1874

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de redirection Cette page concerne l'année 1874 (MDCCCLXXIV en chiffres romains) du calendrier grégorien. Pour l'année -1874, voir -1874.

Années :
1871 1872 1873  1874  1875 1876 1877

Décennies :
1840 1850 1860  1870  1880 1890 1900
Siècles :
XVIIIe siècle  XIXe siècle  XXe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada (Nouveau-Brunswick, Québec), États-Unis) • Asie • Europe (France (Paris), Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Architecture Chemins de fer Droit Football Littérature Musique populaire Musique classique Parcs de loisirs Photographie Science Sociologie Sport Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Événements[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

  • 14 mars : traité de Foména signé à Cape Coast.
    • Déclin du royaume des Ashanti (Ghana). Leurs rivaux traditionnels, les Fanti, sont remplacés par les Britanniques qui les ont neutralisés et ont racheté aux Hollandais les forts disséminés le long de la côte. Refusant de payer un tribut aux Achanti, les Britanniques (sir Garnet Wolseley) incendient leur capitale, Kumasi. Ils leur imposent le traité de Foména, par lequel les Achanti cèdent leurs droits sur la côte et renoncent à la traite et à l’esclavage, leurs principales sources de revenus.
    • Kofi Karikari est détrôné. Début du règne de Mensa Bonsu, asantehene des Ashanti (déposé en 1883).


  • Le khédive d’Égypte Ismaïl Pacha fait occuper tous les ports éthiopiens de la mer Rouge et lance quatre expéditions vers l’intérieur (1875). Une seule atteindra son objectif, l’occupation de Harrar où les Égyptiens resteront dix ans.
  • Le prince marchand égyptien Zubeir Pacha s’empare du Darfour pour le compte du khédive d’Égypte. Il envisage de se passer des intermédiaires égyptiens et d’utiliser une liaison directe avec Benghazi par El Giof. Son influence inquiète les Égyptiens, qui l’emprisonnent lors de sa visite au Caire. Son fils, Soliman bey, réunit une armée pour le libérer, mais est battu et tué par les troupes égyptiennes en 1879.
    • Un de ses lieutenants, Rabah Fadlallah (v.1840-1900), refuse d’abandonner la lutte. Il s’établit au Dar Kouti et ravage les pays du sud. Puis à la tête d’une armée d’anciens esclaves, il part à la conquête des royaumes du Nord. En 1879, il conquiert le Rougna ; en 1880, il soumet les tribus banda et nzakara ; en 1882, il atteint la région du Gribingui qu’il dévaste. Jusqu’en 1885, il ne rencontre aucune résistance sérieuse, car il a évité l’affrontement direct avec les États bien organisés.
  • Ismaïl Pacha ambitionne de conquérir le Borkou (Ouadaï) et le Bornou et de les annexer au Darfour.
  • Début du règne de Yousouf, frère d’Ali, sultan du Ouadaï (fin en 1898). Il ne peut maintenir son autorité sur ses voisins (Baguirmi). Ses frontières sont menacées par Rabah et les Mahdistes, mais il résiste.

Amérique[modifier | modifier le code]

  • 12 octobre : Nicolás Avellaneda est élu président de la République Argentine (fin en 1880). Il échoue dans sa tentative de réconciliation nationale. Il doit lutter contre l’ancien président Bartolomé Mitre, puis contre la province de Buenos Aires qui refuse la défaite de son gouverneur à l’élection présidentielle.
    • L’Argentine est divisée. D’un côté Buenos Aires, où le libéralisme gagne les classes moyennes, penche en faveur d’un État national : la ville est aux mains d’une oligarchie qui est lasse de la domination des caudillos ruraux ; de l’autre, les grands propriétaires des campagnes soutiennent les sécessions afin d’échapper au contrôle d’un État. Néanmoins, ces derniers serait prêts à accepter l’Union dans la mesure où leurs intérêts seraient garantis.


  • Insurrection de Porfirio Diaz au Mexique.
  • L’instruction religieuse à l’école est interdite au Mexique.
  • Loi électorale au Chili. Elle étend le droit de vote à tous les hommes de plus de 25 ans (21 ans pour les hommes mariés) sachant lire et écrire.

Asie et Pacifique[modifier | modifier le code]

Mai : expédition de Taïwan
  • 20 janvier : traité de Pangkor entre le Royaume-Uni et le sultanat de Perak en Malaisie.
  • Janvier (Japon) :
    • essor du Mouvement pour la liberté et les droits du peuple qui, avec d’autres partis, réclament sous la direction d’Itagaki Taisuke la création d’une assemblée nationale;
    • création à Osaka de la Société des patriotes (Aikoku Kōtō), à l’origine du mouvement démocratique constitutionnaliste.
  • Février (Japon) : création d’un club influent d’intellectuels libéraux, la « société de l’an 6 de Meiji », qui théorise le mouvement de modernisation des structures sociales.
  • Printemps : expédition militaire japonaise à Formose. Les Japonais prétextent un massacre par les indigènes de naufragés nippons venant des îles Ryūkyū, trois ans plus tôt. Pékin paie des indemnités et les forces japonaises se retirent en octobre. Tôkyô mesure la faiblesse de la Chine.


  • Australie : résistance des Kalkatungu, qui refusent de céder leurs terres aux orpailleurs de la région de Mout Isa, dans le nord-ouest du Queensland (1874-1884).
  • Radif Pasa succède à Midhat Pasa au gouvernorat de Bagdad. La Porte n’entend pas relâcher son contrôle sur la Mésopotamie. Le sultan désire le statu quo en ce qui concerne les frontières communes avec la Perse et craint l’influence croissante des Britanniques.
  • L’émirat du Koweït est rattaché à l’administration ottomane de Bassora. La Mésopotamie est divisée en trois vilayets (Mossoul, Bagdad, Bassora). Le contrôle ottoman sur les côtes du Golfe ne s’étend pas au-delà de Bahreïn, soumis depuis 1867.
  • Grande famine au Bengale.
  • Presse : Les grands journaux japonais sont privés du soutien financier public et cherchent des soutiens privés.

Europe[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : 1874 en France, 1874 en Italie et 1874 en Suisse.
  • 10 janvier : recul des nationaux-libéraux aux élections au Reichstag en Allemagne. Le parti catholique du centre devient le premier parti avec 27,9 % des suffrages, le parti social-démocrate obtient 6,8 %. Le Reichsland d’Alsace-Lorraine peut élire 15 députés au Reichstag.
  • 13 janvier : réforme militaire de Milioutine en Russie : service obligatoire pour tous (6 ans au lieu de 25), appel par tirage au sort d’une partie du contingent, réduction de la durée du service selon les études effectuées.
  • 19 avril : les cantons suisses adoptent une Constitution fédérale démocratique. Elle intègre les mesures prônées par les radicaux, les démocrates et les laïques et garantit un exercice démocratique du pouvoir. Les deux instances législatives (le Conseil national et les Conseils des États) élisent le tribunal fédéral, le général en chef en cas de conflit, et le Conseil fédéral.
  • 19 mai : une loi interdit le travail des enfants âgés de moins de 13 ans et réglemente le travail des femmes en France. Un corps d'inspection est créé pour appliquer la nouvelle loi.
  • Printemps-été : Russie : apogée du « mouvement vers le peuple » lancé par les populistes au printemps et en été. Des milliers d’étudiants vont tenter vainement de soulever les campagnes. Nombreuses arrestations.
  • 13 juillet : Bismarck échappe à un attentat. Ce geste, perpétré par un jeune catholique, est un signe de l’opposition croissante au Kulturkampf.
  • 1er août : la Suisse décrète la mobilisation générale.
  • 30 août : Factory Act (dit loi « employeur et ouvrier ») qui limite la durée de travail dans les usines au Royaume-Uni. La rupture du contrat de travail par le salarié n’est plus passible de prison[1].


  • En Norvège, le parti venstre veut faire admettre le principe que les ministres soient autorisés à participer aux débats du Storting, afin que le Parlement puisse exercer un contrôle politique sur l’action gouvernementale. Le texte, voté trois fois par le Storting, est refusé par trois fois par le roi Oscar II (1874, 1877, 1880). Le Storting finit par considérer que le texte est promulgué, mais les membres du gouvernement alors en place sont cités devant la Haute Cour, condamnés et relevés de leurs fonctions.
  • Premier congrès des propriétaires de mines de la Russie du Sud à Taganrog.
  • Fondation du Parti national libéral en Bohême.
  • Loi électorale restrictive en Hongrie.
  • Suppression de trois lycées slovaques pour cause « d’agitation panslave » (1874-1875).
  • Crise de l’agriculture au Royaume-Uni (1874-1896) : les élites foncières compensent la baisse des revenus du fermage en diversifiant leurs activités, en particulier dans le domaine financier.

Espagne[modifier | modifier le code]


Chronologies thématiques[modifier | modifier le code]

Travaux de réparation sur la voie ferrée, peinture de Konstantin Savitsky.
La Seine à Argenteuil, Claude Monet

Naissances en 1874[modifier | modifier le code]

Décès en 1874[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Chronologie », Manière de voir (103), février-mars 2009, p. 17