Exposition universelle de 1855

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
EXPO Paris 1855
Entrée principale du palais de l'Industrie
Entrée principale du palais de l'Industrie
Général
Type-BIE Universelle
Categorie Expo historique
Nom Exposition Universelle des produits de l'Agriculture, de l'Industrie et des Beaux-Arts de Paris 1855
Bâtiment Palais de l'Industrie
Surface 16 hectares
Fréquentation 5.162.330[1] visiteurs
Organisateur(s) Commission impériale
Participant(s)
Pays 34
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris
Site Jardins des Champs Elysees
Coordonnées 48° 52′ 00″ N 2° 18′ 47″ E / 48.86667, 2.31306 ()
Chronologie
Date d'ouverture
Date de clôture
Éditions Universelles
Précédente Exposition universelle de 1851 , Londres
Suivante Exposition universelle de 1862 , Londres

L'exposition universelle de 1855 est la première exposition universelle française (et la seconde mondiale, la première étant l'Exposition universelle de 1851 de Londres) qui s'est tenue à Paris sur les Champs-Élysées du 15 mai au 15 novembre 1855[2]. Elle accueille plus de 5 100 000 visiteurs. 25 États et leurs colonies y participent.

Naissance de l'Exposition[modifier | modifier le code]

Le prince Napoléon, président de la commission

C'est par un décret impérial du 8 mars 1853, que Napoléon III décide de la tenue à Paris, en 1855, d'une Exposition universelle où seront exposés des produits agricoles et produits industriels, comme suite à la première Exposition universelle de 1851[3].

Le même décret autorise l'admission à cette exposition des produits de toutes les nations. L'exposition quinquennale, qui doit avoir lieu en 1854, est, de ce fait, ajournée et réunie à l'exposition universelle. Un autre décret du 22 juin décide à son tour qu'une Exposition universelle des Beaux-arts se tiendra en même temps que l'Exposition universelle de l'Industrie.

Une Commission impériale, ayant pour président le prince Napoléon[4] et Arlès-Dufour comme secrétaire général est formée le 24 décembre, ayant pour charge d'organiser ces grandes manifestations. Cette commission comprend deux sections : la section des Beaux-Arts où l'on trouve les noms de Prosper Mérimée, Eugène Delacroix et Ingres et la section Agriculture et Industrie où l'on trouve les noms de Charles Legentil, Frédéric Le Play, Ferdinand de Lesseps, Émile Pereire, Michel Chevalier[5].

La première tâche de la commission est de demander aux préfets l'organisation d'un comité dans chacun des départements et d'inviter les gouvernements étrangers à participer et à désigner des commissaires à l'exposition.

L'Exposition[modifier | modifier le code]

Le lieu retenu est le triangle formé par les Champs-Élysées, le Cours de la Reine et l'avenue Montaigne. L'Exposition universelle de 1851 de Londres a excité l'esprit de compétition et :

«  À peine les portes du Palais de Cristal étaient-elles closes que de toutes parts on se mit à réclamer pour Paris l'honneur d'un semblable concours. »[6]

Plan et emplacement des bâtiments de l'Exposition

Le 15 mai 1855 est le jour de l'inauguration officielle. « Malheureusement le soleil n'en favorisa pas la solennité. Elle fut assombrie, au contraire, par un temps pluvieux et froid, que n'aurait jamais pu faire prévoir la date printanière. »[7]

La cérémonie d'ouverture a lieu dans le Palais de l'Industrie devant une assistance nombreuse et internationale. Malgré la guerre de Crimée[8] et les combats de la marine française dans la Baltique, l'Exposition veut faire croire à la collaboration économique des Nations.

Le palais de l'industrie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Palais de l'Industrie.
Palais de l'Industrie côté des Champs-Élysées
Façade nord du Palais de l'Industrie

Pour accueillir l'Exposition on construit le long des Champs-Élysées un gigantesque édifice[9], le Palais de l'Industrie.

À l'origine, le bâtiment est prévu pour abriter les expositions nationales qui se tiennent depuis la Révolution dans des locaux mal adaptés. La conception de l'édifice est le fruit de la collaboration de l'architecte Jean-Marie Victor Viel et des ingénieurs Alexis Barrault et Georges Bridel. La façade de 208 mètres de long s'ouvrait sur un portail monumental en arc de triomphe dont la corniche est décorée d'un groupe allégorique La France couronnant d'or l'Art et l'Industrie, œuvre du sculpteur Élias Robert. Cette France est encadrée par des groupes de putti portant les armes impériales qui sont l'œuvre du sculpteur Georges Diebolt[10]. Les quatre façades sont percées d'une double rangée de fenêtres en plein cintre ; entre les deux étages de fenêtres, court une frise où sont gravés les noms des grands hommes de l'humanité.

Ce bâtiment est une prouesse technique. On y emploie pour la première fois des poutres en fer forgé, portées par des colonnes de fonte. La voûte en berceau de la nef centrale, d'une portée de 48 mètres, repose sur les colonnes, sans avoir recours à des tirants. On utilise des arcs-boutants et pour contrecarrer les poussées de la toiture et d'énormes blocs de plomb servent de butées.

