Henri V (roi d'Angleterre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Henri V d'Angleterre)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Henri et Henri V.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.

Henri V
Henri V (artiste anonyme, fin XVIe-début XVIIe siècle, National Portrait Gallery, Londres).
Henri V (artiste anonyme, fin XVIe-début XVIIe siècle, National Portrait Gallery, Londres).
Titre
Roi d'Angleterre et seigneur d'Irlande

(9 ans 5 mois et 10 jours)
Couronnement en l'Abbaye de Westminster
Prédécesseur Henri IV
Successeur Henri VI
Duc d'Aquitaine

(22 ans 10 mois et 16 jours)
Prédécesseur Henri IV
Successeur Henri VI
Prince de Galles

(13 ans 5 mois et 6 jours)
Prédécesseur Richard de Bordeaux
Successeur Édouard de Westminster
Biographie
Dynastie Maison de Lancastre
Date de naissance ou
Lieu de naissance Monmouth (Principauté de Galles)
Date de décès (à 36 ans)
Lieu de décès Château de Vincennes (France)
Père Henri IV d'Angleterre
Mère Marie de Bohun
Conjoint Catherine de Valois
Enfants Henri VI Red crown.png
Héritier Thomas de Lancastre
(1413-1421)
Jean de Lancastre
(1421)
Henri de Lancastre
(1421-1422)

Henri V (roi d'Angleterre)
Monarques d'Angleterre

Henri V d'Angleterre, né le ou le [1] à Monmouth dans la principauté de Galles et décédé le au château de Vincennes, en France ; duc de Cornouailles et de Lancastre, est roi d'Angleterre de 1413 à 1422. Il est le second monarque issu de la maison de Lancastre qui a succédé aux Plantagenêt au pouvoir.

Il se distingue au cours de plusieurs campagnes militaires, contre les Gallois durant la révolte de Owain Glyndŵr, puis contre la Famille de Percy au cours de la bataille de Shrewsbury. Henri rentre rapidement en conflit avec son père Henri IV, dont la santé se dégrade fortement à partir de 1405. À la suite de la mort de son père en 1413, Henri prend les rênes du pays, et relance les combats contre les Français lors de la guerre de Cent Ans qui oppose les deux pays entre 1337 et 1453. Ses succès militaires, qui culminent lors de la bataille d'Azincourt le lui permettent de se rapprocher d'une conquête de la France. Après plusieurs mois de négociations avec Charles VI, très fragile psychologiquement et régulièrement frappé de folie, le traité de Troyes, signé en 1420, reconnait Henri comme régent, et héritier du trône de France. Son mariage avec la fille de Charles, Catherine de Valois a lieu peu après, et est suivi de la naissance du futur roi Henri VI. À la suite de la mort inattendue et soudaine de Henri V deux ans plus tard, son fils Henri VI, alors âgé de neuf mois, devient roi de France et d'Angleterre selon le principe de l'union des deux couronnes édicté par le traité de Troyes[2]

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Lors de l'exil d'Henri IV en 1398, Richard II le prend à sa charge et le traite avec bienveillance. L'année suivante, la révolution Lancastrienne force prématurément Henri à prendre des responsabilités en tant qu'héritier du trône.

À partir d'octobre 1400, l'administration du Pays de Galles est conduite en son nom ; moins de trois ans plus tard, Henri est de fait aux commandes des forces anglaises et combat contre Harry Hotspur à Shrewsbury. C'est là, en 1403, que le prince âgé de 16 ans est presque tué par une flèche reçue en plein visage. Un soldat ordinaire aurait été laissé pour mort avec une telle blessure, mais Henri peut bénéficier des meilleurs soins possibles et, pendant les jours qui suivent l'accident, le médecin royal conçoit un outil spécial pour extraire la pointe de la flèche sans causer de dommages supplémentaires. L'opération est couronnée de succès, laissant probablement au prince une cicatrice permanente rappelant son expérience de la bataille.

Rôle au gouvernement et son conflit avec Henri IV[modifier | modifier le code]

Henri V d'Angleterre, représenté debout en jeune prince de Galles, antérieurement à son couronnement (miniature, vers 1411-1413, British Library, Londres, Arundel 38, fo 37).

La révolte galloise menée par Owain Glyndŵr occupe Henri jusqu'en 1408. Par suite, à cause de la mauvaise santé du roi, Henri commence à jouer un rôle politique plus important. À partir de janvier 1410, aidé par ses oncles Henri et Thomas Beaufort — fils légitimés de Jean de Gand — il dirige de fait le pays.

Ses opinions en politique étrangère et locale diffèrent de celles du roi, qui le renvoie du conseil en novembre 1411. La querelle entre le père et le fils est uniquement d'ordre politique, bien qu'il soit probable que les Beaufort aient argumenté pour l'abdication d'Henri IV, tandis que leurs adversaires se sont certainement efforcés à diffamer le prince. Il se peut que ce soit à cette inimitié politique que la tradition d'une jeunesse agitée soit due, et par la suite immortalisée par Shakespeare ; mais le récit des actions militaires et politiques d'Henri, même dans sa jeunesse, réfutent cette tradition. L'incident le plus connu, sa dispute avec le chief justice (grand juge), n'est pas rapporté par ses contemporains, et uniquement conté par Sir Thomas Eliot, en 1531.

L'histoire de Falstaff tient ses origines partiellement de l'amitié de Henri envers Sir John Oldcastle. Cette amitié, et l'opposition politique du prince envers Thomas Arundel, archevêque de Cantorbéry, encourage peut-être les espoirs des Lollards. Si c'est le cas, leur déception peut avoir causé les déclarations des écrivains ecclésiastiques comme Thomas Walsingham disant que, devenant roi, Henri est soudainement devenu un autre homme.

Roi d'Angleterre[modifier | modifier le code]

Accession au trône[modifier | modifier le code]

Henri succède à son père le [3]. Sans passé embarrassant ni dangereux rivaux, il peut mettre en œuvre son expérience. Il doit s'occuper de trois problèmes :

  • la restauration de la paix dans le royaume ;
  • l'apaisement du schisme dans l'Église ;
  • le rétablissement du prestige de l'Angleterre en Europe.

Henri s'attaque simultanément aux trois fronts, et construit graduellement, à partir de ces trois objectifs, une politique plus générale. Il fait immédiatement comprendre qu'il dirigera l'Angleterre comme une nation unie, et que les différends du passé doivent être oubliés. Le roi Richard II d'Angleterre est enterré avec les honneurs dus à son rang ; le jeune Mortimer devient favori ; les héritiers des nobles qui ont pâti du règne précédent récupèrent graduellement leurs titres et propriétés. Henri utilise son influence personnelle en vain face à John Oldcastle, mais le plus grave danger au plan intérieur reste le mécontentement des Lollards. La fermeté du roi écrase le mouvement dans l'œuf (janvier 1414) et conforte sa place sur le trône. Le reste de son règne est exempt d'ennuis sérieux sur le plan intérieur, sauf en juin 1415, où échoue un complot en faveur de Mortimer, qui implique Henry Scrope et Richard de Conisburgh, comte de Cambridge (grand-père du roi Édouard IV d'Angleterre).

Politique étrangère[modifier | modifier le code]

Bataille d'Azincourt, miniature tirée de l’Abrégé de la Chronique d'Enguerrand de Monstrelet, XVe siècle, Paris, BnF, département des Manuscrits.
Mariage de Henri V et de Catherine de Valois, British Library, Jean Chartier, Chronique de Charles VII, vers 1490, Royal 20 E. vi, fo 9vo .

Henri peut alors s'intéresser aux affaires étrangères. Un écrivain de la génération suivante est le premier à prétendre que Henri fut encouragé par des religieux à entrer en guerre contre la France, afin de détourner l'attention des conflits intérieurs. Mais cette théorie semble sans fondement. La restauration de la paix intérieure est la principale préoccupation du roi et, tant qu'elle n'est pas assurée, il ne peut pas entreprendre d'opérations de grande envergure à l'étranger. De plus, cette guerre ne vise pas simplement à conquérir de nouveaux territoires. D'anciennes disputes commerciales et le soutien apporté par les Français à Owen Glendower sont utilisés comme prétextes pour cette guerre et l'état désordonné de la France n'offre pas de perspectives de paix. Henri peut considérer la revendication de ses droits au trône de France comme faisant partie de son devoir royal, mais dans tous les cas, un règlement permanent des querelles nationales est essentiel au succès de sa politique étrangère. La campagne de 1415, avec sa brillante conclusion à la bataille d'Azincourt (), est une première étape. Deux ans de patiente préparation suivent.

La domination maritime est assurée en chassant les Génois, alliés des Français, de la Manche. La réussite diplomatique éloigne l'empereur Sigismond de la France, et le traité de Canterbury ouvre la voie pour la fin du schisme de l'Église. Ainsi en 1417 la guerre est relancée à une échelle plus large. La Basse-Normandie est rapidement conquise et Rouen, coupée de Paris, est assiégée. Les Français sont paralysés par des conflits entre les Bourguignons et les Armagnacs. Henri joue habilement de ces dissensions pour les monter les uns contre les autres, sans relâcher son effort de guerre. En janvier 1419, Rouen tombe et Henri installe son gouvernement au château de Rouen[4]. En août, les Anglais sont aux portes de Paris. Les intrigues au sein de la cour de France culminent avec l'assassinat de Jean de Bourgogne par les partisans du dauphin à Montereau-Fault-Yonne (). Philippe, le nouveau duc, et la cour française les jettent eux-mêmes aux mains de Henri. Toujours en 1419, à Hardricourt, eut lieu une entrevue entre les émissaires français et le roi Henri V d'Angleterre qui demandait la main de Catherine, fille du roi Charles VI de France, avec en dot l'Aquitaine et la Normandie, vieil héritage ancestral (par Aliénor d'Aquitaine et Guillaume le Conquérant), confisqué petit à petit par la monarchie capétienne. Après six mois de négociations, Henri est reconnu par le traité de Troyes comme héritier et régent de France, et, le , se marie avec Catherine de Valois, fille de Charles VI le Fou, roi de France, et d'Isabeau de Bavière. (Après sa mort, Catherine de Valois se mariera en secret avec un courtisan gallois, Owen Tudor (?-1461) grand-père du roi Henri VII d'Angleterre.)

Fin de règne[modifier | modifier le code]

Henri V est alors à l'apogée de son pouvoir. Son succès en France semble certain. Il partage avec Sigismond la responsabilité d'avoir mis fin au Grand Schisme en obtenant l'élection du pape Martin V. Tous les États d'Europe occidentale sont sous son influence diplomatique.

La place de dirigeant de la chrétienté est maintenant à sa portée, et le projet d'une nouvelle croisade prend forme. Il envoie effectivement un émissaire pour collecter des informations à l'est ; mais ses plans sont anéantis par sa mort. Une visite en Angleterre en 1421 est interrompue par la défaite et la mort de son frère, le duc de Clarence à Baugé le Viel contre une armée franco-écossaise du dauphin Charles. Le siège de Dreux en juillet puis les rigueurs du siège hivernal de Meaux détériorent sa santé, et il meurt de dysenterie à Vincennes le , deux mois avant son beau-père Charles VI, manquant ainsi la possibilité d'être couronné roi de France.

Les derniers mots de Henri expriment peut-être le regret de n'avoir pas vécu assez longtemps pour reconstruire les murs de Jérusalem. Cet idéal est inspiré de celui du Roi Arthur, un modèle de la chevalerie alors sur son déclin. Pourtant, l'esprit politique de Henri est plutôt en avance sur son temps :

  • un gouvernement central puissant supporté par le parlement,
  • une réforme de l'Église dans un esprit conservateur,
  • un développement commercial,
  • le maintien d'un prestige national.

Ses objectifs anticipent à certains égards ceux de son successeur Tudor, mais il les aurait accomplis d'une façon médiévale, comme un souverain soumis à la constitution. Son succès est dû au pouvoir de sa personnalité. Il peut entraîner les lieutenants derrière lui, mais, à sa mort, personne n'est disponible pour prendre sa place de leader. La guerre, la diplomatie et l'administration civile dépendent toutes de sa guidance.

Bilan du règne[modifier | modifier le code]

« Son éblouissante réussite en tant que général a détourné l'attention de ses plus sérieuses qualités de souverain, et même de ses solides stratégies avec lesquelles il visait la place de maître des mers étroites. S'il n'était pas le fondateur de la marine anglaise, il était un des premiers à comprendre sa véritable importance. Henri avait un sens si aigu de ses propres droits qu'il était sans merci face au manque de loyauté. Mais il était très attentif aux droits des autres, et c'était son désir impatient de défendre la justice qui impressionnait ses contemporains français. Il a eu la réputation d'un persécuteur religieux ; mais en fait, en tant que prince, il s'est opposé à la politique sévère de l'archevêque Thomas Arundel, et, en tant que roi, il autorisa une vision plus modérée. L'exécution des Lollards durant son règne était plus sûrement un acte politique que religieux. Être ferme était pour lui un devoir. Ainsi en temps de guerre, bien qu'il gardât une stricte discipline et n'autorisât pas de violence gratuite, il traitait sévèrement tous ceux qui selon lui avaient péché. Dans sa conduite personnelle il était chaste, modéré, et sincèrement pieux. Il se détendait en faisant du sport ou des exercices virils. En même temps il était cultivé, avec un goût pour la littérature, l'art et la musique. »

[réf. nécessaire]

Cette appréciation est maintenant considérée comme une vision plutôt archaïque et partiale du règne de Henri.

Obsèques[modifier | modifier le code]

Henri est enterré à l'abbaye de Westminster. Sa tombe est recouverte de jolis ornements durant la Réforme. Le bouclier, le casque et la selle, qui forment une partie de l'équipement funéraire initial, pendent toujours au-dessus de sa tombe.

Son jeune fils Henri VI lui succède. Son frère Jean de Lancastre, duc de Bedford, se charge de la régence et de l'éducation du jeune roi.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Locutions restées célèbres[modifier | modifier le code]

On devrait à Henri V l'expression «Guerre sans feu ne valoit rien non plus qu'andouilles sans moutarde[5] »

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Deux cents ans après sa mort, Shakespeare en fait le personnage principal de la pièce de théâtre Henri V.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Des films adaptés de la pièce de Shakespeare :

Télévision[modifier | modifier le code]

Sources imprimées[modifier | modifier le code]

  • Frank Taylor et John S. Roskell (éd.), Gesta Henrici Quinti : The Deeds of Henry the Fifth, Oxford, Clarendon Press, coll. « Oxford Medieval Texts », 1975, 206 p., présentation en ligne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Christopher T. Allmand, Henry V, Berkeley / Los Angeles, University of California Press, 1992. (ISBN 978-0300073706).
  • (en) Anne Curry, Henry V : From Playboy Prince to Warrior King, Allen Lane, coll. « Penguin Monarchs », 2015, 160 p.
  • (en) Gerald L. Harriss (dir.), Henry V : The Practice of Kingship, Stroud, Alan Sutton, 1993 (1re éd. 1985).
  • (en) Gwilym Dodd (dir.), Henry V : New Interpretations, Woodbridge / Rochester, The University of York / York Medieval Press, , XIII + 305 p. (ISBN 9781903153468, présentation en ligne).
  • (en) Peter McNiven, « Prince Henry and the English Political Crisis of 1412 », History : The Journal of The Historical Association, vol. 65, n° 213, février 1980, p. 1–16.
  • (en) Peter McNiven, « The Problem of Henry IV's Health, 1405-1413 », English Historical Review, n° 100, 1985.
  • (en) Ralph A. Griffiths, « Prince Henry's War : Armies, Garrisons and Supplu during the Glyndŵr Rising », Bulletin of the Board of Celtic Studies, n° 34, 1987.
  • (en) Ralph A. Griffiths, « Henry V takes the field at Agincourt », dans The Great Turning Points in British History, Constable, coll. « Brief Histories », 2009, p. 86-93, ISBN 978-1845299279
  • (en) Ralph A. Griffiths, « Prince Henry and Wales, 1400-1408 », dans Michael Hicks (ed.), Profit, Piety and Professions in Late Medieval England, Gloucester, Alan Sutton, 1991, p. 51–61.
  • (en) Ralph A. Griffiths, « Harry of Monmouth : Henry V of England: Local esteem and national reputation », The Monmouthshire Antiquary, XIXC, 2003, p. 71-86.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Plantagenet Somerset Fry, Kings and queens of England and Scotland, Dorling Kindersley Ltd, Londres, 1999
  2. Lingard, John, A History of England, vol. V, 1854, p. 90.
  3. Les analyses ADN menées à la suite de la découverte du squelette de Richard III en 2012 ont mis en évidence une illégitimité sur la lignée agnatique, mais sans qu'on identifie ladite illégitimité sur les descendants de Jean de Gand, depuis Henri IV à Henri VI d'Angleterre, et donc de la lignée des rois Tudors
  4. D. Léost, Le château de Rouen et son donjon, p. 9
  5. François Rabelais, Esmangart et Éloi Johanneau, Œuvres de Rabelais, Dalibon, 1823. p. 398 [lire en ligne]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]