Ragnar Lodbrok

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ragnar jeté par les Anglo-Saxons dans la fosse aux serpents (représentation du XIXe siècle).

Ragnar Lodbrok (Ragnarr Loðbrók, en vieux norrois, ou Ragnarr aux braies velues), parfois orthographié Ragnar Lodbrog ou encore Ragnar Lothbrock, fut un roi semi-légendaire de Suède et de Danemark, qui régna à une époque indéterminée entre 750 et 850.

Mythe ou personnage historique ?[modifier | modifier le code]

Dans son commentaire sur la Geste des Danois, Hilda Ellis Davidson note que le compte-rendu de la légende de Ragnar dans le livre IX de la Geste semble être une tentative pour regrouper sous le règne d'un seul roi, Ragnar, les événements relatés dans les récits confus et contradictoires auxquels le chroniqueur avait eu accès. C'est pourquoi de nombreuses actions imputées à Ragnar dans la Geste peuvent être attribuées, sur l'autorité d'autres sources, à d'autres personnalités, dont certaines sont historiquement plus crédibles. La liste de ces candidats pour le Ragnar historique comprend notamment :

Jusqu'ici, les tentatives pour identifier de façon certaine le Ragnar légendaire ont échoué en raison de la difficulté à concilier les différents événements et leur chronologie. Néanmoins, la tradition d'un héros viking appelé Ragnar (ou un nom similaire) qui aurait fait des ravages en Europe vers le milieu du neuvième siècle et qui aurait engendré de nombreux fils restés célèbres demeure remarquablement persistante, et certains de ses aspects sont documentés par des sources relativement fiables, telles que la Chronique anglo-saxonne. Selon Davidson, écrivant en 1979, « certains chercheurs ces dernières années ont fini par accepter au moins une partie de l'histoire de Ragnar comme fondée sur des faits historiques »[1]. Katherine Holman, d'autre part, conclut que « bien que ses fils soient des personnages historiques, il n'existe aucune preuve que Ragnar lui-même ait jamais vécu, et il semble être un amalgame de plusieurs figures historiques et littéraires différentes »[2].

Ragnar a vraisemblablement passé le plus clair de son temps en raids et piraterie, envahissant des pays les uns après les autres (Northumbrie[3]). Une de ses stratégies favorites était d'attaquer des villes chrétiennes pendant des fêtes religieuses, puisque beaucoup de soldats étaient à l'église. Il n'acceptait de laisser ses victimes qu'en échange d'une somme énorme, et revenait plus tard, en demandant encore plus pour son départ. Mais si l'on en croit l'étendue supposée de son royaume, c'était aussi un chef militaire doué.

Ragnar dans les sources scandinaves[modifier | modifier le code]

Selon la Geste des Danois du chroniqueur médiéval Saxo Grammaticus, « Regnerus Lothbrog », comme le nomme Grammaticus, était le fils de Sywardus Ring. Il succède à son père avec l'accord des Jutlandais, lorsque ce dernier meurt à la suite d'une blessure reçue lors d'un combat[4]. De ses quatre épouses, il aurait eu une large descendance

1) De Lagertha, skjaldmö[5] :

  • Fridlev Ragnarsson ;
  • fille anonyme Ragnarsdottir ;
  • fille anonyme Ragnarsdottir ;

2) De Thora Borgarthiort, fille de Heroth, roi de Gothie[6] :

3) De Suanlogha[7] :

  • Regnald Ragnarsson ;
  • Witherc Ragnarsson ;
  • Eirik Vindhatt Ragnarsson (identifié parfois avec Éric IV Anundsson ?).