Il est d'évidence, très rapidement, que la place manque pour recevoir tous les exposants (près de 24 000, dont la moitié sont français[3]) et la commission impériale étudie la possibilité de créer des annexes. On construit donc une galerie de jonction qui relie le Palais à la rotonde du Panorama[11], vouée pourtant à la démolition, puis une nouvelle galerie de jonction relie la Rotonde à la galerie annexe. La galerie annexe des machines, large de 27 mètres, est bâtie le long de la Seine et s'étend de la place de la Concorde au pont de l'Alma.

La ville de Paris expose les travaux de cartographie du sous-sol parisien réalisé par les ingénieurs de l'Inspection générale des carrières. Cet atlas des carrières, cavités souterraines, rivières, catacombes dessinent un Paris mystérieux inconnu des habitants de la capitale[12]. Cet atlas est récompensé d'une médaille de première classe.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Le Palais des Beaux-Arts[modifier | modifier le code]

Palais des Beaux-Arts
Plan du Palais des Beaux-Arts avenue Montaigne

Si Londres a devancé Paris pour la tenue de la première Exposition universelle, la France est en 1855 la première nation à offrir une grande exposition internationale d'art contemporain, peinture, gravure, lithographie, sculpture, médailles et architecture.

Sur les plans de l'architecte Hector Lefuel on édifie avenue Montaigne un Palais des Beaux-Arts. La façade en forme de fer à cheval est de style Renaissance. Là, s'exposent 28 nations, 4 979 œuvres et 2 176 artistes, dont 1 072 artistes français. Ces œuvres sont admirées par un million de visiteurs.

Citons Frédéric Auguste Bartholdi avec sa statue du général Rapp et Jean-Léon Gérôme avec sa peinture Le siècle d’Auguste et la naissance de Jésus-Christ.

Charles Baudelaire, critique d'art reconnu dans le milieu des Salons, écrit trois articles sur l'Exposition. Ces articles sont réunis dans l'ouvrage posthume Curiosités esthétiques[13].

En marge de l'Exposition, Gustave Courbet, dont onze œuvres sont exposées officiellement, est furieux de ne pas voir choisie sa composition L'Atelier. Il fait bâtir à côté du Palais des Beaux-Arts un pavillon de bois et de briques, le Pavillon du réalisme où il expose L'Atelier du peintre et une quarantaine d'autres œuvres.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

L'horticulture[modifier | modifier le code]

C'est sur un terrain d'environ un hectare, dit carré de l'Élysée, que se tient l'exposition d'horticulture en face du Palais de l'industrie. Elle réunit 555 exposants et présentera tout ce qui est nécessaire à l'art du jardin. On y trouve des pavillons de bois, des volières, des serres, des bassins d'agrément et aussi des plantes et arbustes potagers ou décoratifs. Après la manifestation le terrain devient un jardin public.

L'Agriculture[modifier | modifier le code]

Les grands points sur lesquels se portent l'intérêt de la section de l'agriculture sont le drainage, l'irrigation, l'amendement des sols et la mécanisation des tâches agricoles. Avec sa machine à moissonner, la firme américaine Mc Cormick triomphe comme elle l'avait déjà fait en 1851 à Londres.

À l'annonce de la tenue de l'Exposition, la Chambre de Commerce de Bordeaux demande à la Chambre syndicale des courtiers en vins de Gironde d'établir une classification officielle des vins de Bordeaux dans le but de faciliter les transactions commerciales[14].

Le 14 août,le prince Napoléon[15] assiste aux « expériences agricoles de Trappes » (démonstrations de machines agricoles)[16].

Les récompenses[modifier | modifier le code]

La remise des récompenses a lieu le jeudi 15 novembre 1855 en présence de 40 000 spectateurs dans la grande nef du Palais de l'Industrie. La cérémonie commence vers 13 heures par un discours du prince Napoléon[2], président de la commission impériale, que l'empereur et l'impératrice écoutent debout, puis est suivie d'un discours de l'empereur Napoléon III, grandement accueilli par des bravos et acclamations[17].

Dans la catégorie Commerce et industrie sont attribuées en plus des décorations décernées par l'empereur : des grandes médailles d'honneur, des médailles d'honneur, des médailles de première et de deuxième classe et des mentions honorables.

Dans la liste de ceux que l'empereur décore de la Légion d'honneur, on relève les noms d'ouvriers qui se sont distingués par les améliorations apportées aux procédés de fabrication de leur industrie. L'empereur récompense aussi ceux qui se sont illustrés pour services rendus aux classes ouvrières[18].

Dans la catégorie Beaux-Arts sont attribuées 40 décorations décernées par l'empereur, 16 médailles d'honneur décernées par le jury ainsi que des médailles de première, deuxième et troisième classe et de mentions honorables.

Parmi les récipiendaires, le peintre Ingres est élevé au grade de Grand Officier dans l'ordre de la Légion d'honneur, Delacroix à celui de Commandeur, le sculpteur Antoine-Louis Barye au grade de Chevalier.

