Dôme de Paris - Palais des Sports

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Palais des Sports de Paris)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Palais des sports.
Le Dôme de Paris - Palais des Sports
Palais des Sports de Paris.jpg
Généralités
Noms précédents
Palais des Sports de Paris
Adresse
1, place de la Porte de Versailles
75 015 Paris, France
Construction et ouverture
Début de construction
1959
Construction métallique : Entreprise Eiffel
Construction
achevé en 1960
Ouverture
Architecte
Pierre Dufau
Richard Buckminster Fuller
Victor Parjadis de Larivière
Rénovation
Rénovation 1975 :
Premier gril technique
Construction métallique :
Entreprise Roumiguier

Rénovation 2002 :
Reconstruction du gril technique
Maître d'ouvrage :
Société d'exploitation du Palais des sports
Architecture :
– Euro Concept Architecture
– HD Architectures
Construction métallique :
Entreprise Roumiguier
Génie électrotechnique :
Entreprise Bethem

Fréquentes rénovations depuis le début des années 2000
Utilisation
Propriétaire
Société d'exploitation du palais des sports
Administration
Société d'exploitation du palais des sports
Équipement
Surface
3 850 m2 environ
Capacité
2 300 à 4 600 personnes selon les jauges
Moyenne de fréquentation : 3 400 à 3 800 personnes
Dimensions
Ø 70 m environ
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte du 15e arrondissement de Paris
voir sur la carte du 15e arrondissement de Paris
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

Le Dôme de Paris - Palais des Sports est situé place de la porte de Versailles dans le 15e arrondissement de Paris.

Historique[modifier | modifier le code]

Les Parisiens découvrent, en 1960, le palais des sports de la porte de Versailles conçu par l'architecte Pierre Dufau sur un procédé inventé par Buckminster Fuller. Les architectes et ingénieurs sont parvenus à réaliser le plus grand dôme autoportant en alliage léger au monde. Véritable prouesse technique : la structure Eiffel, composée de 1 100 panneaux d'aluminium d'un poids de 200 tonnes, constitue la coupole inscrite à la liste des monuments historique.

Cette salle parisienne est appréciée pour son acoustique, par sa géométrie et sa capacité d'accueil qui font que quel que soit l'emplacement du spectateur, la proximité de la scène lui permet de pleinement profiter du spectacle.

À cette époque, c'est la seule salle de la capitale pouvant accueillir jusqu'à 5 000 spectateurs. Dès sa première saison, le palais des sports accueille les plus grands spectacles comme Le Bourgeois gentilhomme (Comédie-Française) avec Louis Seigner, le Cirque de Moscou, le Kirov, La Belle au bois dormant/Rudolf Noureev (qui grâce à Janine Ringuet restera en France et se produira plusieurs fois au palais des sports), les Harlem Globetrotters, Holiday on Ice et bien sûr les combats de boxe anglaise qui en feront en quelques mois l'un des principaux pôles d'attraction de la boxe mondiale avec les fameux « lundis de la boxe » (Lino Ventura, dans Les Tontons flingueurs, donne d'ailleurs rendez-vous à Bernard Blier au palais des sports pour voir Marcel boxer !).

Le 29 janvier 1974, le combat Clay-Frazier est retransmis en direct depuis le Madison Square Garden de New York sur écran géant au palais en présence du tout-Paris.

En 1961, le Palais des sports est la première grande salle parisienne à « ouvrir ses portes » au rock and roll en présentant trois festival international de rock : le premier, le , voit Johnny Hallyday si produire en vedette et débuter Les chaussettes noires... Le groupe est « tête d'affiche » du second le , avec notamment Richard Anthony et Les Chats sauvages... Qui, le , sont encore à l'affiche de l'ultime festival. Ces représentations génèrent de nombreuses dégradations dans la salle et nombres d'incidents aux alentours avec les forces de l'ordre. c'est ainsi que, lors du dernier festival, Vince Taylor, la salle étant dévasté en quelques instants, n'a pu s'y produire[1].
De 1967 à 1982, Johnny Hallyday fait du Palais des sports sa salle de prédilection. Le , il y donne un musicorama qui fait date et au printemps 1969, y présente son premier grand spectacle. Il y chante encore en 1971 et 1976, où deux cent mille spectateurs en trente cinq représentations vont assister au show Hallyday story, établissant un nouveau recors d'affluence. En 1982, il reste à l'affiche du au , attirant en cinquante quatre représentations deux cent cinquante mille spectateurs. L'artiste délaisse alors le Palais des sports durant vingt quatre ans, pour y revenir en 2006, pour vingt deux concerts dans le cadre de sa tournée Flashback Tour.