4) De la fille de Hesbern[8] :

La saga scandinave de « Ragnarr aux Braies velues » ou Ragnarr saga Loðbrókar et son annexe le « Dit des fils de Ragnarr » ou Ragnarssona þáttr (en), dont les textes ont été traduits en français et présentés par Jean Renaud, donnent une toute autre famille à Ragnarr Loðbrók[9]. S'il est bien de fils de Sigud l'Anneau, Ragnarr épouse d'abord Thora, fille du jarl Herruðr, qui lui donne deux fils - Eirikr et Agnarr - mais qui meurt encore jeune de maladie, puis une mystérieuse inconnue qui s'avère être Áslaug ou Kráka, la fille des mythiques Brynhildr fille de Buðli et Sigurð Meutrier de Fáfnir, dite également parfois Randalin, mère de ses quatre autres fils les plus célèbres :

Ragnar, comte du roi Hårek[modifier | modifier le code]

Selon les Annales de Saint-Bertin, Ragnar (Reginherus) était un comte à la cour du roi danois Hårek, qui participe au premier pillage de Paris (voir siège de Paris) par les Vikings en 845. Il entre dans la Seine le 20 mars, avec 120 navires et 5 000 vikings. Les soldats de l'armée de Charles le Chauve qui gardaient le monastère de Saint-Denis tentent de s'opposer à lui, mais il fait pendre sous leurs yeux, 111 prisonniers dans une île au milieu du fleuve, afin qu'épouvantés ils s'enfuient et que Charles le Chauve, enfermé dans l'abbaye de Saint-Denis et privé d'armée, demeure inactif[10]. Les Vikings danois pillent et brûlent la ville sans résistance le dimanche de Pâques 28 mars[11]. Les habitants des deux rives s'étant enfuis ou réfugiés dans la Cité. Après le versement d'un danegeld de 7 000 livres d'argent, Reginherus rentre au Danemark[12].

Selon une tradition reprise dans la saga Ragnarssona þáttr (en), c'est-à-dire le « Dit des fils de Ragnar »[13], Ragnar prisonnier du roi Ælle de Northumbrie aurait été jeté dans une fosse pleine de serpents. L'attaque de 866 contre la Northumbrie menée par ses fils putatifs Halfdan, Ivar le Désossé et Ubbe était destinée à le venger, et le roi aurait été mis à mort par eux en subissant le supplice de l’aigle de sang. Néanmoins, l’historicité de cette version des faits est mise en doute par les historiens[14].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

  • Dans le roman Le Vagabond des étoiles de Jack London, le personnage principal, Darrell Standing, revit les mémoires d'un personnage nommé Lodbrog, Viking, qui ira jusqu'à Jérusalem.

A l'écran[modifier | modifier le code]

  • Ragnar est interprété par Ernest Borgnine dans le film Les Vikings réalisé par Richard Fleischer en 1958.
  • Ragnar Lothbrok est le héros principal de la série canado-irlandaise Vikings interprété par Travis Fimmel, coproduite par la chaîne History : il ne s'agit pas d'une reconstitution exacte de sa vie, mais d'une fiction, qui reprend certains éléments de la vie des Vikings au temps des invasions, et ce que Ragnar aurait pu accomplir à cette époque[15].
  • Ragnar Lothbrok est un personnage secondaire dans la série britannique The Last Kingdom coproduite par la BBC America.

Dans la musique[modifier | modifier le code]

  • Saga de Ragnar Lodbrock est le nom d'une formation française de rock progressif des années soixante-dix, auteur d'un concept-album éponyme en 1978, réédité par le label Musea[16].

Dans les jeux vidéo[modifier | modifier le code]

  • Ragnar est le chef des Vikings dans le jeu vidéo Civilization IV. Il est également le chef du Royaume des Nords dans le jeu vidéo Mount and Blade.
  • Ragnar le Rouge est le personnage d'une chanson souvent entendue en taverne dans le jeu vidéo The Elder Scrolls V : Skyrim.
  • Ragnar est le nom de l'un des personnages du jeu vidéo Mace : the Dark Age, sorti notamment sur Nintendo 64. Il est représenté sous la forme d'un combattant viking, torse nu, tatoué et muni de deux haches à double tranchant.
  • Ragnar Crinière noire est un personnage dans le jeu Warhammer 40 000, chez les Space wolves.

Dans la bande dessinée[modifier | modifier le code]

Dans la publicité[modifier | modifier le code]

  • Ragnar est le personnage emblématique de la publicité pour le produit Apéricubes à la télévision française.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ellis Davidson 1980, p. 277.
  2. Holman 2003, p. 220.
  3. Les Antiquités de l'Église anglo-saxonne, John Lingard, A. Cumberworth : « Vers le milieu du neuvième siècle, Ragnar Lodbrog, viking renommé pour sa bravoure et sa cruauté, qui avait conduit ses partisans jusqu'aux murs de Paris et avait arraché à la pusillanimité de Charles-le-Chauve le plus précieux de ses trésors, fit naufrage sur la côte de Northumbrie : loin de se laisser abattre par son malheur l'intrépide barbare rassembla les restes de ses troupes, et déjà il avait commencé à piller les villages les plus proches quand Aella, usurpateur du sceptre de Northumbrie, s'avança pour châtier son insolence. »
  4. Saxo Grammaticus « La Geste des Danois »(Gesta Danoromum) Livres I-IX, texte traduit par Jean-Pierre Troadec et présenté par François-Xavier Dillmann. Gallimard « L'aube des peuples », Paris 1995 (ISBN 2-07-072903-6) Livre IX chapitre III p. 389
  5. Saxo Grammaticus « La Geste des Danois » Op.cit Livre IX chapitre IV p. 390
  6. Saxo Grammaticus Livre IX chapitre IV Op.cit. p. 392
  7. Saxo Grammaticus Op.cit p. 396
  8. Saxo Grammaticus Op.cit p. 397 & 400
  9. Saga de Ragnarr aux Braies Velues suivie du Dit des fils de Ragnarr et du Chant de Kráka éditions Ancharist, Toulouse, 2005 (ISBN 291477723X)
  10. Peter Brent les Vikings Tallandier 1978, (ISBN 2501000692) p. 39-70
  11. Johannes Steenstrep Les invasions normandes en France Éditions Albin Michel Paris 1969 p. 30
  12. Annales de Saint-Bertin AD 845
  13. Traduction de Jean Renaud Le Dit des fils de Ragnarr. In : Saga de Ragnarr aux Braies velues suivie du Dit des fils de Ragnarr et du Chant de Kráka. Textes trad. du norrois et post. par Jean Renaud. Toulouse : Anacharsis, 2005. (ISBN 978-2914777230)
  14. (en) Peter Hunter Blair, An Introduction to Anglo-Saxon England, Cambridge University Press, 1970 (ISBN 978-0-521-04269-7), p.  69-70
  15. Le scénario multiplie les anachronismes, le rendant responsable du sac de Lindisfarm en 793, faisant de lui un contemporain d'Egbert de Wessex, le roi des vikings qui pille Paris en 845, en faisant un ennemi du roi Ælle de Northumbrie (mort en 867) comme l'évoque la Ragnarssona þáttr, et en faisant le frère de Rollon contemporain de Charles III le Simple.
  16. « Saga de Ragnar Lodbrock », sur http://www.musearecords.com/

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Saxo Grammaticus La « Geste des Danois » (Gesta Danoromum), livres I-IX, texte traduit par Jean-Pierre Troadec et présenté par François-Xavier Dillmann. Gallimard « L'aube des peuples », Paris 1995 (ISBN 2-07-072903-6).
  • Jean Renaud Textes traduits du norrois et postface Saga de Ragnarr aux Braies Velues suivie du Dit des fils de Ragnarr et du Chant de Kráka éditions Anacharsis, Toulouse, 2005 (ISBN 291477723X)
  • (en) Ulrike Strerath-Bolz, Rezension von Rory McTurk, Studies in "Ragnars saga loðbrókar" and Its Major Scandinavian Analogues, Alvíssmál 2 (1993) : 118–19. lire en ligne
  • (en) Saxo Grammaticus, Hilda Ellis Davidson (traduction) et Peter Fisher (traduction), Gesta Danorum [« Saxo Grammaticus: The history of the Danes: books I–IX »], vol. 1 & 2, Cambridge, D. S. Brewer, 1979/1980 (ISBN 9780859915021), « Chapter introduction commentaries »
  • (en) Katherine Holman, Historical dictionary of the Vikings, Lanham (Maryland), Scarecrow Press, (ISBN 9780810848597)