Affaire des Placards

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Un rare exemplaire subsistant des placards incriminés, conservé à la Bibliothèque nationale de France.

L’affaire des Placards est la polémique que provoqua le placardage clandestin d'un texte anticatholique sur les lieux publics à Paris et dans plusieurs villes de province, pendant la nuit du 17 au [1]. Elle provoqua la fin de la politique de conciliation menée par le roi François Ier en faveur des luthériens. Martin Luther publie de cette manière ses 95 thèses en 1517 à Wittemberg.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le roi François Ier prend part à une cérémonie de réparation ordonnée à la suite de la mutilation d'une statue parisienne de la Vierge par les luthériens.
Panégyrique de François Ier, vers 1531, Chantilly, musée Condé, Ms. 892.

Les placards dont il est question étaient des écrits affichés dans la nuit du 17 au dans les rues de Paris et dans diverses villes du royaume de France comme Blois, Rouen, Tours et Orléans. Ces affiches furent placardées jusque sur la porte de la chambre royale de François Ier au château d'Amboise, ce qui constituait un défi et un affront envers la personne même du roi et sa foi catholique. Cet épisode provoque la radicalisation de François Ier contre les partisans de la Réforme, vis-à-vis desquels il avait été jusqu'alors relativement tolérant.

Ces placards étaient intitulés Articles véritables sur les horribles, grands et importables abus de la messe papale, inventée directement contre la Sainte Cène de notre Seigneur, seul médiateur et seul Sauveur Jésus-Christ. Ce titre évocateur était en fait une attaque directe contre l’Eucharistie, comprise dans la théologie catholique comme étant une « transsubstantiation ». L’auteur en était Antoine Marcourt, pasteur de Neuchâtel — mais d’origine picarde — d’inspiration calviniste.

Le roi s'emporta contre ce qu'il considérait comme un crime de lèse-majesté. En réponse, il confessa publiquement sa foi catholique. Il ordonna des arrestations. Étienne de La Forge, riche marchand et ami de Jean Calvin, fut au nombre des six condamnés au bûcher en [2]. Antoine Augereau, accusé d'avoir imprimé les placards, fut pendu et brûlé.

Ces exécutions choquèrent les princes allemands favorables à la Réforme, alors que François Ier recherchait par ailleurs leur alliance contre Charles Quint. L'ambassadeur Guillaume du Bellay déclara que ces condamnés n'étaient que des révolutionnaires, des anabaptistes dont il fallait réprimer les excès. Jean Calvin fit partie des protestants qui choisirent l'exil.

Placards conservés[modifier | modifier le code]

L'exemplaire détenu par le musée de l'imprimerie de Lyon.

Le musée de l'imprimerie et de la communication graphique, à Lyon, possède dans sa collection permanente un exemplaire de ces Placards, découvert en 1943 dans la reliure d'un ouvrage en restauration à la bibliothèque municipale et universitaire de Berne. Il se présentait en plusieurs fragments qui ont été reconstitués et déposés dans différentes bibliothèques européennes[3]. L'auteur du texte est Antoine Marcourt, gagné aux idées de la Réforme. L'imprimeur lyonnais est Pierre de Vingle, installé à Neuchâtel. Le Placard se présente comme une feuille de 37 x 25 centimètres, où l'on aperçoit la trace de fragments recollés. On dénombre à ce jour en Europe huit exemplaires de ces Placards[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hari 1957, p. 79-142.
  2. Jean Julg, Les Évêques dans l'histoire de la France. Des origines à nos jours, Éditions Pierre Téqui, , p. 153.
  3. Articles veritables sur les horribles, grandz et importables abuz de la Messe papale : inventée directement contre la saincte Cene de Jesus Christ, (lire en ligne)
  4. « Universal Short Title Catalogue (USTC) », sur www.ustc.ac.uk (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Félix R. Atance, « « La complainte d'un détenu prisonnier » : Marguerite de Navarre et son attitude envers les novateurs », Bulletin de la Société de l'histoire du protestantisme français, vol. 116,‎ , p. 325-331 (ISSN 0037-9050, JSTOR 24293044).
  • Gabrielle Berthoud, Antoine Marcourt, réformateur et pamphlétaire : du « Livre des marchans » aux Placards de 1534, Genève, Librairie Droz, coll. « Travaux d'Humanisme et Renaissance » (no 129), , IX-330 p. (présentation en ligne), [présentation en ligne].
  • Lucien Febvre, « L'origine des placards de 1534 », Bibliothèque d'Humanisme et Renaissance, Genève, Librairie Droz, t. 7,‎ , p. 62-75 (ISSN 0006-1999, JSTOR 20673376).
  • Peter Frei, « L'Affaire des Placards de 1534 : la Renaissance et les signes d'une révolution à venir », dans Fabienne Bercegol, Jean-Yves Laurichesse et Patrick Marot (dir.), L'événement révolutionnaire et ses figures emblématiques dans les littératures européennes : regards croisés : actes du colloque international de Toulouse des 11, 12 et , Bonn, Cultures européennes - identité européenne, , 140 p. (lire en ligne), p. 11-19.
  • Isabelle Garnier-Mathez, « Faulse parodie, vraye controverse : renversement de connivence dans la réécriture des Placards (1535) », Seizième Siècle, no 2,‎ , p. 57-78 (ISSN 1774-4466, JSTOR 25598579).
  • Robert Hari, « Les Placards de 1534 », dans Aspects de la propagande religieuse, Genève, Librairie Droz, coll. « Travaux d'Humanisme et Renaissance » (no 28), , XVIII-427 p. (présentation en ligne).
  • (en) Bruce Hayes, « The Affaire des placards, Polemical Humour, and The Sardonic Laugh », French Studies, vol. 70, no 3,‎ , p. 332–347 (ISSN 0016-1128, DOI 10.1093/fs/knw128).
  • Olivier Péndeflous, « La Muse muselée : Macrin, Bourbon, Dampierre devant l'Affaires des Placards (1534) », Papers on French Seventeenth Century Literature, vol. XXXVI, no 71,‎ , p. 459-474 (ISSN 0343-0758).

Articles connexes[modifier | modifier le code]