La Canopée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La Canopée
La Canopée (Patrick Berger et Jacques Anziutti architectes).JPG
Présentation
Destination actuelle
Porte de Paris, passage de la Canopée, place "verticale", équipements culturels, commerces
Style
XXIe siècle
Architecte
Patrick Berger et Jacques Anziutti
Construction
2012-2016
Commanditaire
Ville de Paris
Hauteur
14,50 mètres
Localisation
Pays
Commune
Paris
Adresse
rue Lescot, rue Berger, rue Rambuteau Paris 1er arrondissement
Accès et transport
Gare
Métro
Coordonnées
Localisation sur la carte du 1er arrondissement de Paris
voir sur la carte du 1er arrondissement de Paris
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

La Canopée est une structure édifiée au dessus de la gare Châtelet-Les-Halles et du Forum commercial du quartier des Halles à Paris.

Inaugurée le 6 avril 2016, la Canopée concrétise la solution architecturale retenue à l’issue du concours international de juillet 2007 pour moderniser et restructurer le centre de gravité de la métropole francilienne hérité depuis la destruction des Halles de Baltard.

Le Quartier des Halles[modifier | modifier le code]

Le site[modifier | modifier le code]

Connu comme ayant été le « ventre de Paris » ce lieu hérite des opérations souterraines construites dans le « trou des halles » dans les années 1970.

Une pièce urbaine souterraine s’y déploie jusqu’à 24 m de profondeur et s’étend sur 500 m de longueur jusqu’à la place du Châtelet. Cette pièce urbaine est la superposition complexe de plusieurs ouvrages aux fonctions et maîtrises d’ouvrages distinctes. La plus grande gare multimodale souterraine urbaine d’Europe et un centre commercial occupent les 5 niveaux de sous-sol, fréquentés par 800 000 utilisateurs par jour.[réf. nécessaire]

Ce site est devenu le centre de gravité de la métropole parisienne. Depuis les aéroports, depuis la banlieue et via le métro parisien on accède dans le centre de Paris par en dessous.[réf. nécessaire]

Concours international[modifier | modifier le code]

Les réflexions préliminaires portant sur la rénovation du quartier des halles sont engagées en 2002 par le maire de Paris Bertrand Delanoë. L’équipe SEURA remporte en 2004 le concours de définition du projet de restructuration du quartier des Halles de Paris.

En 2007, Patrick Berger et Jacques Anziutti remportent le concours international lancé par la ville de Paris sur le site des Halles avec leur projet intitulé « La Canopée »[1],[2],[3],[4].

En 2008, ils remportent également le concours lancé par la RATP et le STIF pour la restructuration de la gare souterraine Châtelet-Les Halles, située sous la Canopée[5].

L’architecture de l’ensemble a été dessinée par Patrick Berger. Ces deux projets superposés n’en forment qu'un dans leur conception architecturale[6].

Description[modifier | modifier le code]

La Canopée est la réalisation d’un espace public abrité. Ce volume est mi-excavé, mi-surhaussé et culmine à 14 m au-dessus du sol.

Montée vers Paris[modifier | modifier le code]

L’espace central créé sous la Canopée est une place publique verticale sur 3 niveaux. Le niveau le plus bas, le patio Pina Bausch est au même niveau et en continuité de la Salle d’échange de la Gare Châtelet-Les Halles. Il donne accès à une suite d’escaliers. Les niveaux souterrains de la Gare et du Centre commercial sont reliés directement avec le jardin Nelson-Mandela.

Passage de La Canopée[modifier | modifier le code]

La porte Lescot, 26 m de large, s’ouvre sur le passage de La Canopée. Celui-ci s’ouvre directement sur le jardin Nelson-Mandela, par un franchissement de 96 m de large d’une portée égale à la largeur du jardin.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

La Canopée accueille 14 500 m2 d’équipements culturels mutualisés.

Le Conservatoire Mozart dessert les quatre arrondissements du centre de Paris sur l'aile sud. L'aile nord accueille un kiosque jeunes et la médiathèque de la Canopée la fontaine dédiée aux nouvelles technologies selon le concept du Troisième lieu. Elle abrite également le nouveau siège de la Maison des Pratiques artistiques amateurs assortie de salles de répétition en faveur des grandes formations orchestrales et chorales. Enfin, un centre culturel entièrement dédié au Hip Hop, La Place, complète l'offre publique[7]. Elle abrite également un peu plus de 5 000 m2 de commerces à rez-de-chaussée avec deux restaurants en éperon sur le jardin.

Design[modifier | modifier le code]

La conception du projet, dessiné à la main, est inspirée de la morphogenèse des formes dans la Nature. D’après son concepteur[8], les formes curvilignes de la Canopée sont la synthèse de toutes les énergies naturelles, urbaines et des flux, agissant sur le site voire de la pression exercée par la mémoire du lieu et du voisinage. La géométrie de ces flux puis le dessin de leur équilibre ont modelé la Canopée et produit son "motif".

Critiques et controverses[modifier | modifier le code]

Infiltrations d'eau[modifier | modifier le code]

Peu de jours après son inauguration, la presse fait remarquer l'existence de fuites d'eau "à certains endroits", au point de mouiller le public sous les ventelles[9],[10] tandis que des riverains se plaignent de la réverbération du soleil sur sa structure vitrée.

Les choix architecturaux pris par Patrick Berger lors de la conception de la Canopée du Forum des Halles rend l'édifice très sensible aux pluies. Des flaques géantes se formant le long des vitrines situées sous la toiture de l'édifice[11]. La mairie de Paris a annoncé ouvrir un appel d'offre pour trouver une solution. L'architecte refuse de s'exprimer sur la question[11].

En 2017-2018, d'importants travaux sont menés sur les ventelles, avec une amélioration notable.

Coût de l'ouvrage[modifier | modifier le code]

L'ensemble de la rénovation des Halles avait été annoncée en 2006 pour un montant de 250 millions d’euros. En 2016, le coût de la seule Canopée est de 216 millions d'euros (et 918 millions d'euros pour l'ensemble du projet)[12]. Ces coûts importants ont été dénoncés par les élus écologistes et UMP à la mairie de Paris[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://next.liberation.fr/culture/2007/07/03/la-canopee-au-dessus-de-la-jungle-des-halles_97486
  2. http://next.paris.fr/pro/grands-projets-parisiens-d-urbanisme/les-halles/le-reamenagement-du-quartier-des-halles/la-canopee-le-resultat-d-un-concours-d-architecture-inernational/rub_9751_dossier_13460_port_24229_sheet_1484
  3. http://www.lefigaro.fr/culture/2008/12/12/03004-20081212ARTFIG00314-le-forum-des-halles-attend-son-feu-vert-.php
  4. http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20070629.OBS4378/forum-des-halles-deux-architectes-designes.html
  5. https://www.lemonde.fr/culture/article/2008/12/11/le-nouveau-forum-des-halles-pret-pour-le-permis-de-construire_1129827_3246.html
  6. Patrick Berger, ANIMAL? (ISBN 978-2-84066-697-4)
  7. St. Binet, « Le centre hip-hop de Paris pousse sur la Canopée », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  8. (fr + et + en) Patrick Berger, ANIMAL?, Les presses du réel PPUR, (ISBN 978-2-84066-697-4 et 978-2-88915-051-9), "le dessin de l'architecture, la nature comme modèle" p.75
  9. Tout juste inaugurée, la Canopée des Halles prend déjà l'eau, atlantico.fr, 11 avril 2016
  10. Paris: fuites d'eau à la Canopée des Halles, lefigaro.fr, 11 avril 2016
  11. a et b « A la Canopée des Halles, la pluie rentre par les trous du toit », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  12. Frédéric Edelmann, « Forum des Halles : effeuillage précipité pour la canopée », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  13. « Le coût de la Canopée des Halles divise encore », leparisien.fr,‎ (lire en ligne)

Liens Externes[modifier | modifier le code]