Depuis 1960, plus de 50 millions de spectateurs[2] y ont applaudi de nombreux artistes de music hall tels que : Dalida, Eddy Mitchell, Julien Clerc, Alain Souchon, Sylvie Vartan, Michel Sardou, Véronique Sanson, Jean-Louis Aubert, Bernard Lavilliers, Jean Ferrat, Jacques Dutronc, Patrick Bruel, Mylène Farmer, Hubert-Félix Thiéfaine, Laurent Voulzy, Michel Jonasz puis plus récemment Christophe Maé qui débuta dans Le Roi Soleil (comédie musicale aux 220 représentations au palais des sports et finissant au POPB). Yannick Noah se produit durant 15 représentations en 2014, Alain Souchon et Laurent Voulzy pendant 10 jours en 2015.

Les grands spectacles musicaux présentés plus de 100 représentations d'affilées, pendant deux saisons pour la plupart, comme Les Dix Commandements, Autant en emporte le vent, Spartacus était son nom, Le Roi Soleil, Mozart, l'opéra rock, Cléopâtre, la dernière reine d'Égypte, Dracula, l'amour plus fort que la mort, Adam et Ève : La Seconde Chance, 1789, les amants de la Bastille

Les grandes fresques théâtrales de Robert Hossein furent jouées dans cette salle — le premier étant Potemkine, puis Notre-Dame de Paris, Jésus était son nom, Jules César, Je m'appelais Marie-Antoinette, Les Misérables (Robert Hossein et Claude-Michel Schönberg, Alain Boublil et Jean-Marc Natel)… Tous les spectacles de Robert Hossein étaient présentés au palais pour un minimum de 100 représentations par saison, plus de 600 000 spectateurs par spectacle. À cette époque nombreux sont les spectateurs provinciaux qui viennent à Paris pour assister aux créations de Robert Hossein[réf. nécessaire] qui a été le premier à sortir des théâtres pour offrir au plus grand nombre des œuvres à « grand spectacle » jamais vues nulle part ailleurs jusque-là. Un pari extraordinaire dans une salle prévue pour le sport. En ce temps-là, le palais des sports et bon nombre d'autres salles et théâtres géraient leur programmation en s'investissant dans la production des spectacles qu'ils présentaient. pendant plus de quarante ans Robert Thominet (1920-2013[3]), a su faire vivre le palais des sports et a produit ces grands spectacles uniques en France. Il gérait en son temps le palais des sports et le POPB, ce qui lui permit de produire bon nombre de grands événements, comme les opéras Aida ou Turandot au POPB. Sa collaboration avec Jérôme Savary permit de créer La Vie parisienne et Les Contes d'Hoffmann.

Le palais des sports a vu également naître les grandes créations de Maurice Béjart, telles que L'Oiseau de feu, Le Sacre du printemps, également produites par Robert Thominet qui fit venir bon nombre de compagnies exceptionnelles comme celles d'Antonio Gades, de Rafael Aguilar (en) et d'Alvin Ailey

Nombreux sont les artistes internationaux à s'être produit sur la scène du palais des sports : Ray Charles, The Beatles, The Rolling Stones, Frank Zappa, Genesis, Stevie Wonder, Elton John, Diana Ross, Jimmy Cliff, The Troggs, Queen, Miles Davis, Deep Purple, Iggy Pop, Dire Straits, Van Halen, Eric Clapton, Pink Floyd, The Police, Werrason

Les one-man-shows ne dédaignent pas non plus cette salle. En 2004, c'est Laurent Gerra qui, pour la première fois, ose commencer sa tournée par le palais pendant 1 mois. Aucun humoriste de l'avait tenté avant lui. Depuis, d'autres de ses confrères l'ont suivi pour s'installer au palais pendant de grandes périodes, entre 1 mois et 2 mois, tels Franck Dubosc, Gad Elmaleh ou encore Florence Foresti, Les Chevaliers du fiel, Élie Semoun, Anthony Kavanagh, Sébastien Cauet, Éric Antoine

Le , une explosion accidentelle se produit pendant les répétitions du spectacle 1789, les amants de la Bastille entraînant le décès de Marcus Toledano, directeur technique de la production du spectacle.

En 2015, le palais des sports est rebaptisé : Le Dôme de Paris - Palais des Sports

Chanteurs et groupes musicaux[modifier | modifier le code]

Ordre alphabétique du nom
Concert de Léo Ferré en 1991 pour le 10e anniversaire de Radio libertaire au palais des sports de Paris.
Concert de Léo Ferré en 1991 pour le 10e anniversaire de Radio libertaire au palais des sports de Paris.
Ringo Starr avec son groupe All-Starr Band en juin 2011 au palais des sports de Paris.

Cirque[modifier | modifier le code]

  • Ben-Hur vivant, spectacle de cirque créé par les Grüss (1961)
  • Cirque Archaos.
  • Cirque de Corée.
  • Cirque de Moscou, la première fois en 1960, puis régulièrement jusqu'en 1996.

Comédie musicale[modifier | modifier le code]

Par année

Danse[modifier | modifier le code]

Par année

Grand spectacle[modifier | modifier le code]

Par année
  • 1960 à 1999 : représentations régulières d'Holiday on Ice
  • 1998-2005-2008 : Lord of the Dance
  • 2008 : La Belle au bois dormant sur glace - Imperial Ice Stars
  • 2008 : Blue Man Group
  • 2009 : Au-delà des murs de et avec Catherine Lara
  • 2010 : La Fabuleuse Histoire de Bollywood
  • 2010 : Russie éternelle
  • 2014 : Dani Lary-illusionniste
  • 2015 : Chœurs de l'Armée rouge
  • 2015 : The Rabeats
  • 2016 : Irish Celtic
  • Rock legends, hommage aux Beatles, Queen, Led Zep (année inconnue)
  • Gospel pour 100 voix (année inconnue)

Spectacle comique[modifier | modifier le code]

Par ordre alphabétique du nom

Théâtre — Spectacles de Robert Hossein[modifier | modifier le code]

Par année
  • 1975 : Potemkine
  • 1978 : Notre-Dame de Paris
  • 1983 : Un homme nommé Jésus
  • 1985 : Jules César
  • 1987 : L'Affaire du courrier de Lyon
  • 1989-1990 : Dans la nuit la liberté
  • 1991 : Jésus était son nom
  • 1993 : Je m'appelais Marie-Antoinette
  • 1995 : Angélique, marquise des anges
  • 2002 : C'était Bonaparte
  • 2007 : Jean-Paul II

Sport[modifier | modifier le code]

Par discipline
  • Boxe de 1960 à 2005
  • Catch American Westlingextreme Rampage Tour (2008)
  • Harlem Globetrotters (1967/1977/1978/1979/1980/1981)
  • Master d'escrime (1987)
  • Nuit des Arts martiaux (1975)
  • Roller catch (1960)

Dessertes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vingt ans de Rock Français, par Xian Victor et Julien Regoli, Édition Albin Michel, coll R & F, 1978, p.24.
  2. [PDF] Info quinze n°11, Décembre 2010 - Février 2011, page 13
  3. http://www.avis-de-deces.net/f_robert-thominet-paris-75000-paris_1251457_2013.html / consulté le 28 mars 2016.
  4. François Rabbath avec les batteurs Marcel Blanche et André Ceccarelli.

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Ne pas confondre avec le palais omnisports de Paris-Bercy (13e arr.).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :