Pont d'Iéna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pont d’Iéna
Le pont d'Iéna.
Le pont d'Iéna.
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Paris
Commune Paris
Coordonnées géographiques 48° 51′ 35″ N, 2° 17′ 32″ E
Fonction
Franchit la Seine
Caractéristiques techniques
Type Pont en arc
Longueur 155 m
Largeur 35 (depuis m
Matériau(x) Pierre
Construction
Construction 1808-1814
Architecte(s) Gaspard, C. Lamandé,
J. Mallet, J. Morane
Historique
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1975)

Le pont d'Iéna est un pont parisien franchissant la Seine.

Il fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [1].

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Le pont d’Iéna relie la tour Eiffel au Trocadéro. Sur la rive gauche, il sépare le port de La Bourdonnais du port de Suffren.

Ce site est desservi par la station de métro Trocadéro.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Ce pont a été baptisé en l'honneur de la victoire d'Iéna en date du qui opposa les armées Napoléoniennes aux forces prussiennes.

Historique[modifier | modifier le code]

L'empereur Napoléon Ier fit construire un pont faisant face à l’École militaire et le baptisa, par un décret daté de Varsovie en 1807, du nom de la bataille d'Iéna en lieu et place des propositions initialement envisagées : « pont du Champ-de-Mars » ou « pont de l'École-Militaire ».

Sa construction s'étala de 1808 à 1814, sous la direction des ingénieurs Corneille Lamandé et Dillon[2].

En 1815, lors de la seconde occupation de Paris par les puissances alliées, le maréchal Blücher voulut détruire le pont d'Iéna, symbole de l'humiliation de la Prusse par la France. Malgré l'intervention, de Louis XVIII, de Talleyrand et de Gouviont-Saint-Cyr auprès du roi de Prusse, le maréchal refusa de renoncer à son projet et l'intervention du tsar en personne fut nécessaire pour lui faire entendre raison, le tsar Alexandre menaçant de se rendre sur le pont pour empêcher cet acte de vandalisme[3]. L'ouvrage fut finalement sauvé et rebaptisé « pont de l'École-Militaire »[4]. On fit également disparaître les aigles qui le décoraient. Il ne recouvrira son nom et ses atours que sous le règne de Louis-Philippe.

En 1853, quatre sculptures sont mises en place aux extrémités du pont :

Le pont est couvert lors de l'exposition universelle de 1889.

Durant l'Exposition universelle de 1900, il était réservé à l'usage de l'exposition, la circulation de la ville étant détournée vers d'autres voies, et il fut élargi à 24 mètres à cette occasion par l'adjonction de passerelles métalliques reposant sur les piles originales (Jean Résal et Lion pour le dessin, Daydé & Pillé pour la réalisation). Trop fragiles pour la circulation, elles ne supportaient que des trottoirs élargis. Sur une carte postale de 1906, la chaussée a été rétrécie, et, sur une autre de 1907, les ailes semblent condamnées par des rambardes métalliques. On trouve trace de cet élargissement au moins jusqu'en 1913 (survol par le dirigeable La République).

L'élargissement provisoire a été détruit vers 1920, comme l'atteste la carte postale ci-dessous, de 1923.

En 1935, le pont fut réélargi ensuite de 14 à environ 35 mètres[5] en prévision de l'Exposition universelle de 1937 par l'adjonction de deux éléments de béton de part et d'autre de la structure initiale (chacune des anciennes piles est renforcée par ajout d'une pile en amont et d'une pile en aval).

D'une longueur de 155 mètres, l'ouvrage présente 5 arches de 28 mètres en arc de cercle, quatre piles intermédiaires et des tympans sont décorés d'aigles impériales dessinées par le Lyonnais François-Frédéric Lemot et sculptés par Jean-François Mouret.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Pont d’Iéna », notice no PA00088800, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. J.- A. Dulaure, Histoire physique et morale de Paris, p. 203.
  3. Frédéric Naulet, Iéna et Auerstedt : La Prusse humiliée (14 octobre 1806), Paris, Economica, coll. « Campagnes & stratégies », , p. 244.
  4. Emmanuel de Waresquiel, Talleyrand. Le prince immobile, Fayard, 2003, 796 p. (ISBN 978-2213613260), p. 509.
  5. « Élargissement du pont d'Iéna à Paris », L'Ossature métallique, vol. 5,‎ , p. 551-553 (résumé).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :