cœur des attaques », à 22 h 40, le 7 janvier 2016.

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]