Gare de Denfert-Rochereau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Denfert-Rochereau
Image illustrative de l'article Gare de Denfert-Rochereau
Pavillon central
Localisation
Pays France
Ville Paris 14e
Coordonnées géographiques 48° 50′ 02″ N 2° 19′ 58″ E / 48.833776, 2.33263948° 50′ 02″ Nord 2° 19′ 58″ Est / 48.833776, 2.332639  
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Services (RER)(B)
Caractéristiques
Ligne(s) Ligne de Sceaux
Quais 2 quais latéraux
encadrant deux voies
+ un quai et une voie pouvant servir de terminus lors de perturbations
Transit annuel 4 262 370 (2011)
Zone 1 (tarification Île-de-France)
Historique
Ouverture (Ligne de Sceaux)
(CMP)
((RER)(B))
Classement façades et toitures inscrites en 1996
Correspondances
Métro Denfert-Rochereau (M)(4)(6)
Bus et Noctilien Voir Correspondances

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Denfert-Rochereau

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Denfert-Rochereau

La gare de Denfert-Rochereau est une gare ferroviaire française de la ligne de Sceaux, située dans le 14e arrondissement de Paris. Inaugurée en 1846, c'est l'une des plus anciennes gares existantes du système ferroviaire français.

C'est de nos jours une gare de la Régie autonome des transports parisiens (RATP) desservie par les trains de la ligne B du RER.

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare de Paris-d'Enfer, ou "embarcadère de Sceaux", a été inaugurée le par les ducs de Nemours et de Montpensier. Ils représentaient leur père, le roi Louis-Philippe, pour l'inauguration de la ligne de Sceaux dont c'était le terminus. Cette ligne était l'œuvre de l'ingénieur Jean-Claude Arnoux inventeur d'un nouveau système ferroviaire.

C'est la plus ancienne des gares parisiennes.

Le bâtiment construit en 1842, est de forme circulaire pour épouser la forme de la voie ferrée qui formait une boucle pour le retournement des trains à voie large et à essieux articulés. Ce système, baptisé « Arnoux », du nom de son inventeur, fut abandonné à la fin du XIXe siècle car trop contraignant : on avait créé des voitures, wagons et locomotives spécifiques pour des rayons de courbures serrés, et l'écartement, 1 750 mm, était supérieur à l'écartement standard de 1 435 mm.

La ligne, mise à voie normale fut prolongée jusqu'à Luxembourg en 1895, créant au passage la gare de Port-Royal. C'est à cette date que la gare a pris le nom de Denfert-Rochereau, en hommage au colonel Denfert-Rochereau, gouverneur héroïque de Belfort pendant la guerre franco-prussienne de 1870 qui avait déjà donné son nom à l'ancienne place d'Enfer en 1879. Cette ligne fut exploitée par le Paris-Orléans jusqu'en 1937, date à laquelle elle fut cédée à la Compagnie du métropolitain de Paris (CMP), fusionnée dans la RATP en 1948. La ligne devint RER B dans les années 1970 lors du prolongement vers Châtelet - Les Halles, première étape précédant le raccordement avec le réseau SNCF à la gare du Nord dans les années 1980.

Fronton de la gare : allégorie du chemin de fer

La gare est constituée de deux pavillons courbes encadrant un pavillon central. Celui-ci est doté d'un fronton avec une horloge encadrée de bas-reliefs allégoriques à la gloire du chemin de fer. L'ensemble des façades et des toitures fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [1].

Les quais de la gare de Denfert-Rochereau.
La station est en pente, de manière à permettre l'accès au tunnel vers Châtelet - Les Halles, (photo prise en 2006 avant la création du quai no 3).

Cette gare de la ligne B du réseau express régional d'Île-de-France, est en correspondance avec la station de métro du même nom.

En 2011, 4 262 370 voyageurs sont entrés à cette gare[2].

Jusqu'en 2013, il subsistait trois voies de la gare initiale, terminus de la ligne de Sceaux jusqu'en 1895. Les voies 5 et 7, utilisées auparavant pour le garage des trains de travaux, ont été détruites pour permettre la construction d'un troisième quai. Ce dernier permet de mettre en place un terminus intermédiaire en cas d’incident sur le réseau du centre de Paris[3],[4] Des travaux ont aussi porté sur le quai existant, rendu accessible aux personnes invalides, et une sortie a été créée rue Jean-Claude-Arnould[5].

Correspondances[modifier | modifier le code]

La gare est desservie par :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA75140001 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Entrants annuels provenant de l'extérieur de la gare (voie publique, correspondances bus, réseau SNCF, etc.), sur le site data.ratp.fr. Consulté le 5 novembre 2012.
  3. « Quai no 3 de Denfert-Rochereau, pour quelles utilisations ? »,‎ article du 17 décembre 2014 (consulté le 13 avril 2015).
  4. « Schéma Directeur du RER B Sud »,‎ (consulté le 13 avril 2015), p. 107 (105 du PDF), Paragraphe 4.2.1 Création d’un quai terminus à Denfert-Rochereau.
  5. « Le quai n° 3, à la gare RER Denfert-Rochereau, est opérationnel », sur ratp.fr (consulté le 13 avril 2015).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Ligne de Sceaux, Gaston Jacobs, La Vie du Rail.
  • Les automotrices Z, Gaston Jacobs, La Vie du Rail.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Aéroport CDG 2 B3
Mitry-Claye B5
(Gare du Nord)
Port-Royal (RER) (B) Cité universitaire Robinson B2
Massy-Palaiseau B4
St-Rémy-lès-Chevreuse B4