Les médailles à l'effigie de l'empereur sont l'œuvre du sculpteur Désiré-Albert Barre[19]

La cérémonie se termine en musique. C'est Hector Berlioz qui dirige l'orchestre. On y interprète des morceaux de Mozart, Beethoven, Gluck, Rossini et Meyerbeer et la cantate L'impériale que Berlioz a écrit pour l'occasion. Berlioz pour diriger l'orchestre utilise pour la première fois en France un métronome électrique.

« J’avais fait venir de Bruxelles un mécanicien à moi connu, qui m’installa un métronome électrique à cinq branches. Par le simple mouvement d’un doigt de ma main gauche, tout en me servant du bâton conducteur avec la droite, je pus ainsi marquer la mesure à cinq points différents et fort distants les uns des autres, du vaste espace occupé par les exécutants. Cinq sous-chefs recevant mon mouvement par les fils électriques, le communiquaient aussitôt aux groupes dont la direction leur était confiée. L’ensemble fut merveilleux. »[20]

Vestiges de l'Exposition[modifier | modifier le code]

Les sculptures qui ornent le Palais de l'Industrie, "La France couronnant de lauriers, l'Art et l'Industrie", par Elias Robert, ont été transportées en 1900 dans le bas du Parc de Saint-Cloud, les couronnes tendues par la France ont disparu ainsi que les piques de son diadème, les armes impériales sur les cartouches sont effacées.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Histoire illustrée de l'Exposition universelle, Charles Robin, ed. Furne, 1855
  • Visite à l'Exposition universelle de Paris, en 1855, ed. Hachette et Cie., 1855
  • Rapport sur l'Exposition universelle de 1855, Paris Exposition universelle internationale de 1855, 1857.
  • Le Magasin pittoresque, Édouard Charton, Paris , 1855.
  • La Peinture à l'Exposition universelle de 1855, Edmond et Jules de Goncourt, Paris, 1855
  • Les Beaux-Arts à l'Exposition Universelle de 1855 : Peinture, sculpture, Maxime Du Camp, Librairie nouvelle, 1855
  • Paris en miniature Guide pittoresque du voyageur suivi d'une description du palais de l'Industrie, Felix Lemaistre, ed.Garnier frères, 1856

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Journal Excelsior 25/11/1937
  2. a et b Marc Aurel, Courrier de la Drôme et de l'Ardèche, Valence, le 16 novembre, samedi 17 novembre 1855, 24eannée, no 270
  3. a et b [PDF] Christiane Demeulenaere-Douyère, Exposition universelle de 1855 à Paris, Archives nationales (Paris), sous-série F/12, 2009
  4. Le prince Napoléon est hors de France du premier avril 1854 au premier février 1854, car il commande à une division de l'Armée d'Orient.
  5. La section de l'Agriculture et de l'Industrie est fortement empreint de la pensée Saint-simonienne
  6. Introduction au rapport sur l'Exposition universelle adressé à l'empereur Napoléon III par le prince Napoléon
  7. Les salons de Paris, et la société parisienne sous Napoléon III, Edouard Ferdinand de la Bonninière Beaumont-Vassy, ed.Ferdinand Sartorius, 1868
  8. Le 16 mai sur le front de Crimée ravagé par le choléra, le Général Canrobert est relevé par le général Aimable Pélissier.
  9. Dessin d'une coupe transversale du Palais de l'Industrie par Max Berthelin en 1854, musée d'Orsay
  10. Mobilier de France
  11. Le Panorama, construit en 1831 sur des plans de Jacques Hittorff est intégré aux bâtiments de la première exposition universelle comme salle d'exposition. Là sont présentés la production des manufactures de Sèvres et des Gobelins ainsi que les joyaux de la couronne de France.
  12. Atlas des carrières de Paris 1855
  13. Curiosités esthétiques, Charles Baudelaire,ed. Michel Levy frères, Paris, 1868
  14. Le vin, Jean-François Gautier, ed. Le Cavalier Bleu, 2001
  15. Président de la commission de l'exposition universelle.
  16. Journal d'agriculture et d'horticulture. Réd. par le Comité central d'agriculture de la Côte-d'Or p.203 à 212 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5809853m/f207.image.r=trappes.langFR , article de Mr. Borie du journal La Presse
  17. Marc Aurel, Courrier de la Drôme et de l'Ardèche, Valence, le 16 novembre (suite), samedi 17 novembre 1855, 24eannée, no 270
  18. Relation de la distribution de récompenses aux exposants, CNUM
  19. D.A Barre(1818-1878), fils de Jean-Jacques Barre, graveur général des monnaies et des timbres
  20. Mémoires, Hector Berlioz, p. 369, ed. Calman-Levy, 1861.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Napoléon III et la reine Victoria, une visite à l'exposition universelle de 1855, catalogue de l'exposition du Château de Compiègne (4 octobre 2008-19 janvier 2009), Paris, 2008.
  • Sur les traces des Expositions universelles à Saint-Cloud, catalogue de l'exposition du musée des Avelines (25 mars au 31 mai 2009), Saint-Cloud, 2009.
  • Sur les traces des Expositions universelles de Paris-1855-1937, Éditions Parigramme, 2006, par Sylvain Ageorges.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :