Grande synagogue de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Grande synagogue de Paris
Image illustrative de l’article Grande synagogue de Paris
Façade de la grande synagogue, rue de la Victoire.
Présentation
Type Synagogue
Début de la construction 1867
Architecte Alfred-Philibert Aldrophe
Protection Logo monument historique Classé MH (1987)
Site web www.lavictoire.orgVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Paris
Commune 9e arrondissement
Coordonnées 48° 52′ 32″ nord, 2° 20′ 11″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Grande synagogue de Paris
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Grande synagogue de Paris

La grande synagogue de Paris, généralement appelée synagogue de la Victoire ou grande synagogue de la Victoire, du nom de la rue où est située au no 44 rue de la Victoire, dans le 9e arrondissement de Paris.

Historique[modifier | modifier le code]

Intérieur de la synagogue au début du XXe siècle, photographie publiée dans la Jewish Encyclopedia.

Pendant la Restauration, et surtout sous le Second Empire, la communauté juive parisienne a plus que doublé passant de 12 000 à 25 000 membres[1].

Il fut donc décidé de construire une nouvelle synagogue par souscription. Le principal souscripteur fut Gustave de Rothschild. Et le terrain fut offert par la ville de Paris. À cet emplacement se trouvait dans les années 1830 le siège de la légation des États-Unis en France[2].

L’architecte de la grande synagogue de Paris est Alfred-Philibert Aldrophe (1834-1895), qui a également construit la synagogue de Versailles et celle d’Enghien-les-Bains. Conçue dans un style néo-byzantin, elle est commencée en 1867, inaugurée en 1874 et ouverte au culte public en 1875.

Le , Alfred Dreyfus s'y est marié avec Lucie Hadamard. C'est le grand rabbin de France, Zadoc Kahn, grand dreyfusard, qui officiait.

En 1891, Theodor Herzl arrive à Paris en tant que journaliste du journal viennois Neue Freie Presse. Il y vivra plusieurs années et sera témoin des événements liés à l'affaire Dreyfus. Durant ces années, il se rendra plusieurs fois à la Grande Synagogue de Paris. En 1894, il écrira dans son journal : « L'idée s'est renforcée en moi que je devais faire quelque chose pour les juifs. J'ai été pour la première fois au Sanctuaire de prière de la Rue de la Victoire, et la prière m'a paru de nouveau festive et émouvante. Beaucoup de choses m'ont rappelé mon enfance et le sanctuaire de Dohány utca à Budapest »[3].

En octobre 1896, à l'occasion de la visite en France du tsar russe Nicolas II, une cérémonie a lieu dans la synagogue de la rue de la Victoire, à laquelle assiste le Consistoire au complet ainsi que de nombreux Russes. Le grand-rabbin de France Zadoc Kahn y prononce un discours en l'honneur du souverain[4].

Pendant l'Occupation allemande, dans la nuit du 2 au , une bombe explose dans la grande synagogue lors d'une nuit d'attentats touchant 6 autres synagogues parisiennes[5],[6]. L'attentat est organisé par le Mouvement social révolutionnaire (MSR), parti d'extrême droite fondé par Eugène Deloncle[7].

En 1942, des miliciens profanent son tabernacle et des œuvres s'y trouvant sont dégradées.

En 1943, à l'issue de l'office de Roch Hachana, la police et la Gestapo organisent un contrôle d'identité à la sortie de la synagogue. Prévenus, les dirigeants communautaires ont pu cacher les personnes en situation irrégulière[8].

Après la guerre, la synagogue entame une rénovation qui n'est achevée qu'en 1967[9].

Cette synagogue, propriété de la ville de Paris, fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [10].

Architecture[modifier | modifier le code]

Fronton de la synagogue.

L’inscription en hébreu sur le grand pignon semi-circulaire est le verset Genèse (Gn 28. 17) : « Ce n’est autre que la maison de Dieu, c’est la porte du ciel », la même que sur la synagogue de Reims et celle de Bar-le-Duc. À l'intérieur, on peut lire sur le même pignon le verset du Lévitique « Tu aimeras ton prochain comme toi-même »[11] en français.

Le décor intérieur montre des inscriptions religieuses au-dessus des portes. À la voûte du chœur se lisent en français les noms des prophètes. Le nom de David est inscrit dans le cul de four. Au-dessus de l'arche sainte est gravée la phrase « ה׳ ניסי » (« L'Éternel est ma bannière » Ex 17. 15)

Il comporte également une série de douze vitraux symbolisant les tribus d'Israël identiques à ceux de la synagogue de Dijon.

Le chœur est séparé de l’assemblée par une balustrade et la bimah (tribune de l’officiant) surélevée de cinq marches.

Ce site est desservi par les stations de métro Le Peletier et Notre-Dame-de-Lorette.

Intérieur de l'Arche sainte de la synagogue de la Victoire

Activité[modifier | modifier le code]

Pendant des années, le Grand Rabbin de France Joseph Sitruk y donnait une conférence hebdomadaire les lundis.

Tous les ans, le dimanche qui précède Roch Hachana (jour de l'an israélite), a lieu à la synagogue de la Victoire une cérémonie à la mémoire des Martyrs de la Déportation retransmise à la télévision sur France 2.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Histoire - Grande Synagogue de La Victoire », sur Grande Synagogue de Paris (consulté le ).
  2. « Lieux de mémoire américains à Paris », sur usembassy.gov (consulté le ).
  3. Theodor Herzl (trad. de l'allemand), Journal : 1895-1904, Paris, Calmann-Lévy, , 414 p. (ISBN 2-7021-1862-3)
  4. « Le Pays : journal des volontés de la France », sur Gallica, (consulté le ), page 2.
  5. synagogue des Tournelles, la synagogue de la rue Pavée, la synagogue Nazareth, synagogue de la rue Copernic et la synagogue Sainte-Isaure.
  6. Le Consistoire de Paris.
  7. Cécile Desprairies, Paris dans la Collaboration, préface de Serge Klarsfeld, Paris, Éditions du Seuil, 2009, p. 345 (ISBN 978-2-02-097646-6).
  8. « La Victoire. Histoire », sur le site officiel de la synagogue.
  9. Catherine Desplanque, « La Grande Synagogue de Paris, un lieu historique et très animé », cdpresse.fr, 24 septembre 2010 (en ligne).
  10. Notice no PA00089001, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Lv 18, 19

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :