Répliques de la statue de la Liberté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Heide-Park, Basse-Saxe, Allemagne.
Maceió, Alagoas, Brésil.
Arraba, Israël.
Odaiba, Tokyo, Japon.
À l'Armada de Rouen, en 2019.

Cet article recense les répliques de la statue de la Liberté.

La statue de la Liberté est l'un des monuments les plus célèbres de New York, aux États-Unis. Son caractère universel d'allégorie de la liberté lui a conféré une notoriété à l'échelle mondiale. Pour cette raison, de très nombreuses répliques du monument, de taille plus ou moins importante, ont été érigées depuis son inauguration en 1886.

Amérique[modifier | modifier le code]

Argentine[modifier | modifier le code]

  • Buenos Aires : plaza Barrancas de Belgrano, Belgrano. Petite réplique en fer réalisée par Bartholdi dans le même moule qu'une des répliques de Paris. Elle est acquise par la municipalité dans les années 1910.

Brésil[modifier | modifier le code]

Équateur[modifier | modifier le code]

  • Guayaquil, Guayas : petite réplique qui donne le nom de « New York » à un quartier de la Valle Alto.

États-Unis[modifier | modifier le code]

  • Les Boy Scouts of America célèbrent leur 40e anniversaire en 1950 sur le thème « Strengthen the Arm of Liberty »[3]. Entre 1949 et 1952, environ 200 répliques de la statue, en cuivre et de 2,5 m de hauteur pour 130 kg, sont achetées par les troupes des Boy Scouts et données à 39 États des États-Unis, ainsi que plusieurs territoires. Le projet est initié par l'homme d'affaires de Kansas City J.P. Whitaker. Les statues sont fabriquées par Friedley-Voshardt Co. (Chicago, Illinois) et achetées par l'intermédiaire du bureau scout de Kansas City, pour 350 $ hors frais de transport. Ces statues ne sont pas d'une qualité artistique formidable ni très précises (un conservateur note que « leur visage n'est pas aussi mûr que celui de la vraie Liberté. Il est plus rond et ressemble plus à celui d'une petite fille »), mais elles sont appréciées, particulièrement depuis les attentats du 11 septembre 2001. Beaucoup sont perdues ou détruites, mais une centaine d'entre elles sont répertoriées ; le BSA Troop 101 de Cheyenne, Wyoming, a relevé des photographies de plus de 100 d'entre elles[4].

La France offre en 2021 aux États-Unis une deuxième statue de la Liberté, celle-ci de 2,83 mètres, en bronze, qui se trouvait jusque là dans le square du musée des Arts et Métiers (Paris). Livrée à New-York, elle est d'abord installée à Ellis Island entre les 1er et , donc présente le 4 pour le Jour de l'Indépendance, puis est transférée le 14, pour la Fête nationale française, à Washington, dans les jardins de la résidence de l'ambassadeur de France[20],[21], où elle doit rester une décennie ; il s'agit en effet d'un prêt du musée des Arts et Métiers[22]. Ce cadeau diplomatique vise à renouveler le geste diplomatique de la France ayant eu lieu un siècle et demi plus tôt et à renforcer ses liens avec la nouvelle administration Biden[23].

Mexique[modifier | modifier le code]

Pérou[modifier | modifier le code]

  • Lima : le casino « New York » du district de Jesús María (es) possède une petite réplique dans l'entrée principale. Le casino est conçu sur le thème de l'État de New York et des États-Unis.

Asie[modifier | modifier le code]

Chine[modifier | modifier le code]

Inde[modifier | modifier le code]

Bombay : petite réplique dans le parc Vardhaman Fantasy.

Israël[modifier | modifier le code]

Japon[modifier | modifier le code]

Philippines[modifier | modifier le code]

Viêt Nam[modifier | modifier le code]

  • Hanoï : réplique érigée par les autorités coloniales françaises de 1887 à 1945, connue sous le nom de Tượng bà đầm xòe (vi) (statue de madame Saux)[24]. Après la perte de contrôle de l'Indochine française par les Français, la statue est renversée le , en même temps que d'autres statues érigées par les autorités françaises.
  • Hanoi - Monument De La Justice [1]

Europe[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

  • Heide-Park, Basse-Saxe : le parc d'attractions possède une réplique de 35 m, trônant au milieu d'un lac sur lequel naviguent des bateaux à vapeur du Mississippi. Elle pèse 28 tonnes, est réalisée en plastique sur une structure d'acier recouverte de polyester et est conçue par l'artiste néerlandais Gerla Spee[25].

Autriche[modifier | modifier le code]

Espagne[modifier | modifier le code]

  • Cadaqués, Catalogne : la ville la plus orientale d'Espagne possède depuis 1995 une réplique, d'après un croquis de Salvador Dalí. Dalí, fasciné par l'œuvre de Bartholdi, en réalise un croquis à l'encre de chine en 1974, en y apportant quelques modifications : elle brandit deux flambeaux tendus vers le ciel. En 1994, John Peter Moore (de), ancien secrétaire de Dalí, décide d'exécuter la sculpture. Il en confie la réalisation à l'atelier d'architecture de Bologne, Italie, proposant un mélange de l'œuvre dalinienne (pour le bras gauche) et de l'original de Bartholdi (pour le bras droit). Haute de 7 m, elle est dévoilée fin 1994 sur le parvis de la gare de Perpignan, lieu que l'artiste espagnol considérait comme le « centre du monde », puis fait une étape sur les Champs-Élysées à Paris avant d'être installée à Cadaqués.
  • Cenicero, La Rioja : réplique en bronze de 1,23 m, érigée en 1897 en l'honneur des combattants locaux de la Première Guerre carliste. Elle est retirée en 1936 sous la dictature franquiste, puis restaurée en 1976.
  • Lloret de Mar : réplique de la statue de la Liberté sur un Burger King.
  • Barcelone: réplique de la statue de la Liberté en bronze dans la Bibliothèque Publique Arús.

France[modifier | modifier le code]

La statue du jardin du Luxembourg.
Statue de la Liberté du pont de Grenelle, à Paris (France).
La statue du Square du Général Morin, Paris
La statue de Cléguérec.
  • Paris :
    • La statue de la Liberté est l'un des monuments les plus célèbres au monde mais, avant de commencer ce titanesque ouvrage sur la butte Montmartre de Paris, son sculpteur, le Français Auguste Bartholdi, avait d'abord façonné un premier projet de 286 cm, puis une maquette en plâtre de taille originale de 11,50 mètres et de 14 tonnes (achevé en 1878). L'artiste utilise ce modèle en plâtre pour réaliser un agrandissement de quatre fois qui deviendra la statue qui se trouve à New York[26],[27],[28]. Ce plâtre original fut légué par la veuve de l'artiste en 1907, avec le fonds de l'atelier de Bartholdi[29]. Ce plâtre original se trouve au musée des Arts et Métiers à Paris.
    • À partir de la maquette d'origine en plâtre, un premier modèle de même taille est coulé en bronze. Auguste Bartholdi offre ce premier modèle au musée du Luxembourg en 1900. Puis, la statue est installée dans le jardin du Luxembourg (48° 50′ 46,9746″ N, 2° 19′ 59,361″ E) en 1906. Sa tablette porte l'indication « 15 de  » (date d'inauguration de la statue située sur l'île aux Cygnes). Depuis 2012, en raison du vol de la torche et de sa dégradation générale, elle est exposée au musée d'Orsay. La statue originale est remplacée l'année suivante par une copie dans le jardin du Luxembourg[30].
    • En 1885[28], une autre réplique est coulée en bronze par la célèbre fonderie Thiébaut frères[31],[32],[33]. Cette statue fut offerte à la France par le Comité des Américains de Paris[28] à l'occasion du centenaire de la Révolution. Elle est placée à l'extrémité aval de l'île aux Cygnes à la hauteur du pont de Grenelle, à proximité de l'endroit où se tenait l'atelier de Bartholdi[28]. On peut lire sur sa tablette « IV = XIV  ». Elle fut inaugurée par le président Carnot le [34], trois ans après la statue new-yorkaise, en présence de son créateur. Elle avait été orientée vers l'est afin d'éviter au président de devoir l'inaugurer en barque et de dévoiler une statue tournant le dos à l’Élysée, bien que Bartholdi eût demandé expressément qu'on la dirigeât plutôt en direction de New York[35],[36]. Ceci fut fait en 1937, lors de l'Exposition universelle, dont l'île abritait le Centre des colonies[37].
    • Devant l'hôtel Novotel du 15e arrondissement (sur la dalle de Beaugrenelle) trône une autre copie.
    • Une minuscule réplique de la statue est intégrée à la sculpture Le Centaure de César, place Michel-Debré[30].
    • La réplique à l'échelle de la flamme de la statue, la Flamme de la Liberté, se trouve place de l'Alma (8e et 16e arrondissements) depuis 1989. Offerte par les États-Unis à la ville de Paris grâce à une souscription lancée par l’International Herald Tribune à l’occasion de son centenaire en 1987, elle a été réalisée par deux entreprises françaises ayant participé à la restauration de la statue située à New York entre 1985 et 1986[36]. Elle est devenue mondialement connue en devenant le lieu de recueillement en mémoire de Diana Spencer, princesse de Galles, décédée en août 1997 dans un accident de voiture survenu dans le tunnel de l'Alma qui passe sous le monument.
    • Dans le jardin d'entrée du musée des Arts et Métiers, square du Général-Morin à Paris, se trouve à partir de 2010 un bronze exécuté à partir du plâtre original de Bartholdi de 2,83 m de hauteur, numéro 1 d'un tirage original de 12, réalisé par le musée et fondu par la Fonderie Susse. La France envoie le cette statue de la Liberté aux États-Unis pour renforcer l’amitié franco-américaine. Embarquée au port du Havre à bord du porte-conteneurs français Tosca, elle est d'abord installée à Ellis Island entre les 1er et , donc présente le 4 pour le Jour de l'Indépendance. La statue est ensuite exposée pendant 10 ans, à partir du 14, pour la Fête nationale française, dans les jardins de l'ambassade française à Washington[38],[39] ; il s'agit en effet d'un prêt du musée des Arts et Métiers[40].
  • Aisne : à Blérancourt, le musée national de la coopération franco-américaine possède une version de petite dimension en terre-cuite. Elle est accompagnée de l'inscription suivante inscrite sur son socle : « Souvenir à M. le Comant de Saune qui a transporté en Amérique au nom de la France la statue colossale de la liberté 1885. » Contrairement à la statue de la liberté de New York qui porte la date "IV JULY MDCCLXXVI" sur la tablette, la version de Blérancourt porte sur sa tablette l'inscription 4 July 1776 en chiffres arabes[41].
  • Alpes-maritimes : à Nice, sur le quai des États-Unis, une copie de taille réduite (1,35 m) pesant 80 kg est installée depuis le . Cette réplique, signée Frédéric-Auguste Bartholdi, avait été acquise en 2011 par la municipalité pour la somme de 110 630 euros.
  • Aveyron : à Saint-Affrique.
  • Charente : à Angoulême.
  • Côtes-d'Armor : à Plaintel en 1996.
  • Doubs à Corcelle-Mieslot en 2018[42] ;
  • Eure-et-Loir : à Saint-Martin-de-Nigelles[43]
  • Gironde :
    • à Bordeaux, place Picard, en mémoire des victimes du , ré-édition sous la forme d'un moulage en résine réalisé par les ateliers de la Réunion des musées nationaux, la statue originale, offerte à la ville par Bartholdi en 1888, ayant été fondue en 1941 par le régime de Vichy dans le cadre de la mobilisation des métaux non ferreux[44],[45].
    • Soulac-sur-Mer (inscription , comme au jardin du Luxembourg).
  • Haute-Marne : près de Chaumont, sur la base aérienne de Chaumont-Semoutiers.
  • Hérault : à Lunel, une première réplique fut fondue pour « l'effort de guerre » pendant la Seconde Guerre mondiale puis fut remplacée dans les années 1990.
  • Isère : à Roybon, érigée en 1906, offerte à Mathias St Romme (maire de Roybon à l'époque) par son ami Bartholdi. Avec une hauteur de 3 mètres, elle a à peu près la même taille que l'index de sa grande sœur de New-York. Elle fut coulée dans le même moule que la Statue de Buenos Aires en Argentine.
  • Loire : à Saint-Étienne, depuis 1915.
  • Morbihan :
    • à Cléguérec depuis le , en l'honneur du Maréchal des logis Pobeguen du 3e Spahis composant la mission Flatters défaite en Algérie en 1880. Coulée en 1875 dans le cadre d'une opération de financement du cadeau de la France aux États-Unis.
    • à Gourin
    • à Ploeren, au bord de la nationale 165 en direction de Lorient
  • Nièvre : à Varennes-Vauzelles Devant l’« Europe Hôtel »
  • Pas-de-Calais : à Cambrin . Érigée en 1920 en hommage aux morts de la première guerre mondiale.
  • Haut-Rhin :
    • à Colmar, ville où est né Bartholdi : la statue de Bartholdi figure le sculpteur présentant une maquette (de 30 cm de haut) de son œuvre la plus connue.
    • La plus récente, haute d'environ 12 mètres, inaugurée le , est située à l'entrée nord de Colmar. Elle célèbre le centenaire de la mort du sculpteur.
  • Saône-et-Loire : à Saint-Vallier, dans un jardin privé, au 150, rue Jean Baptiste Philippon.
  • Seine-Maritime :
  • Seine-et-Marne : à Rozay-en-Brie, une statue est surnommée « statue de la Liberté » car elle porte un flambeau mais ce n'est pas une réplique de la statue de New-York : elle tient la torche dans l'autre main (à gauche), et ne porte pas la couronne. Il s'agit en fait d'une statue de la République[48].
  • Tarn : à Albi.
  • Var : à Saint-Cyr-sur-Mer, une réplique en fonte de 2,5 m de hauteur est située sur la place Portalis. Elle a été dorée à la fin du XXe siècle. Elle tient un livre dont la date inscrite est incomplète ("19" au lieu de "1989").
  • Vienne : à Poitiers, une réplique se trouve place de la Liberté. Elle fut inaugurée le , en l'honneur du général Berton.
  • Haute-Vienne : à Châteauneuf-la-Forêt.

Irlande[modifier | modifier le code]

Kosovo[modifier | modifier le code]

Norvège[modifier | modifier le code]

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

  • Leicester, Angleterre : réplique des années 1920, de 5 m et 9 t au sommet de l'usine Liberty Shoes jusqu'en 2002, lors de la démolition du bâtiment ; la statue est alors stockée en attendant la reconstruction de l'édifice. Elle s'avère trop lourde pour la nouvelle usine et est placée en 2008 sur un rond-point près de là[53].

Ukraine[modifier | modifier le code]

  • Lviv : réplique assise sur le dôme du 15 Prospekt Svobody, bâti par l'architecte Iouri Zakharevitch et décoré par le sculpteur Leandro Marconi entre 1874 et 1891.

Océanie[modifier | modifier le code]

Australie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (pt) « Quando o ferro virou arte », Revista de História, .
  2. (pt) « Presença francesa em Maceió », Alessandra Vieira, .
  3. Marti Attoun, « Little Sisters of Liberty », Scouting Magazine, .
  4. « Replica Statue of Liberty Search » [archive du ], Troop 101, Cheyenne, Wyoming.
  5. a b et c (en) « Exhibitions: Replica of the Statue of Liberty: Other Statue of Liberty Replicas », Brooklyn Museum.
  6. (en) « Liberty Building », Emporis.
  7. (en) « Susquehanna River Trail », U.S. Fish and Wildlife Service.
  8. (en) « August 31 », R. Craig Kochel.
  9. (en) « New York, New York Hotel and Casino, Las Vegas » [archive du ].
  10. (en) Arthur Levine, « The Roller Coaster at New York New York Casino Hotel in Las Vegas », about.com.
  11. (en) « New York, Las Vegas », VirtualTourist.
  12. (en) « Statue of Liberty postage stamp shows Las Vegas », Reuters, .
  13. (en) « Sculptor sues Postal Service over ‘fake Liberty’ stamp », New York Post, .
  14. (en) « Milwaukie, Oregon: Statue of Liberty Replica », Roadside America.
  15. (en) Laura Kusisto, « A New Lady Liberty Lands », The Wall Street Journal, .
  16. (en) « Statue de la Liberté » [archive du ], Insecula.
  17. (en) « Birmingham's Statue of Liberty » [archive du ], Birmingham Online.
  18. (en) « Birmingham, Alabama – Statue of Liberty Replica », Roadside America.
  19. (en) Pam Belluck, « What's the Name of That Lake? It's Hard to Say », The New York Times, .
  20. « Une deuxième statue de la Liberté envoyée par la France aux États-Unis », sur Le HuffPost, (consulté le ).
  21. MSN, « La France va prêter une deuxième statue de la liberté aux États-Unis », sur msn.com, (consulté le ).
  22. « Une petite statue de la Liberté venue de France exposée près de sa grande sœur à New York », sur France 24, (consulté le ).
  23. Gildas des Roseaux, « Un petit vent de liberté... », Le Figaro Magazine,‎ , p. 28-29 (lire en ligne).
  24. « Le Tonkin vers 1900 », Belle Indochine.
  25. (en) « Carte du parc », Heide-Park.
  26. Robert Belot, Daniel Bermond, Bartholdi, Paris Perrin 2004.
  27. E. L. Kallop, Jr., Images of Liberty. Models and reductions of the Statue of Liberty 1867-1917, Special Centennial Exhibition 25 janvier – 15 février 1986.
  28. a b c et d Hubert Demory, « La Liberté éclairant le monde », Le Village - organe officiel du syndicat d'initiative du XVIe, Mairie du XVIe arrondissement de Paris, no 553,‎ (ISSN 1623-6432, lire en ligne).
  29. acte notarié de maître Demanche, notaire, en date du 1er mars 1907 (Inv13768ter).
  30. a et b « Paris : où sont les 6 statues de la Liberté ? », vivreparis.fr, consulté le 18 juin 2021.
  31. « La statue de la Liberté, Île aux Cygnes, Paris. | "THIEBAUT FRÈRES" », sur www.thiebautfreres.com (consulté le ).
  32. « Recherche-GLOSSAIRE DES FONDEURS-EDITEURS FRANCAIS DE SCULPTURES EN BRONZE: THIEBAUT FRERES », sur www.artcult.fr (consulté le ).
  33. « liberté », sur mapage.noos.fr (consulté le ).
  34. (en) « France's Liberty Statue : A copy of that on Bedlow's Island. Ceremonies at the inauguration in Paris of the replica of Bartholdi's great work. », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  35. Architecture anecdotes, « Une statue de la Liberté à Paris », sur Architecture anecdotes (consulté le )
  36. a et b Caroline, « Paris : Statues de la Liberté, les cinq parisiennes », sur Paris la douce (consulté le )
  37. « La Seine : Des sites d'exception », sur www.paris.fr (consulté le ).
  38. MSN, « La France va prêter une deuxième statue de la liberté aux États-Unis », sur msn.com, (consulté le ).
  39. « Une deuxième statue de la Liberté envoyée par la France aux États-Unis », sur Le HuffPost, (consulté le ).
  40. « Une petite statue de la Liberté venue de France exposée près de sa grande sœur à New York », sur France 24, (consulté le ).
  41. Photographie en grand format sur histoire-image.org.
  42. « Il offre une statue de la Liberté à sa femme », sur www.estrepublicain.fr (consulté le )
  43. « Saint Martin de Nigelles... et sa statue de la liberté », sur https://www.lecercledesliberaux.com/ Le Cercle des Libéraux
  44. La statue de la Liberté de la place Picard.
  45. « Connaissez-vous ces statues surprenantes de Bordeaux ? », bordeauxvisite.com, 22 avril 2020.
  46. Георги Георгиев, « photo de la statue de la Liberté d'Ourville-en-Caux », sur panoramio.com le site Panoramio,‎ (consulté le )
  47. « Statue de la liberté », sur ourville-en-caux.fr le site officiel de la commune (consulté le )
  48. Dans la brochure Randonner au cœur de la Brie sur Rozay-en-Brie et la vallée de l'Yerres sur le site valbreon.fr, « La statue de la République (dit statue de la Liberté), point de départ et d'arrivée de cet itinéraire, est inaugurée en juillet 1892 et a été érigée à l'origine place de l'Hôtel-de-Ville. Elle fut déplacée boulevard Victor Hugo en 1964. » et Vue sur StreetView.
  49. (en) Morgan Smith, « Investors should take a closer look at Kosovo », Denver Business Journal, .
  50. (no) « Frihetsgudinnen på Bleik » [archive du ], Nesthus.
  51. (no) Christina Pletten, « På spontanferie mellom himmel og hav », Bergens Tidende, .
  52. (en) « Vigsnes Mining Field », Olavsrosa, .
  53. (en) « Landmark could return to skyline », BBC News, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]